X

Etat d’urgence numérique : le blocage administratif des sites évolue

Alors que la loi du 13 novembre 2014 permettait déjà à l’autorité administrative d’ordonner le blocage d’un site faisant l’apologie du terrorisme, sans contrôle judiciaire, les députés ont décidé hier de renforcer cette mesure dans le cadre de l’état d’urgence : on ne parle plus de blocage, mais d’interruption.

87 sites faisant l’apologie du terrorisme ont été bloqués, dixit le ministre de l’Intérieur. Depuis quand ? Par qui ? Le ministère a choisi pour l’heure de ne pas donner suite à nos questions. On sait cependant que le rythme des blocages va s’intensifier… En effet, dans le cadre de la refonte législative et de la prorogation pour trois mois de l’état d’urgence, votée hier par les députés, deux amendements identiques ont été adoptés.

Les amendements 50 et 57 stipulent tous deux que « le ministre de l’Intérieur peut prendre toute mesure pour assurer l’interruption de tout service de communication au public en ligne provoquant à la commission d’actes de terrorisme ou en faisant l’apologie ». C’est court, lapidaire et, surtout, déjà en place avec la loi du 13 novembre 2014 relative à la lutte antiterroriste.

Interruption de services en ligne

Dans le régime instauré par l’article 9 de cette loi, l’autorité administrative, ici l’Office central de lutte contre la criminalité liée aux technologies de l'information et de la communication (OCLCTIC), décide d’une liste de sites à bloquer. Elle transmet ensuite cette liste aux FAI, qui ont 48 heures après notification pour s’exécuter. L’OCLCTIC doit en outre contacter l’éditeur ou l’hébergeur du site. Enfin, la technique de blocage conseillée est précisée par le texte (en l’occurrence, le blocage DNS).

Dans le nouveau régime d’état d’urgence adopté hier par les députés, l’OCLCTIC disparaît du processus (à moins qu’un décret ne vienne, dans le futur, indiquer le contraire), les étapes citées ci-dessus aussi : c’est le ministre de l’Intérieur qui prend la décision. Et celui-ci est libre de « prendre toute mesure pour assurer l’interruption de tout service de communication au public en ligne provoquant à la commission d’actes de terrorisme ou en faisant l’apologie ». En d’autres termes, les deux amendements au projet de loi élargissent, sans limitation pour l’instant, le champ du blocage de sites. Toutes les techniques « d’interruption » peuvent être utilisées : blocage DNS, mais aussi mise hors service de matériel chez l’hébergeur par exemple.

Lors des débats, ces deux amendements n’ont donné lieu à aucune contestation. Jean-Jacques Urvoas a toutefois souligné que « le Gouvernement bloque déjà des sites internet par décision administrative, et il le fait sous quarante-huit heures. Peut-on faire mieux, comme le sous-entendent ces amendements ? ». Il pense que c’est effectivement souhaitable, mais « voit mal quelle peut être leur portée immédiate et opérationnelle »... Rappelons par ailleurs que les premières versions du projet de loi de 2014 ne laissaient aux FAI que 24 heures pour bloquer un site.

Perquisition dans le cloud et renseignement

Concernant d’autres dispositions, que nous évoquions hier, les rapporteurs ont évacué les propositions relatives à la coupure des communications des assignés à résidence, jugeant ce type de mesures difficilement opérationnelles. Au contraire, les perquisitions dans le cloud pourront bien avoir lieu, le projet de loi prévoyant qu’il « peut être accédé, par un système informatique ou un équipement terminal présent sur les lieux où se déroule la perquisition, à des données stockées dans ledit système ou équipement ou dans un autre système informatique ou équipement terminal, dès lors que ces données sont accessibles à partir du système initial ou disponibles pour le système initial ».

Enfin, notons que la loi Renseignement s’étoffe d’un nouveau motif d’utilisation des techniques de renseignement : « la prévention des actions tendant au maintien ou à la reconstitution des associations ou groupements dissous en application du présent article ».


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité, Débats

Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Découvrez dans ce livre blanc, les avantages des toutes nouvelles solutions NETGEAR, pour simplifier et rentabiliser vos déploiements, et gérer votre réseau à distance, où que vous soyez, au bureau ou en télé-travail.


Tous les Livres Blancs
Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

L’emploi aux temps du Corona

L’emploi aux temps du Corona

Bien que moins sinistré que d’autres par la Covid-19, le secteur de l’IT a lui aussi connu de profonds changements durant le confinement et devrait en tirer quelques enseignements.

No Code / Low Code

No Code / Low Code

Le No Code / Low Code ne cesse de faire parler de lui en ce moment avec des outils comme Appian, Intrexx, Lightning, Unqork et autres Microsoft Flow. Est-ce le début de la fin pour les développeurs ? Peut-être, peut-être...

Gestionnaire de mots de passe

Gestionnaire de mots de passe

Enregistrer ses mots de passe dans un coffre-fort numérique plutôt que les noter sur un carnet, un post-it ou un fichier Excel… Tel est le principe des gestionnaires de passwords qui ne cessent de gagner de nouveaux...

Datacenters sur le grill

Datacenters sur le grill

Véritable usine de production de l’économie numérique, le datacenter focalise les critiques des associations environnementales. Ces installations dont les plus grosses peuvent consommer jusqu’à une centaine...

RSS
Afficher tous les dossiers

IT DU MONDE D'APRÈS, IT DE DEMAIN (1) : automatisation, gestion de l'info, mobilité, sécurité - Health Data Hub - Le VPN meilleure solution pour le télétravail ? - Project Reunion Microsoft : retour des apps universelles - Power Over Ethernet, une avancée discrète - Pourquoi Apple choisit ARM plutôt qu'Intel ? - La Silicon Valley dans tous ses états - Produits high tech de loisirs du moment...

 

GESTIONNAIRE DE MOTS DE PASSE : un outil indispensable ? - Pandémie & Tech : gagnants et perdants - Multicloud : réalité d'aujourd'hui, impacts sur l'infrastructure et l'applicatif - Project Reunion Microsoft - No Code/Low Code en plein essor - Cobol V6 - Cyberattaques Covid-19 - L'emploi au temps du Corona...

 

COMMUNICATIONS UNIFIÉES : une convergence accrue entre communication et collaboration - Réussir StopCovid ! - Énergie : les datacenters sur le grill - Le lourd poids de la dette technique - GitLab comme solution DevSecOps - Les femmes, avenir de la filière IT ? - Apps de messagerie, attention danger ? - Pôle IA Toulouse...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Un robotaxi Didi Chuxing circule dans les rues de Shanghai, le 20 juillet 2020A Shanghai, des clients-cobayes s'installent sans crainte à l'arrière d'un taxi sans chauffeur qu'ils ont commandé en ligne: les géants locaux de la voiture autonome tentent de généraliser cette technologie futuriste auprès de Chinois friands d'innovation. [Lire la dépêche...]

Twitter a, selon le Wall Street Journal, entamé des discussions préliminaires pour un éventuel regroupement avec TiktokTwitter a, selon le Wall Street Journal, entamé des discussions préliminaires pour un éventuel regroupement avec Tiktok, une application que Donald Trump accuse d'espionnage au profit de la Chine et menace d'interdire aux Etats-Unis. [Lire la dépêche...]

Une interdiction des populaires applications mobiles chinoises Tik Tok et WeChat aux Etats-Unis pourrait fragmenter encore plus un internet mondial déjà fragile, redoutent des spécialistes du secteurUne interdiction des populaires applications mobiles chinoises TikTok et WeChat aux Etats-Unis pourrait fragmenter encore plus un internet mondial déjà fragile, redoutent des spécialistes du secteur. [Lire la dépêche...]

WeChat, qui appartient au géant chinois Tencent et est omniprésente dans la vie des Chinois (messagerie, paiements à distance, réservations...)Malgré les raisons avancées par Donald Trump, le tour de vis contre les plateformes TikTok et WeChat, joyaux chinois de l'internet, ne présente pas un intérêt "majeur" pour la sécurité des Etats-Unis, estiment les experts du secteur qui soupçonnent le président-candidat d'avoir d'autres motivations. [Lire la dépêche...]

Bernard Stiegler le 20 novembre 2003 à DouaiBernard Stiegler, philosophe très critique du système capitaliste qui avait consacré ses recherches aux mutations provoquées dans la société par le numérique, est mort à l'âge de 68 ans, a annoncé le Collège international de philosophie. [Lire la dépêche...]

Donald Trump a signé un décret interdisant, d'ici 45 jours, toute transaction Donald Trump a pris des mesures radicales à l'encontre des joyaux du numérique chinois WeChat et TikTok, enclenchant un compte à rebours d'un mois et demi avant de leur interdire toute transaction avec un partenaire américain. [Lire la dépêche...]

TikTok a franchi en avril le cap des 2 milliards de téléchargements dans le mondeEn interdisant les applications WeChat et TikTok aux Etats-Unis dans un délai de 45 jours, le président américain Donald Trump s'attaque à deux géants chinois de l'internet aux ambitions mondiales et ouvre un nouveau front dans la rivalité technologique avec Pékin. [Lire la dépêche...]

Facebook a annoncé mercredi avoir démantelé un réseau de quelque 120 comptes sur sa plateforme principale et sur son application InstagramA l'approche de la présidentielle américaine en novembre, Facebook et Twitter multiplient les efforts pour préserver leurs plateformes des campagnes de manipulation et de désinformation, notamment étrangères, et éviter de répéter les scandales des scrutins de 2016. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

HEXATRUST

6ème université d'été de l'association Hexatrust sur le thème "Vers une autonomie stratégique européenne" le 3 septembre 2020 à Paris (CCI). Sur invitation. Organisée par Hexatrust.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 14 et 15 septembre 2020 à Paris, Porte de Versailles. Organisé par Corp Agency.

AI PARIS

Conférence, exposition et rendez-vous d'affaires sur l'intelligence artificielle à Paris, Porte de Versailles les 14 et 15 septembre 2020. Organisé par Corp Agency.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation du 22 au 24 septembre 2020  à Paris Porte de Versailles (Pavillon 4.3). Organisé par Infopromotions.

AP CONNECT

La 3ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 22 et 23 septembre 2020 à Espace Grande Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Organisation.

RSS
Voir tout l'AgendaIT