X

Roche plus serein face à la concurrencede biosimilaires (PDG)

Le numéro un mondial de l'oncologie Roche est bien armé face à l'arrivée prochaine de concurrents biosimilaires de plusieurs de ses médicaments phares, grâce à son large portefeuille de produits innovants en phase finale de développement, a déclaré lundi son PDG.

e Pdg du groupe pharmaceutique suisse Roche Severin Schwan se dit bien armé face à l'arrivée de concurrents de ses médicaments phare, lors d'une conférence de presse le 19 septembre à Paris

"Je suis bien plus à l'aise qu'il y a un an" sur ce dossier épineux pour le groupe suisse, a commenté son PDG Severin Schwan lors d'un entretien avec des journalistes à Paris.

Car entre-temps, Roche a obtenu des résultats "positifs" dans des essais cliniques très importants, notamment pour Tecentriq, un nouvel anticancéreux immunothérapeutique, et pour Ocrevus, un nouveau traitement contre la sclérose en plaques, a rappelé M. Schwan.

"Cependant il y a encore un certain nombre de résultats d'essais cliniques très importants dans les mois à venir", a-t-il prévenu.

Roche compte lancer cinq nouvelles molécules sur une période de 12 mois, une performance "complètement extraordinaire" dans un laps de temps aussi bref, a-t-il rappelé.

"Si tous les résultats à venir s'avéraient positifs, ce qui serait un scénario merveilleux, le déclin de nos ventes dû à l'arrivée de biosimilaires serait aisément compensé. A l'invers,e si tous les résultats étaient négatifs, ce serait difficile (...). Mais ces deux scénarios sont très improbables", a-t-il ajouté.

M. Schwan s'attend plutôt à un scénario entre ces deux cas extrêmes.  "Dans ce cas, nous serons bien positionnés pour compenser l'arrivée de biosimilaires", a-t-il estimé.

Les biosimilaires sont les faux jumeaux des médicaments issus des biotechnologies. Contrairement à un générique, copie parfaite d'un médicament chimique, les traitements biologiques ne sont pas reproductibles strictement à l'identique, en raison de la variabilité même du vivant dont ils sont issus.

Mais comme les génériques, les biosimilaires peuvent arriver sur le marché après expiration des brevets de leurs modèles, et sont généralement vendus 20% à 30% moins cher, ce qui tire les prix vers le bas.

"Nous avons toujours su que ça allait arriver, mais maintenant cela devient une réalité", a encore dit M. Schwan.

Des biosimilaires des trois principaux anticancéreux actuels de Roche - Avastin, Herceptin et MabThera/Rituxan - qui ont généré ensemble un chiffre d'affaires mondial de près de 20 milliards d'euros en 2015, devraient être approuvés en Europe à partir de fin 2017.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Offres d'emploi
RSS
12345678

Lancez votre recherche sur notre rubrique Emploi avec notre partenaire