X

Blocage administratif des sites : un an de contrôle

On a beaucoup parlé de cette mesure de la loi de novembre 2014 consistant, pour une autorité administrative, à bloquer un site sans décision du juge. Nous nous sommes un peu moins intéressés au contrôle de cette activité. La personne qualifiée de la Cnil nommée pour cette mission dévoile son bilan après un an.

Un an après sa mise en place, la personnalité qualifiée de la Cnil en charge du contrôle du blocage administratif des sites dresse un premier bilan. Rappelons que la loi du 13 novembre 2014 permet le blocage par l’OCLCTIC (Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l’information et de la communication) d’un site provoquant au terrorisme ou en faisant l’apologie ou contenant ou diffusant de la pédopornographie. On ne parle pas seulement de blocage, mais aussi de retrait de contenu illicite et de déréférencement de pages.

Alexandre Linden, conseiller honoraire à la Cour de cassation et membre de la CNIL depuis février 2014, a été désigné le 29 janvier 2015 personne qualifiée en charge de cette mission de contrôle. Il nous a dévoilé ce matin quelques chiffres.

Entre mars 2015 et février 2016 :

  • Sur 1286 demandes de retrait pour cause de contenu à caractère terroriste, 1080 ont été suivies d’effet. On observe par ailleurs une forte hausse des demandes après le 13 novembre.

 

  • 153 demandes de retrait pour cause de contenu à caractère pédopornographique ; 99 ont été suivies d’effet.

Une grande partie de ces demandes visent des contenus publiés sur les réseaux sociaux.

  • 223 sites pédopornographiques sont actuellement bloqués, 21 ont été débloqués après retrait du contenu illicite
  • 60 sites à caractère terroriste actuellement bloqués, 8 débloqués après retrait du contenu illicite
  • 386 déréférencements liés à des contenus à caractère terroriste, 110 re référencés après le retrait du contenu illicite
  • 469 déréférencements liés à des contenus à caractère pédoporn, 211 re référencés après le retrait du contenu illicite.

Une recommandation, deux recours

Du côté de la mission de contrôle en elle-même, une seule recommandation a été formulée en un an. Suite aux attentats du 13 novembre, l’OCLCTIC a considéré qu’une « photographie de personnes décédées gisant au sol prise à l’intérieur du Bataclan, publiée sur des réseaux sociaux, des blogs et par un organe de presse généraliste suisse » devait être retirée car illicite. La personne qualifiée ne l’a pas entendu ainsi : il considère en effet que le contexte de diffusion de la photographie devait être pris en compte pour déterminer leur caractère illicite, « ce qui n’était pas le cas pour 96 des url dont le retrait était demandé ». L’OCLCTIC a suivi la recommandation. Il est également question de deux recours gracieux rejetés, sans pour autant ouvrir de contentieux devant un tribunal administratif.

Quant à l’efficacité du dispositif, Alexandre Linden n’a pas compétence à en juger… Il note toutefois que de nombreux sites pédopornographiques bloqués réapparaissent sous d’autres URLs. Il estime en outre qu’il n’y a pas de surblocage, la simple demande de « précisions » de la personne qualifiée sur une demande de retrait ou de blocage suffisait à ce que cette dernière soit retirée. M. Linden précise également que la procédure prévue dans le cadre de l’état d’urgence permettant au ministre de l’Intérieur de prendre directement toute mesure de nature à bloquer un site n’a jamais été utilisée.

Quelques soucis techniques

Et sur la technique, le cœur de notre sujet, me direz-vous. Alexandre Linden le dit lui-même, il n’est pas informaticien. Il constate toutefois s’être heurté à plusieurs problèmes d’ordre technique, notamment dans la « mise à disposition des listes » et l’accès au contenu bloqué pour vérification. L’OCLCTIC n’a en effet pas adapté l’accès de sa plateforme aux tiers, Cnil comprise. Cela fait partie des préconisations de ce premier rapport : que « les développements informatiques devant permettre d’accéder directement aux outils utilisés par l’OCLCTIC dans le cadre de l’exercice de cette activité soient considérés comme prioritaires et puissent être opérationnels sous les plus brefs délais ».

Enfin, dernière préconisation du rapport : « prévoir des modalités de contrôle des différents acteurs ». La personne qualifiée doit pouvoir s’assurer « de la régularité des demandes de retrait et des conditions d'établissement, de mise à jour, de communication et d'utilisation de la liste ». Y compris auprès des hébergeurs et des fournisseurs d’accès. Il n’y a pour l’instant eu qu’un seul contrôle, auprès de Bouygues, afin de s’assurer que ladite liste n’était pas susceptible d’être compromise. Mais il semble que les pouvoirs de la personne qualifiée en la matière soient restreints par rapport à l’article 6-1 de la loi du 21 juin 2004. D’où une nécessité de réglementer sur ce point.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité, Débats

Vient de paraître

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Yuka

Yuka

Près d’un quart des Français utilise cette application évaluant si un produit, alimentaire ou cosmétique, est bon pour la santé ! L’outil YuKa a changé le comportement de nombreux...

École 42

École 42

Fondée en 2013, l’École 42 s’est installée sur la plus haute marche du podium des «écoles de code», selon le classement CodinGame. Dirigée par Sophie Viger depuis la fin 2018,...

Apple préfère ARM

Apple préfère ARM

La rumeur courait depuis plusieurs années. Elle a été confirmée à l’occasion de la Conférence développeurs WWDC 2020 : Apple divorce d’avec Intel. Les futurs ordinateurs de la marque...

Culture & Numérique

Culture & Numérique

Si la culture a pu être aussi avidement consommée lors du confinement, c’est avant tout parce que le secteur n’a pas attendu la Covid-19 pour faire sa transformation numérique. Une transformation qui s’est...

Project Reunion

Project Reunion

Microsoft a dévoilé à l’occasion de sa conférence annuelle Build, dédiée aux développeurs, les tout premiers contours de Project Reunion. L’objectif recherché est de faciliter le...

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

QUELLE IT POUR DEMAIN ? SaaS, Hybride, Shadow IT, Green IT... - Collaboration dans le Cloud : quelles alternatives à Office 365 ? - Intégration continue : les meilleurs outils et pratiques CI/CD - École 42 : le peer to peer learning ça fonctionne ! - Startups : les bonnes recettes de Yuka - 2010-2019 : la décennie qui changea l’information géographique...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Le Premier ministre français Jean Castex et la présidente de la Commission européenne Ursula von der Leyen, le 23 octobre 2020 à BruxellesLe Premier ministre français Jean Castex a souligné vendredi à Bruxelles l'urgence d'une "régulation beaucoup plus forte" des réseaux sociaux, après la décapitation de l'enseignant Samuel Paty. [Lire la dépêche...]

Croquis d'audience montrant le Russe Alexander Vinnik (C) devant le tribunal correctionnel, le 19 octobre 2020 à ParisIl a été qualifié de "pirate extrêmement doué", "pionnier" des cyberattaques: dix ans de prison ont été requis vendredi contre le Russe Alexander Vinnik, jugé à Paris pour des escroqueries massives au bitcoin. [Lire la dépêche...]

Prototype d'Des sortes de capsules, individuelles, en duo ou prévues pour un vélo : le projet "Urbanloop" d'élèves ingénieurs lorrains pourrait se concrétiser dès 2024, à Nancy voire à proximité d'un site des jeux Olympiques de Paris. [Lire la dépêche...]

Une cour d'appel californienne a estimé jeudi qu'Uber et Lyft ont bien enfreint la loi de l'Etat qui veut les contraindre à requalifier leurs chauffeurs en employésUne cour d'appel californienne a estimé jeudi qu'Uber et Lyft ont bien enfreint la loi de l'Etat qui veut les contraindre à requalifier leurs chauffeurs en employés, mais les deux entreprises ont un sursis jusqu'à ce que les électeurs aient voté sur leur proposition alternative le 3 novembre. [Lire la dépêche...]

Alex Karp, le directeur général de Palantir, en 2019La société d'analyse de données Palantir travaille avec le gouvernement américain pour l'aider à suivre la production et la distribution dans le pays des futurs vaccins contre le Covid-19, suscitant des inquiétudes sur la gestion de données médicales. [Lire la dépêche...]

La nouvelle application L'application de traçage de contact StopCovid, controversée, très peu utilisée et peu promue par le gouvernement depuis sa sortie le 2 juin, est relancée sous une nouvelle forme jeudi, la reprise de l'épidémie ayant convaincu l'exécutif de son utilité potentielle. [Lire la dépêche...]

Jeffrey Katzenberg, fondateur de la plateforme Quibi, le 8 janvier 2020 à Las VegasQuibi, le service de streaming de vidéos courtes lancé en avril en Amérique du Nord par Jeffrey Katzenberg, un ancien patron de Disney, a annoncé mercredi sa fermeture et la revente de son catalogue et autres actifs à cause de la pandémie mais aussi de son modèle économique. [Lire la dépêche...]

Sur le modèle du Sur le modèle du "nutriscore", destiné à informer le consommateur de la valeur nutritionnelle des produits alimentaires, un "cyberscore" pourrait voir le jour afin de mieux informer les utilisateurs d'outils numériques sur la sécurisation de leurs données. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 novembre 2020 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.

RSS
hardcore black fuck malay hijab fuck big black dick
Voir tout l'AgendaIT