X
TIXEO : la French Frog de la visioconférence sécurisée

News Partenaire

TIXEO : la French Frog de la visioconférence sécurisée

Unique acteur français proposant une solution de visioconférence certifiée par l’Anssi, Tixeo a pris le virage du 100 % Home Office il y a cinq ans. La PME exploite sa propre solution sécurisée pour organiser le télétravail de son équipe, avec comme bénéfices : la qualité de vie, une réduction des coûts et des recrutements facilités. Rencontre avec un pionnier de l’espace de travail virtuel.

Un monde du parfait savoir

 

Récemment, lors de la conférence utilisateurs de Unit4 qui s’est tenue à Amsterdam, analystes, médias et cadres de l’éditeur d’ERP étaient invités à réfléchir au futur, à l’horizon des dix ans à venir, du « knowledge worker » dans les entreprises. Cela revient au passage à définir ce que sera le savoir dans les entreprises dans le futur.

La définition en elle-même du « knowledge worker » est extensive. Pour Wikipedia, il est celui dont le principal capital est le savoir et demande d’avoir une pensée à la fois convergente, divergente et créative. Pour une autre définition, il est celui qui contribue à la transformation ou au commerce des informations, ou qui utilise ce savoir ainsi produit. Encore plus loin, ce travailleur du savoir peut être défini de manière encore plus restreinte : celui qui est engagé dans l’acquisition, l’analyse et la manipulation des informations en opposition à ceux qui travaillent à la production de produits et services. Pour la plupart, ce travailleur est celui qui est derrière un ordinateur et une suite bureautique avec de temps en temps l’accès à des outils de reporting ou analytiques. Si son travail est aujourd’hui valorisé, qu’en sera-t-il dans le futur ou dans les dix ans à venir ?

L’accélération du savoir

Il est déjà débordé par le flux d’information qui lui parvient chaque jour. Le phénomène n’est pas prêt de s’arranger. Nicolas Sekkaki, président d’IBM France, observe qu’un médecin devrait passer la majeure partie de son temps à ingurgiter, 20 heures par jour et huit ans durant, toutes les publications de par le monde sur la médecine pour être au courant des dernières avancées dans le domaine. Avec le machine learning et les éléments d’intelligence artificielle, le savoir ou les informations disponibles vont doubler toutes les 12 heures d’ici les prochaines dix années en comptant ce qui nous parviendra aussi des objets connectés. La tâche va devenir humaine¬ment impossible. Alors quel va être le savoir d’un médecin, d’un avocat, d’un notaire, d’un journaliste dans dix ans ? Va-t-il continuer à monétiser son savoir ? Cet argument vaut aussi pour une obsolescence accélérée du savoir de chacun. Assistons-nous à la mort de l’expert tel que nous le connaissons aujourd’hui et quelles sont les conséquences de cette transformation de ce qu’est le savoir ?

D’ailleurs, lors du débat précité, beaucoup s’accordaient à penser que la plupart de ces tâches pouvaient être automatisées ou réalisées par des algorithmes. Dans un sondage publié aux États-Unis, 50 % des jeunes de 18 à 25 ans s’effraient de la possibilité de l’automatisation du métier auquel ils se destinent. Même la créativité ou le phénomène de création n’est pas à l’abri comme le prouve la dernière rencontre entre AlphaGo et le champion du monde de jeu de Go dans laquelle la machine a démontré une brillante stratégie allant à l’encontre de tout ce que la théorie humaine de ce jeu a développé depuis des siècles. Cette innovation ne provient pas du cerveau humain mais de l’apprentissage de la machine jouant contre elle-même sur des milliers de parties.

Lorsque nous écrivons cela, nous ne condamnons pas le médecin ou l’avocat à disparaître. Son jugement et son savoir actuels doivent s’enrichir de ce que peut lui apporter la machine pour devenir encore meilleur dans sa spécialité et passer du sachant à l’apprenant permanent dans une formation continue devenant le fondement même de son travail. Il s’enrichira aussi des échanges avec ses pairs et les autres systèmes de machine learning par les plates-formes de collaboration et les réseaux sociaux. Il sera en mesure de savoir et d’interroger tout le temps et de n’importe où pour répondre et diffuser ses infor¬mations. Il aura à sa disposition tous les outils pour avoir le bon savoir au bon moment afin de répondre exactement au besoin.

Des tendances déjà décelables ?

Plusieurs études ont déjà été réalisées pour essayer de terminer les conséquences de ces changements sur nos manières de travailler. La première va faire du « knowledge worker » d’aujourd’hui un hyper spécialiste qui proposera ses services ou sera sollicité en « juste à temps » par les entreprises pour répondre à leur préoccupation immédiate. Cette tendance est à mettre en parallèle avec la montée en puissance des travailleurs indépendants dans les politiques de recrutement des entre¬prises. Pourquoi avoir une personne à demeure quand je peux interroger à la demande celui qui sera le meilleur dans son domaine ? Cette recherche de la meilleure compétence se fera sans localisation précise.

À l’inverse, les entreprises auront aussi besoin de « maîtres de la généralité » avec des employés ayant parfaitement compris le fonctionnement de leur organisation et de leurs processus pour aider clients ou usagers à se retrouver dans la complexité de l’entreprise de demain. Ce genre de poste existe par exemple dans les hôpitaux américains et devrait connaître une croissance rapide dans les années à venir pour guider les malades dans leur parcours de soins au sein de l’hôpital.

