X

SoftBank s’offre ARM pour 29,1 milliards d’euros

Le groupe japonais SoftBank a officialisé le rachat de ARM Holdings pour plus de 29 milliards d’euros. C’est la plus grosse transaction à ce jour pour une entreprise européenne du secteur technologique.

L’affaire a visiblement été vite pliée : les actionnaires des deux groupes ont trouvé un accord qui valorise ARM Holdings à 29,1 milliards d’euros. Concrètement, SoftBank a offert 17 livres/action, soit une prime de 43% par rapport au cours de l’action en fin de semaine dernière. 

Probablement menées dans le plus grand secret puisque rien n’avait fuité autour d’un potentiel rapprochement, les discussions sont donc allées très vite. En revanche, elles sont assez étonnantes d’un point de vue stratégique. Commençons par rappeler que SoftBank est une holding japonaise spécialisée dans les télécommunications. Elle est aussi extrêmement endettée, à plus de 100 milliards de dollars il y a encore quelques semaines. Depuis quelques années, elle cherche à diversifier ses activités : c’est SoftBank qui avait racheté notre pépite de la robotique Aldebaran en 2015, mais c’est aussi lui qui, pour abaisser sa dette, s’est séparé de l’éditeur Supercell (Clash of Clans) en juin dernier pour presque 9 milliards de dollars. Le 1er juin, SoftBank annonçait aussi céder 4,2% des 32,2% qu’il possédait alors au capital du chinois Alibaba : il récupérait ainsi 7,9 milliards de dollars. 

Bref, la stratégie de SoftBank était bel et bien une réduction de la dette par la vente d’actifs précieux. C’est pourquoi il est assez étonnant que l’annonce du rachat de ARM intervienne ces jours-ci, même si le spécialiste des puces est en soi une excellente proie. 

ARM, une petite puce devenue grande

Pour bien comprendre ARM, il faut se replonger dans son histoire ; nous avions il y a quelques années écrit un long article sur la « saga » ARM, retraçant son ascension. En 1983, c’est Acorn Computers qui commence à travailler sur ce qui fera son succès : l’architecture « Reduced Instruction Set Chip » (RISC). Il en résulte donc le premier processeur ARM, à l’époque l’acronyme de « Acorn RISC Machine », puisque celui-ci sera changé en 1998 pour « Advanced RISC Machine ». L’un des premiers produits à embarquer un tel processeur n’est autre que le fameux PDA « Newton » d’Apple. Mais c’est en 1998 que l’affaire prend son envol : mal en point financièrement, l’entreprise appelle Robin Saxby pour prendre la direction. Celui-ci fera un choix décisif : faire de ARM une entreprise créatrice de designs, et vendeuse de propriété intellectuelle. C’est un coup de génie puisque le marché va devenir de moins en moins « vertical ».

Depuis, ARM est devenu un géant dans l’ombre, puisque la vaste majorité des appareils mobiles embarque un de ses designs. Certains ont fait leur fortune en se basant dessus. Qualcomm développe tous ses processeurs sur la base de design signés ARM, tout comme Samsung avec ses Exynos ou Apple désormais avec les processeurs de ces dernières années. 

Pour SoftBank, ARM constitue donc une proie de choix puisque son destin est encore loin d’être entièrement façonné. Parallèlement, le groupe japonais est lui aussi en pleine transition, vers une transformation en « SoftBank 2.0 » comme il l’indiquait dans son rapport annuel 2015. Il est intéressant de noter que le récent Brexit n’aura visiblement pas eu d’effet sur les velléités de SoftBank. Certains analystes rappellent toutefois que ARM n’est pas représentatif dans la mesure où il est leader sur une industrie majeure et que ses revenus sont en dollars. Quoi qu’il en soit, le PDG du groupe japonais, Masayoshi Son (photo ci-contre), a assuré qu’il compte doubler les effectifs au Royaume-Uni dans les 5 ans à venir, et augmenter ceux à l’international dans le même laps de temps. Enfin, ARM devrait conserver son modèle et rester une entreprise indépendante. 


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Business, Tendances

Vient de paraître

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs
Serverless

Serverless

En quelques années, le Serverless – ou informatique sans serveur – est devenu une nouvelle corde à l’arc des architectes logiciels et développeurs afin de créer des applications. La technologie est...

Le Cybercrime as a Service

Le Cybercrime as a Service

Le ministère de l’Intérieur a évoqué, dans son rapport annuel 2019 sur les menaces liées au numérique, le développement d’outils malveillants « clés en main ». Le...

Intégration continue

Intégration continue

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter les pratiques DevOps pour leurs projets informatiques. L’intégration continue (CI), le déploiement et la livraison en continu (CD) sont devenus partie...

RSS
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE : NVMe s'impose, Fichier et Objet se rapprochent, Solutions de stockage pour TPE/PME - La 5G... et après ? - Le LiFi au lycée - L'IA au service du recrutement - Cybersécurité : externaliser jusqu'où ? - Windows et Linux, la fusion continue - Les meilleurs outils pour les cours à distance - YesWeHack à l'assaut du monde - Rencontre avec Armand Thiberge, CEO de SendInBlue...

 

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Les vaccins contre le coronavirus suscitent la convoitise des cybercriminels qui multiplient les attaques pour perturber leur acheminement ou s'emparer de secrets industrielsLes vaccins contre le coronavirus suscitent la convoitise des cybercriminels qui multiplient les attaques pour perturber leur acheminement ou s'emparer de secrets industriels, contraignant les laboratoires et les acteurs de la chaîne logistique à redoubler de vigilance. [Lire la dépêche...]

Facebook modifie ses algorithme pour s'attaquer plus durement aux propos contre les minoritésRégulièrement vilipendé pour laisser passer trop de messages haineux et racistes, Facebook modifie actuellement ses algorithmes pour réprimer plus sévèrement les insultes contre les minorités tout en cessant de retirer systématiquement les attaques contre les personnes d'origine caucasienne, les hommes ou les Américains. [Lire la dépêche...]

Google épinglé par l'administration américaine pour la surveillance de ses employésUne agence fédérale a donné mercredi deux semaines au géant du numérique Google pour répondre à des accusations de surveillance, interrogatoire et usage d'autres méthodes à l'encontre de ses employés militants. [Lire la dépêche...]

Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication qui Twitter a décidé mercredi d'élargir sa définition des messages à caractère haineux en interdisant toute publication cherchant à déshumaniser selon des critères raciaux, ethniques ou de nationalité.   [Lire la dépêche...]

Le gratte-ciel Salesforce à San FranciscoSalesforce, le spécialiste des technologies de relation client, s'est offert Slack pour près de 28 milliards de dollars, une acquisition qui le place en meilleure position pour concurrencer Microsoft, mais ne le dispensera sans doute pas d'autres investissements s'il veut faire de l'ombre au géant informatique. [Lire la dépêche...]

Facebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeursFacebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeurs.  [Lire la dépêche...]

Twitter a rejeté mardi la demande du gouvernement australien de supprimer un tweet émanant d'un représentant de Pékin qui s'en prend aux militaires australiensTwitter a rejeté mardi la demande du gouvernement australien de supprimer un tweet émanant d'un représentant de Pékin qui s'en prend aux militaires australiens. [Lire la dépêche...]

Quelque 70 acteurs du numérique, dont les géants Google et Facebook, s'engagent, dans le cadre du collectif Quelque 70 acteurs du numérique, dont les géants Google et Facebook, s'engagent, dans le cadre du collectif "Tech For Good" lancé par Emmanuel Macron, à "prendre leurs responsabilités" pour "une juste contribution aux impôts" dans les pays où ils exercent. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE TO YOU : DREAMTX

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce dans un format 2020 100% online et gratuit avec deux temps forts : pour le keynote de Marc Benioff et du 14 au 17 décembre pour DreamTX, 4 jours d'ateliers et de démonstrations. En revanche pas de sessions de formation et de certification cette année. Organisé par Salesforce.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Pour une cybersécurité coopérative et collaborative", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 6, 7 et 8 avril 2021 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 mai 2021 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.
RSS
Voir tout l'AgendaIT