X

Sequana : Bull dans la course au supercalculateur

Avec son nouveau Sequana, l’entreprise propriété d’Atos montre qu’elle a des arguments à faire valoir dans cette course à la vitesse. L’entreprise présente un modèle qui sera capable d’atteindre l’exaflop d’ici 2020, soit 20 fois plus que l’ordinateur actuellement le plus puissant. Assistant à la présentation, le ministre Emmanuel Macron s'est montré enthousiaste, de tels projets encourageant la "souveraineté numérique européenne". 

Thierry Breton est un patron heureux et, objectivement, il a toutes les raisons de l’être. Depuis qu’il a pris la tête d’Atos, le groupe qu’il dirige n’en finit pas de progresser.

Après avoir avalé Bull, le groupe emploie aujourd’hui plus de 100000 collaborateurs et M. Breton précise que l’intégration a été parfaite entre les deux entreprises. Aujourd’hui, Atos est présent dans 72 pays, enregistre une croissance moyenne de son chiffre d’affaires de 17,5% par an et a réalisé plus de 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur son dernier exercice fiscal avec un résultat d’exploitation supérieur à 9%.

Alors que la société était endettée à hauteur d’un 1 milliard d’euros lorsqu’il en a pris les rênes, c’est un montant équivalent qui est aujourd’hui disponible en cash et le groupe Atos revendique aujourd’hui une place de N°1 en Europe et dans le Top 5 mondial dans son domaine. La R&D n’est pas oubliée avec plus de 5000 brevets déposés dont certains ont trait au supercalculateur présenté hier.

Avec le Sequana dévoilé le 12 avril, Bull affirme ses ambitions dans la course à l’exaflop, soit 1 milliard de milliards d’opérations par seconde. Pour le moment, le modèle présenté hier offre une puissance de calcul de 1 petaflop mais l’entreprise affirme que sa conception lui permettra de multiplier cette puissance de calcul par 30 d’ici 2 ans et de nouveau par 30 dans les deux années suivantes. Nous serons alors effectivement tout proche de l’exaflop.

Notons que le supercalculateur le plus puissant aujourd’hui est le NUDT conçu et développé par le centre national d’HPC chinois qui affiche une puissance de calcul de 33 à 55 petaflops. A titre de comparaison,le supercalculateur CURIE installé par Bull au CEA offre une puissance de calcul théorique de 2,2 petaflops et occupe la 44ème place du Top 500 des supercalculateurs (http://www.top500.org/list/2015/06/). Un autre modèle baptisé Occigen occupe quant à lui la 36ème place de ce classement mondial. Notons enfin que le supercalculateur le plus puissant installé en France se trouve chez Total dont le Pangea qui occupe la 29ème place du classement. 

Se mêler à la compétition mondiale

Il va s’en dire que les concurrents de Bull ne vont pas rester les deux pieds dans le même sabot et il n’est pas certain que le constructeur français puisse accéder à la place de N°1 qu’il vise mais il est plus que vraisemblable qu’il monte dans le Top 10 d’ici deux ans. Bien évidemment, si les promesses esquissées sont tenues. En effet, la lecture du classement permet de voir qu’il existe une véritable barrière à franchir pour atteindre les 10 petaflops et plus et que seulement 5 modèles entrent aujourd’hui dans cette catégorie. 

Au-delà, de la puissance de calcul, l’un des tours de force du Sequana est son faible encombrement et sa faible consommation électrique. En effet, le modèle présenté hier pèse 4,5 tonnes mais tient dans deux mètres carrés, soit 10 fois moins que le modèle CURIE installé au CEA. L’autre innovation est le système de refroidissement qui a fait l’objet d’un brevet. Le Sequana a une consommation de 250 KW, pratiquement 10 fois moins que son prédécesseur. Thierry Breton que la consommation connue jusqu'à présent représente pratiquement 1 tranche nucléaire soit l’alimentation électrique d’une ville de 60 000 habitants. Il était donc impératif de se livrer à une rupture technologique d’importance et Bull revendique donc aujourd’hui une place de numéro 1 mondial dans le ratio puissance de calcul/énergie consommée.

Le patron du groupe indique que l’on atteint pratiquement les limites de la loi de Moore (doublement du nombre de transistors sur une même surface tous les 18 mois). « cela va fonctionner encore une ou deux fois mais après il faudra changer de méthode. Nous réfléchissons à l’informatique quantique sur un horizon situé entre 2025 et 2035. Il faut travailler sur de nouveaux langages en plus des Qbits. A ma connaissance, il n’y a que 4 équipes au monde qui travaillent sur ces sujets dont nous ». 

Un composant BXI spécifique

Thierry Breton rappelle que le nombre de données produites par l’humanité double également tous les 18 mois depuis 2011. A l’horizon 2020, ce seront 44 zetaocotets qui seront stockés, dont 88% non utilisées. Construite dans l’usine Atos de Angers, le Bull Sequana se distingue par sa technologie de refroidissement à l’eau chaude (Direct Liquid Cooling) mais également par l’intégration d’une couche d’interconnexion brevetée baptisée BXI. L’objectif de ce composant est de décharger les processeurs principaux de leurs tâches annexes pour se concentrer uniquement sur le calcul, ces tâches d’interconnexion étant prises en charge par le BXI, lequel contient 5 milliards de transistors. Toute la gestion des communications est confiée à ces composants. L’interconnexion réseau est de 100Gbits/s. Bull met également en avant la résilience de son supercalculateur capable de se réparer automatiquement en cas de panne.

Emmanuel Macron assure le SAV

A l’occasion de cette présentation, le ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Économie numérique a fait le déplacement pour rappeler que ce projet entrait dans le cadre des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle dont il avait présenté les grandes lignes en septembre 2013.

Visiblement très à l’aise, maîtrisant totalement son sujet, Emmanuel Macron a souligné l’importance de se doter des moyens d’assurer la souveraineté numérique de l’Europe. Les supercalculateurs d’Atos rentrent dans ce projet, assure-t-il et il promet de soutenir toutes ces initiatives.

Un ministre esseulé ?

Nous interrogeons le ministre sur les changements fondamentaux qui vont se produire dans le travail de chacun avec l’avènement de ces machines surpuissantes couplées aux programmes d’intelligence artificielle et nous étonnons que personne ne prenne en compte ces modifications fondamentales qui vont se produire au moment de l’examen d’un projet de loi sur le travail. M. Macron nous rappelle que, pour sa part, il s’est exprimé sur ce sujet, notamment à Lyon au mois d’octobre dernier, à l’occasion d’un discours sur les nouvelles opportunités économiques. « Je pourrais vous en parler pendant des heures », nous explique t-il. La réponse qu’il nous assène montre que s'il est parfaitement au courant des mutations extraordinaires qui vont se produire dans la société dans les prochaines années. Mais nous avons le sentiment qu’il est bien esseulé pour faire comprendre à ses collègues ministres et parlementaires les enjeux sous-jacents. Et là nous semble bien être le problème immense qui se pose : une loi travail qui utilise les recettes et la cuisine du passé sans prendre en compte le futur.

Comme le souligne Bertrand Garé dans sa chronique « avez-vous confiance en demain », « quel sera le contrat social défini dans cette nouvelle société du tout connecté et comment se définira demain la démocratie ». Avec ces milliards d’opérations par seconde permises par ces supercalculateurs, avec les programmes d’intelligence artificielle qui arrivent dans nos quotidiens, c’est précisément une nouvelle Société qui est en train de se dessiner. Et, à l’exception de M. Macron et quelques autres, nous avons le sentiment que les décideurs politiques sont divisés actuellement en deux catégories : ceux qui n’ont pas compris les ruptures décisives qui étaient en train de se produire et ceux qui l’ont compris mais n’osent pas le dire pour des raisons principalement électorales.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos HPC


Vient de paraître

Le Kiosque

QUANTIQUE : THE NEXT BIG THING(K) - Dossier Stockage & réseaux, NVMe, data management, SD-WAN, NFV, WiFi... - QUALCOMM ange ou démon de la 5G - MOBILE DEVOPS : au coeur de la transformation de l'entreprise - WORKPLACE : quand Facebook entre dans l'entreprise...

 

GRAND PRIX RSSI 2017 - CONFORMITÉ RGPD : Toujours une grande incertitude - Reportage Sécurité du trafic maritime : arrivée sur zone de dangers cyber ! - Biométrie et usages mobiles - Tribune Alain Bouillé et Olivier Ligneul (CESIN) - Entretien avec Guillaume Poupard, directeur général de l'Anssi...

 

Afficher tous les derniers numéros
Dossiers L'1FO

Mavo, nouveau langage simple pour le Web

La plate-forme open source Mavo, basée sur HTML, est capable de fournir des fonctionnalités de gestion de données sans nécessiter un serveur en back-end. Sa créatrice, Lea Verou, dirige une équipe au MIT (Massachusetts Institute of Technology).

Privacy by design : comment le mettre en place

Privacy by design : comment le mettre en place

Face au phénomène récurrent des fuites massives de données, mais aussi au resserrement de la réglementation relative à la protection des données personnelles, les entreprises doivent aborder cette question sous un nouvel angle. Voici l’ère du « Privacy by design ».

La folie blockchain !

La folie blockchain !

Depuis quelques mois, l’actualité autour de la blockchain est plus palpitante que jamais. L’été 2017 aura été l’occasion d’un feuilleton haletant pour le Bitcoin. Ce sujet est autant technique que (géo)politique, aussi complexe qu’il est philanthropique, avec ses bouleversements, ses retournements de situations et ses personnages mystérieux. Comme vous le découvrirez, la blockchain ne se limite pas au Bitcoin. C’est pourquoi nous reviendrons également sur Ethereum, son « concurrent » qui met entre les mains des professionnels et des développeurs des outils proprement extraordinaires. Des « smart contracts » aux « dApps » (applications décentralisées), la blockchain Ethereum est – et sera – un passage obligé pour les entreprises.

Afficher tous les dossiers
Offres d'emploi
RSS
12345678910Last

Lancez votre recherche sur la rubrique Emploi avec notre partenaire

News Mag-Securs
12345678

Retrouvez actualités, dossiers et communiqués sur la sécurité du système d'information sur le portail Mag-Securs

LIVRES BLANCS

CARTOGRAPHIE DU PAYSAGE DES RANSOMWARES, un Livre Blanc Fortinet.

Comprendre la portée et la sophistication de la menace.

Lorsque les cybermenaces sont multipliées par 35 en un an, chaque entreprise doit en tenir compte. C’est précisément le cas avec les ransomwares. Les hacktivistes ont ciblé des entreprises de pratiquement toutes les tailles et représentant une multitude de secteurs industriels dans le monde entier.


Comment moderniser ses centres de données, un Livre Blanc HPE.

La transformation numérique des entreprises crée de nouvelles contraintes sur les directions informatiques, en particulier pour les environnements de stockage. 

La croissance exponentielle des données, la virtualisation massive, l'évolution des charges de travail et la mise en place permanente de nouvelles applications (devops) obligent l'infrastructure de stockage informatique à évoluer. 


Repensez votre approche en matière de cybersécurité, un Livre Blanc Fortinet.

Pourquoi les leaders de la sécurité sont désormais contraints de faire face aux principales menaces de sécurité. 

Le paysage de cybermenace continue de croître et d’évoluer. Cybersecurity Ventures prévoit que la cybersécurité deviendra un business de mille milliards de dollars entre 2017 et 2021.



Les tendances du stockage de données en France face au digital,
un Livre Blanc HPE.

La transformation digitale s’opère dans tous les secteurs d’activités et à tous les niveaux des entreprises et des organisations. Les données collectées, traitées et échangées croissent en volume comme en valeur et deviennent de facto un véritable enjeu stratégique. 


Une étude Ponemon sur les coûts liés aux failles de sécurité en France, un Livre Blanc 3M France

IBM et Ponemon Institute ont réalisé une étude en 2016 sur les coûts liés aux brèches de sécurité. L'étude a été accomplie dans de nombreux pays dont la France. Il ressort de cette étude que les coûts ont augmenté en passant de 134 € à 141 € par personne. Et, en moyenne, le coût pour une entreprise s'élève désormais à 3,4 millions d'euros. 


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Fil AFP
Techno et Internet
Le vice-président marketing d'Apple Phil Schiller présente le HomePod le 5 juin 2017 à San José en CalifornieApple a annoncé vendredi qu'il repoussait jusqu'au début de l'année prochaine la sortie de son haut-parleur HomePod, concurrencé par les appareils d'Amazon et Google Home sur le terrain des haut-parleurs connectés. [Lire la dépêche...]

Elon Musk, patron du groupe Tesla, présente le Semi lors d'une rencontre avec des clients et des journalistes, à Hawthorne (Californie), le 16 novembre 2017Après avoir révolutionné les voitures électriques, Tesla s'attaque à une nouvelle frontière du transport routier "vert" et a dévoilé jeudi un semi-remorque aux lignes futuristes, ainsi qu'un nouveau prototype pour sa voiture de sport Roadster. [Lire la dépêche...]

Pour 2017, le groupe aux douze marques (VW, Audi, Seat, Porsche, Lamborghini, etc.) avait prévu 12 milliards d'euros d'investissementsDécidé à se métamorphoser en champion mondial de la voiture électrique, le géant allemand de l'automobile Volkswagen a annoncé vendredi vouloir dépenser d'ici à 2022 plus de 34 milliards d'euros dans la voiture du futur. [Lire la dépêche...]

Une navette autonome, le 17 novembre 2017 à Vincennes près de ParisDeux navettes autonomes du constructeur français Easymile sont testées à partir de vendredi par la RATP, Ile-de-France Mobilités (ex-Stif) et la ville de Paris, pour relier le bois de Vincennes à la station de métro Château de Vincennes. [Lire la dépêche...]

Des enfants font des exercices de lecture sur des tablettes tactiles, au Havre, le 22 février 2016 Repenser le mobilier et l'espace d'une salle de classe pour encourager de nouvelles formes d'apprentissage: tel est le pari de quelques établissements pionniers en France, qui inventent peut-être l'école de demain. [Lire la dépêche...]

Le siège de la société d'antivirus Kasperky Lab, à Moscou, soupçonnée par les autorités américaines d'avoir des liens avec les services secrets russesDes pirates informatiques ont volé des documents secrets des services du renseignement américain grâce à un logiciel Microsoft Office infecté et non en utilisant l'antivirus Kaspersky, a affirmé jeudi la société russe de sécurité Kaspersky Lab. [Lire la dépêche...]

Des géants des réseaux sociaux rejoignent le Les géants d'internet Google et Facebook, notamment, ont joint jeudi leurs forces au projet lancé par des médias dans le monde pour identifier les sources "fiables" d'information. [Lire la dépêche...]

Baidu est surnommé le Le géant du web chinois Baidu a dévoilé jeudi d'ambitieuses enceintes connectées et a assuré qu'un mini-bus basé sur ses technologies de voiture autonome serait produit dès 2018, le groupe accélérant ainsi tous azimuts sur l'intelligence artificielle. [Lire la dépêche...]

Image d'artiste fournie le 13 novembre 2017 par l'Observatoire européen austral de la plantère Ross 128 b avec la naine rouge dont elle dépend en arrière-plan Une nouvelle planète vient s'ajouter à la liste encore restreinte des bonnes candidates pour la recherche de signes de vie au-delà du système solaire, a annoncé mercredi l'Observatoire européen austral (ESO). [Lire la dépêche...]

Google fait l'objet d'une enquête de la justice du Missouri, aux Etats-Unis où la critique des géants technologiques émerge dans le débat politiqueAprès l'amende record infligée en Europe pour abus de position dominante, Google fait l'objet d'une enquête de la justice du Missouri, aux Etats-Unis, où la critique des géants technologiques émerge dans le débat politique. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP

AgendaIT

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux "technologies de la confiance" qui intègre désormais le salon Cartes Secure Connexions (jusqu'en 2015 celui-ci se tenait à Paris Villepinte) est organisé à Cannes (palais des festivals) du 28 novembre au 30 novembre 2017. Organisé par Comexposium.

PARIS OPEN SOURCE SUMMIT

Fruit de la fusion de Solutions Linux et de l'Open World Forum, le Paris Open Source Summit tient sa 3ème édition les 6 et 7 décembre 2017 aux Docks de Paris. Organisé par Weyou Group (ex-Tarsus).

CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 9 au 12 janvier 2018

 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

FIC

Le 10ème Forum International de la Cybersécurité occupe les 23 et 24 janvier 2018 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Nord-Pas de Calais et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

AP CONNECT

La 1ère édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 7 et 8 février 2018 à Paris, Espace Champerret. Organisé par PG Promotion.

ROOMN

Pour sa 5ème édition, la rencontre d'affaires Mobilité et Digital a pour cadre Monaco (Grimaldi Forum) du 5 au 8 mars 2018. Organisée par Comexposium.

IT MEETINGS

Le salon business des réseaux, des télécoms, de la mobilité, du cloud computing, des datacenters et de la sécurité aura pour cadre à nouveau du 20 au 22 mars 2018

le palais des festivals et des congrès de Cannes. Organisé par Weyou Group.

RSS
Voir tout l'AgendaIT