L’autre tendance lourde, et non des moindres, a été révélée par la nature des créations de postes depuis quelques années et celles prévues dans les dix ans. Les chiffres démontrent un découplage de plus en plus fort entre métiers à hautes compétences et hauts salaires dans tous les secteurs demandant de la créativité et les métiers à faible compétence et petits salaires dans de nombreux secteurs de l’industrie des services. Les effets des technologies vont être d’accentuer les dispa¬rités actuelles et non de les gommer comme certains vendeurs de poudre de perlimpinpin nous dépeignent l’avenir radieux que vont amener les nouvelles technologies.

Autre effet plus que probable, certains métiers vont disparaître, d’autres vont apparaître. Lorsqu’il s’agit de les définir et de dessiner clairement leurs contours, on reste dans le flou d’une logique que seules les machines peuvent comprendre. Comme le disait Louis Scutenaire, un écrivain belge de la première moitié du XXe siècle : « Devant l’impossibilité de tout savoir, la plupart ont choisi de ne savoir rien » ❍

Chronique parue dans le n°147 de L'Informaticien (juin 2016).


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

GitLab

GitLab

Solution libre de « forge » pour le dépôt de code basé, tout comme GitHub, sur le gestionnaire de versions Git, GitLab continue son ascension. Il offre une solution intégrant parfaitement...

20 TECHNOS

20 TECHNOS

Dossier réalisé par Bertrand Garé et Guillaume Périssat avec Michel Chotard, Alain Clapaud et Bastien Lion.

CI/CD as a Service

CI/CD as a Service

L’intégration et la livraison continues sont des composantes fondamentales de la démarche DevOps. Toutefois, alors que les pipelines doivent prendre en compte les nouvelles architectures – conteneurs notamment –,...

Disque dur

Disque dur

Bousculé par la vitesse des mémoires Flash, le disque dur semble condamné. Pourtant, la demande en capacité ne faiblit pas, au contraire, elle s’envole, portée par les besoins infinis du Cloud…

RSS
Afficher tous les dossiers

BASES DE DONNÉES : le DBaaS va tout balayer - Gestion de l'information : structurer le non structuré ! - Municipales : la politique se numérise, le numérique se politise - Cybersécurité : les planètes Cyber alignées ! - DevOps : WevAssembly, langage assembleur du Web - AMP confié à OpenJS - Pénurie des formations IA - À la recherche de nouvelles compétences IT...

 

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

Afficher tous les derniers numéros

Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Les utilisateurs des réseaux sociaux préfèrent souvent mettre en avant les contenus susceptibles d'être largement Facebook et les autres réseaux sociaux savaient que 2020, avec la présidentielle américaine, allait être une année à risque en matière de désinformation. Mais la pandémie de coronavirus a ouvert un autre front aux conséquences potentiellement mortelles.   [Lire la dépêche...]

La page d'accueil du réseau social hyperlocal Nextdoor, est devenu central dans la vie de certains quartiers où les habitants sont confinés à cause de la pandémie, le 27 mars 2020 à Washington Le réseau social ultra local Nextdoor, qui met en relation les habitants d'un même quartier, déborde soudain d'offres pour s'entraider entre voisins, des courses à faire pour les personnes âgées aux chiens à promener. [Lire la dépêche...]

Le Conseil d’État  consacre la victoire de Google sur la Cnil à propos du droit à l'oubli des internautes, reconnaissant que celui-ci ne s'appliquait pas hors d'EuropeLe Conseil d’État a consacré vendredi la victoire de Google sur la Cnil à propos du droit à l'oubli des internautes, reconnaissant que celui-ci ne s'appliquait pas hors d'Europe, contrairement à ce que voulait le gardien français de la vie privée. [Lire la dépêche...]

Tablette pour suivre à distance l'état d'un patientSuivre à distance les malades angoissés, limiter les appels au samu, trouver des bras pour les hôpitaux débordés... Face au déferlement du coronavirus, la bataille passe aussi par des outils numériques, déployés à toute vitesse sur le territoire. [Lire la dépêche...]

Des étudiants et des professeurs de l'université de Zenica, en Bosnie centrale, fabriquent à l'aide d'imprimantes 3D des masques spéciaux, plus précisément les pare-visages qui sont gratuitement distribués dans les hôpitaux et les ambulances, au sein du laboratoire iDEAlab, le 25 mars 2020Une petite communauté a organisé en Bosnie, qui est loin de figurer parmi les leaders des nouvelles technologies, l'impression en 3D de masques destinés au personnel médical, en première ligne dans la lutte contre le nouveau coronavirus. [Lire la dépêche...]

La question revient régulièrement auprès des autorités et des géants des technologies: ne dispose-t-on pas d'outils informatiques d'analyse des données qui pourraient nous permettre de mieux anticiper, gérer et contrer la pandémie de coronavirus?La question revient régulièrement auprès des autorités et des géants des technologies: ne dispose-t-on pas d'outils informatiques d'analyse des données qui pourraient nous permettre de mieux anticiper, gérer et contrer la pandémie de coronavirus? [Lire la dépêche...]

Les services funéraires s'adaptent aux contraintes du confinement et proposent désormais aux Viennois endeuillés de suivre en direct sur internet la cérémonie de funérailles de leurs prochesLes services funéraires s'adaptent aux contraintes du confinement et proposent désormais aux Viennois endeuillés de suivre en direct sur internet la cérémonie de funérailles de leurs proches. [Lire la dépêche...]

Un homme et une femme portant un masque consultent leur téléphone dans le métro à Pékin le 11 mars 2020Faut-il utiliser les données de géolocalisation que recèlent nos portables pour aider à lutter contre la pandémie de coronavirus? Certains professionnels ou responsables politiques français se posent la question, mais le débat est explosif en termes de libertés publiques. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La première édition de Ready For IT se déroule du 25 au 27 mai 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 27 et 28 mai 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie