X

Où est l'argent ?

On parle souvent de ce que l’on n’a pas. Le gouvernement semble confirmer cet adage malgré les nombreuses déclarations tendant à faire accroire que la France vit enfin sa mutation numérique. Quel argent et quel soutien réel les pouvoirs publics accordent-ils sur ce point ? La clarté n’est pas le fort des interventions actuelles. À se demander où est l’argent pour le faire… 

Allez, tout le gouvernement le dit, Emmanuel Macron et Axelle Lemaire en tête et notre Président François Hollande qui s’investit en allant à Angers visiter ce qui devrait être la « Silicon Valley » française des objets connectés. Cette fois c’est sûr, la France se lance pleinement sur une transformation numérique pour la faire entrer de plain-pied dans ce numérique XXIe siècle !

Des initiatives tous azimuts

Il est vrai qu’il n’y a jamais tant eu de colloques, manifestions, événements, assis ou non, autour de ce thème de la transformation numérique dans notre pays. Olivier Ezratty dans un remarquable billet de blog montrait son agacement face à ce trop plein de discours autour du sujet. Il faut y ajouter tout ce qui est estampillé par le gouvernement avec la French Tech qui fait les beaux jours des salons de Las Vegas. Ou encore ces délégations de patrons français allant faire leur voyage initiatique vers la mythique Californie pour y puiser les exemples innovants qu’ils pourraient O mettre en oeuvre. Bref pour reprendre une phrase à la mode sur le Big Data, la transformation numérique en France c’est comme le sexe chez les adolescents, tout le monde en parle même si peu le font.

De plus, les exemples de réussite mis en avant sont souvent capillotractés avec des gadgets révolutionnaires qui vont certainement changer nos vies à l’avenir, mais qui sont déjà confrontés à la concurrence de mastodontes mondiaux. Ces différentes opérations suivent les 34 projets et les 9 solutions industrielles prônés par Arnaud Montebourg qui succédaient eux-mêmes aux différents appels à projets de Nathalie Kosciusko-Morizet qui avait lancé la mécanique mais dont la couleur politique empêchait le gouvernement actuel de reprendre les différents programmes mis en place. Pourtant l’enjeu mérite que l’on s’y attelle puisque, normalement, toutes ces initiatives devraient permettre à notre pays de gagner 3,6 % de PIB d’ici à 2020.

Au passage, si l’on évoque souvent l’Internet des objets et autres Big Data, on parle bien peu des infrastructures qui permettraient de les faire fonctionner de manière optimale. Ainsi le bilan de la mise en place de la fibre optique, des réseaux à haut-débit téléphoniques semblent encore assez loin derrière les applications que l’on devrait pouvoir mettre dessus ! La redistribution des cartes dans le secteur des centres de données avec des méga fusions en cours pourrait de manière étonnante faire que toutes ces merveilleuses applications nouvelles ne soient plus installées que sur des infrastructures étrangères. Il est vrai que l’interventionnisme récent du gouvernement dans l’industrie informatique, avec notamment l’exemple du Cloud souverain, n’encourage pas à renouveler l’expérience ! Avancer le mot de fi asco dans le domaine n’est pas une exagération.

Des ambitions avec quels moyens ?

On le voit, les volontés ou les velléités sont nombreuses. La question réelle est celle du fi nancement et des moyens qui sont affectés à tout cela ? En ce domaine, diffi cile de faire un point précis et il est ambitieux de savoir ce qui a été abondé, ce qui devrait l’être et les programmes qui seront les soeurs Anne de ces différents plans ! Jusqu’à présent qu’avonsnous de sûr ? Des avantages fi scaux à hauteur de 2,5¬milliards d’euros et des droits à prêts de 2,1¬milliards d’euros par la BPI. Pour le reste, des encouragements, des soutiens plus moraux qu’effi caces. Si les start-up sont toujours aussi nombreuses, on ne voit toujours pas de stratégie réelle pour en faire des champions mondiaux. En fait, loin du volontarisme affi ché, le gouvernement laisse au privé la réalité du développement économique et du fi nancement des différentes opérations.

Flou artistique

Bref, si la communication est active, elle donne l’impression d’annoncer la même chose plusieurs fois et de créer la confusion sur les moyens réellement mis en place. D’ailleurs, devant les chiffres annoncés, personne n’est capable de dire ce qui a été véritablement investi, où et pour qui ! Pour dire le fond de ma pensée, je vois « champignonner » nombre de start-up faisant la chasse aux subventions et peu de véritables stratégies initiées.

Autre dossier et autre label, celui autour de la Cybersecurity en début d’année lors du FIC¬2015. À¬la clé, ces entreprises devaient voir arriver des commandes publiques. On reste là encore dans l’expectative ou le silence. Seule aide apportée jusqu’à présent, selon les dires d’Hexatrust, un rassemblement de 25¬sociétés dans le secteur de la sécurité informatique, des aides non négligeables pour exporter et accroître la présence à l’international. On offre du service mais pas d’argent sonnant et trébuchant. Plusieurs entreprises de ce rassemblement se tournent d’ailleurs vers la Bourse ou d’autres moyens pour lever des fonds et continuer leur croissance pourtant bien supérieure à la moyenne mondiale de ce secteur.

Adopter un langage de vérité

Plus que les gesticulations actuelles, les pouvoirs publics et les acteurs du privé devraient accorder leurs violons et éclairer la lanterne des entreprises et des start-up avec une défi - nition claire du rôle de chacun dans la transformation numérique de notre pays mais aussi sur les moyens qui seront mis en place avec un suivi précis des sommes dépensées pour qui et pourquoi.

L’attachement du ministère de l’Industrie à des acteurs comme DailyMotion et le lâchage en rase campagne d’Alcatel-Lucent n’ont d’ailleurs pas été bien compris par beaucoup. Le discours actuel s’attache aux symboles, surtout lorsqu’il a sous la main un champion du nouveau monde numérique, quitte à fermer les yeux sur le portefeuille de brevets et d’innovations d’Alcatel captés par Nokia.

On sait que les pouvoirs publics ne peuvent pas tout faire, tout fi nancer mais une transparence accrue et une vision plus clairement affi rmée sur ce qui devrait être l’avenir de notre pays dans une économie globalement numérique ne seraient pas de trop.

Cet article a été publié dans le numéro de juillet-août 2015 de L'Informaticien (n°137).



Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Vient de paraître

Ce Livre Blanc vous permet de découvrir toutes les étapes nécessaires pour choisir le prestataire informatique adapté à votre entreprise et ses enjeux.


Aujourd'hui, les Directeurs Comptables et Financiers ont envie de dématérialiser leurs factures fournisseurs. C'est plutôt l'idée de devoir s'intégrer à un environnement multi-ERP déjà existant qui les freine. Mais est-ce réellement une barrière ? Dans son nouveau Livre Blanc, Esker explore ce sujet. En le téléchargeant, vous découvrirez comment la dématérialisation peut être une aubaine plutôt qu'un fardeau.


Actuellement, il existe un gouffre entre les environnements informatiques traditionnels des entreprises et le cloud public. Tout diffère : les modèles de gestion, de consommation, les architectures applicatives, le stockage, les services de données.


Les avantages de l’architecture hyperconvergée étant de plus en plus reconnus, de nombreuses entreprises souhaitent l’utiliser pour des types d’applications variés. Cependant, son manque de souplesse pour une mise à niveau des ressources de calcul indépendantes de celles de stockage ne lui permet pas d’être utilisée plus largement.

Au cours de l’événement HPE Discover qui s’est tenu en juin 2019, HPE a répondu à cette préoccupation en présentant la plateforme HPE Nimble Storage dHCI.

Ce Livre Blanc IDC se penche sur les exigences du marché ayant stimulé le besoin de solutions HCI plus flexibles, puis il examine brièvement la solution HPE Nimble Storage dHCI en expliquant pourquoi elle répond à ce besoin.


Tous les Livres Blancs
Serverless

Serverless

En quelques années, le Serverless – ou informatique sans serveur – est devenu une nouvelle corde à l’arc des architectes logiciels et développeurs afin de créer des applications. La technologie est...

Le Cybercrime as a Service

Le Cybercrime as a Service

Le ministère de l’Intérieur a évoqué, dans son rapport annuel 2019 sur les menaces liées au numérique, le développement d’outils malveillants « clés en main ». Le...

Intégration continue

Intégration continue

Les entreprises sont de plus en plus nombreuses à adopter les pratiques DevOps pour leurs projets informatiques. L’intégration continue (CI), le déploiement et la livraison en continu (CD) sont devenus partie...

RSS
hardcore black fuck
Afficher tous les dossiers

STOCKAGE : NVMe s'impose, Fichier et Objet se rapprochent, Solutions de stockage pour TPE/PME - La 5G... et après ? - Le LiFi au lycée - L'IA au service du recrutement - Cybersécurité : externaliser jusqu'où ? - Windows et Linux, la fusion continue - Les meilleurs outils pour les cours à distance - YesWeHack à l'assaut du monde - Rencontre avec Armand Thiberge, CEO de SendInBlue...

 

SÉCURITÉ DU SI ? UNE PRIORITÉ ! SASE, Ransomware, Cyberformation - Le cybercrime as a service -Supinfo : Pourquoi un tel naufrage ? - Comment Nvidia s'est imposé dans les datacenters - Accélérer le développement Python avec Hydra - PME et Multicloud : où en sommes-nous ? - Le Serverless s'impose dans les architectures applicatives...

 

POSTMORTEM cyberattaque région Grand Est - OUTILS : Endpoint Detection & Response, quel rôle doit jouer l'EDR pour protéger un parc informatique ? - Appliances firewall, l'essor de la virtualisation - CONFORMITÉ : Quelles conséquences pour les entreprises après l'annulation du Privacy Shield ? TECHNO : ORC, outil open source de collecte de données forensiques - TRIBUNE : Comment protéger les données à caractère personnel de ses collaborateurs tout en favorisant le télétravail ? - PROJETS : Campus Cyber, ça se précise !...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Le gratte-ciel Salesforce à San FranciscoSalesforce, le spécialiste des technologies de relation client, s'est offert Slack pour près de 28 milliards de dollars, une acquisition qui le place en meilleure position pour concurrencer Microsoft, mais ne le dispensera sans doute pas d'autres investissements s'il veut faire de l'ombre au géant informatique. [Lire la dépêche...]

Facebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeursFacebook a annoncé mardi le lancement en janvier prochain au Royaume-Uni de Facebook News, sa section d'informations diffusant des articles de presse contre rémunération pour les éditeurs.  [Lire la dépêche...]

Twitter a rejeté mardi la demande du gouvernement australien de supprimer un tweet émanant d'un représentant de Pékin qui s'en prend aux militaires australiensTwitter a rejeté mardi la demande du gouvernement australien de supprimer un tweet émanant d'un représentant de Pékin qui s'en prend aux militaires australiens. [Lire la dépêche...]

Quelque 70 acteurs du numérique, dont les géants Google et Facebook, s'engagent, dans le cadre du collectif Quelque 70 acteurs du numérique, dont les géants Google et Facebook, s'engagent, dans le cadre du collectif "Tech For Good" lancé par Emmanuel Macron, à "prendre leurs responsabilités" pour "une juste contribution aux impôts" dans les pays où ils exercent. [Lire la dépêche...]

Des manifestants place Tahrir, au Caire, le 1er février 2011Jamais révolution n'avait autant rayonné. Grâce aux réseaux sociaux et aux smartphones, l'esprit du Printemps arabe a déferlé au Moyen-Orient et contribué à renverser des dictatures vieillissantes. Depuis, la contre-offensive numérique des Etats autoritaires a fait taire nombre de militants.  [Lire la dépêche...]

L'application TousAntiCovid sur un smartphone, le 28 octobre 2020 à ToulouseL'application TousAntiCovid a passé le cap des 10 millions d'utilisateurs, a souligné samedi dans un tweet Jean Castex, alors que les critères de distance pour alerter les personnes contacts avec des cas positifs de Covid-19 ont été élargis. [Lire la dépêche...]

Capture d'écran du producteur de musique qui s'exprime devant les médias, le 26 novembre 2020 pour raconter son tabassage par des policiersLancé début 2018 sur le modèle de Brut et d'AJ+, le jeune média en ligne Loopsider, 100% vidéo, vient de battre des records de viralité avec les images choquantes d'un homme noir passé à tabac par des policiers. [Lire la dépêche...]

Le coordinateur de l'UE pour la lutte contre le terrorisme Gilles de Kerchove lors d'un entretien à l'AFP à Bruxelles le 25 novembre 2020Les jeux en ligne peuvent servir à propager des idéologies extrémistes et même à préparer des attentats, alerte le coordinateur de l'UE pour la lutte contre le terrorisme Gilles de Kerchove dans un entretien à l'AFP, prônant une réponse européenne. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce dans un format 2020 100% online et gratuit avec deux temps forts : dès le 2 décembre pour le keynote de Marc Benioff et du 14 au 17 décembre pour DreamTX, 4 jours d'ateliers et de démonstrations. En revanche pas de sessions de formation et de certification cette année. Organisé par Salesforce.

DREAMFORCE TO YOU : DREAMTX

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce dans un format 2020 100% online et gratuit avec deux temps forts : pour le keynote de Marc Benioff et du 14 au 17 décembre pour DreamTX, 4 jours d'ateliers et de démonstrations. En revanche pas de sessions de formation et de certification cette année. Organisé par Salesforce.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Pour une cybersécurité coopérative et collaborative", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 6, 7 et 8 avril 2021 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

READY FOR IT

La nouvelle édition de Ready For IT se déroule du 17 au 19 mai 2021 à Monaco (Grimaldi Forum) : conférences, keynotes, ateliers et rendez-vous one-to-one. Organisé par DG Consultants.
RSS
hardcore black fuck
Voir tout l'AgendaIT