X

Affaire DSK : Blackberry Gate, FMI Gate ou Pipeau Gate ?

Le journaliste américain Edward Epstein relance la thèse du complot contre DSK dans un article publié ce week-end dans le New York Review of Books. Tous les médias s’emballent mais l’affaire du Blackberry disparu reste bien nébuleuse.

En aura-t-on-on fini un jour avec l’affaire du Sofitel le 14 mai dernier ? Le journaliste Edward Epstein vient de publier un long article ce week-end dans lequel il indique de nombreuses zones d’ombres, des comportements qu’il estime curieux de la part du personnel du Sofitel et des faits tout aussi étranges concernant la disparition et la désactivation d’un des téléphones de l’ex-directeur général du FMI. Ce dernier élément nous semble particulièrement étrange. L’article est accessible à cette adresse.

Selon notre confrère Epstein, Dominique Strauss-Kahn avait des doutes autour de plusieurs des appareils dont il était équipé. Ainsi, il aurait appelé son épouse dans la matinée du 14 mai pour lui demander de trouver un expert informatique via son ami Stéphane Fouks, ceci afin de vérifier si un iPad et son Blackberry professionnel fourni par le FMI n’auraient pas fait l’objet d’un piratage. Rappelons que jusqu’à présent, le coup de téléphone à son épouse faisant état d’un problème grave aurait été passé dans l’après-midi depuis le taxi le menant à l’aéroport mais non pas le matin, depuis ce fameux Blackberry. Ensuite Edward Epstein indique que l’appareil a été désactivé à 12h51 au moment où DSK se rendait à un déjeuner avec sa fille. Les informations auraient été données à M. Epstein par RIM, le constructeur du Blackberry. Mais c’est là où l’affaire se corse, c’est que nous n’avons aucune idée sur ce que signifie cette désactivation. En effet, à partir du moment où le téléphone est en panne de batterie, il ne peut plus être localisé. En conséquence, il pourrait s’agir d’une simple panne et l’affaire s’arrête là. Non, car Epstein indique que le téléphone a été désactivé, c’est-à-dire que le numéro n’est plus actif. A notre connaissance, une telle désactivation ne peut être effectuée que par l’opérateur et personne d’autre. Toutefois, l’informatique recèle suffisamment de surprises et de failles qu’il nous est impossible d’affirmer de manière définitive qu’une telle opération est irréalisable. Toutefois, cela constituerait un nouvel exploit, le terme étant à prendre dans son acception de sécurité informatique, c’est-à-dire l’exploitation d’une faille jusque là inconnue.

Quel contrat

En second lieu, nous n’avons aucune précision sur le type de fonctionnement de cet appareil. S’il s’agit d’un téléphone professionnel managé sous forme de flotte, il est géré par le BES (Business Enterprise Services) de RIM. Ce type de contrat permet d’effectuer un certain nombre d’opérations à distance comme éteindre un téléphone, le contrôler ou installer des logiciels, mais uniquement via l’administrateur de la flotte. la désactivation du téléphone ne figure pas parmi les possibilités. Si les informations d’Espstein sont exactes et précises (ce dont nous doutons), l’affaire serait extrêmement grave car il ne s’agirait pas d’un Blackberry Gate mais plus globalement d’un FMI Gate. En effet, si le Blackberry professionnel de M. Strauss-Kahn a été piraté, cela signifierait que le(s) pirate(s) se serai(en)t introduit(s) dans le système de gestion de la flotte de BB des membres du FMI et, dans ce cas, l’ancien directeur du FMI pourrait être la seule personne concernée ou pas. L’autre possibilité est que le BB ne soit pas piloté par les services managés mais tout simplement par le Blackberry Internet Service (BIS) qui est le protocole utilisé par tous les appareils non managés. Dans ce cas, il est également possible de paramétrer contrôle et effacement de données mais toujours pas la désactivation qui reste l’apanage de l’opérateur. Bref, l’article de M. Esptein manque cruellement de précisions techniques pour que l’on puisse se faire une opinion tranchée sur ce point. Et s’il cite des experts affirmant que l’opération est possible, les détails sont également absents.

Ajoutons que l’appareil n’a jamais été retrouvé, ce qui est effectivement troublant. Dans l’article, M. Strauss-Kahn se serait inquiété du possible piratage de cet appareil ainsi que d’un iPad. Celui-ci n’a pas disparu et nous n’avons pas aujourd’hui d’informations sur une enquête ayant pu mettre en évidence le hacking de cet appareil. Par ailleurs, si M. Strauss-Kahn nourrissait de forts soupçons sur l’intégrité de ce Blackberrry, il nous semble avoir été bien léger de continuer à s’en servir pour finir par l’égarer. D’aucuns objecteront que nous ne sommes pas à une légèreté près. Ils auront certainement raison mais celle-là est plus que manifeste et alimente nos doutes quant à la justesse des affirmations de M. Epstein.

Rappelons enfin que si M. Epstein est un journaliste chevronné, il est également un adepte des théories du complot sous toutes ses formes ainsi que le relève un portrait publié par Rue89 et accessible ici.

Dans ce dossier plus que sensible,  il convient d’être circonspect dans ses écrits et ses conclusions. Aussi, par prudence mais aussi par respect pour le travail de M. Epstein, nous ne nous permettrons pas de porter un jugement définitif. Tout juste pouvons-nous faire état de sérieux doutes tant que nous ne disposerons pas de plus amples informations en provenance de RIM ou du FMI sur le type de service dont était équipé l’appareil de M. Strauss-Kahn. Rappelons enfin que ce n’est pas la première fois que la sécurité, ou plus précisément la confidentialité des informations provenant d’un Blackberry est sujette à caution. Il a ainsi été décidé en France comme aux Etats-Unis de ne pas utiliser cet appareil pour les communications officielles des membres du gouvernement, en particulier car lesdites informations transitent par les serveurs de RIM. Il est donc étonnant que le FMI n’ait pas suivi les mêmes pratiques. Il reste que la disparition de cet appareil, si elle aussi est avérée, demeure très surprenante. Une zone d’ombre supplémentaire dans un dossier qui en comporte déjà beaucoup.



Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité

Actuellement à la Une...
100 milliards !

100 milliards !

Des responsables de l’UE ont profité de la nouvelle Commission Européenne pour demander la création d’un fonds d’investissement de 100 milliards d’euros pour financer les pépites de la tech et...

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Externaliser (ou pas) son «SOC» ?

Devant le renforcement de la réglementation… devant aussi la recrudescence des cyberattaques… de plus en plus d’entreprises songent à se doter d’un centre d’opérations de...

Devenir “Growth hacker”

Devenir “Growth hacker”

Comment réorienter sa carrière d’informaticien vers le secteur à forte croissance de l’e-marketing ? La Rocket School propose une formation accélérée de douze semaines, suivie par une ou deux...

RSS
Afficher tous les dossiers

VILLE NUMÉRIQUE : la transfo d'Issy-les-Moulineaux - Comment le Stockage s'unifie - Brexit : quelles conséquences pour l'industrie numérique ? - Google a-t-il vraiment atteint la suprématie quantique ? - La cyberprotection des sites industriels en question - PowerShell DSC - Epitech Digital...

 

CYBERSÉCURITÉ : Faut-il externaliser son SOC - Datacenters : des certifications pour y voir plus clair - Organisez vos workflows avec GitHub Actions - Transfo : pour l'agriculture, la rentabilité avant tout ! - Que deviennent les DataLabs ? - Emploi : la transformation numérique bouscule les recrutements des ESN...

 

Afficher tous les derniers numéros
Les entreprises et les organismes publics se focalisent aujourd’hui sur la transformation numérique. En conséquence, les DevOps et l’agilité sont au premier plan des discussions autour des stratégies informatiques. Pour offrir ces deux avantages, les entreprises travaillent de plus en plus avec les fournisseurs de services de cloud public et développent désormais des clouds sur site à partir d’une infrastructure qui répond à trois exigences de base:
1. Agilité sans friction des ressources physiques
2. Systèmes de contrôle optimisant l'utilisation des ressources physiques et offrant un retour sur investissement maximal
3. Intégration des divers composants de l'infrastructure pour un provisionnement et une gestion des ressources automatisés.


Pour fonctionner, votre entreprise doit pouvoir compter sur une solution de sauvegarde efficace, essentielle dans un monde marqué par une croissance exponentielle des données. Vous devez à la fois accélérer vos sauvegardes et pouvoir y accéder plus rapidement pour satisfaire les exigences actuelles de continuité d’activité, disponibilité, protection des données et conformité réglementaire. Dans cette ère de croissance effrénée, les cibles sur bande hors site et autres approches traditionnelles sont simplement dépassées.


L’Intelligence Artificielle promet de révolutionner la perception de la cybersécurité au coeur des entreprises, mais pas uniquement. Ce changement de paradigme engage, en effet, une redéfinition complète des règles du jeu pour les DSI et les RSSI, ainsi que l’ensemble des acteurs de la sécurité.


Lorsque l'on déploie des postes de travail, ils ont généralement tous la même configuration matérielle et logicielle (avec certaines spécificités selon les services). Mais on ne peut pas toujours tout prévoir et il arrive par exemple que de nouveaux programmes doivent être installés ou n’aient pas été prévus. L’accumulation de logiciels « lourds » est susceptible de provoquer des lenteurs significatives sur un PC allant jusqu’à l’extinction nette de l’application. Ce livre blanc explique comment optimiser les performances au travers de 5 conseils rapides à mettre en place.


Ce guide est conçu pour aider les entreprises à évaluer les solutions de sécurité des terminaux. Il peut être utilisé par les membres de l'équipe de réponse aux incidents et des opérations de sécurité travaillant avec des outils de sécurité des points finaux sur une base quotidienne. Il peut également être utilisé par les responsables informatiques, les professionnels de la sécurité, les responsables de la conformité et d’autres personnes pour évaluer leurs performances. les capacités de l’entreprise en matière de cybersécurité, identifier les lacunes dans la sécurité des terminaux et sélectionner les bons produits pour combler ces lacunes.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Facebook se dit Facebook a déclaré jeudi être "prêt" pour l'entrée en vigueur de la loi californienne sur la protection de la vie privée des consommateurs au 1er janvier 2020, similaire à la loi européenne sur le sujet. [Lire la dépêche...]

La plateforme de voitures avec chauffeurs Uber a été condamnée en appel en France pour La plateforme de voitures avec chauffeurs Uber a été condamnée jeudi en France pour "concurrence déloyale" et "maraudage électronique" au détriment de la société de VTC Viacab, selon un jugement rendu par la cour d'appel de Paris. [Lire la dépêche...]

Le gouvernement australien a annoncé jeudi la création d'un groupe de travail pour Le gouvernement australien a annoncé jeudi la création d'un groupe de travail pour "surveiller" les géants technologiques, tels Facebook ou Google, sans pour autant imposer de mesures contraignantes.  [Lire la dépêche...]

Un étui Yondr accueille un téléphone portable à l'entrée d'une exposition du Brooklyn Museum le 22 novembre 2019 à New York    Quand Adam Weiss a présenté sa place dans un théâtre du célèbre quartier de Broadway à New York, quelle ne fut pas sa surprise de découvrir qu'il devait en échange se séparer de son téléphone. [Lire la dépêche...]

Logo de YouTube, la plateforme de vidéos de GoogleYouTube a tout pour séduire les annonceurs: 2 milliards d'utilisateurs actifs mensuels et des outils publicitaires sophistiqués pour les cibler. [Lire la dépêche...]

YouTube a annoncé mercredi que les insultes, les menaces personnelles et le harcèlement en général ne seraient plus tolérés, une nouvelle étape dans le processus d'assainissement de la plateforme de vidéos entrepris depuis plusieurs années. [Lire la dépêche...]

Les sénateurs ont largement modifié mercredi en commission la proposition de loi LREM de lutte contre la haine sur internet, supprimant sa mesure phare qui visait à obliger plateformes et moteurs de recherche à retirer les contenus "manifestement" illicites sous 24 heures. [Lire la dépêche...]

Des employés dans les bureaux de Twitter à San Francisco le 13 août 2019Le patron de Twitter Jack Dorsey veut lutter contre la désinformation en changeant les règles du jeu et les algorithmes des réseaux sociaux pour encourager des conversations plus équilibrées, moins énervées. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT

CES

CES CES

L'International Consumer Electronics Show (International CES) se tient du 7 au 10 janvier 2020 à Las Vegas (LVCC, Westgate, Renaissance, Sands/Venetian,...). C'est le plus grand salon mondial professionnel dédié aux technologies grand public : 3900 exposants et 170000 visiteurs attendus. Thématique principale : The global stage for innovation. Organisé par la CTA (Consumer Technology Association).

AFCDP

L'Association Française des Correspondants à la protection des Données à caractère Personnel (AFCDP) organise la 14ème université des DPO (Data Protection Officers) le 14 janvier 2020

à Paris Maison de la Mutualité. Organisée par l'AFCDP.

FIC

FIC FIC
Ayant pour thème cette année "Replacer l'humain au coeur de la cybersécurité", le Forum International de la Cybersécurité occupe les 28, 29 et 30 janvier 2020 le Grand Palais de Lille. Organisé par la Région Hauts-de-France et Euratechnologies, la Gendarmerie Nationale et CEIS.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 9 et 10 mars 2020 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

RSS
Voir tout l'AgendaIT