X
SYNETIS : dans le feu de l'action

News Partenaire

SYNETIS : dans le feu de l'action

Située en plein cœur de Paris, comme beaucoup d’entreprises d’Hexatrust qui veulent à la fois attirer les jeunes générations pour qui les tours de La Défense appartiennent au passé, tout en restant proche des grands clients, SYNETIS, créée en 2010, respire l’adrénaline et l’énergie. En plein travaux le jour de notre visite, on y est reçu comme on y travaille : cash et sans fard.

Loi Renseignement : comment Axelle Lemaire a renoncé à ses idéaux

Opposée à la loi Renseignement, la secrétaire d’Etat chargée du Numérique Axelle Lemaire a toutefois fait profil bas, évitant les débats et pensant même à la démission, sans toutefois passer à l’acte. 

Le 15 avril dernier, nous nous moquions (gentiment) de la secrétaire d’Etat Axelle Lemaire, en titrant l’un de nos papiers « Alerte Enlèvement : mais où est donc passée Axelle Lemaire ? ». Malheureusement, nous ne pensions pas tomber si juste. Longtemps absente des débats sur le projet de loi Renseignement, il semble qu’elle soit bel et bien en total désaccord avec le gouvernement sur ce projet. D’où ses absences répétées, son manque d’engagement et son quasi mutisme face à un projet qui va concrètement faire entrer la France parmi les pays les plus stricts et intrusifs du monde en matière de numérique. 

Pourtant, il y avait matière à s’exprimer que ce soit sur l’aspect liberticide de ce projet ou même sur les réactions des hébergeurs, menaçant tour à tour de s’exiler hors de l’hexagone. Mais non. Rien. Ou pas grand-chose : la secrétaire d’Etat murmurait seulement quelques mots sur le projet dans certains médias, le plus timidement du monde. Nous étions loin de l’ardeur de ces ministres qui se battent bec et ongles pour défendre le programme gouvernemental. Et pour cause : « J'ai fait la bonne élève mais je me suis posé la question de ma démission tous les jours », a-t-elle expliqué à ses collègues députés, selon ce que rapporte Mediapart

On a même pas écouté Edward Snowden

A l’heure où les Etats-Unis font légèrement marche arrière sur leurs dispositifs d’écoutes et de surveillance, la France emprunte le chemin inverse. Une version définitive pourrait être divulguée ce mardi 16 juin (après la réunion parlementaire de la commission mixte paritaire), faisant le bonheur des services secrets tricolores, trop heureux que les parlementaires ne comprennent pas toujours bien les enjeux de cette loi alors que la majorité des Français s’obstine dans un « je-n’ai-rien-à-me-reprocher-donc-surveillez-moi » général. On ne peut pourtant pas dire que la mobilisation fut faiblarde : d’Amnesty International à la Fédération internationale des droits de l’homme en passant par le CNNum ou la Commission Numérique de l’Assemblée nationale, tous ont fustigé un texte liberticide et dangereux. En vain… 

Mais bien fou celui qui aurait tenté de s’opposer à ce texte sacré, soutenu par le duo exécutif, par l’opinion publique et ce, quelques semaines après les attentats de Paris qui ont bouleversé le pays tout entier. Pourtant, ils étaient quelques-uns sur les bancs du Sénat et de l’AN à s’opposer au #PJLR. En coulisse, certains ont même salué la tribune d’Edward Snowden parue dans Libération. Lui qui rappelait que « pendant que vous lisez ceci [ma tribune], le gouvernement en prend note ». 

Une ambiance délétère ? 

Axelle Lemaire n’est pas la seule à avoir fait profil bas durant les discussions sur le #PJLR. A bien scruter le paysage politique à ce moment précis, son ministre de tutelle Emmanuel Macron a lui aussi été absent. Lui qui fustigeait, en 2009, une « France en libertés surveillées » alors que la majorité de l’époque envisageait des dispositions antiterroristes. La garde des Sceaux Christiane Taubira est elle aussi restée dans l’ombre, allant jusqu’à expliquer qu’elle serait descendue dans la rue si une telle loi avait été proposée sous un gouvernement de droite. 

Au-delà de ses positions personnelles, Axelle Lemaire semble également en froid avec le Premier ministre. On évoque parfois l'indifférence de Manuel Valls face aux sujets du numérique, voire son antipathie. On se souviendra d’ailleurs de cet épisode du 28 janvier 2015, lors duquel Manuel Valls avait sèchement recadré Axelle Lemaire, qui tentait d’évoquer le rôle d’Internet dans l’éducation. Face à tout cela, Axelle Lemaire n’a pourtant pas lâché : encore en poste, il n’est toutefois pas certain que la fin du parcours parlementaire du #PJLR soit la fin de ce qui ressemble à un calvaire pour la secrétaire d’Etat au Numérique. 


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Tendances

PowerShell DSC

PowerShell DSC

DSC est la solution DevOps de Microsoft disponible à partir de la version 4 de Powershell pour Windows et de la 6 core pour Linux.

Cybersécurité de l'industrie

Cybersécurité de l'industrie

Mis à part les OIV, bon nombre d’installations industrielles françaises sont vulnérables aux cyberattaques. Système non mis à jour, absence de briques de sécurité de base et défense...

Le stockage s'unifie

Le stockage s'unifie

Jusqu’à présent, on marquait la différence entre stockage primaire, stockage secondaire et archivage. Les baies et les logiciels étaient spécifiques. Ce n’est plus le cas et les variations...

Ville numérique

Ville numérique

Sa transformation numérique, voilà bientôt trente ans que la commune francilienne la fait. Un processus permanent qui voit intervenir de nombreux acteurs mais poursuit un seul et même but : simplifier la vie de...

Epitech Digital

Epitech Digital

Ils restent les "oiseaux rares" des recrutements IT et les entreprises en cours de digitalisation se les arrachent. Ce sont les profils hybrides, alliant compétences techniques et business, capables de discuter aussi bien avec le DSI que...

RSS
Afficher tous les dossiers

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Rashmi Sahijwala dans sa cuisine, le 8 janvier 2020 à Bombay, en IndeÀ 59 ans, Rashmi Sahijwala n'imaginait pas commencer à travailler, encore moins devenir l'une des petites mains de l'économie numérique. Pourtant, cette Indienne a rejoint les rangs de femmes au foyer qui transforment leurs fourneaux en restaurants virtuels pour nourrir les urbains pressés. [Lire la dépêche...]

La navette Cruise Origin, communiquée par la startup Cruise le 22 janvier 2020Ne cherchez ni le volant ni les pédales, cette navette autonome, dernière née chez Cruise, la startup de General Motors, n'en possède pas. [Lire la dépêche...]

Elon Musk et Donald Trump à la Maison Blanche le 3 février 2017Donald Trump a rendu hommage mercredi au génie d'Elon Musk, le créateur des voitures électriques Tesla et de la société spatiale SpaceX, dans une interview dans laquelle le président américain a appelé à défendre les grands inventeurs de l'histoire. [Lire la dépêche...]

Une enquête visant un ex-agent français, soupçonné d'avoir vendu sur le darknet des informations issues des fichiers de police, révèle un inquiétant système de trafic de donnéesIl est soupçonné d'avoir vendu sur le darknet des informations personnelles issues des fichiers de police: une enquête visant un ex-agent français, connu sous le nom de "Haurus", vient de se terminer, révélant un inquiétant système de trafic de données. [Lire la dépêche...]

Jeff Bezos le 15 janvier 2020 à New DelhiL'ambassade d'Arabie saoudite à Washington a démenti mardi l'implication du royaume dans le piratage du téléphone du patron d'Amazon Jeff Bezos, après la publication d'articles de presse mettant en cause un message WhatsApp envoyé depuis le compte du prince héritier saoudien Mohammed ben Salmane. [Lire la dépêche...]

Le journaliste américain Glenn Greenwald, qui a révélé mi-2019 le contenu de messages jetant un doute sur l'intégrité et l'impartialité du ministre de la Justice Sergio Moro et des procureurs chargés de l'enquête anticorruption Le Parquet brésilien a requis mardi l'inculpation du journaliste d'investigation américain Glenn Greenwald, accusé "d'aider, encourager et orienter" un groupe de pirates informatiques qui lui a fourni des informations compromettantes pour le pouvoir. [Lire la dépêche...]

La France envisage de suspendre le prélèvement de sa taxe sur le numérique cette année dans le cadre de ses discussions avec les Etats-UnisLa France envisage de suspendre cette année le prélèvement de sa taxe sur le numérique afin d'éviter les sanctions américaines et donner plus de temps pour trouver un accord mondial au sein de l'OCDE. [Lire la dépêche...]

Le réseau social Facebook prévoit d'embaucher 1.000 personnes au Royaume-Uni cette année pour être notamment affectées à la lutte contre les Le réseau social Facebook a annoncé mardi qu'il prévoit d'embaucher 1.000 personnes au Royaume-Uni cette année qui seront notamment affectées à la lutte contre les "contenus dangereux", devenue une priorité pour le groupe sous la pression de nombreux pays. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

RENCONTRES AMRAE

Les 28èmes Rencontres de l'AMRAE (Association française des professionnels de la gestion des risques et des assurances), le congrès annuel de référence des métiers du risque et des assurances, ont lieu du 5 au 7 février 2020 à Deauville (Centre International) sur le thème : "Risque(s) en puissance(s)". Organisées par l'AMRAE.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, IT Partners a lieu les 11 et 12 mars 2020 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie