X

News Partenaire

Conformité d’un hébergeur cloud au RGPD : des preuves techniques ?

A l’heure où le règlement général sur la protection des données va entrer en application, entreprises et administrations se demandent toujours comment procéder. Certaines décident d’y aller seules, d’autres se tournent vers des hébergeurs cloud pour les aider et les accompagner. Agarik assume ce rôle en mettant en avant son expertise en matière de sécurité.

Flame : l’outil de cyberespionnage le plus puissant jamais identifié

L’éditeur de sécurité Kaspersky vient de publier ses premières conclusions concernant un malware d’un nouveau genre, décrit comme le plus puissant et le plus complexe jamais identifié.

Nous savons Kaspersky peu avare de superlatifs lorsqu’il s’agit de décrire un malware. Mais la découverte de Flame dépasse tous les commentaires que l’on a pu entendre, y compris pour des virus comme Stuxnet ou Duqu. A l’instar de ses deux prédécesseurs, Flame n’est pas un malware comme les autres et ce pour différentes raisons. Premièrement, il s’agit d’un virus « géopolitique », à savoir qu’il a infiltré massivement des ordinateurs situés dans une zone géographique précise : le moyen-orient avec l’Iran comme destination privilégiée. Ensuite, sa complexité semble défier tout ce qui a été vu jusqu’à présent. D’après l’éditeur russe, il est en service depuis au moins de deux ans, certains indices montrent qu’il pourrait exister depuis cinq ans et sa complexité fait qu’il va falloir des années pour le déchiffrer intégralement.

Alexander Gostef, expert en sécurité au sein de Kaspersky précise d’ailleurs : « il nous a fallu un an et demi pour analyser Stuxnet. Flame est 20 fois plus compliqué et cela va nous prendre 10 ans pour comprendre intégralement ce qu’il est et ce qu’il fait ». Eugene Kaspersky, CEO et cofondateur de Kaspersky Lab, a lui commenté ainsi : « Le risque d’une cyberguerre représente l’une des menaces les plus sérieuses dans le domaine de la sécurité informatique depuis plusieurs années déjà. Stuxnet et Duqu faisaient partie d’une même série d’attaques, qui a fait naître les craintes d’un cyberconflit mondial. Le malware Flame paraît correspondre à une autre phase de cette guerre et il faut avoir conscience que de telles cyberarmes peuvent être facilement dirigées contre n’importe quel pays. A la différence des dispositifs d’armements conventionnels, ce sont les nations les plus développées qui sont en fait les plus vulnérables ».

Un virus multitâches

Kaspersky a découvert ce nouveau malware voici environ deux semaines après que l’Union Internationale des Télécommunications (ITU) lui ait demandé d’enquêter à propos d’un malware qui aurait dérobé ou détruit des informations sur des ordinateurs appartenant au ministère iranien de l’énergie ainsi que dans l’entreprise publique chargée de l’exploitation du pétrole du pays. Au départ, le malware était dénommé Viper ou Wiper.

Flame paraît avoir pour principal objectif le cyberespionnage, par le vol d’informations sur les machines infectées. Ces informations sont ensuite transmises à un réseau de serveurs de commande et de contrôle éparpillés à travers le monde. Il peut s’agir aussi bien de documents, de copies d’écrans, d’enregistrements audio que de trafic intercepté, ce qui fait de ce kit d’outils d’attaque l’un des plus évolués et complets jamais découverts. Le vecteur exact d’infection n’est pas encore déterminé mais il est d’ores et déjà clair que Flame a la possibilité de se répliquer via un réseau local par plusieurs méthodes, parmi lesquelles la même vulnérabilité d’imprimante et méthode d’infection USB exploitée par Stuxnet.

Symantec précise de son côté que le virus (nommé Flamer) « a la capacité de voler des documents, faire des copies-écran des utilisateurs de la machine infectée, de se propager via les disques connectés en USB, de désactiver les solutions des éditeurs de sécurité et, sous certaines conditions, se développer sur d’autres systèmes. Cette menace a également la capacité d’utiliser plusieurs vulnérabilités connues et corrigées de Microsoft Windows pour se propager sur un réseau».

Des informations plus détaillées sont accessibles à cette adresse.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité, Débats

Zero Trust

Zero Trust

Si le terme n’est plus tout jeune, il revient en force depuis quelques mois. Zero Trust couvre tout un ensemble de processus, de pratiques et d’outils qui viennent s’inscrire dans un certain état d’esprit : la...

Transformation numérique

Transformation numérique

Petites ou grandes, la plupart des entreprises se sont lancées dans une mutation vers le numérique en digitalisant leurs processus. Mais que recouvre aujourd’hui réellement cette notion utilisée à toutes...

Meero

Meero

Qualifiée de « Uber de la photographie », la start-up française Meero poursuit sa croissance fulgurante avec une récente levée de fonds de 230 millions de dollars. Son succès, elle le doit à...

Le sport, vitrine des technologies

Le sport, vitrine des technologies

Le sport est envahi par la technologie à tous les niveaux. De l’entraînement du sportif à la mise en condition du supporter, jusque devant sa télévision, la technologie règne en maître....

ERP

ERP

Déployés à prix d’or dans les années 1990/2000, les grands ERP semblaient un îlot de stabilité dans des systèmes d’information bousculés par la transformation digitale. Pourtant,...

RSS
Afficher tous les dossiers

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

TRANSFO NUMÉRIQUE : Schumpeter ou Solow ?... Destruction créatrice ou réorganisation ? - Cybersécurité : le modèle Zero trust - Les recettes tech de Meero - Devops : l'open source entre dans la normalité - Processeurs : AMD se détache ! - Infrastructure as Code : l'IAC avec Terraform - Emploi : Que valent les plates-formes pour freelances ?...

 

CLOUD MADE IN FRANCE : pure players, telcos, comparatif des offres - Libra, la monnaie Facebook - L'analytique mange le logiciel - ERP, dernier bastion du "on premise" ? -Les métiers de l'ANSSI - Blockchain : projets open source et langages - Le sport, vitrine des technologies - Rencontre avec Alexandre Zapolsky (Linagora)...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Le groupe M6 a été victime Le groupe M6 a été victime "d'une attaque informatique malveillante" samedi matin mais a pu continuer à assurer "la bonne diffusion des programmes sur l'ensemble des antennes TV et radio", a-t-il indiqué sur Twitter dimanche. [Lire la dépêche...]

Vidhya Ramalingam, co-fondatrice de la start-up Moonshit CVE, le 4 octobre 2019 à Londres en Angleterre"Il est toujours possible de changer": Vidhya Ramalingam, fondatrice de la start-up Moonshot CVE, s'est donnée pour mission ambitieuse de ramener dans le droit chemin les personnes tentées par l'extrémisme violent sur internet, qu'elles soient jihadistes ou d'extrême-droite. [Lire la dépêche...]

Des caméras Hikvision dans un centre commercial chinois à Pékin le 24 mai 2019Vidéosurveillance, reconnaissance faciale ou mouchards: les Etats-Unis ont placé lundi sur liste noire des entreprises chinoises technologiques accusées de participer à des violations supposées des droits de l'Homme. Mais qui sont-elles exactement? [Lire la dépêche...]

Leonard Kleinrock pose à côté du premier Le 29 octobre 1969, le professeur Leonard Kleinrock et ses collègues de la célèbre UCLA (Université de Californie à Los Angeles) ont fait "parler" un ordinateur avec une autre machine, située dans une région qui allait devenir la Silicon Valley (sud de San Francisco). [Lire la dépêche...]

Le logo d'Amazon sur la façade d'un bâtiment de Staten Island le 5 février 2019Amazon soutient l'idée que les Etats régulent l'utilisation de la reconnaissance faciale, parmi d'autres principes mis en avant par le géant américain du commerce en ligne et des technologies, critiqué sur de nombreux sujets, de sa position dominante au respect de la vie privée. [Lire la dépêche...]

Visa, Mastercard, eBay et Stripe ont annoncé vendredi qu'ils se retiraient de Libra, portant un nouveau coup dur au projet de monnaie numérique de Facebook, prévue pour mi-2020, mais qui rencontre l'opposition croissante des régulateurs et fait face à la défection de ses partenaires. [Lire la dépêche...]

Des Boeing 737 MAX garés chez le constructeur aéronautique en attendant une éventuelle levée de l'interdiction de volManque d'ingénieurs, expertise insuffisante, procédures désuètes, un comité regroupant les autorités mondiales de l'aviation civile, fustige le régulateur aérien américain (FAA) qui a certifié le Boeing 737 MAX.  [Lire la dépêche...]

Tim Cook, le PDG du géant américain Apple, a défendu sa décision de retirer une application qui permettait aux Hongkongais de localiser les policiers sur une carteTim Cook, le PDG du géant américain Apple, a expliqué jeudi à ses employés que "protéger les utilisateurs" avait été le principal facteur dans sa décision de retirer une application qui permettait aux Hongkongais de localiser les policiers sur une carte. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

WEB SUMMIT

Le Web Summit réunit plus de 70000 participants et 1200 conférenciers du 4 au 7 novembre 2019 à Lisbonne (Portugal), Altice Arena & Fil. Organisé par Connected Intelligence Ltd.

BLOCKCHAIN

Conférence et exposition sur les applications d'entreprise de la blockchain à Paris, cité universitaire internationale, les 13 et 14 novembre 2019. Organisés par Corp Agency.

DREAMFORCE

Salesforce convie ses utilisateurs et partenaires à sa conférence annuelle Dreamforce du 19 au 22 novembre 2019 à San Francisco (Moscone Center). Organisée par Salesforce.
RSS
Voir tout l'AgendaIT