X
Active Backup for Office 365

News Partenaire

Active Backup for Office 365

Avec sa nouvelle solution Active Backup for Office 365, Synology met à disposition de toutes les sociétés, et tout particulièrement les petites et moyennes entreprises, une solution de sauvegarde et de restauration complète particulièrement facile à utiliser, notamment grâce à une console unique d’administration. Office 365 est aujourd’hui en train de devenir la suite de logiciels de bureautique la plus utilisée dans le monde et disposer d’une solution de sauvegarde performante, économique et simple d’utilisation est largement demandée.

Le secret d'affaires menace-t-il réellement la liberté d’informer ?

Depuis 2013, les institutions de l’UE planchent sur une directive consacrée au secret d’affaires. Ce principe, en droit, vient protéger les informations confidentielles d’une entreprise contre l’espionnage industriel. Mais le texte européen l’élargit suffisamment pour limiter les révélations de scandales par les médias et les lanceurs d’alerte.

Le 16 juin, la Commission juridique du Parlement européen a validé le projet de règlement de la Commission européenne relatif au secret d’affaires. Ce texte fait polémique, notamment parmi les journalistes. Elise Lucet est parmi eux le fer de lance de l’opposition à ce règlement, avec une pétition sur Change.org ayant recueilli à ce jour 300 000 signatures. Rappelons qu’un amendement à la loi Macron contenait une proposition semblable. Il a été finalement abandonné en route, en janvier, sous la pression d’une partie des parlementaires et des défenseurs des libertés publiques.

Pourquoi la directive 2013/0402 provoque-t-elle pareille levée de bouclier ? La notion de secret d’affaires présentée par la Commission est attentatoire à la liberté de la presse et au principe de protection des sources, accusent ses détracteurs. Le texte a le mérite d’apporter une définition harmonisée du secret d’affaires à l’échelle européenne. Pourtant, cette notion demeure relativement floue.

Sont considérées comme relevant du secret d’affaires les informations qui « ne sont pas généralement connues de personnes appartenant aux milieux qui s'occupent normalement du genre d'informations en question, ou ne leur sont pas aisément accessibles », « ont une valeur commerciale parce qu’elles sont secrètes » et « ont fait l'objet, de la part de la personne qui en a licitement le contrôle, de dispositions raisonnables, compte tenu des circonstances, destinées à les garder secrètes ». En d’autres termes, toute donnée qu’une entreprise ne souhaite pas divulguer est couverte par le secret d’affaires.

Lanceurs d’alerte et médias « contrevenants »

Est alors un contrevenant « toute personne physique ou morale qui a obtenu, utilisé ou divulgué un secret d'affaires de façon illicite ». Et plus particulièrement les journalistes puisque est illicite le fait de divulguer un secret d’affaires en connaissance de cause. C’est à partir de là que le texte commence à poser problème puisque l’obtention illicite d’un secret d’affaires recouvre un très large champ de situations : l’accès et la copie non autorisés de documents, le vol, l’acte de corruption ou encore le « non respect ou incitation au non-respect, d'un accord de confidentialité ou d'une autre obligation de préserver le secret ». Mieux encore, il suffit que l’obtention soit « contraire aux usages commerciaux honnêtes » pour que l’obtention d’informations soit considérée comme illicite. Si les points détaillés précédents couvrent de nombreux cas, ce dernier englobe tous les autres et laisse l’illicéité à la seule appréciation du juge. Peu importe qu’il s’agisse d’un acte intentionnel ou d’une « négligence grave ».

En conséquence de quoi le détenteur licite du secret d’affaires peut engager des poursuites contre les contrevenants. Les Lux- et SwissLeak ou encore les révélations autour de scandales pharmaceutiques (le Mediator par exemple) pourront-elles encore avoir lieu ? Sources, journalistes et lanceurs d’alerte enfreindront alors le secret d’affaires et s’exposeront à de lourdes peines. Et, évidemment, le secret d’affaires reste protégé lors des procédures judiciaires. « Si une source ou un journaliste "viole" ce "secret des affaires", des sommes colossales pourraient lui être réclamées, pouvant atteindre des millions voire des milliards d’euros, puisqu’il faudra que les "dommages-intérêts correspond(ent) au préjudice que celui-ci a réellement subi". On pourrait même assister à des peines de prison dans certains pays », explique la pétition.

Présomption de culpabilité

La Commission a répondu a ces accusations en précisant que sa directive permet une obtention et une divulgation licite de secrets d’affaires. Elle en expose les moyens et les circonstances dans son article 4. Obtenir un secret d’affaires de façon licite n’est possible que par une découverte ou création indépendante, de l’étude d’un produit ou objet obtenu de façon licite ou en fonction des libertés syndicales reconnues localement. Les moyens d’obtenir licitement une information existent, mais les gardes-fous sont bien maigres, si l’on en croit les opposants à ce texte.

D'autant que, si le détenteur du secret d’affaires doit prouver que ces informations sont bien couvertes par le secret d’affaires, il revient au contrevenant de prouver qu’il a agi soit dans le cadre « légitime » du droit à la liberté d'expression et d'information, soit dans « l’intérêt public » ou « l’intérêt légitime de tiers » en dénonçant une malversation ou une activité illégale. Ce qui signifie qu’un lanceur ou un journaliste doit prouver qu’il a utilisé ces informations de bonne foi, ce qui est laissé encore une fois à la libre interprétation du juge selon des critères définis par l’Etat. Ce qui n’est pas sans rappeler le principe de diffamation de la loi de 1881, avec un soupçon de présomption de culpabilité, puisqu’il revient à l’accusé de prouver son innocence, et non au plaignant de démontrer la culpabilité de l’accusé.

« [Les] entreprises vont utiliser ce nouveau moyen offert sur un plateau pour faire pression et nous empêcher de sortir des affaires » déplore Elise Lucet. Car, même si le bien fondé du secret d’affaires n’est pas prouvé, une entreprise aura tout intérêt à engager des poursuites et à faire durer la procédure pour éviter une divulgation, pendant un certain temps, d’informations compromettantes. Et pour se donner le temps de préparer une communication de crise… Le texte de la pétition se conclut : « Nous, journalistes, refusons de nous contenter de recopier des communiqués de presse pour que vous, citoyens, restiez informés. Et comme disait George Orwell : "Le journalisme consiste à publier ce que d’autres ne voudraient pas voir publié : tout le reste n’est que relations publiques" ».


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité, Débats


A votre avis...

Stockage nouvelle génération

Stockage nouvelle génération

Le volume des données, structurées ou non, augmente sans cesse sous la montée en puissance de nouvelles applications : IoT, IA, Big Data… de ce fait, le stockage fait régulièrement sa révolution...

Multicloud

Multicloud

Le multicloud est le buzzword de 2018. Une stratégie que, selon les cabinets de conseil, la majorité des entreprises vont mettre en place au nom de la flexibilité. C’est qu’il serait dommage de mettre tous ses...

Sécurité du poste de travail

Sécurité du poste de travail

Yann Serra
Les hackers considèrent désormais qu’il est bien plus rentable de concevoir des attaques sur-mesure pour dévaliser les entreprises. Le ciblage des salariés atteint un niveau de personnalisation tel que les...

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

STOCKAGE NOUVELLE GÉNÉRATION - Prélèvement à la source : les éditeurs confiants - Multicloud : les Français entrent dans la danse - DEV : les langages à connaître... et ceux à éviter - Se former à l'IoT gratuitement - IPV6 : il est plus que temps ! - Rencontre avec Jean-Noël de Galzain, fondateur de Wallix et d'Hexatrust...

 

ENQUÊTE IA & SSI : une attente forte et déjà des solutions concrètes - DPO/DPD : premier bilan du RGPD, pauvre DPO... - Entretien avec Laure de la Raudière, députée - Reportage #Room42 : pas de cyber panique au Luxembourg ! - Cryptojacking - Office 365, cible adorée des pirates - Prophétique Black Mirror - Portrait Nora Cuppens, tête chercheuse...

 

Afficher tous les derniers numéros

Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Au cours de la dernière année, les données volées et vulnérables se sont révélées des armes précieuses pour les adversaires de tous les horizons, dans toutes les régions, et pour toutes les motivations.


Au fur et à mesure que votre exposition à d’autres entreprises augmente, votre exposition au risque augmente également. Il ne s’agit pas uniquement de vos propres fournisseurs mais également les leurs. Comment pouvez-vous suivre toutes ces relations afin de gérer vos risques?


Pour répondre aux exigences de rapidité du modèle DevOps en conservant une cybersécurité efficace, de nouvelles approches doivent être adoptées en matière de sécurité de l'information, comme la sécurité intégrée, l’automatisation et la prévention proactive.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Mi-décembre, le gouvernement français, à la recherche de recettes pour financer les mesures sociales annoncées par le président Macron, avait annoncé qu'il taxerait dès le 1er janvier les géants du numérique, sans attendre un éventuel accord au sein de l'UEUn "projet de loi spécifique" portant sur une taxe qui touchera "dès cette année" les entreprises proposant des services numériques en France sera présenté "en Conseil des ministres d'ici à fin février", a annoncé le ministre de l'Economie Bruno Le Maire. [Lire la dépêche...]

Les relations sont très tendues entre le Canada et la Chine après l'arrestation à Vancouver d'une haute dirigeante de HuaweiLe gouvernement canadien a rejeté vendredi les menaces chinoises de "répercussions" à son encontre au cas où Ottawa déciderait d'interdire le déploiement au Canada de la technologie de réseau 5G du géant chinois des télécoms Huawei. [Lire la dépêche...]

La Lune vue de Los Angeles le 30 janvier 2018Les agences spatiales américaine et chinoise se parlent et se coordonnent de façon limitée pour explorer la Lune, a confirmé vendredi la Nasa, qui doit opérer dans un cadre légal très étroit imposé par le Congrès, méfiant contre le transfert de technologies vers la Chine. [Lire la dépêche...]

La ministre des Armées, Florence Parly, le 18 janvier 2019 à ParisLes armées françaises sont désormais dotées d'une doctrine de lutte informatique offensive, une manière de muscler leur posture face à la multiplication des menaces dans le cyberespace, devenu un lieu de confrontation à part entière. [Lire la dépêche...]

Ils échangent des centaines de messages Whatsapp, organisent blocages et manifestations: ce travail de fourmi a fait des administrateurs et modérateurs des groupes Facebook de Ils échangent des centaines de messages Whatsapp, passent des heures à relire des commentaires, organisent blocages et manifestations: ce travail de fourmi dans les coulisses a fait des administrateurs et modérateurs des groupes Facebook de "gilets jaunes" des piliers du mouvement qui agite la France depuis deux mois. [Lire la dépêche...]

Le Premier ministre albanais Edi Rama, le 27 août 2018 à TiranaOn peut être premier ministre et "instagrameur" compulsif: pour apaiser les protestataires ou ridiculiser l'opposition, l'Albanais Edi Rama use (abuse disent ses adversaires) des réseaux sociaux dont il est une star dans les Balkans. [Lire la dépêche...]

Wang Jinxiang, 62 ans, se produit devant le Nid d'oiseau, le stade olympique des JO d'été de Pékin, le 26 décembre 2018Internet n'est pas réservé qu'aux jeunes. En Chine, où les personnes âgées aiment se regrouper sur les places publiques pour danser ou chanter, une armée de seniors diffusent leurs performances en direct via leurs smartphones dernier cri. [Lire la dépêche...]

La ministre des Armées Florence Parly quitte l'Elysée à l'issue du Conseil des ministres, le 30 octobre 2018 à ParisLes armées françaises sont désormais dotées d'une doctrine de lutte informatique offensive, une manière de muscler leur posture face à la multiplication des menaces dans le cyberespace, devenu un champ de bataille à part entière. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

FIC

FIC FIC
Le 11ème Forum International de la Cybersécurité occupe les 22 et 23 janvier 2019 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

AP CONNECT

La 2ème édition d'AP Connect qui vise à réunir les innovations, technologies et solutions dédiées à la transition numérique des administrations publiques centrales et des collectivités territoriales a lieu les 29 et 30 janvier 2019 à Espace Grand Arche, Paris La Défense. Organisé par PG Promotion.

RENCONTRES AMRAE

Les 27èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 6 au 8 février 2019 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Le risque au coeur de la transformation". Organisées par l'AMRAE.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 11 et 12 mars 2019 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT