X

Un hacker en retard et Ubisoft plonge dans le rouge

L’exercice 2013-2014 été particulièrement difficile pour l’éditeur de jeux français. Ubisoft met en cause les reports de deux titres phares et compte sur leur prochaine sortie pour gonfler ses résultats. Mais il faut voir derrière cette chute une évolution plus profonde des pratiques liées au jeu vidéo qui affecte les revenus des éditeurs.

Ubisoft a publié hier ses résultats pour l’année fiscale 2013-2014. Et le moins qu’on puisse dire, c’est que ces chiffres sont loin d’être excellents. L'éditeur de jeux vidéo a plongé dans le rouge. Son année s’est achevée fin mars avec une perte nette de 49,3 millions d'euros fin mars. Son chiffre d’affaires recule de près de 20% à hauteur d’un milliard d’euros pour la période 2013-2014. 

Son résultat opérationnel est lui aussi en baisse mais correspond aux annonces du groupe, avec une perte de 65,5 millions d’euros. Cela se traduit par un recul de la marge brute de l’entreprise à 71,7 % du chiffre d’affaires, soit 1% de moins que l’année précédente. La progression du dernier semestre (+10,9%) n’a pas permis de limiter les dégâts. Ubisoft avait pourtant pourtant réalisé un profit net de 69,2 millions d'euros lors de son exercice 2012-2013.

En cause, le retard de deux blockbusters

En octobre dernier, l’éditeur français avait averti ses investisseurs quant à ses résultats, arguant le fait que le report de deux jeux, The Crew et Watch Dogs, influerait sévèrement sur ses revenus. Ce ne sont en effet ni les frais de R&D, ni les frais commerciaux qui tirent ces chiffres vers le bas. Les investissements d’Ubisoft dans ces segments sont d’ailleurs en baisse sur la période 2013-2014. Yves Guillemot, PDG du groupe, impute principalement ce recul au retard pris sur ces deux titres majeurs. 

Ce sont bien 4 blockbusters qui auraient dû sortir des studios en 2013. Seuls Assassin Creed Black Flag et South Park : The Stick of Truth sont sortis en 2013. Leurs ventes ont permis à Ubisoft d’améliorer ses ventes au quatrième trimestre 2013, supérieures à l’objectif annoncé. Le premier s’est vendu à 11 millions d’exemplaires. « Cette franchise phare de l’industrie du jeu vidéo génère des revenus réguliers à forte rentabilité » se félicite le communiqué. Quant à South Park, ses performances « solides » ont évité le pire à Ubisoft. « Watch Dogs est parfaitement positionné pour devenir le meilleur lancement jamais réalisé par une nouvelle marque dans l’histoire de l’industrie », avance le PDG du groupe, mettant en avant le nombre record de précommandes. Malheureusement, le jeu sortira un semestre trop tard.

Initialement prévu pour le 21 novembre 2013, Watch Dogs, ce jeu où l’on incarne un vigilante adepte du hacking, s’est vu repoussé au 27 mai 2014. « Il nous est apparu évident que nous avions besoin de plus de temps pour peaufiner et sublimer chaque détail afin de vous offrir une expérience de jeu mémorable et exceptionnelle » annonçait à l’époque Ubisoft. Souhait d’améliorer le jeu pour les uns, crainte de la concurrence de GTA V et du Call Of Duty annuel (commercialisés en fin d’année) pour les autres, son absence des rayons a porté un coup sévère à Ubisoft cette année. Il en va de même pour le jeu de course The Crew, prévu au premier semestre 2014, retardé au second. Les deux titres étaient pourtant très attendus.

Une évolution des pratiques de jeu

Si Ubisoft mise sur la sortie prochaine de ces deux titres, il ne faut pas négliger pour autant une évolution qui se dessine dans les résultats des différents éditeurs. Les profils de joueurs changent. A la lecture des chiffres publiés par le Français, on observe deux fortes tendances. 

En premier lieu, le segment des « jeux pour joueurs passionnés » (ou hardcore gamers) accuse une baisse de 18%, à 758 millions d’euros. Si ce recul est imputable en partie aux reports de The Crew et de Watch Dog, on constate que la part de jeux « hardcore » est en constant reflux quel que soit l’éditeur concerné. Cela s’explique par de nombreux facteurs : refus des systèmes de microtransactions de plus en plus présents, croissance des jeux dits « indépendants », mainmise de Steam et de son effet « soldes » sur le calendrier des joueurs… De même, le chiffre d’affaires grand public baisse de 24%.

Problème : il s’agit des segments « historiques », ceux qui portent depuis toujours le dynamisme des studios. Leur recul affecte fortement le chiffre d’affaires des éditeurs. Mais, à l’image d’Ubisoft, un segment émergent est en bonne voie pour les rattraper. « Cette baisse liée au recul du segment pour joueurs passionnés », explique Yves Guillemot, « a été en grande partie compensée, en pourcentage du chiffre d'affaires, par la croissance de la distribution digitale ». 

Ce pôle d’activités se compose de la vente de contenus dématérialisés. Chez l’éditeur français, il est l’un des rares à afficher une hausse, d'environ 32%. A 195 millions d’euros, le segment « digital » représente désormais 19% du chiffre d’affaires total et pourrait bien dépasser la part grand public dès cette année. Cette tendance s’accompagne d’un essor du casual gaming (jeu occasionnel), illustré principalement par le téléchargement d’applications de jeux mobiles. « Les lancements réussis de Trials Frontier, avec près de 10 millions de téléchargements sur iOS en un mois, et CSI: Hidden Crimes, jeux Free-to-Play pour smartphones et tablettes, viennent confirmer en ce début de nouvel exercice nos avancées sur ce segment porteur ». 

Des perspectives optimistes

Côté perspectives, Ubisoft voit grand. Le groupe prédit pour le prochain trimestre une hausse de son chiffre d’affaires « de plus de 300% par rapport au premier trimestre 2013-14 », aux alentours de 210 millions d’euros, grâce au lancement de Watch Dog. « Pour 2014-15, la Société confirme son objectif d’un résultat opérationnel non-IFRS d’au moins 150 M€ et communique un premier objectif de chiffre d’affaires annuel d’au moins 1 400 M€, soit une hausse de 39% par rapport à l’exercice précédent ». L’éditeur tient compte des évolutions du marché et mise sur la hausse de segment digital, notamment à travers les revenus générés par le Free-to-Play « sur mobile et PC ». 

Quant aux jeux pour « passionnés », Ubisoft annonce la sortie de cinq titres phares en 2014-2015 : Assassin’s Creed Unity, Far Cry 4, Just Dance, The Crew et Watch Dogs. Yves Guillemot précise : « Combinée à la rapide montée en puissance des consoles de nouvelle génération et à la forte croissance du marché online, notre offre ambitieuse de jeux doit nous permettre de placer 3 titres parmi les 10 meilleures ventes de l’année sur consoles et PC et d’enregistrer une progression significative de notre chiffre d’affaires digital ». 

Toutefois, Ubisoft n’est pas à l’abri d’un nouveau retard pris sur ses blockbusters. The Division, un des titres les plus attendus de 2014, est déjà repoussé à 2015 pour contraintes techniques (ou bien est-ce pour ne pas saturer un marché déjà en berne). Quant à Farcry 4, sa sortie est programmée pour le 20 novembre… Soit au même moment que Watch Dogs l’an passé, dont il pourrait partager le sort. Cette nouvelle année fiscale ne s’annonce pas de tout repos pour Ubisoft. 


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Offres d'emploi informatique avec  Emploi en France
jooble

Transfo avec Salesforce

Transfo avec Salesforce

Dreamforce, conférence géante à San Francisco, regroupait cet automne près de 170000 personnes sur place et près de 15 millions en ligne. Marc Benioff a multiplié les annonces à cette occasion pour...

PowerShell DSC

PowerShell DSC

DSC est la solution DevOps de Microsoft disponible à partir de la version 4 de Powershell pour Windows et de la 6 core pour Linux.

Cybersécurité de l'industrie

Cybersécurité de l'industrie

Mis à part les OIV, bon nombre d’installations industrielles françaises sont vulnérables aux cyberattaques. Système non mis à jour, absence de briques de sécurité de base et défense...

Le stockage s'unifie

Le stockage s'unifie

Jusqu’à présent, on marquait la différence entre stockage primaire, stockage secondaire et archivage. Les baies et les logiciels étaient spécifiques. Ce n’est plus le cas et les variations...

Ville numérique

Ville numérique

Sa transformation numérique, voilà bientôt trente ans que la commune francilienne la fait. Un processus permanent qui voit intervenir de nombreux acteurs mais poursuit un seul et même but : simplifier la vie de...

RSS
Afficher tous les dossiers

20 TECHNOS pour 2020 et au-delà... : multicloud, rpa, edge&fog, apis, quantique... - La transfo numérique exemplaire d'une PME industrielle - BYOK : chiffrer le Cloud - L'Open Source teinté d'Orange - Mettre de l'intelligence dans l'APM - Le disque dur fait de la résistance - CI/CD as a Service - Digital Campus, n°1 des écoles du numérique...

 

L'IA AU COEUR DES MÉTIERS : retours d'expérience Cemex, Lamborghini, Decathlon, HSBC - Google Cloud Platform : tout sur la migration ! - Edge Computing, chaînon manquant - Cybersécurité : lutter contre l'ennemi intérieur - Ansible, outil de prédilection des DevOps - Docker, de Montrouge à la roche tarpéienne...

 

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

Afficher tous les derniers numéros

OneTrust est une plateforme logicielle innovante de gestion de la confidentialité, de la sécurité des données personnelles et des risques fournisseurs. Plus de 4 000 entreprises ont choisi de faire confiance à cette solution pour se conformer au RGPD, au CCPA, aux normes ISO 27001 et à différentes législations internationales de confidentialité et de sécurité des données personnelles.

OneTrust vous propose de télécharger le texte officiel du Règlement Général sur la Protection des Données (RGPD). Vous aurez également la possibilité de recevoir la version imprimée de ce texte, sous forme de guide pratique au format A5, spiralé, en complétant le formulaire.


Le présent guide d'achat vous aidera à améliorer l'efficacité de votre cloud hybride, en mettant l'accent sur les stratégies de gestion des données dédiées aux applications correspondantes.


Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
La secrétaire d'Etat à la Transition écologique Brune Poirson, le 12 février 2020 à l'ElyséeLa secrétaire d'Etat à la Transition écologique, Brune Poirson, réunit lundi les fabricants de lave-linge pour préparer l'application d'une mesure adoptée dans la loi pour l'économie circulaire: l'installation de filtres à microfibres plastiques dans les machines à laver neuves. [Lire la dépêche...]

Un data center dans la banlieue de Paris, en février 2019Big brother à la chinoise ou simple moyen de paiement, la reconnaissance faciale divise et Bruxelles lancera mercredi un grand débat sur l'intelligence artificielle, bien décidé à prévenir les dérapages. [Lire la dépêche...]

Le Chaque trimestre, Amazon, Microsoft et Google en tirent des recettes record. C: l'internet des objets va décupler les usages des nuages. [Lire la dépêche...]

Un journaliste de l'AFP regarde les sites de Christopher Blair, le 13 février 2020 à WashingtonAux Etats-Unis, Christopher Blair rédige des articles de fausses informations, générant des millions de vues sur internet. Si selon lui, ces contenus sont clairement satiriques, une partie des internautes conservateurs croit en leur véracité. [Lire la dépêche...]

Les habitants handicapés de Virginie-Occidentale et les militaires déployés à l'étranger pourront voter via leur smartphone à l'élection présidentielle américaineLes habitants handicapés de Virginie-Occidentale et les militaires déployés à l'étranger pourront voter via leur smartphone à l'élection présidentielle américaine, bien que la méthode suscite de nombreuses inquiétudes en termes de sécurité. [Lire la dépêche...]

Le ministre américain de la Défense a prévenu samedi les Européens qu'en autorisant l'équipementier télécoms chinois Huawei à construire les réseaux 5G ils risquaient de "menacer" l'Otan. [Lire la dépêche...]

Google a entamé des négociations pour arriver à des accords de licence avec des éditeurs de presseGoogle a entamé des négociations pour arriver à des accords de licence avec des éditeurs de presse, afin d'atténuer les critiques qui accusent le géant californien de tirer des bénéfices indus de leurs informations, selon des sources proches des discussions. [Lire la dépêche...]

Benjamin Griveaux lors d'une conférence de presse à Paris le 14 février 2020Inconnu il y a encore quelques années, le "revenge porn" ou "vengeance pornographique", dont a été victime Benjamin Griveaux, consiste à diffuser des images intimes sans l'accord des personnes concernées, et est désormais sévèrement puni par la loi. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, IT Partners a lieu les 11 et 12 mars 2020 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury). Organisé par Reed Expositions.
RSS
Voir tout l'AgendaIT
0123movie