X

Renseignement français : du Big Brother au Big Data

Les révélations d’Edward Snowden ont répandu un vent de paranoïa généralisé. Le citoyen français demande alors s’il est lui-même surveillé, et si oui, par qui ? Comment ? Les données que certaines entreprises détiennent sur lui sont-elles transmises aux services de renseignement français ? Américains ?

En cette journée « Anti-NSA » Le Monde révèle aujourd’hui des informations exclusives sur le système de surveillance français. Pourtant, de nombreuses informations circulaient déjà sur la toile, mais peu de gens s’y intéressaient. Prism a remis le sujet sur le tapis. Qu’apprend-t-on vraiment ?

 

La caserne des Tourelles, surnommée la « piscine », siège de la DGSE,
boulevard Mortier, dans le XXème arrondissement de Paris. Photo AFP

L’intérêt n’est pas « ce qui se dit », mais « qui parle avec qui »

Les agents du renseignement français espionnent. Jusqu’ici, rien de neuf. C’est l’essence même de leur profession. La Direction générale de la sécurité extérieure (DGSE) collecte donc des informations. Lesquelles ? Des signaux électromagnétiques issus d’ordinateurs et de téléphones (relevés téléphoniques, mails, SMS, fax, activités sur Internet via Facebook, Google, etc.). Les journalistes du Monde expliquent que les services français ne s’intéressent pas vraiment aux « contenus » de ces données récoltées, mais plutôt au différents réseaux qu’ils permettent d’établir. Ces « métadonnées » visent ainsi à dessiner les « liens entre les cibles, identifier les "cellules" ». L’objectif ? Lutter contre le terrorisme. Mais pour cibler les personnes potentiellement impliquées, il convient donc de « fliquer » tout le monde. Tout comme les caméras de surveillance…  - de vidéo-protection, pardon - filment tout le monde à chaque instant, pour protéger les individus « lambdas » contre d’éventuels individus « dangereux ».

Supercalculateur-espion et vide juridique

Toujours selon les informations du Monde, le siège de la DGSE à Paris, boulevard Mortier, recueillerait ainsi des masses de données (des « milliards de milliards ») dans les sous-sols de la DGSE : « Le service de renseignement dispose d'un supercalculateur capable de gérer des dizaines de millions de gigaoctets. » Est-ce légal ? C’est comme se demander si un mensonge par omission est vraiment un mensonge… En effet, la loi ne prévoit pas d’encadrement pour le stockage de grandes quantités de données techniques par des services français. Même si la CNIL affirme que « le régime juridique des interceptions de sécurité interdit la mise en œuvre par les services de renseignements d’une procédure telle que Prism ». La CNIL a par ailleurs créé un groupe de travail sur l’accès des autorités publiques étrangères à des données personnelles de citoyens français, suite aux révélations d’Edward Snowden : ce groupe devrait rendre ses premières conclusions en septembre.

En février dernier, le préfet Erard Corbin de Mangoux, alors Directeur de la DGSE, était entendu devant la Commission de la défense nationale et des forces armées, à l’Assemblée nationale. Il expliquait, de manière très générale, les missions de ses équipes et les moyens qu’elles avaient à leur disposition : « S’agissant des moyens techniques, nous disposons de l’ensemble des capacités de renseignement d’origine électromagnétique (ROEM). À la suite des préconisations du Livre Blanc de 2008, nous avons pu développer un important dispositif d’interception des flux Internet. En outre, nous travaillons également beaucoup sur l’imagerie, même si ce secteur relève davantage de la DRM (…) Notre dernière source d’information est alimentée par les partenariats avec les services étrangers. Nous travaillons avec un peu plus de 200 services (…)  Nous traitons des informations et faisons des recherches communes. Il s’opère parfois une sorte de partage de compétences en fonction des points forts de chacun, certains pays pouvant disposer d’informations de « niches » particulièrement utiles. »

La DGSE récolte donc des masses de données mais qu'en est-il vraiment de l’analyse de ces données ? Le directeur de la DGSE indiquait bien, devant les députés, que « ceci établi, c’est le croisement des sources d’origine humaine, technique et opérationnelle qui fait notre force. » 

« La NSA pêche au filet en ramassant large, alors que la DGSE pêche au harpon. »

En juin dernier, le président de la commission des lois à l’Assemblée nationale, auteur de deux rapports sur le contrôle des activités de renseignement (l’un sur le cadre juridique, l’autre sur la surveillance des mouvements radicaux armés, était interviewé par le quotidien Le Monde, suite à l’affaire Snowden. L’interview cherchait déjà à l’époque à savoir si le système mis en place aux États-Unis à travers le programme Prism, trouvait un écho en France. Voici ce qu’il annonçait alors : « La NSA est une agence technique, c'est une structure qui a vocation à surveiller des données, des flux d'informations. Ce n'est pas le mode de fonctionnement de la DGSE qui collecte des informations pour accomplir les missions définies par son décret fondateur. La NSA pêche au filet en ramassant large, alors que la DGSE pêche au harpon. Ce n'est pas un énorme aspirateur qui écoute tout ce qui passe. »

HERISSON, Bull & Bertin Technologies

Il y a quelques années, la France, via la DGA (Direction Générale de l'Armement), avait réalisé, en association avec le ministère de l’Intérieur, une étude pour évaluer les produits logiciels du marché, dans le domaine de l’exploitation des données de la sphère privée (échange de mail, téléchargements en P2P, transferts en FTP etc.). HERISSON (« Habile extraction du renseignement d'intérêt stratégique à partir de sources ouvertes numérisées »)  est une plateforme d’intégration et d’évaluation de ces logiciels. Ce démonstrateur analysait l’Internet, les flux analogique des radios, TV.  Un marché avait été passé pour développer les technologies de surveillances avec EADS (aujourd’hui Cassidian) pour un budget s’élevant à 4,6 millions d’euros, avec deux sous-traitants : Bull et Bertin Technologies.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

100 milliards !

100 milliards !

Des responsables de l’UE ont profité de la nouvelle Commission Européenne pour demander la création d’un fonds d’investissement de 100 milliards d’euros pour financer les pépites de la tech et...

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Devant le renforcement de la réglementation… devant aussi la recrudescence des cyberattaques… de plus en plus d’entreprises songent à se doter d’un centre d’opérations de...

Devenir “Growth hacker”

Devenir “Growth hacker”

Comment réorienter sa carrière d’informaticien vers le secteur à forte croissance de l’e-marketing ? La Rocket School propose une formation accélérée de douze semaines, suivie par une ou deux...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Logo de YouTube, la plateforme de vidéos de GoogleYouTube a tout pour séduire les annonceurs: 2 milliards d'utilisateurs actifs mensuels et des outils publicitaires sophistiqués pour les cibler. [Lire la dépêche...]

YouTube a annoncé mercredi que les insultes, les menaces personnelles et le harcèlement en général ne seraient plus tolérés, une nouvelle étape dans le processus d'assainissement de la plateforme de vidéos entrepris depuis plusieurs années. [Lire la dépêche...]

YouTube annonce que les insultes, les menaces personnelles et le harcèlement en général ne seraient plus tolérésYouTube a annoncé mercredi que les insultes, les menaces personnelles et le harcèlement en général ne seraient plus tolérés, une nouvelle étape dans le processus d'assainissement de la plateforme de vidéos entrepris depuis plusieurs années. [Lire la dépêche...]

Les sénateurs ont largement modifié mercredi en commission la proposition de loi LREM de lutte contre la haine sur internet, supprimant sa mesure phare qui visait à obliger plateformes et moteurs de recherche à retirer les contenus "manifestement" illicites sous 24 heures. [Lire la dépêche...]

Des employés dans les bureaux de Twitter à San Francisco le 13 août 2019Le patron de Twitter Jack Dorsey veut lutter contre la désinformation en changeant les règles du jeu et les algorithmes des réseaux sociaux pour encourager des conversations plus équilibrées, moins énervées. [Lire la dépêche...]

Une femme essaie des casques audio à Berlin le 1er septembre 2016Une nouvelle génération de femmes lance podcasts et plateformes audio aux contenus érotiques qui se veulent plus en phase avec le désir féminin, avec l'ambition de contribuer à leur bien-être. [Lire la dépêche...]

Les premiers diplômés de l'Université virtuelle de Côte d'Ivoire, lors de la cérémonie de remise de leurs diplômes, le 28 novembre 2019 à AbidjanSon salon est sa salle de cours. Diarra Bassirra, 20 ans, fait partie des 6.000 étudiants de l'Université virtuelle de Côte d'Ivoire (UVCI), un établissement créé en 2015 pour désengorger le système universitaire dans un pays où 43% de la population a moins de 15 ans.  [Lire la dépêche...]

Une femme essaie des casques audio à Berlin le 1er septembre 2016Une nouvelle génération de femmes lance podcasts et plateformes audio aux contenus érotiques qui se veulent plus en phase avec le désir féminin, avec l'ambition de contribuer à leur bien-être. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

CES

CES CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Thématique principale : The global stage for innovation. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

AFCDP

L'Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel (AFCDP) organise la 14ème université des DPO (Data Protection Officers) le 14 janvier 2020

à Paris Maison de la Mutualité. Organisée par l'AFCDP.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT