X
ATEMPO : le retour d’un fleuron français de la protection des données

News Partenaire

ATEMPO : le retour d’un fleuron français de la protection des données

Remonter le temps pour restaurer les données dans une version antérieure. Ce principe a été développé il y a plus de 20 ans par la PME française Atempo. Après une période compliquée sous direction américaine, l’entreprise est repassée sous pavillon français et renoue aujourd’hui avec la croissance. Les secrets de ce retour : des méthodes agiles, de nombreux recrutements et de l’intelligence collective.

Amazon est-il votre ami ?

Dix ans ! Amazon Web Services vient de fêter ses dix ans, et de manière exemplaire, avec des chiffres trimestriels à faire pâlir n’importe quel chef d’entreprise. Pour un service vu à ses débuts comme une nouvelle lubie de Jeff Bezos, le charismatique patron de cette entreprise, la trajectoire a été à l’image d’une météorite.

Même le très sérieux Wall Street Journal de l’époque comparait AWS plus à « une distraction qu’autre chose » (sic). En 2015, la distraction a réalisé 7,9 milliards de dollars de chiffre d’affaires en augmentation de 70 % par rapport à l’année précédente, soit une croissance 4¬fois plus importante que celle de son métier d’origine, la distribution. Morgan Stanley estime même que le revenu de cette année sera proche des 12 milliards de dollars et aura doublé dès la fin de 2017. Rien que sur le 1er trimestre de l’année, AWS a réalisé plus de 2,5 milliards de dollars avec une marge opérationnelle de 23 %. Ces chiffres interviennent après 51 baisses de prix depuis le lancement du service et indiquent que désormais les utilisations d’AWS se font plus régulières et plus stables.

Une force d’innovation incomparable

Plus spectaculaire encore, lors de ce même trimestre, AWS a lancé 217 nouvelles fonctions ou services. C’est sans compter les services construits sur ceux-ci par des éditeurs ou des prestataires tiers. En dehors de la largeur de l’offre, AWS réunit à lui seul 5 fois la capacité cloud de ses quatorze concurrents réunis pour servir 1 million de clients allégués de par le monde. En part de marché, AWS caracole en tête avec plus de 13 % de plus que le deuxième du classement, Azure de Microsoft, et loin devant Google, IBM et autres Rackspace. La liste des clients est d’ailleurs impressionnante à commencer par Netflix, Apple, Airbnb, General Electric, Johnson & Johnson, la ligue majeure de baseball aux États-Unis… General Electric va ainsi consolider 9 000 workloads sur AWS et réduire le nombre de ses centres de données de 34 à 4 !

Certains compétiteurs ont même lâché la rampe, dont HPE, qui en janvier dernier a cessé de lutter sur le terrain du Cloud public. Étonnamment, ce succès s’est construit au mépris des investisseurs et Jeff Bezos n’est pas connu pour distribuer des dividendes somptuaires.

Un standard de fait

S’il s’est « habitué à être incompris », Jeff Bezos et son entreprise AWS se sont construit une place de standard de fait sur l’infrastructure. Récemment Scality, une start-up française, reconnaissait que son API S3 était le standard pour le stockage objet et lançait une offre de serveur autour de cette API pour les développeurs et les sensibiliser au stockage objet. Pour Scality, l’alignement sur cette API va être global. Plus important peut-être, Salesforce.com, un pionnier du Cloud, annonçait il y a quelques semaines avoir choisi AWS pour héberger ses services après des années à avoir investi dans des centres de données et assuré une administration en direct de sa solution. On ne compte plus les éditeurs ou jeunes sociétés s’abstenant de dépenser des capitaux en matériels ou logiciels d’infrastructure pour se lancer rapidement en s’appuyant sur la force de frappe d’AWS. Cette domination s’est affichée lors du contrat avec la CIA, l’agence de renseignement américaine, qui a fait le choix d’AWS contre IBM. Le juge qui a statué après un recours d’IBM concluait même que l’offre d’AWS était virtuellement meilleure sur tous les plans, si ce n’est le prix, tout en ajoutant que cette différence n’était pas très importante.

Le Cloud public en vogue

Après avoir pris une position dominante dans la distribution de produits culturels, puis dans la distribution tout court, Amazon est en train de prendre la haute main sur le marché de l’infrastructure informatique, voire du PaaS (Platform as a Service). Lors de la dernière conférence Re:invent d’AWS à Las Vegas en novembre dernier, Godfrey Sullivan, le CEO de Splunk en remettait une couche en déclarant devant les participants : « Le Cloud est le nouveau centre de données et AWS est le meilleur data center. »

La montée au pinacle d’Amazon accompagne une conversion de plus en plus rapide des entreprises et des infrastructures informatiques aux déploiements en Cloud publics. Certains analystes prévoient déjà que ce mode sera le standard d’ici à dix ans, ou quinze au plus tard.

Amis ou ennemis ?

L’écosystème d’AWS est somme toute assez simple à définir. En concurrence, d’un côté tous ceux qui sont sur l’infrastructure et les services sous-jacents, comme la gestion de bases de données ou les platesformes de développement. De l’autre, les éditeurs profitant de l’infrastructure et des services mis en place pour développer leur propre service en ligne par des applicatifs.

Cette place enviable fait évidemment bien des envieux. La résistance s’organise pour éviter un monde dominé par AWS. Lors d’un meet up en Californie, en août dernier c’était même le mantra de la plupart des intervenants de ne pas laisser une informatique dominée par Amazon. Microsoft élargit ses offres pour contrer du mieux possible Amazon. IBM investit sans fin pour arriver à singer AWS dans ses services ou ses offres dans le Cloud. Les plus virulents sont peut-être les thuriféraires d’OpenStack. Ces inquiétudes face à la domination d’Amazon étonnent un peu. Le futur se dessine plus sur un modèle multicloud – au joli nom de Sky Computing.

De nouvelles technologies comme les containers proposent des architectures originales, dont l’enjeu est autour de l’automatisation et de l’administration à l’échelle de micro services applicatifs.

Ce Yalta autour du Cloud et le contour de l’écosystème d’AWS ne vaut que si Amazon ne vient pas sur le terrain des applications. Mais avec un pied dans le Big Data et les bases de données, il lui est facilement loisible de fournir rapidement des services analytiques maison, puis ensuite au-delà. Si ce pas est franchi alors il n’y aura plus d’amis ou d’ennemis mais un leader à dépecer de ses atours. Les ennemis d’AWS n’attendent que cela. Il reste à voir si la stratégie d’Amazon est de monter vers l’applicatif ou non dans les années à venir. Pour l’instant ce n’est pas le cas, mais Jeff Bezos nous a habitué à prendre les analystes et le marché à contre-pied depuis près de dix ans. Alors joyeux anniversaire AWS !

Chronique parue dans le n°148 de L'Informaticien (juillet-août 2016).


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Débats, Bullet Points

GitLab

GitLab

Solution libre de « forge » pour le dépôt de code basé, tout comme GitHub, sur le gestionnaire de versions Git, GitLab continue son ascension. Il offre une solution intégrant parfaitement...

20 TECHNOS

20 TECHNOS

Dossier réalisé par Bertrand Garé et Guillaume Périssat avec Michel Chotard, Alain Clapaud et Bastien Lion.

CI/CD as a Service

CI/CD as a Service

L’intégration et la livraison continues sont des composantes fondamentales de la démarche DevOps. Toutefois, alors que les pipelines doivent prendre en compte les nouvelles architectures – conteneurs notamment –,...

Disque dur

Disque dur

Bousculé par la vitesse des mémoires Flash, le disque dur semble condamné. Pourtant, la demande en capacité ne faiblit pas, au contraire, elle s’envole, portée par les besoins infinis du Cloud…

RSS
Afficher tous les dossiers

BASES DE DONNÉES : le DBaaS va tout balayer - Gestion de l'information : structurer le non structuré ! - Municipales : la politique se numérise, le numérique se politise - Cybersécurité : les planètes Cyber alignées ! - DevOps : WevAssembly, langage assembleur du Web - AMP confié à OpenJS - Pénurie des formations IA - À la recherche de nouvelles compétences IT...

 

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

Afficher tous les derniers numéros

Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Meg Whitman directrice générale de Quibi, lors d'une conférence au salon de Las Vegas, le 8 janvier 2020La moitié de la planète confinée par le coronavirus? Cela n'empêchera pas Quibi de tenter de révolutionner l'industrie du divertissement en lançant dès lundi son service de streaming "nomade", avec des programmes courts spécifiquement conçus pour les téléphones mobiles mais "en qualité hollywoodienne". [Lire la dépêche...]

Le gouvernement britannique s'est réuni via Zoom le 31 mars 2020, avec le Premier ministre, Boris Johnson (en haut à gauche), qui est en quarantaine à cause du Covid-19Quel est le point commun entre Boris Johnson, les amateurs d'apéros à distance et 90.000 écoles dans le monde? Tous utilisent l'application de visioconférence Zoom, pour travailler ou socialiser pendant la pandémie de coronavirus. [Lire la dépêche...]

Google va publier à partir de vendredi des statistiques issues des données de localisation de ses utilisateurs dans le monde, afin d'aider les pouvoirs publics à évaluer l'efficacité des mesures de distanciation sociale contre le Covid-19Google va publier à partir de vendredi des statistiques issues des données de localisation de ses utilisateurs dans le monde, afin d'aider les pouvoirs publics à évaluer l'efficacité des mesures de distanciation sociale contre le Covid-19. [Lire la dépêche...]

Hannah Koch, administratrice du site dans l'Etat de Victoria, le 30 mars 2020 dans le sud-est de l'Australie1Q96FUMontrés du doigt comme autant de vecteurs de la désinformation, les réseaux sociaux sont aussi les relais d'un remarquable élan de solidarité vis-à-vis du personnel soignant, en Australie notamment, afin de soutenir dans leur vie quotidienne ceux qui risquent leur vie pour faire reculer le coronavirus. [Lire la dépêche...]

Le réseau social Twitter a annoncé jeudi avoir supprimé des milliers de comptes dans plusieurs pays, en raison de leurs contenus jugés pro-gouvernementauxLe réseau social Twitter a annoncé jeudi avoir supprimé des milliers de comptes dans plusieurs pays, en raison de leurs contenus jugés pro-gouvernementaux. [Lire la dépêche...]

L'autorité de régulation des télécoms annonce que les quatre principaux opérateurs candidats à l'attribution des fréquences des futurs réseaux mobiles 5G sont qualifiés pour participer aux enchères, reportées sine die en raison de la crise sanitaireL'autorité de régulation des télécoms (Arcep) a annoncé jeudi que les quatre principaux opérateurs candidats à l'attribution des fréquences des futurs réseaux mobiles 5G sont qualifiés pour participer aux enchères, reportées sine die en raison de la crise sanitaire. [Lire la dépêche...]

Un employé de Lamborghini manipule une imprimante 3D pour la fabrication de visières médicales, dans cette photo transmise le 2 avril 2020Le constructeur italien de voitures de luxe Lamborghini a annoncé jeudi avoir lancé la production de masques et de visières médicales, nouvel exemple de transformation de la production en pleine épidémie de coronavirus. [Lire la dépêche...]

Les bureaux de Google à New York, le 3 juin 2019Google a annoncé jeudi l'allocation de 6,5 millions de dollars à des organisations de vérification des faits (fact-checking) dans le monde, alors que les fausses rumeurs et conseils dangereux sur le Covid-19 continuent de se propager sur internet. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La première édition de Ready For IT se déroule du 25 au 27 mai 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 27 et 28 mai 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie