X

Twitter et Facebook accusent Pékin de chercher à semer la discorde à Hong Kong

Twitter et Facebook ont accusé Pékin de soutenir une campagne sur les réseaux sociaux pour discréditer la mobilisation en faveur de réformes démocratiques à Hong Kong et semer la zizanie dans l'ex-colonie britannique.

Les autorités chinoises ont utilisé près d'un millier de comptes Twitter, et dans une moindre mesure des pages Facebook, pour discréditer et diviser les manifestants pro-démocratie à Hong Kong

Les deux géants technologiques américains ont annoncé lundi avoir suspendu près de mille comptes actifs liés à cette campagne, Twitter précisant avoir aussi fermé 200.000 autres comptes avant qu'ils ne soient réellement actifs.

"Ces comptes cherchaient délibérément et spécifiquement à semer la discorde politique à Hong Kong et notamment à saper la légitimité et les positions politiques du mouvement de protestation sur le terrain", a expliqué Twitter à propos des comptes actifs suspendus.

Facebook a précisé que certaines publications des comptes suspendus comparaient les manifestants hongkongais aux combattants du groupe islamiste Etat islamique, les qualifiant de "cafards" et leur attribuant de soi-disant projets de meurtres au moyen de lance-pierres.

Twitter banni en Chine

La mobilisation a très souvent dégénéré ces dernières semaines en affrontements entre radicaux et forces de l'ordre, ce qui s'est traduit par des menaces d'intervention plus pressantes du gouvernement central chinois, qui a par ailleurs qualifié le mouvement de "terroriste".

Officiellement, Pékin a cependant laissé les coudées franches à l'exécutif local et à sa police pour régler la situation. En coulisse, le gouvernement central s'agite pour tenter d'influer sur l'opinion, affirment Twitter et Facebook.

"Nous dévoilons une campagne importante d'information soutenue par l'Etat (chinois, ndlr) centrée sur la situation à Hong Kong, particulièrement sur le mouvement de protestation et son appel à des changements politiques", a dit Twitter.

Le réseau social a dit avoir suspendu 936 comptes "coordonnés dans le cadre d'une opération soutenue par l'Etat" chinois pour "miner la légitimité et les positions politiques" des manifestants.

Non sans ironie, Twitter rappelle qu'il est banni de Chine continentale par le régime, dont les agents ont dû en grande partie faire appel à un VPN (un réseau virtuel permettant de contourner des restrictions géographiques par exemple). D'autres ont avancé moins masqués en utilisant des adresses IP débloquées pour l'occasion.

Facebook, informé par Twitter, a pour sa part dit avoir supprimé, pour les mêmes raisons, sept pages, cinq comptes et trois groupes du réseau social, eux aussi "liés à des individus associés au gouvernement de Pékin".

Le porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères Geng Shuang a quant à lui assuré "ne pas être au courant de la situation".

Source : AFP - Aidan JONES


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider