X

News Partenaire

Conformité : le numérique en toute confiance

La transformation numérique des entreprises ne peut se faire que dans un environnement de confiance. Cette notion est essentielle à l’heure où les applications demandent de plus en plus de données personnelles, tout en respectant l’obligation du consentement de l’utilisateur ou de la personne dont on utilise les données. La récente réglementation, RGPD, a remis l’utilisateur au cœur du débat et l’entreprise doit trouver un juste équilibre entre business et sécurité. D’où l’idée de s’appuyer sur un tiers de confiance pour garantir ce lien.

Le droit à l’oubli sous l’œil du Conseil d’Etat

Quatre plaignants ont saisi la juridiction française suite au refus de Google de leur appliquer le droit à l’oubli… et celui de la Cnil de leur donner raison. Mais le dossier, complexe, risque de faire un passage par la Cour de Justice de l'Union Européenne (CJUE) avant de retomber entre les mains du Conseil d’Etat.

Hier, le Conseil d’Etat se penchait sur le droit à l’oubli. Les quatre affaires examinées ont pour point commun le refus par Google et par la Cnil de déréférencer des liens vers des informations les concernant. Pour comprendre comment ces dossiers se sont retrouvés devant le Conseil d’Etat, il faut remonter à cet arrêt de la Cour de justice de l’Union Européenne en 2014. Les juges européens avait donné raison à un citoyen espagnol contre Google, consacrant alors un « droit à l’oubli », soit un droit à obtenir le déréférencement de liens redirigeant vers des informations relatives à une personne.

 

Une jurisprudence floue…

Google, guère enchanté par la perspective, s’est exécuté mais sans faire de zèle. La Cnil et le géant ont d’ailleurs férocement bataillé autour de la question de l’extraterritorialité de la jurisprudence européenne. En effet, la jurisprudence européenne est floue sur ce sujet, et sur bien d’autres. Il est donc à charge de l’exploitant du moteur de recherche de « dûment examiner le bien-fondé » des requêtes.

Chaque demande individuelle d’un citoyen européen est ainsi examinée par Google et les liens déréférencés dès lors que les informations vers lesquels ils renvoient sont « inadéquates, pas ou plus pertinentes ou excessives au regard des finalités du traitement ».

Le géant américain n’accepte donc pas toutes les requêtes : pour la France, près de la moitié sont rejetées. Mais il est possible pour le plaignant de formuler un recours auprès de la Cnil, qui jugera alors s’il y a lieu ou non de contraindre Google à désindexer les liens en cause. Parfois, la Cnil rejette certaines demandes.

Quatre affaires similaires dans leur traitement

C’est pour cette raison que quatre de ses décisions étaient portées hier devant le Conseil d’Etat. Dans le premier cas, une conseillère régionale a demandé le désindexation d’une vidéo YouTube relative à ses activités publiques. La plainte contre le rejet de sa demande par Google, en date du 25 septembre 2014, a été clôturée par la Cnil le 24 avril 2015.

Second cas, un représentant de l’église scientologue en France demandait le déréférencement d’un article de Libération repris par le Centre contre les manipulations mentales. Sa plainte déposée le 22 décembre 2014 a été rejetée par la Cnil le 28 août 2015.

Le troisième dossier concerne un ancien conseiller du sénateur LR Gérard Longuet. Celui-ci demandait le retrait des résultats de recherche de Google de plusieurs articles de presse faisant référence à sa mise en examen dans les années 90, précisant qu’il avait bénéficié d’un non-lieu. La plainte déposée auprès de la Cnil le 18 janvier 2016 a été rejetée le 21 mars dernier.

Enfin, dans le dernier cas, un animateur d’école condamné en 2010 pour pédophilie demandait le déréférencement d’articles du Figaro et de Nice Matin. Après refus de Google, il dépose en septembre 2014 une plainte devant la Cnil, rejetée près de deux ans plus tard, en mai 2016.

Et une interprétation plutôt compliquée !

En Assemblée du contentieux, la rapporteure générale Aurélie Bretonneau a manifesté une certaine… frilosité. Elle ne remet pas en cause le droit à l’oubli, elle l’encense même, selon nos confrères du Monde. Néanmoins, pour ce qui est de déterminer si la Cnil avait raison ou non de rejeter les plaintes des quatre plaignants, c’est un peu plus compliqué.

La rapporteure considère en effet que le droit à l’oubli a toujours une « face cachée » et recommande au Conseil d’Etat de transmettre à la CJUE une question préjudicielle afin d’éclairer de nombreux points sur lesquels seule la cour européenne peut faire valoir son interprétation. Et notamment de préciser les critères pouvant donner lieu à l’exercice du droit à l’oubli. Si le Conseil d’Etat suit ses conclusions, il faudra encore attendre longtemps avant de savoir si la Cnil était en tort.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Tendances, Débats


Coût du Cloud

Coût du Cloud

Loué pour sa flexibilité et le passage d’un mode Capex à Opex, le cloud public séduit son monde. mais à la fin du mois, la facture est parfois salée ! Il existe pourtant des méthodes...

Anthos

Anthos

Mardi 9 avril, au Moscone North à San Francisco, Google a jeté un pavé dans le cloud en dévoilant Anthos, il s’agit d’une offre de services managés hybride et multicloud, construite sur Kubernetes, ...

Clever-Commit

Clever-Commit

Ubisoft, l’éditeur français mais néanmoins géant du jeu vidéo, et Mozilla, éditeur de Firefox, ont signé en février dernier un partenariat pour l’utilisation conjointe et...

RSS
Afficher tous les dossiers

OUTILS COLLABORATIFS : comment ils rendent l'entreprise plus agile - F8, Build, I/O, WWDC : Conf. développeurs, les annonces à retenir, les produits à venir - Supercalculateurs : l'Europe contre-attaque ! - DevSecOps, la sécurité au coeur du changement - Vendre et échanger des données - Migrer d'Oracle DB vers PostgreSQL - Ghidra : le framework de la NSA en Open Source...

 

LE NOUVEL ÂGE DU CLOUD : conteneurisation, services managés et FinOps - Comment faire baisser la facture du Cloud - 2014-2019 : l'avènement d'une Europe du numérique ? - Le défi technique de la 5G - Les entreprises face à l'agilité généralisée - Visual Studio 2019 - Recettes IFTTT - Test Huawei P30 Pro : le roi de la photo !...

 

SMARTPHONES PLIABLES : juste un truc de geeks ? - Toutes les nouveautés du MWC - La 5G en entreprise - Kit de survie en mobilité - La faillite du "10 nm" chez Intel - DaaS : la fièvre du "as a service" gagne le desktop - Identifier les bugs grâce à l'IA - Développeurs : les meilleures plates-formes pour le recrutement - Inner source : de nouvelles communautés open source...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Un jeune Soudanais consulte sur téléphone portable, le 17 juin 2019 dans un café de KhartoumDans le jardin verdoyant d'un café de Khartoum, une dizaine de jeunes ont les yeux rivés sur leur portable. Ils ont trouvé ici une petite oasis pour se connecter, les autorités militaires ayant bloqué l'accès à Internet depuis deux semaines. [Lire la dépêche...]

Netflix a augmenté d'un et deux euros ses offres multi-écrans en France, une hausse similaire à celles appliquées dans d'autres pays et qui sera répercutée à ses clients existants dans les semaines qui viennentNetflix a augmenté d'un et deux euros ses offres multi-écrans en France, une hausse similaire à celles appliquées dans d'autres pays et qui sera répercutée à ses clients existants dans les semaines qui viennent, tout en maintenant son tarif de base à 7,99 euros par mois, a confirmé jeudi le groupe à l’AFP. [Lire la dépêche...]

Image de synthèse de la voile solaire LightSail 2 déployée en orbite, par The Planetary SocietyDans quelques jours, une fusée Falcon Heavy de SpaceX va lancer depuis la Floride un satellite de la taille d'un pain et équipé d'une immense voile en polyester brillant: une "voile solaire", son unique moyen de propulsion. [Lire la dépêche...]

Le logo de la cryptomonnaie LibraL'entrée de Facebook dans l'univers nébuleux des cryptomonnaies pourrait, en cas de succès, constituer un tournant majeur pour le réseau social tant critiqué, qui a besoin de se diversifier au-delà de son modèle économique fondé sur la publicité et les données personnelles. [Lire la dépêche...]

Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde.Si le smartphone est devenu, par son usage, un symbole de la mondialisation et de la technologie pour tous, il en est également un pur produit, avec des composants provenant bien souvent d'un peu partout dans le monde. [Lire la dépêche...]

La Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusifLa Cnil, le gendarme français des données personnelles, a condamné à 20.000 euros d'amende une petite entreprise parisienne de traduction de neuf salariés pour avoir notamment maintenu un système de vidéosurveillance trop intrusif. [Lire la dépêche...]

Avec sa monnaie virtuelle Libra, Facebook veut bouleverser le système financier mondial, de quoi donner des sueurs froides à certains Etats, inquiets de voir des entreprises privées s'engager sur ce terrain. [Lire la dépêche...]

Le logo de Sanofi, le 30 avril 2019 à ParisLe premier groupe pharmaceutique français Sanofi et le géant mondial du numérique Google ont annoncé mardi une nouvelle collaboration sous la forme d'un laboratoire "virtuel" d'innovation, pour développer de futurs médicaments et services en tirant parti des technologies de données. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

HACK IN PARIS

Pour sa 9ème édition la conférence Hack In Paris sur la sécurité IT se tient du 16 au 20 juin 2019 à Paris, Maison de la Chimie. Organisée par Sysdream.

Le rendez-vous du Cloud français le 25 juin 2019 à Paris (Châteauform’ City, Les Jardins de Saint Dominique) pour une journée de keynotes et tables rondes sur les thèmes Cybersécurité, IA, Big Data, IoT, Protection des données et Smart City. Organisé par Outscale.
Dans le cadre de la Cloud Week Paris 2019, les Rencontres du Cloud suivies de la Nuit du Directeur Digital ont lieu le 4 juillet 2019 à Paris (Intercontinental Paris Le Grand). Organisées par EuroCloud france et Prache Media Event.

SALONS SOLUTIONS

ERP, CRM, BI, E-Achats, Démat, Archivage, SDN/InfotoDoc, Serveurs & Applications - du 1er au 3 octobre 2019 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 3). Organisés par Infopromotions.

LES ASSISES

Grand rendez-vous annuel des RSSI, les Assises de la sécurité des systèmes d'information se tiennent à Monaco (Grimaldi Forum) du 9 au 12 octobre 2019. Organisées par DG Consultants.

CLOUD EXPO EUROPE

Conjointement avec Data Centre World, Cloud Security Expo et Smart IoT Paris, le salon Cloud Expo Europe se tient les 27 et 28 novembre 2019 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par CloserStill Media.
RSS
Voir tout l'AgendaIT