X

News Partenaire

Projet Big Data recherche chef d’orchestre de son IT

Les offres Big Data se développent, mais leur mise en œuvre induit des problématiques issues du digital. L’expertise d’Agarik sur l’exploitation informatique du Big Data a été choisie par différents clients.

OnOff : créez des numéros de téléphone à la volée !

La start-up OnOff a présenté ce matin à Paris son application : elle permet de générer des numéros de téléphone rapidement et simplement, sans besoin de carte SIM supplémentaire en virtualisant les numéros. Pratique, rapide, français et pas cher ! 

Ce matin à Paris, c’est Taïg Khris qui a présenté sa start-up : rien à voir avec ses prouesses sportives (c’est lui qui avait sauté du premier étage de la Tour Eiffel en 2010, ndlr), OnOff Telecom veut radicalement changer la manière dont vous utilisez vos numéros de téléphone. « Le mail est dans le cloud depuis longtemps, pourquoi pas les numéros de téléphone ? », s’interrogeait-il lors de la conférence. 

Le sportif Taïg Khris en pleine présentation de OnOff App.

Voici le principe : vous téléchargez l’application (iOS pour le moment, sur Google Play dans la journée, Windows Phone à venir dans l’année), créez votre compte et vous choisissez un numéro de téléphone « libre » dans la liste. Et… c’est tout. « Dans la seconde, le numéro de téléphone devient actif », démontre en direct Taïg Khris ; et nous avons bien entendu essayé, ça fonctionne extrêmement bien. Le numéro créé possède sa propre messagerie, sa liste de contacts, etc. 

L’avantage du système est que, comme pour une adresse mail, vous pouvez utiliser un autre téléphone et l’application et retrouver tous votre « environnement » (contacts, messages, etc.). De plus, OnOff se mue également en une sorte de réseau social ; Taïg Khris parle d’un « Facebook inversé » dans le sens où vous pouvez créer un « mur » avec vos contacts et partager du contenu. Pour cela, vous pouvez demander des personnes en amis. On peut imaginer que vous créez par exemple un numéro de téléphone « Famille » et que vous possédez donc un mur très privé avec vos proches. Il est aussi bien entendu possible de s’échanger des messages (SMS, etc.) ou directement en messagerie instantanée lorsque vous êtes connectés avec des amis. 

Comment ça fonctionne ? 

Taïg Khris était il y a deux ans encore un néophyte dans le monde des télécoms. Il confie avoir appris sur le tas avec ses amis, ses proches, les ingénieurs de son entourage. Actuellement, il est en discussion avec les opérateurs en France mais également à l’étranger (pas de précisions sur les pays ciblés mais OnOff devrait rapidement s’étendre à l’international dès 2015). Concrètement, la start-up travaille avec un partenaire technique français, Transatel, qui dispose d’une licence télécom et permet à OnOff de proposer la base de données de numéros aux utilisateurs. Elle virtualise donc dans le système au sein de l’application les numéros de téléphone qui sont stockés dans le cloud et les interconnecte aux antennes de tous les opérateurs réseau via leurs réseaux GSM ; les serveurs de la start-up sont chez Amazon. 

Lorsque vous composez un numéro de téléphone avec votre numéro virtuel, l’application va demander à la carte SIM du mobile d’appeler un numéro qui est en réalité celui du cloud. L’appel est ensuite renvoyé vers le numéro demandé. De plus, Taïg Khris souligne qu’il travaille avec une « société experte en sécurité » pour assurer la confidentialité des informations. 

Il est important de noter que lorsque vous prenez un nouveau numéro, celui-ci vous appartient à 100% jusqu’à ce que vous décidiez de le supprimer. OnOff procède alors à « un nettoyage de la base de données » et le numéro pourra alors être réattribué. Enfin, le ou les numéros supplémentaires créés fonctionnent donc avec le forfait que vous possédez chez votre opérateur principal.  

Coût et fonctionnalités à venir

C’est donc loin du monde sportif que le champion de skate et de roller se trouve aujourd’hui. Mais il a su s’entourer d’une cinquantaine de ses amis proches (comme l’ancien rugbyman Fabien Pelous), qui ont tous mis la main au pot pour le démarrage de l’entreprise. Aujourd’hui, l’application est encore en phase bêta et comporte quelques bugs (assez mineurs d’après nos rapides premiers tests). 

Pendant la phase de lancement, le premier numéro de téléphone est gratuit. Au-delà, il faudra payer 2,99 euros TTC/mois pour un numéro de téléphone. D’autres formules existent avec des numéros à 4,99 euros TTC/mois ou 9,99 euros TTC/mois, avec l’accès à des fonctions supplémentaires. Pour les entreprises, la start-up proposera des flottes entières de nouveaux numéros. 

Comme expliqué, OnOff est encore en version bêta. C’est-à-dire qu’il reste de nombreuses fonctions à ajouter. « Aujourd’hui, on peut uniquement s’envoyer des photos d’application à application », précise Taïg Khris, persuadé que la technologie qu’il appelle « cloud numbers » va rapidement s’étendre. « Si Tim Cook, le PDG d’Apple, l’avait présenté dans une keynote, on appellerait ça à une révolution » s’amuse-t-il ! Notez que pour la prise en main, de nombreux tutoriels sont disponibles sur YouTube


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


5G et sécurité

5G et sécurité

Des faiblesses subsistent dans certains protocoles hérités de la 4G et même de la 3G. Le niveau de sécurité de la 5G sera-t-il à la hauteur des enjeux ? Quelques éléments de réponse ici.

Solutions cloud on-premise

Solutions cloud on-premise

Le Cloud public s’invite dans les infrastructures privées des entreprises. Après Microsoft, c’est au tour d’AWS de proposer un service cloud public sous forme de serveur matériel. Est-ce là le moyen...

RSS
Afficher tous les dossiers

BIG DATA : la maturité ! marché, technologies, retours d'expérience - L'informatique du Grand Débat - Google & les DSI : des armes de séduction fatales ? - Dataops ou quand les méthodes agiles rencontrent le Big Data - Entretien avec Luc Julia, co-créateur de Siri - Tests assistants vocaux avec écrans...

 

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

Afficher tous les derniers numéros

Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Google a promis mardi de révolutionner le monde du jeu vidéo, en lançant cette année une plateforme permettant de jouer en streaming, mais aussi en dévoilant une nouvelle manette ou encore en lançant son propre studio de création. [Lire la dépêche...]

La Commission européenne a infligé mercredi pour la troisième fois en moins de deux ans une forte amende au géant américain de l'internet Google, l'accusant de nouveau de pratiques anticoncurrentielles dans l'UE. [Lire la dépêche...]

Une balance de la justiceLe procès d'un des cyberharceleurs soupçonné d'avoir menacé la journaliste Nadia Daam, après une chronique sur Europe 1 dans laquelle elle dénonçait une campagne de haine à l'encontre de deux militants féministes, a débuté mercredi soir à Rennes. [Lire la dépêche...]

Une réplique de l'engin spatial Orion de Lockheed Martin, le 12 mars 2019 à Austin (Texas)Une fois qu'un satellite traditionnel est lancé, il reste en général peu ou pas modifiable, tant au niveau du matériel que des logiciels ou systèmes d'exploitation embarqués. [Lire la dépêche...]

Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE
Facebook déploiera fin mars son dispositif de transparence en matière de publicités politiques au sein de l'UE, dans le cadre de ses efforts pour endiguer les tentatives de manipulations avant les élections européennes de mai, a confirmé mercredi une responsable du groupe. [Lire la dépêche...]

Harald Krueger, le patron du constructeur allemand BMW, présente les résultats 2018 de la marque, le 20 mars 2018 à MunichBénéfices en baisse, suppressions d'emplois, programmes d'économies: l'électrification des voitures, nécessaire pour respecter les normes environnementales européennes, malmène d'ores et déjà un secteur automobile allemand divisé sur la meilleure stratégie pour engager sa mue. [Lire la dépêche...]

Des parlementaires américains ont demandé mardi aux dirigeants de quatre géants de l'internet de venir s'expliquer sur la prolifération en ligne de la vidéo du massacre perpétré vendredi dans une mosquée de Nouvelle-Zélande, qui avait été diffusée en direct sur Facebook par le tireur. [Lire la dépêche...]

Jade Raymond la patronne du nouveau studio de création de jeux vidéos de Google mardi pour le lancement de Stadia, la plateforme de streaming de jeux du géant de l'internet En mettant la puissance de son "cloud" informatique au service du jeu vidéo, Google ouvre de nouveaux horizons --quasi-illimités-- aux créateurs de jeu comme aux "gamers", qui pourront maintenant jouer en streaming. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

IOT WORLD

IoT World se tient, en parallèle de Cloud Computing World Expo et de Solutions Datacenter Management, les 20 et 21 mars 2019 à Paris, Porte de Versailles (Hall 5.2). Organisée par Cherche Midi Expo.

LAVAL VIRTUAL

Salon des nouvelles technologies et usages du virtuel (réalité virtuelle et augmentée), Laval Virtual se tient du 20 au 24 mars 2019 à Laval (salle polyvalente, place de Hercé). Organisé par l'association Virtual Laval.
WINDEV TECH TOUR 24 est une série de séminaires gratuits 100% techniques autour des produits WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bordeaux (Talence) le mercredi 20 mars de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
RSS
Voir tout l'AgendaIT