X

News Partenaire

Entreprises : protégez vos données avant d’en payer le prix fort !

Si personne ne peut contester l’importance des données pour le développement de l’entreprise, leur traitement et leur sauvegarde sont, dans bien des cas, effectués avec grande négligence. Une situation d’autant plus préoccupante que le nombre de données détenues par les entreprises ne cesse d’augmenter et que les attaques de pirates pour s’en emparer se multiplient, se faisant chaque fois plus violentes. Ransomwares, chevaux de Troie, Malwares sont autant de formes d’attaques qui peuvent porter préjudice à l’entreprise, paralyser ses activités et lui faire regretter de ne pas avoir mieux protégé ses données, une attitude désinvolte qui n’est pas sans conséquences.

Data Scientist : une espèce déjà en voie de disparition ?

Ces têtes chercheuses très demandées qui doivent combiner des connaissances statistiques, en développement de scripts logiciels, mais surtout des connaissances sur le métier de l’entreprise, occupent pourtant près de 60 % de leur temps à nettoyer ou à préparer des jeux de données avant même de pouvoir tester leurs algorithmes apportant la valeur à l’entreprise. Au vu de leurs salaires, certains commencent à se dire que ces étapes pourraient être réalisées par d’autres beaucoup moins cher, voire directement par des logiciels ou des machines auto-apprenantes.

Ils sont les nouveaux héros de l’économie de l’information. Gartner en avait fait le métier le plus sexy du XXIe siècle. Plus récemment, le cabinet Glassdoor l’a listé parmi les 25 métiers les plus recherchés. Data scientist est un des titres les plus enviés du moment, comme une sorte d’idéal alliant à la fois l’intelligence et la créativité et des connaissances scientifiques de haut niveau. Souvent qualifiés de moutons à 5 pattes, ils restent rares et très demandés.

Sur 4,4 millions d’emplois proposés en 2015, seulement 40 % ont été pourvus. En France pour la même année, c’est la moitié des postes qui n’ont pas trouvé preneurs. Ce manque pourrait même s’accentuer quand on sait que seules 20 % des entreprises utilisent les outils sur lesquels travaillent les data scientists. En 2018, il est estimé qu’il va manquer entre 140 000 et 190 000 spécialistes des données rien que pour les États-Unis.

Au passage, comme tout ce qui est rare est aussi cher, le data scientist bénéficie d’un salaire attrayant. En France, il peut toucher 35 000 € en début de carrière et gagner 65 000 € avec 5 ans d’expérience sans oublier près de 10 % de rémunération variable selon les entreprises et le secteur d’activité. On est loin des 120 000 $ proposé aux débutants aux États-Unis qui sont eux-mêmes bien loin du 1 % de rémunération sur les publicités de certains data scientists chez Google si leur algorithme permet d’augmenter le nombre de clics sur les adwords, selon les dires d’un ancien de la maison qui travaille désormais dans une entreprise faisant du partage de fichiers.

Des propositions de « next best actions »

Les acteurs du secteur ne s’y trompent pas et embarquent désormais des outils d’automatisation des tâches fastidieuses. Trifacta est une jeune entreprise qui s’est totalement dédiée à cette mission et propose une plate-forme qui réalise presque automatiquement ces différentes opérations. Datameer est un autre exemple d’une plate-forme offrant des opérations de préparation des données de manière automatique. Pentaho, un autre acteur acquis par Hitachi Data Systems, propose aussi des fonctions d’intégration de données. Ce ne sont que quelques exemples d’éditeurs dans ce domaine. D’autres veulent aller encore plus loin avec l’intégration dans leurs outils de logiciels de machine learning ou auto-apprenant.

L’idée sous-jacente est clairement de se passer de ces profils de haut niveau pour donner à de simples analystes des données ou à des employés avec des connaissances du métier de l’entreprise la possibilité d’avoir accès à des outils leur apportant les connaissances et les résultats apportés par ces logiciels d’aide à la décision. Einstein, la plate-forme de machine learning de Salesforce.com est de ce calibre et va rapidement être intégrée dans tous les Clouds de l’éditeur. Les vendeurs et marketeurs de tous poils vont avoir à disposition des fonctionnalités extrêmement puissantes pour prendre des décisions et surtout orienter ce qu’ils doivent faire ensuite avec des propositions de « next best actions ». Pega CRM, un autre logiciel, propose le même type d’actions mais en s’appuyant sur des règles.
Autre exemple, Watson d’IBM compile et analyse des millions de documents sur un sujet et devient le « Pic de la Mirandole » de l’oncologie ou de la cuisine chinoise et peut ainsi conseiller médecin ou chef cuisinier dans leurs traitements ou recettes et améliorer ces derniers.

Ne pas confondre Business Analyst et Data Scientist

À partir de là on peut s’interroger sur l’utilité pour beaucoup d’entreprises de l’embauche de spécialistes des données alors que de multiples outils vont leur apporter la possibilité d’avoir les résultats sans les inconvénients et les charges inhérentes à tout investissement dans des technologies analytiques impliquant le Big Data ou des analyses pointues sur certains modèles de données. Les Data Scientists vont-il alors disparaître avant même d’avoir connu leur réelle heure de gloire ?

La réponse à cette question est non. Ils vont toujours être aussi recherchés. Car les outils que nous venons de nommer ne s’adressent pas aux data scientists mais aux analystes métier qui sont dans un contexte très vertical ou bien défini : les ventes, le marketing, et pour certains cas précis, la prévision ou le scoring des opportunités sur lesquels peuvent s’appliquer des algorithmes standard et bien connus. Et encore, ce point n’est pas si évident et demande bien souvent des possibilités de personnalisation par l’entreprise. Ce sera bientôt la seule possibilité de différenciation, car quand tous les clients de Salesforce auront Einstein et l’utiliseront, quel sera l’avantage compétitif à secteur d’activité et algorithme égal ? Ce débat a déjà eu lieu lors de la montée en puissances des ERP où on se demandait quelle différenciateur pouvaient avoir deux entreprises ayant le même ERP.

Le data scientist est là pour développer les algorithmes qui vont s’appliquer aux jeux de données qui lui sont mis à disposition. Si sa valeur n’est pas dans les étapes préliminaires s’assurant de la qualité des données, le data scientist est nécessaire pour développer ces nouvelles applications analytiques et bien souvent il est le seul capable de tester et de comprendre le sens des résultats provenant de l’algorithme développé.

De nouveau, l’industrie réalise un abus de langage et se sert de mots-valises parfois dénués de sens pour nous faire prendre des vessies pour des lanternes. Ces nouveaux outils automatiques de préparation des données vont évidemment simplifier la vie des analystes métier et leur permettre d’utiliser de nouvelles technologies décisionnelles de manière simple. Mais ce ne sont pas des outils pour les data scientists, qui eux, comme des artisans, vont peaufiner inlassablement leurs scripts et jeux de données pour tester des algorithmes spécifiques. ❍

Chronique parue dans le n°151 de L'Informaticien (novembre 2016).


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Actuellement à la Une...

Dossier L'1FO

Comment le backup se réinvente

Avec la croissance du volume des données dans les entreprises et les nouvelles technologies comme le Cloud ou la virtualisation, les architectures classiques de sauvegarde des données montrent leurs limites. Elles répètent un vieux modèle en silo et en îlots de protection de données. De nouveaux acteurs essaient de renouveler le modèle pour assurer un backup plus adapté aux nouvelles contraintes des entreprises. Article paru dans le n°159 de L'Informaticien.

Afficher tous les dossiers
Offres d'emploi
RSS
1234

Lancez votre recherche sur la rubrique Emploi avec notre partenaire

News Mag-Securs
1234567

Retrouvez actualités, dossiers et communiqués sur la sécurité du système d'information sur le portail Mag-Securs

LIVRES BLANCS

Une étude Ponemon sur les coûts liés aux failles de sécurité en France, un Livre Blanc 3M France

IBM et Ponemon Institute ont réalisé une étude en 2016 sur les coûts liés aux brèches de sécurité. L'étude a été accomplie dans de nombreux pays dont la France. Il ressort de cette étude que les coûts ont augmenté en passant de 134 € à 141 € par personne. Et, en moyenne, le coût pour une entreprise s'élève désormais à 3,4 millions d'euros. 


Les nouvelles possibilités du Service Management, un Livre Blanc easyvista.

La transformation numérique des entreprises offre de nouveaux champs d’actions en matière de services rendus aux utilisateurs et ce afin d’améliorer leur vie quotidienne et leur productivité. 


Infrastructure IT gérée dans le cloud, un Livre Blanc Cisco Meraki et Inmac-WStore.

Ce Livre Blanc traite des tendances informatiques modernes et explique comment les produits Cisco Meraki fonctionnent en synergie pour fournir une solution informatique globale, fiable et complète pour les entreprises.


Comment choisir la solution de surveillance réseau adéquate ?  Un Livre Blanc Paessler.

Pour que son infrastructure informatique lui donne entière satisfaction, toute entreprise doit pouvoir compter sur un réseau haute performance. Pour maintenir la fluidité des procédures, tous les processus doivent fonctionner de manière fluide, y compris les communications internes et externes entre sites de l’entreprise, ainsi qu’avec les clients et partenaires. Les dysfonctionnements et pannes des processus opérationnels provoquent facilement des pertes de temps et surtout d’argent.


Stockage Flash : 1 000 utilisateurs témoignent, un Livre Blanc HPE.

1 000 responsables informatiques ont été interrogés à l'initiative d'HPE afin de relater les "surprises", bonnes et mauvaises qu'ils ont rencontré lors du déploiement puis l'utilisation de solutions de stockage Flash. L'essentiel des configurations et des utilisations ont été passées en revue pour ce qui constitue la plus grande enquête jamais réalisée sur ce thème et qui permet à chacun de préparer au mieux sa propre voie d'évolution, ceci en évitant les écueils qu'ont pu rencontrer les professionnels interrogés. 


Tous les Livres Blancs
Le Kiosque

SERVEURS : la guerre des processeurs relancée ! ARM/Intel/AMD - NotPetya/Expetr : retour sur une attaque informatique qui change le monde - Poser les bases de la conformité RGPD - Offres Multicloud - French Tech LORnTECH - Kantree simplifie le travail collaboratif - Langage Go Google - Coworking IT...

 

SMART CITY : de l'IT pour piloter les villes - Maîtrisez Windows 10 CREATORS UPDATE - Mettons les robots dans les nuages ! - Comment le BACKUP se réinvente - Créez un projet ARDUINO avec Circuito - Rencontre avec David Fayon : « Comment la France peut devenir la tête de pont du numérique en Europe »...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Fil AFP
Techno et Internet
L'unité de production Louis Dreyfus à General Lagos (province de Santa Fe, Argentine), le 13 septembre 2017Après un arrêt d'un mois, la production reprend à plein régime dans les usines de biodiesel de la région de Rosario, en Argentine: Washington a claqué la porte au carburant argentin mais le marché européen s'ouvre à nouveau. [Sommaire]

Le MuCem à l'entrée du Vieux-Port de Marseille, le 28 décembre 2016.Visiter virtuellement le MuCEM de Marseille et ses collections est désormais à portée de clic après le partenariat conclu entre le musée et Google Arts & Culture, a annoncé mercredi le géant du web dans un communiqué. [Sommaire]

La startup chinoise Mobike lance un vélo-partage aux Etats-UnisLa société chinoise spécialisée dans le vélo-partage Mobike a déployé mercredi à Washington ses premiers deux-roues en libre-service via un système innovant de location par smartphone déjà utilisé en Chine et dans plus de 180 villes dans le monde. [Sommaire]

Photo prise le 16 novembre 2016 à Flamanville, nord-ouest de la France, montrant le site du réacteur EPR en construction. La cuve défectueuse du réacteur EPR de Flamanville (Manche) a fait l'objet de 13.833 commentaires lors d'une consultation publique, a annoncé mercredi l'Autorité de sûreté nucléaire (ASN).  [Sommaire]

Intallation d'un panneau solaire le 25 juillet 2017, dans le village de Gorbanesti, dans le nord-est de la RoumanieLe ministère de la Transition écologique et solidaire a publié mercredi la liste des 310 projets lauréats d'un appel d'offres pour l'installation de panneaux solaires sur les bâtiments. [Sommaire]

Toshiba va céder l'intégralité des parts de Toshiba Memory pour un montant pour le moment évalué à environ 2.000 milliards de yens (15 milliards d'euros)Le conglomérat japonais aux abois Toshiba a décidé mercredi de vendre son activité de puces-mémoires au consortium mené par le fonds américain Bain Capital, malgré l'opposition de son actuel partenaire Western Digital. [Sommaire]

Un perroquet a réussi a passer une commande sur Amazon via l'assistant vocal du géant américain du numérique en imitant la voix de sa propriétaire à Londres, rapporte le journal britannique The Sun mercredi. [Sommaire]

Deux premières start-up ont été sélectionnées dans le programmes FaB2: Energysquare, qui développe un chargeur par conduction pour smartphones et tablettes, et Vitirover, qui a conçu un robot de désherbage autonome fonctionnant à l'énergie solaireFrance Brevets, entreprise détenue par la Caisse des dépôts et l’État français, a annoncé mercredi le lancement de son deuxième programme Fabrique à brevets, destiné à aider les PME et les start-up à protéger leurs innovations. [Sommaire]

Soleil couchant à Gaza sur une mosquée près du front de mer. Photo prise le 17 septembre 2017.Alors que Dan Leubitz feuilletait les dossiers de candidatures des potentiels sous-traitants de son entreprise high-tech, son regard s'est arrêté sur une adresse: Gaza. [Sommaire]

Pour faire face à la révolution technologique dans leur emploi, les Français auront besoin de développer des compétences numériques mais pas uniquementPour faire face à la révolution technologique dans leur emploi, les Français auront besoin de développer des compétences numériques mais pas uniquement: des compétences "transversales" notamment "situationnelles" seront aussi nécessaires, estime un rapport du Conseil de l'orientation de l'emploi (COE) publié mercredi.  [Sommaire]

Toutes les dépêches AFP

AgendaIT

MICROSOFT IGNITE + ENVISION

Deux événements Microsoft se tiennent en parallèle à Orlando (Floride) du 25 au 29 septembre 2017 : Microsoft Ignite pour les DSI, professionnels de l'IT et développeurs et Microsoft Envision dédié aux responsables d'entreprises. Organisés par Microsoft.

APS

APS, salon professionnel de la sûreté et de la sécurité, se tient du 26 au 28 septembre 2017 à Paris, porte de Versailles (pav. 5.2/5.3). Organisé par Reed Expositions.

SALONS SOLUTIONS

Les Salons Solutions - ERP, CRM, BI et Big Data, E-Achats, Demat'Expo, Serveurs & Applications - se tiennent du 26 au 28 septembre 2017 à Paris, Porte de Versailles. Organisés par Infopromotions.
Conférence francophone sur la méthodologie "devops" en entreprise le 2 octobre 2017 à Paris (Grand Rex). Organisé par devopsdays.

MICROSOFT EXPERIENCES'17

Deux jours de conférences et 10000 m2 d'espaces d'échange pour s'immerger dans les innovations du numérique les 3 et 4 octobre 2017 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Microsoft.

SMART CITY + SMART GRID

Exposition, contérences et ateliers, le salon de la ville et des territoires intelligents, durables et connectés Smart City + Smart Grig se tient les 4 et 5 octobre 2017 à Paris, Porte de Versailles (Pavillon 2.2). Organisé par Infopromotions.

L'IBM BusinessConnect annuel devient Watson Summit Paris et se tient le 10 octobre 2017 au Carrousel du Louvre. Organisé par IBM.
RSS
Voir tout l'AgendaIT