X
Peekaboo vous espionne

News Partenaire

Peekaboo vous espionne

Tenable Research a découvert une faille logicielle majeure, baptisée Peekaboo, qui permet aux cybercriminels de contrôler certaines caméras de vidéosurveillance, leur permettant de surveiller secrètement, de manipuler et même de désactiver les flux. Voici un aperçu de ce que Tenable a découvert.

La fin de l’ERP ?

Dominant les logiciels de gestion d’entreprise au début des années 2000, les ERP ont perdu la cote auprès des utilisateurs. Nous ne parlons pas ici des suites logicielles de gestion mais bien des ERP, outils qui permettent normalement de planifier les ressources des entreprises. Ils font face aujourd’hui à des outils sophistiqués de planification renouvelant le secteur.

Même SAP l’explique depuis quelques années déjà : l’éditeur n’est plus un éditeur d’ERP mais d’une suite logicielle visant à l’optimisation de la gestion de l’entreprise. La nuance peut paraître subtile mais elle traduit l’évolution des ERP depuis le début des années 2000.

Des modules pas toujours de qualité homogène

Dès le milieu des années 90 du siècle précédent, les ERP dominent et façonnent l’organisation dans les entreprises apportant processus et meilleures pratiques dans l’ensemble des entreprises de la Planète. Partis d’un noyau comptable et financier, ils s’étendent peu à peu à tous les secteurs de l’entreprise : gestion commerciale, chaîne logistique, ressources humaines...

Revers de cette omniprésence dans l’entreprise, les déploiements deviennent complexes, longs et les échecs de mise en œuvre se multiplient. Comme souvent, qui trop embrasse mal étreint, et les niveaux des différents modules composant désormais les ERP n’ont pas tous la même excellence entraînant des faiblesses dans les produits. Les changements de méthodologie de déploiement et la montée en compétence des intégrateurs permettent ensuite de combler ces lacunes, mais l’image des ERP est ternie pour un bon moment.

Avec l’avènement du Cloud et de la mobilité, les ERP doivent alors vivre une mutation profonde dans leurs architectures. On a parlé dans le milieu des années 2000 de componentisation, de désintégration de l’intégré. Tous les ERP se sont donc réinventés en devenant des plates-formes technologiques sur lesquelles se développent des suites de produits spécialisés pour chaque unité de l’entreprise. Dans l’absolu, le client peut ainsi choisir le meilleur pour chaque service de son entreprise et l’utiliser en ligne plutôt que de supporter les coûts d’installation et de support de la solution. L’autre versant de cette modernisation est la simplification des interfaces utilisateurs et une réduction de la complexité d’utilisation en apportant les fonctions les plus utiles dans un contexte mobile. En dernier lieu, les ERP se sont dotés de capacités d’analyse très rapide afin de raccourcir le cycle de décision.

L’enregistrement des données d’abord

Derrière ces évolutions se cache cependant l’échec de l’ERP qui, en fait, abandonne l’analyse opérationnelle à des outils comme Excel et la planification à des outils spécialisés. Si l’ERP est toujours présent, il prend une place de backbone mais reste un système d’enregistrement des données conservant une culture de contrôle, même si les décisions dans l’entreprise se prennent peut-être ailleurs.

Autre échec, les outils ERP du marché embarquent souvent plus ou moins le même niveau de bonnes pratiques et la gestion globale proposée ne permet pas réellement la différenciation de l’entreprise, ce petit «plus» qui fait la différence sur son secteur. En ce sens un ERP ne permet pas d’éviter ou d’anticiper la disruption d’un secteur d’activité. Ainsi les compagnies de taxis ont depuis longtemps des ERP et n’ont pas vu venir Uber. Les grands hôtels se targuent tous d’avoir des ERP performants commercialement mais n’ont pas offert une grande résistance à l’arrivée d’AirBnB.

Dernier point noir, des ERP, la rigidité induite par les workflows et les architectures des ERP ne répondent plus aux besoins de flexibilité et aux constantes adaptations que doit réaliser l’entreprise pour soutenir le rythme de la concurrence ou l’adaptation à son secteur d’activité. Même dans des activités comme le suivi de la production, secteur d’excellence des ERP, les approches Lean remettent en cause la place de l’ERP qui n’est indispensable que pour certaines tâches comme la prévision des besoins, la valorisation des produits et le suivi des expéditions. En clair sur les aspects financiers de la production. Tout le reste peut efficacement se réaliser manuellement ou dans des outils plus spécifiques comme les moteurs d’optimisation. Ce dernier point est inspiré par la présentation d’un grand équipementier automobile lors d’un meeting sur le Lean Management.

Répondre aux besoins opérationnels

Devant ce constat, de nouveaux outils essaient de prendre la place enviable des ERP en proposant des moteurs d’optimisation s’appuyant sur des modèles et des moteurs de règles sophistiqués.

Directement tournés vers les questions des lignes de métiers, ces outils répondent plus directement aux besoins opérationnels au quotidien. Pour les ERP, c’est tout un nouveau panel de compétiteurs qui s’ajoutent aux acteurs déjà en place: autres ERP, éditeurs de solutions spécialisées pour une ligne de métiers, éditeurs de solutions verticales pour certains secteurs d’activité, moteur d’optimisation et de planification...

Ces derniers outils, plus récents, sont, par conception, dans la ligne de la transformation numérique des entreprises s’appuyant sur le Cloud. Ils apportent des solutions pour les utilisateurs sans avoir à coder avec des interfaces passe-partout pour répondre nativement a tous les contextes d’utilisation. Les éditeurs de solutions d’ERP ont déployé d’importants efforts pour réaliser la même chose aujourd’hui et, pour beaucoup, les résultats peuvent sembler équivalents à ce que proposent ces logiciels de planification.

Les interrogations se multiplient désormais sur l’avenir des ERP. Présents dans la plupart des entreprises, ils ne vont pas disparaître comme par enchantement. Mais de leur rôle premier d’optimisation et de planification des ressources, ils vont devoir encore évoluer. Sans cela, ils risquent de devenir de simples outils d’enregistrement et de gestion financière face à des outils plus spécialisés ou issus de technologies totalement différentes comme ceux issus du Big Data s’appuyant sur des gisements de données multisources. Les rachats et les ajouts, à coups de milliards de dollars, ne suffiront peut-être pas à cette transformation et à l’adaptation aux nouveaux enjeux de l’entreprise.✖

Cet article a été publié dans le numéro de décembre 2015 de L'Informaticien (n°141).


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


A votre avis...

Quel ultra-portable choisir ?

Quel ultra-portable choisir ?

Cinq ultra-portables Windows 10 et Chromebook en test : de 409 à 1300 euros. Et de 0,75 à 1,68 kg. HP Envy x2, Dell Chromebook 3380, Acer Chromebook Spin 13, Asus NovaGo et HP Chromebook x360.

Conteneurs

Conteneurs

Docker a fait le boulot. Bon nombre de développeurs ont adopté les conteneurs, si bien que désormais tous les fournisseurs de Cloud se battent pour les attirer. Enquête sur le nouveau phénomène cloud du...

Pourquoi IBM rachète Red Hat

Pourquoi IBM rachète Red Hat

Yann Serra
Red Hat détient OpenShift, la clé qui doit permettre à IBM de maintenir, voire dépasser ses 8 % de part sur un marché du service cloud qui, dit-on, représentera en 2019 « mille milliards de dollars...

RSS
Afficher tous les dossiers

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

Afficher tous les derniers numéros

Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Donald Trump dans le Bureau ovale le 19 février 2019Le projet de force spatiale voulue par Donald Trump avance: le président américain a ordonné mardi au Pentagone de rédiger un projet de loi créant une "Space Force" comme sixième entité des forces armées américaines. [Lire la dépêche...]

Le logo du chinois Huawei à Kuala Lumpur le 13 février 2019L'opérateur de télécommunications néo-zélandais Spark discute actuellement avec les autorités pour tenter d'apaiser leurs craintes concernant l'usage d'équipements du chinois Huawei pour développer le réseau 5G du pays, a indiqué mardi la Première ministre Jacinda Ardern. [Lire la dépêche...]

Le fondateur du géant chinois des télécoms Huawei Ren Zhengfei à Davos (Suisse) le 22 janvier 2015-Le monde "ne peut pas se passer" des technologies développées par le géant chinois des télécoms Huawei, a affirmé son fondateur dans un entretien publié mardi, dénonçant la volonté de Washington de contrer la croissance de son entreprise. [Lire la dépêche...]

Roblox sur une tablette à Paris, le 1er février 2019A la fois jeu vidéo multijoueur et boîte à outils pour les codeurs en herbe, Roblox et ses personnages au look de jouets en plastique veulent conquérir davantage les jeunes Européens et Asiatiques, au-delà des 80 millions d'utilisateurs déjà recensés dans le monde. [Lire la dépêche...]

Photo du 5 février 2019 du logo de Facebook s'affichant sur une tablette. Les réseaux sociaux, en particulier Facebook, doivent être davantage régulés afin de les empêcher d'agir comme des "gangsters numériques" et de publier des infox, ont conclu des parlementaires britanniques dans un rapport très critique publié lundi. [Lire la dépêche...]

Photo du 5 février 2019 du logo de Facebook s'affichant sur une tablette. Des parlementaires britanniques ont appelé à renforcer la régulation s'appliquant aux réseaux sociaux, en particulier Facebook, pour les empêcher de diffuser de fausses informations et d'agir comme des "gangsters numériques", dans un rapport publié lundi. [Lire la dépêche...]

Les autorités australiennes avaient révélé le 8 février que la sécurité du système informatique du Parlement avait été compromise lors d'un L'Australie a accusé lundi un "agent étatique sophistiqué" d'être responsable d'un piratage du système informatique du Parlement qui a également visé plusieurs partis politiques, à quelques mois d'élections nationales. [Lire la dépêche...]

Les autorités australiennes avaient révélé le 8 février que la sécurité du système informatique du Parlement avait été compromise lors d'un L'Australie a accusé lundi un "agent étatique sophistiqué" d'être responsable d'un piratage du système informatique du Parlement qui a également visé plusieurs partis politiques, à quelques mois d'élections nationales. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT
Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 1ère étape à Lille (stade Pierre Mauroy) le 5 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 11 et 12 mars 2019 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 2ème étape à Lyon (Rooftop 52) le 12 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.

Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 3ème étape à Marseille(Golf de Marseille La salette) le 14 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

RSS
Voir tout l'AgendaIT