X

Franchement ! Vous regardez encore la télévision ?

Comparativement aux vagues de rançongiciels qui sévissent dans le monde ou l’arrivée d’un nouveau président de moins de 40 ans à la tête de notre pays, le sujet de ce Bullet Point peut paraître à première vue futile. Il est cependant le miroir d’une réalité étonnante où les téléspectateurs sont surtout des PC spectateurs ou des utilisateurs de tablettes, non pour suivre des grilles de programme proposées par les chaînes que nous connaissons mais de plus en plus par de nouveaux canaux proposant des séries ou programmes en streaming ou en téléchargement.

La question n’est déjà plus de savoir si tout cela est légal, ou bien, ou pas bien. Le phénomène est le reflet de ce que, aujourd’hui aux États-Unis, la plupart des jeunes sont plus sur des fournisseurs comme Hulu, Netflix ou HBO que sur les chaînes habituelles. De même, en France, de plus en plus d’adeptes se mettent à choisir les pro¬grammes qu’ils souhaitent regarder, au lieu de suivre les propositions des chaînes classiques ou thématiques. Ils picorent des programmes à la demande et quand ils le souhaitent, en fonction de leurs intérêts du moment, des conversations avec les collègues ou amis. Qui ne discutent des dernières séries ou feuilletons à voir ? Le succès planétaire de Game of Thrones ou de Vikings n’est que la conséquence de ces nouveaux usages et de la globalisation dans la demande de programmes. Culturellement, le phénomène fait que tout le monde, c’est-à-dire la plu¬part des personnes sur cette planète, lisent ou regardent la même chose. Les séries télés nivellent encore plus les différences que la soi-disant globalisation dont les candidats ont tant parlé lors de la dernière campagne présidentielle.

En termes d’audiences, les meilleures se situent autour des événements sportifs, et, en moyenne, le plus sou¬vent autour de séries télévisées. Les grands réseaux de notre pays comme TF1 avaient l’habitude de truster ces meilleures audiences. Ils continuent pour l’instant à le faire mais avec de plus en plus de difficultés. L’irruption des opérateurs télécoms comme SFR, qui vient d’acquérir les droits pour les matchs de football, dans le jeu va chambouler ce paysage tradition¬nel de la TV. Des chaînes payantes comme Canal + peuvent s’inquiéter vis-à-vis des nouveaux entrants.

Une défense à la Maginot !

Pour contrecarrer ces changements d’usages des téléspectateurs et la montée en puissance des nouveaux entrants sur ce marché par les Box, qui permettent de stocker des programmes et donc de les regarder quand vous le souhaitez, les grands réseaux ou chaînes traditionnelles proposent quoi ? Des programmes payants par la vidéo à la demande, ou de la télé de rattrapage où les spectateurs peuvent retrouver l’épisode de la série pour une semaine. Canal + essaie de jouer sur la création avec des séries originales, comme Versailles. Si vous n’êtes pas abonnés, là encore, l’accès aux épisodes est payant. Je vous le dis tout net, ce n’est pas très malin lorsqu’il suffit de taper « Versailles streaming » sur Google pour trouver je ne sais combien de sites qui vous offrent « gratuitement », c’est-à-dire en échange de visionnage de pub intempestive ou d’avertissements sur de fausses attaques de votre PC, la possibilité de regarder l’ensemble de la saison de cette série. Je le concède le plus souvent en anglais sous-titré en français ! Euh, ça marche aussi pour Braquo, une autre création originale de Canal + ! La diversification par des chaînes thématiques sur le TNT n’a pas amené non plus de nouvelles cartouches aux réseaux habituels ou aux grandes chaînes. Cela a juste masqué la chute des rentrées publicitaires en les répartissant sur différents réseaux qui sont, comme en son temps sur le Web, massifiés pour donner l’illusion que les audiences sont importantes. Elles ne sont cependant pas en croissance !

Les pouvoirs publics continuent eux aussi une politique qui est vouée à l’échec face à ces nouveaux usages avec Hadopi. 7,5 millions d’avertissements entre 2010 et 2016, 72 condamnations et pourquoi ? Pour que rien ne change. Si, du téléchargement, les fans de séries sont passés au streaming qui ne contrevient pas explicitement aux règles européennes de protection des droits d’auteur. La situation reste donc dans un flou juridique qui profite à de nombreux sites douteux qui gagnent beaucoup d’argent auprès des grands faiseurs de la pub en ligne avec des mes¬sages plus ou moins bidons et souvent avec des propositions que la morale réprouve ! Les droits des artistes et des auteurs n’en sont donc pas mieux protégés et la valeur de leur travail leur échappe encore un peu plus.

Non… non, rien n’a changé ! (hommage aux Poppies !)

En fait, la mise en place d’Hadopi et des autres mesures de protection des droits des artistes n’ont rien changé du tout, s’ils n’ont pas aggravé le problème. Il serait temps que les diffuseurs et autres intervenants autour de la télévision se mettent autour d’une table pour trouver une solution à ce casse-tête : comment rémunérer les créateurs tout en permettant aux consommateurs de ces créations de les regarder quand ils veulent et à partir de n’importe quel terminal. Le « Fair use » existe dans les consommations sur Internet pour les données. Au-delà d’un certain niveau, votre accès est bridé jusqu’à ce que votre consommation revienne à un niveau normal. Les opérateurs pourraient parfaitement l’appliquer dans la plupart des cas vis-à-vis des « streamers » fous. Il s’agit cependant de traiter à part les utilisateurs de VPN plus ou moins exotiques.

La solution d’un paiement forfaitaire pour avoir accès aux différents contenus a tenu le haut du pavé en son temps mais ne semble plus en cours aujourd’hui. Il serait surtout plus important que les chaînes mettent à disposition plus rapidement et pour le plus grand nombre les programmes originaux que les nouveaux téléspectateurs demandent sachant que, comme en musique, celui qui téléchargeait était aussi celui qui était le plus enclin à acheter. Le fan d’une série ne va pas juste la regarder une fois, il va aussi acheter les Blu-Ray de la saison pour pouvoir y revenir quand il le souhaite. Les chaînes ne perdraient pas leurs revenus sur ce type de produits.

Eh oui, depuis 2009 et la mise en place de tout cela, je veux dire l’Hadopi et tous les débats autour de cette question, rien n’a changé et rien n’avance. À croire que la situation satisfait en réalité tout le monde dans ce flou statu quo ! ❍

Article publié dans le n°158 de L'Informaticien.



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points

Vient de paraître

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs
Serverless

Serverless

En quelques années, le Serverless – ou informatique sans serveur – est devenu une nouvelle corde à l’arc des architectes logiciels et développeurs afin de créer des applications. La technologie est...

Le Cybercrime as a Service

Le Cybercrime as a Service

Le ministère de l’Intérieur a évoqué, dans son rapport annuel 2019 sur les menaces liées au numérique, le développement d’outils malveillants « clés en main ». Le...

Intégration continue

Intégration continue

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter les pratiques DevOps pour leurs projets informatiques. L’intégration continue (CI), le déploiement et la livraison en continu (CD) sont devenus partie...

RSS
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE : NVMe s'impose, Fichier et Objet se rapprochent, Solutions de stockage pour TPE/PME - La 5G... et après ? - Le LiFi au lycée - L'IA au service du recrutement - Cybersécurité : externaliser jusqu'où ? - Windows et Linux, la fusion continue - Les meilleurs outils pour les cours à distance - YesWeHack à l'assaut du monde - Rencontre avec Armand Thiberge, CEO de SendInBlue...

 

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
La directrice financière de Huawei, Meng Wanzhou, sort de son domicile, le 17 novembre 2020 à Vancouver, au CanadaLe géant chinois des télécoms Huawei discute d'un accord avec l'administration américaine qui permettrait à sa directrice financière Meng Wanzhou de regagner la Chine, deux ans après son arrestation au Canada, affirme jeudi le Wall Street Journal (WSJ). [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park en Californie, le 23 octobre 2019Les autorités américaines ont lancé jeudi des poursuites judiciaires pour "discrimination" à l'embauche contre Facebook, accusé d'avoir réservé des postes à des salariés étrangers au détriment des Américains, deux jours après avoir subi un revers sur le gel de visas très utilisés dans la tech. [Lire la dépêche...]

Dans une unité de production d'adjuvant pour le vaccin du Covid-19 de GlaxoSmithKline, à Saint-Amand-les-Eaux dans le nord de la France, le 3 décebre 2020
Les vaccins contre le coronavirus suscitent la convoitise des cybercriminels qui multiplient les attaques pour perturber leur acheminement ou s'emparer de secrets industriels, contraignant les laboratoires et les acteurs de la chaîne logistique à redoubler de vigilance. [Lire la dépêche...]

Au siège de Facebook à Menlo Park, en Californie, le 23 octobre 2019Régulièrement vilipendé pour laisser passer trop de messages haineux et racistes, Facebook modifie actuellement ses algorithmes pour réprimer plus sévèrement les insultes contre les minorités tout en cessant de retirer systématiquement les attaques contre les personnes d'origine caucasienne, les hommes ou les Américains. [Lire la dépêche...]

Google épinglé par l'administration américaine pour la surveillance de ses employésUne agence fédérale a donné mercredi deux semaines au géant du numérique Google pour répondre à des accusations de surveillance, interrogatoire et usage d'autres méthodes à l'encontre de ses employés militants. [Lire la dépêche...]

Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication qui Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication cherchant à déshumaniser selon des critères raciaux, ethniques ou de nationalité.   [Lire la dépêche...]

Le gratte-ciel Salesforce à San FranciscoSalesforce, le spécialiste des technologies de relation client, s'est offert Slack pour près de 28 milliards de dollars, une acquisition qui le place en meilleure position pour concurrencer Microsoft, mais ne le dispensera sans doute pas d'autres investissements s'il veut faire de l'ombre au géant informatique. [Lire la dépêche...]

Facebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeursFacebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeurs.  [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE TO YOU : DREAMTX

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce dans un format 2020 100% online et gratuit avec deux temps forts : pour le keynote de Marc Benioff et du 14 au 17 décembre pour DreamTX, 4 jours d'ateliers et de démonstrations. En revanche pas de sessions de formation et de certification cette année. Organisé par Salesforce.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Pour une cybersécurité coopérative et collaborative", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 6, 7 et 8 avril 2021 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 mai 2021 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT