X

News Partenaire

Etude Symantec sur la cybersécurité

Selon une nouvelle étude, les entreprises ont tout intérêt à recruter des RSSI ayant déjà été confrontés à un incident de sécurité, car cette expérience change le mode de pensée et le ressenti des professionnels de la cybersécurité.


Lanceurs d'alertes hors-la-loi ? Le secret des affaires squatte la loi Macron

L'espionnage industriel est un fléau qui mérite sans doute une législation particulière face aux nouvelles menaces de fuites de données informatisées. A condition de préserver la liberté d'investigation de la presse, c'est-à-dire la protection de ses sources, y compris les lanceurs d'alertes.

On a sans doute pas fini d'en entendre parler ! L'examen du projet de loi Macron débute ce lundi à l'Assemblée nationale. C'est un patchwork de mesures favorables à l'emploi et à l'activité, à l'actionnariat salarié, au travail du dimanche, au transport en autocar, etc. etc. Dans le cadre de celles-ci a été intégré au dernier moment, en commission, un chapitre "Secret des affaires" protégeant les entreprises contre la divulgation d'informations confidentielles. Un texte qui anticipe sur une directive européenne en préparation.

La suite du projet Carayon

Ce texte est l'héritier de la proposition de loi Carayon (du nom de Bernard Carayon alors député UMP du Tarn) qui avait bien failli aboutir en 2012, mais l'élection de François Hollande à la présidence de la République lui avait fait prendre le chemin du placard. Plusieurs affaires de vols de données et de fichiers informatiques avaient ému l'opinion : vol de données par une stagiaire chinoise chez Valeo ou copie d'un fichier de fournisseurs par une ancienne salariée voulant monter son affaire avec cette fois pour victime une entreprise auvergnate du secteur de la confection haut de gamme (lire les détails sur le site de notre confrère Mag-Securs).   

Nouvelle tentative de législation en 2014 mais cette fois emmenée par Jean-Jacques Urvoas, député PS du Finistère et président de la commission des lois, et Bruno Le Roux, président du groupe PS à l'Assemblée. A nouveau il est constaté que la propriété industrielle ou la législation qui punit le vol, l'escroquerie, l'abus de confiance,... ne suffisent plus. Il faut un nouveau texte qui traite du problème dans sa globalité et protège les entreprises de l'espionnage industriel. 

Punir la captation des données

Le texte était présenté ainsi : « la définition du vol ne prend guère en considération les biens immatériels, le délit d’intrusion dans un système informatisé de données n’est efficace qu’en cas d’intrusion avérée et ne punit pas la captation de ces données, celui de révélation d’un secret de fabrique ne concerne que les salariés de l’entreprise, le secret professionnel ne s’applique lui aussi qu’à un nombre restreint de personnes… et nombreux sont les dossiers judiciaires qui n’ont pu aboutir en raison d’un problème d’incrimination. Au surplus, l’importance du cadre jurisprudentiel ne crée pas les conditions d’une réelle sécurité juridique, d’une uniformité d’application et d’une prévisibilité de la loi. Pis, elle pose un problème d’accessibilité de la norme et induit une rupture d’égalité dans la mesure où tous les acteurs du monde économique n’ont pas les moyens de s’offrir la même qualité de conseil juridique, ce qui laisse place à des stratégies d’intelligence juridique asymétriques ayant pour but d’exploiter la faiblesse de certains. Enfin, les dispositions existantes laissent la voie civile dans une relative déshérence alors même qu’elle paraît plus adaptée à la vie des entreprises. Elle se caractérise en effet par sa souplesse (le plaignant contrôle notamment le déclenchement et le suivi de la procédure), par l’adaptation des sanctions au préjudice subi par la victime et aux avantages indument retirés par l’auteur, ainsi que par la possibilité de procédures confidentielles là où les contentieux sont trop souvent détournés de leur finalité réelle et exploités à des fins déloyales. En ce domaine, il convient de garder en mémoire que l’espionnage peut être légal.»

Protéger toute information non publique

Modifiant le code du commerce, le texte intégré à la loi Macron semble en première analyse exactement le même que le projet Urvoas. Il prévoit notamment :

« Art. L. 151-1. - Est protégée au titre du secret des affaires, indépendamment de son incorporation à un support, toute information :
« 1° Qui ne présente pas un caractère public en ce qu’elle n’est pas, en elle-même ou dans l’assemblage de ses éléments, généralement connue ou aisément accessible à une personne agissant dans un secteur ou un domaine d’activité traitant habituellement de ce genre d’information ;
« 2° Qui, notamment en ce qu’elle est dénuée de caractère public, s’analyse comme un élément à part entière du potentiel scientifique et technique, des positions stratégiques, des intérêts commerciaux et financiers ou de la capacité concurrentielle de son détenteur et revêt en conséquence une valeur économique ;
« 3° Qui fait l’objet de mesures de protection raisonnables, compte tenu de sa valeur économique et des circonstances, pour en conserver le caractère non public.
« Art. L. 151-2. – Nul ne peut obtenir une information protégée au titre du secret des affaires en violation des mesures de protection prises pour en conserver le caractère non public, ni utiliser ou communiquer l’information ainsi obtenue.

« Nul ne peut non plus utiliser ni communiquer une information protégée au titre du secret des affaires, sans le consentement de son détenteur duquel il l’a obtenue, de façon licite, directement ou indirectement.

« Toute atteinte, délibérée ou par imprudence, au secret des affaires prévue aux deux premiers alinéas du présent article engage la responsabilité civile de son auteur, à moins qu’elle n’ait été strictement nécessaire à la sauvegarde d’un intérêt supérieur, tel que l’exercice légitime de la liberté d’expression ou d’information ou la révélation d’un acte illégal.

A noter la nécessité des mesures de protections "raisonnables". Pointent déjà les problèmes d'interprétation et de niveau adéquat de protection par mots de passe.

Les peines prévues sont lourdes  :

« Art. L. 152-1. – I. – Le fait pour quiconque de prendre connaissance ou de révéler sans autorisation ou de détourner toute information protégée au titre du secret des affaires au sens de l’article L. 151-1 est puni de trois ans d’emprisonnement et de 375 000 € d’amende.
« II. – La peine est portée à sept ans d’emprisonnement et 750 000 € d’amende lorsque l’infraction est de nature à porter atteinte à la souveraineté, à la sécurité ou aux intérêts économiques essentiels de la France.
« III. – La tentative de ce délit est punie des mêmes peines.

Le texte sorti de la commission spéciale est très long, nous en avons extrait les pages concernant le secret des affaires dans un PDF que vous pouvez consulter ici.

Secret des affaires, jusqu'où ? 

Le projet de loi Macron est discuté à l'Assemblée nationale à partir de lundi après-midi et jusqu'au 6 février. Il est à craindre que ce volet "secret des affaires" soit examiné trop rapidement. En effet qu'en est-il du droit d'investigation de la presse et de la protection de ses sources ? Idem pour les représentants du personnel et les responsables syndicaux ? Et quid du droit sinon du devoir d'alerte qui revient finalement à chaque citoyen amené à constater des infractions graves, des fraudes, des tromperies au consommateur, des menaces pour l'environnement,.. 

Mediapart a été le premier média à réagir. Comment dans ces conditions "sortir" l'affaire Cahuzac en faisant état de ses relations d'affaires ? Mais toute la presse d'information générale d'investigation - y compris Le Canard enchaîné ! - est menacée, si le législateur ne précise pas mieux la portée du texte notamment en ce qui concerne la protection des sources.

Une liberté de non-publicité des comptes annuels

Au-delà du secret des affaires, qui entend protéger toute information n'ayant pas un caractère public, la commission spéciale a également accepté un amendement qui vise à restreindre les informations jusqu'à présent publiques. C'est celui de Bernadette Laclais, députée PS de Savoie, qui souhaite donner aux entreprises la liberté d'une "non-publicité" de leurs comptes annuels "afin de protéger les entreprises françaises, ces contraintes de publications n’existant pas dans de nombreux pays". 

Avec ce genre de "liberté" on ne pourra bientôt plus établir que telle ou telle grande entreprise de l'internet (GAFA et autres) déclare un bénéfice ridicule et donc ne paye que peu ou pas d'impôts en France... Cet amendement a été déposé contre l'avis du gouvernement car risquant d'être non-conforme au droit européen. Ouf !     


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Certifications Datacenters

Certifications Datacenters

Si longtemps la réputation d’un centre de données s’est limitée au seul critère de continuité de service, de nouvelles caractéristiques ont aujourd’hui pris de l’importance,...

Que deviennent les DataLabs ?

Que deviennent les DataLabs ?

Lancés en pleine vague Big Data afin d’aider les organisations à entrer dans l’ère de la donnée, les DataLabs doivent aujourd’hui évoluer. Fini “ l’usine à poc ”,...

Processeurs

Processeurs

Avec la promesse d’une performance multipliée par deux, la nouvelle génération de microprocesseurs AMD pour serveurs a de quoi faire bouger les lignes, notamment auprès d’opérateurs de services...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Des passants près d'une caméra de surveillance installée sur Oxford Street à Londres, le 16 août 2019L'expérience était menée en toute discrétion. Entre 2016 et 2018, deux caméras de surveillance installées dans le quartier londonien de King's Cross analysaient les visages des passants sans les prévenir par reconnaissance faciale, pouvant les identifier et ainsi suivre leurs mouvements. [Lire la dépêche...]

Des visiteurs jouent en ligne sur le stand de Google qui lance Stadia sa plateforme de jeux vidéos sur le cloud, lors d'un évènement à Cologne, le 21 août 2019Google n'est pas le premier grand groupe à se lancer dans le "cloud gaming", mais il est certainement le plus attendu, car son succès, ou son échec, déterminera le futur proche de ce marché balbutiant - celui des jeux vidéo libérés des contraintes matérielles. [Lire la dépêche...]

Une participante au Gamescon de Cologne joue sur la plateforme Stadia de Google, le 21 août 2019De Tetris à Assassin's Creed en passant par Fortnite, les jeux vidéo sont devenus plus beaux et plus complexes. Les joueurs sont partout, dans le métro avec des passe-temps sur téléphone, dans le salon via une console pour jouer en réseau avec ses amis, et sur l'ordinateur, plongés dans des jeux immersifs en haute définition. [Lire la dépêche...]

Deux toiles du collectif français Obvious, réalisées avec l'utilisation de l'intelligence artificielle, ont été vendues vendredi chez Sotheby's à des prix très inférieurs à celui d'un de leurs précédents tableaux, parti pour 432.500 dollars l'an dernier. [Lire la dépêche...]

Twitter announced it would exmpt some Twitter a indiqué vendredi qu'il allait exempter les bonnes causes, comme la défense de l'environnement ou la promotion de l'égalité sociale, de son interdiction de passer des publicités politiques sur le réseau. [Lire la dépêche...]

Le service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrenceLe service de paiement Apple Pay, lancé en 2014 aux Etats-Unis et présent depuis dans toute l'UE, est étudié avec attention par la Commission européenne, qui soupçonne l'américain d'enfreindre les règles de la concurrence, ont affirmé vendredi plusieurs sources à l'AFP. [Lire la dépêche...]

Alibaba is one of the world's most valuable companiesNée dans un modeste appartement de Hangzhou en 1999, Alibaba a nourri l'appétit insatiable des Chinois pour le commerce en ligne en devenant l'une des entreprises les plus prospères au monde, rattrapant peu à peu son modèle et rival, le géant américain Amazon.  [Lire la dépêche...]

Une démonstration d'un système de reconnaissance faciale dans la foule au salon CES de l'électronique grand public à Las Vegas le 10 janvier 2019Comment éviter de tomber dans une société entre "Black Mirror" et "Big Brother"? La commission nationale informatique et libertés (Cnil) a dessiné vendredi des "lignes rouges" à ne pas franchir dans l'utilisation de la reconnaissance faciale, en matière de respect de la vie privée des citoyens notamment. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 19 au 22 novembre 2019 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Bruxelles (Braine-l'Alleud) le mardi 19 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Lille (Lomme) le mercredi 20 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.
Le WINDEV TOUR 25 est une série de séminaires professionnels gratuits autour de 25 sujets sur les produits WINDEV 25, WEBDEV 25 et WINDEV Mobile 25 dans 12 villes (France, Belgique, Suisse, Canada). Étape à Paris (UGC Normandie) le jeudi 21 novembre de 13h45 à 17h30. Organisé par PC Soft.

MAKER FAIRE

Du 22 au 24 novembre 2019, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

TRUSTECH

Cet événement international dédié aux paiements, à l'identification et à la sécurité est organisé à Cannes du 26 au 28 novembre 2019. Organisé par Comexposium.

RSS
Voir tout l'AgendaIT