X

News Partenaire

PRA : ne perdez pas l’essentiel !

Ransomwares, panne d’électricité, inondations, tremblement de terre, les dirigeants d’entreprise ont pris conscience qu’ils pouvaient tout perdre en quelques minutes. Comment se prémunir de tels désastres ? La réponse se trouve dans le PRA, le plan de reprise d’activité. Méconnu, il reste incontournable pour se protéger d’un incident. Agarik accompagne les PME dans cette démarche en apportant conseils et expertises. Christophe Ruault, directeur avant-vente apporte un éclairage sur le PRA.

Faut-il croire encore au ROI ?

Dans l’analyse d’un projet, cet acronyme, ROI, est toujours présent. Le retour sur investissement est depuis longtemps le critère qui emporte souvent la décision pour initier un développement, acquérir un nouveau logiciel, souscrire à un service externe. Sincèrement, depuis des années, lorsque l’on interroge les entreprises sur ce ROI, elles sont le plus souvent incapables de nous l’indiquer. Alors faut-il encore croire à ce critère ou juste le considérer comme une justification facile pour obtenir un feu vert de sa hiérarchie ?

Soyons précis. Le ROI, Return on Investment pour les Anglo-saxons, ou retour sur investissement pour nous autres francophones, se présente comme un ratio ; un pourcentage permettant de mesurer le gain sur un investissement réalisé. Son calcul est simple et se résume par la formule suivante : les gains réalisés moins les coûts d’investissements, divisés par les coûts d’investissements. Illustration : vous achetez un bien 10, comme une action par exemple, elle monte et prend une valeur de 20. Le calcul devient : 20 moins 10, divisé par 10, ce qui est égal à 1, soit un ROI de 100 % ! Cette mesure financière semble donc parfaite a priori. Elle l’est beaucoup moins lorsqu’il s’agit de l’appliquer à un projet informatique. Tout d’abord, le ROI ne prend en compte que la dimension financière. La mesure n’est donc adaptée que pour les projets visant une augmentation du chiffre d’affaires ou une diminution des coûts dans une entreprise. Est-ce bien le but de tous les projets informatiques ? Comment, selon ce critère, évaluer la transformation numérique engagée par une entreprise ?

Les non-dits du ROI

Cette vision purement financière cache aussi, le plus souvent, des intentions moins avouables. En fait, la réduction des coûts est obtenue par l’automatisation ou l’optimisation de tâches dans l’entreprise. C’est beau. En plus clair, la plupart du temps cela justifie des licenciements ou des reclassements, car cette automatisation a son coût en ETP (Equivalent temps plein), c’est-à-dire des postes de travail existants. Il est compréhensible que les entreprises ne mettent pas en avant le fait qu’elles vont éliminer des personnels pour automatiser des tâches afin de gagner en productivité. C’est cependant se cacher derrière son petit doigt puisque, depuis le temps, les salariés l’ont bien compris et regardent le plus souvent d’un mauvais oeil les projets informatiques. 
De la même manière, dans le versant augmentation de chiffre d’affaires, il est quasiment impossible de relier de meilleures ventes à un outil informatique spécifique, si ce n’est de compter le nombre de coups de téléphone passés par un commercial, ou le temps gagné sur une recherche de données sur un client. Qui n’a pas calculé le nombre de minutes gagnées et retranscrit cela en euros sonnants et trébuchants dans le calcul d’un ROI de projet informatique ? Je me rappelle même le décompte du nombre de timbres-poste épargnés dans la mise en oeuvre de projets de gestion documentaire… 

Des calculs incertains

Vue la simplicité de la formule de calcul, il est aussi assez simple de surévaluer les gains d’un projet informatique et de dévaluer les coûts de l’investissement. Il est possible même que cela soit la cause du fait que les projets informatiques ne tiennent que rarement dans les budgets et les délais. Les ESN négocient souvent au plus bas les coûts de leurs prestations, qui ne correspondent en rien aux besoins de la réalisation sur le terrain. Retards et avenants entrent dans le jeu pour compenser ce manque à gagner initial. Autre possibilité, les ressources entrant dans les coûts sont attribuées à d’autres budgets, dégonflant ainsi un des composants essentiels du calcul. Il n’est pas rare de voir des consultants sur un projet être rémunérés sur un autre projet ou sur la maintenance d’un produit existant. À la fin, le ROI du projet en cours est évidemment extraordinaire !

Autre élément assez amusant, la plupart du temps, ce ROI se calcule sur des éléments purement comptables et souvent peu ou pas analysés par les entreprises. Facile de se targuer alors de ROI mirobolants sur des éléments dont la base est inconnue. D’ailleurs, d’expérience lors de nos demandes usuelles sur les bénéfices constatés après un projet informatique, les réponses sur les retours sur investissements se bornent à un vague « Nous n’avons pas encore tout calculé ou nous n’avons pas ce type de retour ». C’est donc un critère important avant le projet… ensuite, pour juger de la validité du projet, on peut largement l’oublier !

Des manipulations dans tous les sens

Vous l’avez compris, le ROI est devenu la principale justification pour un projet informatique souvent bien loin de la réalité et des résultats effectifs de la fin de projet. Étrangement, il est exploité dans tous le sens. Si les éditeurs offrent souvent leurs bons offices pour aider les entreprises à le calculer au plus juste, pour justifier leurs projets, ils se trouvent confrontés aussi à la démarche inverse : ils peuvent se faire « bouler » d’un projet pour ROI insuffisant ou avoir à répondre à la question qui tue : « Quel est le ROI de ce projet ou de votre logiciel ? » Et là, évidemment, la réponse devient plus ou moins élusive. Ce point m’a d’ailleurs été soufflé par un éditeur américain plutôt d’un bon standing et bien connu des entreprises pour nombre de ses logiciels.

Trouver de nouvelles métriques

Les nouveaux usages de l’informatique et leurs nouveaux types de facturation rendent encore plus illusoires les évaluations par ROI. Il suffit dans ces modèles d’allonger le temps d’évaluation des produits pour toujours les trouver plus chers que le modèle sur site.

D’autres critères que ceux simplement financiers doivent entrer en ligne de compte avec, une suggestion, des critères qui prouvent la valeur d’un projet, une sorte de ROV. La Disic, la direction informatique de l’État, vient de faire un pas en ce sens avec sa méthode Mareva, pour Méthode d’analyse et de remontée de la valeur, qui, au-delà du seul ROI, intègre la nécessité du projet – elle peut être de nature technique, politique, réglementaire : la maîtrise des risques (techniques, organisationnels, sociétaux, juridiques) ; l’internalisé pour la sphère publique ou l’État (bénéfices pour les agents et pour les services publics) ; l’externalité pour les particuliers ou les entreprises (gain de temps, économie d’argent, accès simplifié). Cette démarche a au moins le mérite de rendre transparents de nombreux aspects du projet, dont les conséquences sociales, et de dévoiler les véritables intentions de celui-ci.

Cet article a été publié dans le numéro de février 2015 de L'Informaticien (n°132).


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


5G et sécurité

5G et sécurité

Des faiblesses subsistent dans certains protocoles hérités de la 4G et même de la 3G. Le niveau de sécurité de la 5G sera-t-il à la hauteur des enjeux ? Quelques éléments de réponse ici.

Solutions cloud on-premise

Solutions cloud on-premise

Le Cloud public s’invite dans les infrastructures privées des entreprises. Après Microsoft, c’est au tour d’AWS de proposer un service cloud public sous forme de serveur matériel. Est-ce là le moyen...

RSS
Afficher tous les dossiers

BIG DATA : la maturité ! marché, technologies, retours d'expérience - L'informatique du Grand Débat - Google & les DSI : des armes de séduction fatales ? - Dataops ou quand les méthodes agiles rencontrent le Big Data - Entretien avec Luc Julia, co-créateur de Siri - Tests assistants vocaux avec écrans...

 

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

Afficher tous les derniers numéros

Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Au cours de l'année 2018, VansonBourne a mené une enquête pour le compte de Nutanix afin de connaître les intentions des entreprises en matière d'adoption de clouds privés, hybrides et publics.

 


Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le secrétaire d'Etat chargé du numérique Mounir Mahjoubi, le 21 février 2019 à ParisLes consommateurs ont "le choix" de recourir à Amazon ou à d'autres, a noté lundi le secrétaire d'Etat chargé du numérique Mounir Mahjoubi sur BFMTV/RMC, niant toutefois appeler au "boycott" face au refus du géant américain de signer une charte de bonne conduite. [Lire la dépêche...]

Apple veut se lancer dans le streaming videoApple devrait dévoiler lundi ses ambitions dans la vidéo en streaming et affronter les deux poids-lourds du secteur, Netflix et Amazon, en attendant que les géants de Hollywood, Disney et WarnerMedia, ne se jettent à leur tour dans la bataille. [Lire la dépêche...]

Le Parlement européen à Strasbourg, le 13 février 2019Les eurodéputés s'apprêtent à voter mardi sur la réforme européenne du droit d'auteur, l'heure de vérité pour ce texte très attendu par la presse et les artistes mais honni par les Gafa et les défenseurs de la liberté sur internet. [Lire la dépêche...]

Des manifestants défilent pour Des dizaines de milliers de manifestants ont défilé samedi partout en Allemagne pour "sauver internet", exhortant les eurodéputés à voter contre la future réforme européenne du droit d'auteur qu'ils jugent néfaste à la création en ligne. [Lire la dépêche...]

Apple CEO Tim Cook has been a critic of the US-China trade war that has spooked global marketsLe patron d'Apple Tim Cook a enjoint samedi Pékin de continuer à ouvrir son économie à l'heure où des rivaux chinois du géant informatique rognent ses  bénéfices tandis qu'il se retrouve au milieu du conflit commercial sino-américain. [Lire la dépêche...]

Des hommes parlent sur leur téléphone portable sur un marché d'Abidjan, le 23 juin 2009. 
Le numérique prend de plus en plus de poids dans la communication en Afrique, où des experts estiment qu'il devrait détrôner prochainement les médias traditionnels des annonceurs, télévision, affichage ou annonces dans la presse écrite. [Lire la dépêche...]

Annoncé depuis plusieurs années, le déploiement de la fibre et la commercialisation auprès du grand public dans les zones rurales se sont fortement accélérés sur l'année passée, à mesure que l'intérêt des grands opérateurs pour ces zones augmente. [Lire la dépêche...]

Le logo du site de partage de photos Pinterest, qui a annoncé vendredi son projet d'introduction boursière. Photo prise le 2 janvier 2014 à ParisL'application de partage de photos par centres d'intérêt Pinterest, qui revendique 250 millions d'utilisateurs, a dévoilé vendredi son dossier pour entrer en Bourse, selon les documents déposés auprès du gendarme de la Bourse. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 5ème étape à Nantes (Titan) le 26 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

WINDEV TECH TOUR 24 est une série de séminaires gratuits 100% techniques autour des produits WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Paris (Gaumont Opéra) le mardi 26 mars de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
WINDEV TECH TOUR 24 est une série de séminaires gratuits 100% techniques autour des produits WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Lille (Lomme) le mercredi 27 mars de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.

SSI SANTÉ

Le 7ème Congrès National de la Sécurité des SI de Santé a lieu du 2 au 4 avril 2019 au Mans avec pour thèmes : Europe & RGPD, cyber-insécurité, technologies & méthodes. Organisé par l'Apssis (Association Pour la Sécurité des Systèmes d'Information de Santé).
WINDEV TECH TOUR 24 est une série de séminaires gratuits 100% techniques autour des produits WINDEV, WEBDEV et WINDEV Mobile dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Genève (Pathé Balexert) le mercredi 3 avril de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
RSS
Voir tout l'AgendaIT