X
TIXEO : la French Frog de la visioconférence sécurisée

News Partenaire

TIXEO : la French Frog de la visioconférence sécurisée

Unique acteur français proposant une solution de visioconférence certifiée par l’Anssi, Tixeo a pris le virage du 100 % Home Office il y a cinq ans. La PME exploite sa propre solution sécurisée pour organiser le télétravail de son équipe, avec comme bénéfices : la qualité de vie, une réduction des coûts et des recrutements facilités. Rencontre avec un pionnier de l’espace de travail virtuel.

AI, AI, Aïe !

 

L’Artificial Intelligence (AI) est devenue le pont-aux-ânes des éditeurs de logiciels. Que de promesses derrière ces deux lettres ! D’un coup d’algorithme magique, les données de l’entreprise vont enfin trouver un sens et éclairer l’utilisateur dans sa prochaine action à prendre.

Beaucoup s’interrogent déjà sur l’utilité de cet humain qui réalise l’action suivant les préconisations de l’algorithme. Au mieux, comme Infor et sa plate-forme Coleman, celui-ci va réaliser les tâches répétitives à faible valeur ajoutée pour décharger l’humain des tâches fastidieuses. De quoi entrevoir la fin d’un taylorisme aujourd’hui de mauvais aloi car trop attaché à un monde industriel en voie de disparition.

L’AI omniprésente

Dans une de ses sorties coutumières, le cabinet Gartner, grand oracle de notre temps technologique, prévoit que tous les logiciels en 2020 auront besoin, ou auront un composant d’Intelligence artificielle. Les éditeurs suivraient en cela les demandes de leurs bien-aimés clients : 30 % des directeurs informatiques ajouteraient l’Intelligence artificielle dans la liste de leurs priorités, convaincus qu’ils sont par le marketing agressif de notre industrie, que les humains et la machine vont faire mieux, plus vite, ensemble. Bref, un employé modèle encore plus productif et surtout ne faisant pas d’erreurs, et ce, en un temps record, permettant ainsi de raccourcir les cycles, donc d’augmenter la productivité à nombre de salariés égal sur un processus automatisé. Les dollars affleurent dans la rétine de tous les dirigeants de la Planète avec cette promesse ! Dans une étude pour IBM, 50 % des 6 000 répondants indiquent leur volonté d’adopter des solutions intégrant de l’intelligence artificielle à l’horizon 2019. Ils espèrent un RoI (Return on Investment) de 15 %.

BPI France estime le marché de l’AI à 11 milliards de dollars en 2024 avec trois pays leaders, la Chine, les États- Unis et la Corée du Sud. Plus de la moitié des start-up dans le domaine sont américaines.

L’AI pour faire quoi ?

Aujourd’hui, ce sont plus de 1 000 éditeurs qui indiquent vendre ou avoir dans leur logiciel des composants d’intelligence artificielle sans trop définir ce que fait réellement cette intelligence artificielle et comment elle diffère de l’intelligence du concurrent. Qui peut faire la différence entre les AI des uns et des autres ?

La confusion est largement entretenue et a déjà des conséquences sur les achats des entreprises clientes de notre industrie. En effet, quelle différence faites-vous entre apprentissage machine, apprentissage profond, apprentissage supervisé, apprentissage en réseau, apprentissage par transfert, vision par ordinateur, NLP, véhicule autonome, bots, robotique ? Tous ces éléments répondent-ils aux mêmes utilisations ? De plus, quand tout le monde aura de l’intelligence artificielle, comment se fera la différenciation métier d’une entreprise à l’autre ? Chacune aura optimisé sa logistique et son service client et vous proposera le meilleur produit au meilleur moment sur le canal de vente qui vous siéra le mieux. À terme, l’intelligence artificielle ne sera donc pas un avantage compétitif pour l’entreprise ou ne sera pas suffisante pour devenir un « plus business » dans le merveilleux jargon de nos marketeux.

Un exemple est utile dans ce domaine. La plupart des sites, de la Fnac à Amazon, ont déjà des types de recommandations d’achats : lorsque quelqu’un achète tel ou tel livre ou tel produit, il achète aussi ceci et cela. Superbe ! Combien de fois avez-vous consommé suivant ces préconisations ? Même s’il ne faut jamais dire jamais, la plupart du temps ces propositions vous semblent totalement inintéressantes, voire ridicules…

Généralement, les éditeurs ne répondent pas lorsqu’on les interroge sur le sujet des algorithmes. Si on creuse un peu le sujet, ce ne sont que des algorithmes open source retravaillés pour obtenir une solution rapide. La valeur ajoutée de l’éditeur est assez faible, mais il espère faire beaucoup de marge en vendant très cher son logiciel, et son AI embarquée !

Les exemples d’applications actuelles ne soulèvent cependant pas l’enthousiasme et restent limités. Reconnaissance de documents ou de factures pour la gestion des notes de frais, propositions d’actions dans le processus de vente, automatisation de certaines tâches répétitives, comme remplir automatiquement les champs d’une fiche client. Entre les promesses marketing et la réalité des usages, il y a loin ! On ne reviendra pas sur le moteur de bot de Microsoft devenu nazi et/ou raciste en moins de trois jours, ou Google Shopping, dont les biais étaient si visibles que même certaines autorités s’en sont émues. Oublions l’application Post Bac des lycéens français qui vient de montrer ses limites pour la prochaine rentrée universitaire.

Le manque de compétences

Autre frein, dans les entreprises face à l’intelligence artificielle, le faible nombre de personnes capables de faire la différence et de juger de la fiabilité des algorithmes. Un côté boîte noire existe dans le domaine et il est souvent difficile d’expliquer comment l’algorithme a obtenu le résultat, ou amené à proposer telle recommandation. C’est le meilleur des cas ! Il arrive parfois que les résultats diffèrent et là c’est plus embêtant ! Les entreprises, de ce fait, choisissent plutôt des solutions embarquées dans les logiciels et ne développent pas des solutions personnalisées répondant à leurs simples besoins. Le problème est si important que le Conseil national du numérique a été saisi pour réfléchir à un outil grand public capable de renseigner les mauvaises expériences rencontrées par des utilisateurs avec des algorithmes, et que l’Inria a développé une plate-forme, Transalgo, pour tester la loyauté des algorithmes ; c’est-à-dire délivrant au consommateur des informations « loyales, claires et transparentes ». Une régulation devrait se mettre en place dans les années à venir. Elle est réclamée par des gens comme Elon Musk ou d’autres.

Au-delà du buzz marketing, les éditeurs vont devoir balayer devant leurs portes en expliquant réellement ce que font leurs algorithmes et pour quels cas ils sont pertinents. À défaut ils risquent de beaucoup décevoir les entreprises et de se retrouver après le hype dans la vallée de la désolation, recréant une fois de plus le cycle de vie des technologies cher au Gartner. Presque de l’autoréalisation de l’échec !

Article publié dans le n°160 de L'Informaticien.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points

GitLab

GitLab

Solution libre de « forge » pour le dépôt de code basé, tout comme GitHub, sur le gestionnaire de versions Git, GitLab continue son ascension. Il offre une solution intégrant parfaitement...

20 TECHNOS

20 TECHNOS

Dossier réalisé par Bertrand Garé et Guillaume Périssat avec Michel Chotard, Alain Clapaud et Bastien Lion.

CI/CD as a Service

CI/CD as a Service

L’intégration et la livraison continues sont des composantes fondamentales de la démarche DevOps. Toutefois, alors que les pipelines doivent prendre en compte les nouvelles architectures – conteneurs notamment –,...

Disque dur

Disque dur

Bousculé par la vitesse des mémoires Flash, le disque dur semble condamné. Pourtant, la demande en capacité ne faiblit pas, au contraire, elle s’envole, portée par les besoins infinis du Cloud…

RSS
Afficher tous les dossiers

BASES DE DONNÉES : le DBaaS va tout balayer - Gestion de l'information : structurer le non structuré ! - Municipales : la politique se numérise, le numérique se politise - Cybersécurité : les planètes Cyber alignées ! - DevOps : WevAssembly, langage assembleur du Web - AMP confié à OpenJS - Pénurie des formations IA - À la recherche de nouvelles compétences IT...

 

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

Afficher tous les derniers numéros

Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Meg Whitman directrice générale de Quibi, lors d'une conférence au salon de Las Vegas, le 8 janvier 2020La moitié de la planète confinée par le coronavirus? Cela n'empêchera pas Quibi de tenter de révolutionner l'industrie du divertissement en lançant dès lundi son service de streaming "nomade", avec des programmes courts spécifiquement conçus pour les téléphones mobiles mais "en qualité hollywoodienne". [Lire la dépêche...]

Le gouvernement britannique s'est réuni via Zoom le 31 mars 2020, avec le Premier ministre, Boris Johnson (en haut à gauche), qui est en quarantaine à cause du Covid-19Quel est le point commun entre Boris Johnson, les amateurs d'apéros à distance et 90.000 écoles dans le monde? Tous utilisent l'application de visioconférence Zoom, pour travailler ou socialiser pendant la pandémie de coronavirus. [Lire la dépêche...]

Google va publier à partir de vendredi des statistiques issues des données de localisation de ses utilisateurs dans le monde, afin d'aider les pouvoirs publics à évaluer l'efficacité des mesures de distanciation sociale contre le Covid-19Google va publier à partir de vendredi des statistiques issues des données de localisation de ses utilisateurs dans le monde, afin d'aider les pouvoirs publics à évaluer l'efficacité des mesures de distanciation sociale contre le Covid-19. [Lire la dépêche...]

Hannah Koch, administratrice du site dans l'Etat de Victoria, le 30 mars 2020 dans le sud-est de l'Australie1Q96FUMontrés du doigt comme autant de vecteurs de la désinformation, les réseaux sociaux sont aussi les relais d'un remarquable élan de solidarité vis-à-vis du personnel soignant, en Australie notamment, afin de soutenir dans leur vie quotidienne ceux qui risquent leur vie pour faire reculer le coronavirus. [Lire la dépêche...]

Le réseau social Twitter a annoncé jeudi avoir supprimé des milliers de comptes dans plusieurs pays, en raison de leurs contenus jugés pro-gouvernementauxLe réseau social Twitter a annoncé jeudi avoir supprimé des milliers de comptes dans plusieurs pays, en raison de leurs contenus jugés pro-gouvernementaux. [Lire la dépêche...]

L'autorité de régulation des télécoms annonce que les quatre principaux opérateurs candidats à l'attribution des fréquences des futurs réseaux mobiles 5G sont qualifiés pour participer aux enchères, reportées sine die en raison de la crise sanitaireL'autorité de régulation des télécoms (Arcep) a annoncé jeudi que les quatre principaux opérateurs candidats à l'attribution des fréquences des futurs réseaux mobiles 5G sont qualifiés pour participer aux enchères, reportées sine die en raison de la crise sanitaire. [Lire la dépêche...]

Un employé de Lamborghini manipule une imprimante 3D pour la fabrication de visières médicales, dans cette photo transmise le 2 avril 2020Le constructeur italien de voitures de luxe Lamborghini a annoncé jeudi avoir lancé la production de masques et de visières médicales, nouvel exemple de transformation de la production en pleine épidémie de coronavirus. [Lire la dépêche...]

Les bureaux de Google à New York, le 3 juin 2019Google a annoncé jeudi l'allocation de 6,5 millions de dollars à des organisations de vérification des faits (fact-checking) dans le monde, alors que les fausses rumeurs et conseils dangereux sur le Covid-19 continuent de se propager sur internet. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La première édition de Ready For IT se déroule du 25 au 27 mai 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 27 et 28 mai 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie