X
Alex Dayon présent au sommet Tech For Good

News Partenaire

Alex Dayon présent au sommet Tech For Good

Le président & Chief Strategy Officer de Salesforce nous raconte sa participation au sommet organisé par le Président de la République la veille du salon VivaTech. Les dirigeants de ces entreprises ont planché sur trois thèmes : diversité, éducation et futur du travail.


Sequana : Bull dans la course au supercalculateur

Avec son nouveau Sequana, l’entreprise propriété d’Atos montre qu’elle a des arguments à faire valoir dans cette course à la vitesse. L’entreprise présente un modèle qui sera capable d’atteindre l’exaflop d’ici 2020, soit 20 fois plus que l’ordinateur actuellement le plus puissant. Assistant à la présentation, le ministre Emmanuel Macron s'est montré enthousiaste, de tels projets encourageant la "souveraineté numérique européenne". 

Thierry Breton est un patron heureux et, objectivement, il a toutes les raisons de l’être. Depuis qu’il a pris la tête d’Atos, le groupe qu’il dirige n’en finit pas de progresser.

Après avoir avalé Bull, le groupe emploie aujourd’hui plus de 100000 collaborateurs et M. Breton précise que l’intégration a été parfaite entre les deux entreprises. Aujourd’hui, Atos est présent dans 72 pays, enregistre une croissance moyenne de son chiffre d’affaires de 17,5% par an et a réalisé plus de 12 milliards d’euros de chiffre d’affaires sur son dernier exercice fiscal avec un résultat d’exploitation supérieur à 9%.

Alors que la société était endettée à hauteur d’un 1 milliard d’euros lorsqu’il en a pris les rênes, c’est un montant équivalent qui est aujourd’hui disponible en cash et le groupe Atos revendique aujourd’hui une place de N°1 en Europe et dans le Top 5 mondial dans son domaine. La R&D n’est pas oubliée avec plus de 5000 brevets déposés dont certains ont trait au supercalculateur présenté hier.

Avec le Sequana dévoilé le 12 avril, Bull affirme ses ambitions dans la course à l’exaflop, soit 1 milliard de milliards d’opérations par seconde. Pour le moment, le modèle présenté hier offre une puissance de calcul de 1 petaflop mais l’entreprise affirme que sa conception lui permettra de multiplier cette puissance de calcul par 30 d’ici 2 ans et de nouveau par 30 dans les deux années suivantes. Nous serons alors effectivement tout proche de l’exaflop.

Notons que le supercalculateur le plus puissant aujourd’hui est le NUDT conçu et développé par le centre national d’HPC chinois qui affiche une puissance de calcul de 33 à 55 petaflops. A titre de comparaison,le supercalculateur CURIE installé par Bull au CEA offre une puissance de calcul théorique de 2,2 petaflops et occupe la 44ème place du Top 500 des supercalculateurs (http://www.top500.org/list/2015/06/). Un autre modèle baptisé Occigen occupe quant à lui la 36ème place de ce classement mondial. Notons enfin que le supercalculateur le plus puissant installé en France se trouve chez Total dont le Pangea qui occupe la 29ème place du classement. 

Se mêler à la compétition mondiale

Il va s’en dire que les concurrents de Bull ne vont pas rester les deux pieds dans le même sabot et il n’est pas certain que le constructeur français puisse accéder à la place de N°1 qu’il vise mais il est plus que vraisemblable qu’il monte dans le Top 10 d’ici deux ans. Bien évidemment, si les promesses esquissées sont tenues. En effet, la lecture du classement permet de voir qu’il existe une véritable barrière à franchir pour atteindre les 10 petaflops et plus et que seulement 5 modèles entrent aujourd’hui dans cette catégorie. 

Au-delà, de la puissance de calcul, l’un des tours de force du Sequana est son faible encombrement et sa faible consommation électrique. En effet, le modèle présenté hier pèse 4,5 tonnes mais tient dans deux mètres carrés, soit 10 fois moins que le modèle CURIE installé au CEA. L’autre innovation est le système de refroidissement qui a fait l’objet d’un brevet. Le Sequana a une consommation de 250 KW, pratiquement 10 fois moins que son prédécesseur. Thierry Breton que la consommation connue jusqu'à présent représente pratiquement 1 tranche nucléaire soit l’alimentation électrique d’une ville de 60 000 habitants. Il était donc impératif de se livrer à une rupture technologique d’importance et Bull revendique donc aujourd’hui une place de numéro 1 mondial dans le ratio puissance de calcul/énergie consommée.

Le patron du groupe indique que l’on atteint pratiquement les limites de la loi de Moore (doublement du nombre de transistors sur une même surface tous les 18 mois). « cela va fonctionner encore une ou deux fois mais après il faudra changer de méthode. Nous réfléchissons à l’informatique quantique sur un horizon situé entre 2025 et 2035. Il faut travailler sur de nouveaux langages en plus des Qbits. A ma connaissance, il n’y a que 4 équipes au monde qui travaillent sur ces sujets dont nous ». 

Un composant BXI spécifique

Thierry Breton rappelle que le nombre de données produites par l’humanité double également tous les 18 mois depuis 2011. A l’horizon 2020, ce seront 44 zetaocotets qui seront stockés, dont 88% non utilisées. Construite dans l’usine Atos de Angers, le Bull Sequana se distingue par sa technologie de refroidissement à l’eau chaude (Direct Liquid Cooling) mais également par l’intégration d’une couche d’interconnexion brevetée baptisée BXI. L’objectif de ce composant est de décharger les processeurs principaux de leurs tâches annexes pour se concentrer uniquement sur le calcul, ces tâches d’interconnexion étant prises en charge par le BXI, lequel contient 5 milliards de transistors. Toute la gestion des communications est confiée à ces composants. L’interconnexion réseau est de 100Gbits/s. Bull met également en avant la résilience de son supercalculateur capable de se réparer automatiquement en cas de panne.

Emmanuel Macron assure le SAV

A l’occasion de cette présentation, le ministre de l’Économie, de l’Industrie et de l’Économie numérique a fait le déplacement pour rappeler que ce projet entrait dans le cadre des 34 plans de la Nouvelle France Industrielle dont il avait présenté les grandes lignes en septembre 2013.

Visiblement très à l’aise, maîtrisant totalement son sujet, Emmanuel Macron a souligné l’importance de se doter des moyens d’assurer la souveraineté numérique de l’Europe. Les supercalculateurs d’Atos rentrent dans ce projet, assure-t-il et il promet de soutenir toutes ces initiatives.

Un ministre esseulé ?

Nous interrogeons le ministre sur les changements fondamentaux qui vont se produire dans le travail de chacun avec l’avènement de ces machines surpuissantes couplées aux programmes d’intelligence artificielle et nous étonnons que personne ne prenne en compte ces modifications fondamentales qui vont se produire au moment de l’examen d’un projet de loi sur le travail. M. Macron nous rappelle que, pour sa part, il s’est exprimé sur ce sujet, notamment à Lyon au mois d’octobre dernier, à l’occasion d’un discours sur les nouvelles opportunités économiques. « Je pourrais vous en parler pendant des heures », nous explique t-il. La réponse qu’il nous assène montre que s'il est parfaitement au courant des mutations extraordinaires qui vont se produire dans la société dans les prochaines années. Mais nous avons le sentiment qu’il est bien esseulé pour faire comprendre à ses collègues ministres et parlementaires les enjeux sous-jacents. Et là nous semble bien être le problème immense qui se pose : une loi travail qui utilise les recettes et la cuisine du passé sans prendre en compte le futur.

Comme le souligne Bertrand Garé dans sa chronique « avez-vous confiance en demain », « quel sera le contrat social défini dans cette nouvelle société du tout connecté et comment se définira demain la démocratie ». Avec ces milliards d’opérations par seconde permises par ces supercalculateurs, avec les programmes d’intelligence artificielle qui arrivent dans nos quotidiens, c’est précisément une nouvelle Société qui est en train de se dessiner. Et, à l’exception de M. Macron et quelques autres, nous avons le sentiment que les décideurs politiques sont divisés actuellement en deux catégories : ceux qui n’ont pas compris les ruptures décisives qui étaient en train de se produire et ceux qui l’ont compris mais n’osent pas le dire pour des raisons principalement électorales.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos HPC

Actuellement à la Une...

A votre avis...

Les alternatives à GitHub

Les alternatives à GitHub

Microsoft venant tout juste d’officialiser le rachat de GitHub, certains usagers de la plate-forme seront sans doute tentés de chercher des alternatives. Nous allons voir dans ces lignes quelles plates-formes peuvent la remplacer et...

GitHub by Microsoft

GitHub by Microsoft

Près de 70 millions de projets open source hébergés par Microsoft ! L’acquisition de GitHub a soulevé une levée de boucliers dans les communautés open-source, avec le risque de voir le repository...

THD filaire partout !

THD filaire partout !

Yann Serra
Du gigabit Ethernet déployé à partir d’un simple tableau électrique permet, pour moins de 250 €, de desservir une douzaine de postes en TPE, dans un point de vente, ou en habitation.

RSS
Afficher tous les dossiers

SÉCURITÉ IT : LES ENJEUX POUR 2019 - Quel O.S. pour l'auto numérique ? - GENZ, le serveur du futur - Rencontre avec Mounir Mahjoubi - Préparer l'après RTC - Au coeur d'Hexatrust : IDnomic ou l'identité innovante - Langages informatiques : quoi de neuf ? - Digital Learning Manager, le métier qui monte...

 

LOGICIELS D'ENTREPRISE : UNE TRANSFORMATION PROFONDE - Licences logicielles : éditeurs/entreprises, le clash ! - La 5G sort des labos - Windows Subsystem for Linux - Recherche désespérément ingénieurs système - 3 solutions pour booster le réseau WiFi - Rencontre avec Serge Tisseron : nous devons savoir à tout moment avec qui/quoi nous interagissons...

 

BÂTIR LA MAISON INTELLIGENTE - GitHub by Microsoft + alternatives - FIDO2, l'après mot de passe - Open Street Map alternative à Google Maps ? - Java 10/Java 11 ne loupez pas le train - Marseille, 1er port numérique européen ? - OpenClassrooms : l'e-learning "non élitiste" à la conquête du monde...

 

Afficher tous les derniers numéros

Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


PROTECTION ENDPOINT NEXT-GEN : ÉVOLUTION OU RÉVOLUTION ?, un Livre Blanc SOPHOS.

Après la révolution Next-Gen Firewall de ces dernières années, une nouvelle révolution Next-Gen est cours dans le domaine de la sécurité des systèmes Endpoint. Au-delà du débat pour savoir s’il s’agit d’une révolution ou d’une simple évolution, il est certain qu’une série de nouvelles technologies est en train de rapidement émerger, en apportant une contribution significative à la lutte contre les menaces avancées.


En tant que professionnel de l'informatique, vous en avez sans doute assez d'entendre parler de transformation numérique. Après tout, vous vous occupez déjà d'optimiser la gestion des actifs et de déployer les programmes big data, tout en assurant la protection et la restauration de toutes les données de votre organisation. Or, la transformation numérique peut devenir un projet d'envergure qui ne consiste pas seulement à gérer des données, mais aussi à repenser entièrement le modèle de l'entreprise et/ou à développer une nouvelle stratégie produit innovante, dans les scénarios les plus ambitieux.

  


Atteignez vos objectifs de conformité tout en améliorant votre sécurité avec le PAM (Privileged Access Management = Gestion des accès à privilèges). Un Livre Blanc Wallix.

  


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
(ILLUSTRATION) Uber espère réaliser l'an prochain la plus grosse entrée en Bourse du secteur technologique, à plus de 100 milliards de dollarsUber peine à redorer une image ternie par les controverses et perd des sommes astronomiques. Pourtant, le groupe américain espère bien réaliser l'an prochain la plus grosse entrée en Bourse du secteur technologique, à plus de 100 milliards de dollars. [Lire la dépêche...]

Capture d'écran d'une vidéo fournie par la Parliamentary Recording Unit (PRU) du Parlement britannique montrant le robot Pepper devant la commission parlementaire sur l'éducation à Londres, le 16 octobre 2018 (AFP PHOTO/PRU)Un robot est venu témoigner mardi devant la commission parlementaire britannique sur l'éducation, une première au Royaume-Uni.  [Lire la dépêche...]

Un moteur d'une Audi A3 TDI testée à Washington DC La facture du "dieselgate" s'est encore alourdie mardi pour Volkswagen, avec l'amende de 800 millions d'euros infligée à sa filiale Audi par la justice allemande, tandis que plusieurs enquêtes pénales se poursuivent contre des dirigeants. [Lire la dépêche...]

La Première ministre britannique Theresa May visite une école d'ingénieurs à Birmingham le 20 novembre 2017Le Royaume-Uni est le pays européen où sont basées le plus de start-up actives dans le domaine de l'intelligence artificielle (IA), devant la France et l'Allemagne, selon un baromètre France Digitale/Roland Berger publié mardi.  [Lire la dépêche...]

Vue de la prison de Vendin-le-Vieil, le 5 février 2018Google a "commencé" à flouter les vues aériennes de prisons françaises visibles sur Google Maps et Google Earth, a annoncé mardi la ministre de la Justice, qui avait demandé au géant d'internet d'occulter ces clichés. [Lire la dépêche...]

La SNCF a annoncé mardi le lancement d'ici à début novembre d'une nouvelle version de son application mobile, avec pour vocation d'en faire un La SNCF a annoncé mardi le lancement d'ici à début novembre d'une nouvelle version de son application mobile, avec pour vocation d'en faire un "assistant personnel de mobilité" ouvert à d'autres modes de transport. [Lire la dépêche...]

Le co-fondateur de Microsoft Paul Allen, lors d'une conférence de presse, le 26 septembre 2006 à WashingtonL'américain Paul Allen était une des figures tutélaires de l'informatique pour avoir co-créé avec Bill Gates l'un de ses premiers géants, Microsoft. C'était aussi un philanthrope et milliardaire touche-à-tout, du basket à la conquête spatiale en passant par le rock. [Lire la dépêche...]

Amazon's Jeff Bezos says the technology giant is maintaining its bid for a major Pentagon cloud computing contractLe patron d'Amazon, Jeff Bezos, a défendu lundi la participation de sa société à un appel d'offres pour un contrat géant de stockage de données en ligne ("cloud") du ministère de la Défense américain. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

WEB SUMMIT

Le Web Summit réunit plus de 70000 participants et 1200 conférenciers du 5 au 8 novembre 2018 à Lisbonne (Portugal), Altice Arena. Organisé par Connected Intelligence Ltd.

EXPERIENCES

Microsoft Experiences 18, « l'événement de l'intelligence numérique », aura lieu les 6 et 7 novembre 2018 à Paris, palais des congrès de la porte Maillot. Organisé par Microsoft.
RSS
Voir tout l'AgendaIT