X
Peekaboo vous espionne

News Partenaire

Peekaboo vous espionne

Tenable Research a découvert une faille logicielle majeure, baptisée Peekaboo, qui permet aux cybercriminels de contrôler certaines caméras de vidéosurveillance, leur permettant de surveiller secrètement, de manipuler et même de désactiver les flux. Voici un aperçu de ce que Tenable a découvert.

Marseille bientôt premier port numérique européen ?

Afin de réduire la latence vers leurs utilisateurs en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie, les géants d’Internet installent leurs serveurs à Marseille.

Alors que les câbles en provenance d’Amérique arrivent en divers points au nord de l’Europe, Marseille fédère tous ceux qui transitent par la Méditerranée.

Marseille, second port de marine marchande en Méditerranée, est en passe de devenir le premier port numérique d’Europe. D’ici à 2019 et l’ajout de trois nouveaux câbles optiques « backbones » aux dix existants, la cité Phocéenne véhiculera à elle seule 300 Tbits/s d’Internet occidental vers les internautes d’Asie, du Moyen-Orient et d’Afrique. Soit vers plus de 4 milliards d’individus ! Au nord de l’Europe, les câbles en provenance d’Amérique arrivent à différents endroits des côtes atlantiques et de la Mer du Nord, puis convergent vers des hubs terrestres, comme Londres, Amsterdam, Paris et Francfort.

« Sachant que les câbles sous-marins coûtent dix fois moins cher que les terrestres, Marseille est idéalement située entre le Rhône, d’où arrivent les backbones de Paris et Francfort, et la Méditerranée, d’où partent les backbones qui longent les côtes de l’Afrique et de l’océan Indien, jusqu’à Pékin », explique à L’Informaticien Fabrice Coquio, le président d’Interxion, la chaîne de datacenters néerlandaise qui inaugure justement ces jours-ci 4 500 m2 de salles blanches supplémentaires sur le port de Marseille.

Marseille, relais de l’Internet occidental...

Car pour les géants d’Internet, l’idée est à présent de se servir de Marseille comme point de relais pour diffuser plus vite leurs contenus au-delà de l’Europe. Ainsi, en installant leurs propres serveurs dans le bâtiment MRS1, ou le nouveau MRS2, que Interxion vient d’ouvrir sur le port, des éditeurs américains comme Netflix ou Facebook seraient à 10 millisecondes de leurs utilisateurs à Singapour, alors qu’il faut compter plusieurs centaines de millisecondes depuis leurs serveurs-relais situés dans le nord de l’Europe, à Londres, Amsterdam, Paris ou Francfort. « Contrairement à nos autres datacenters d’Europe, qui servent des besoins locaux, ceux de Marseille hébergent désormais une majorité d’entreprises étrangères. Car nous sommes à l’endroit où il est le plus simple de s’installer pour proposer des services à l’Asie ou à l’Afrique », commente ainsi Fabrice Coquio.

Google, avec l’appui d’Orange, serait même en train d’installer un câble qui relie plus directement la côte est des États-Unis à Marseille. Partant de Virginie, celui-ci arrivera dans quelques mois en Vendée, à SaintHilaire-de-Riez, pour repartir vers Marseille via la Loire et le Rhône, sans passer par Paris.

…et hébergeur des entreprises africaines et asiatiques

Par ailleurs, les datacenters du port de Marseille représentent une opportunité économique pour les opérateurs africains et asiatiques euxmêmes. « Il faut savoir que les marchés télécoms ne sont pas encore totalement dérégulés en Afrique ou en Asie. Sans concurrence, les prix des connexions restent particulièrement élevés et par là-même celui du fret télécom. Comptez par exemple 5 000 € par mois au Maroc pour une liaison à 10 Gbits/s entre une entreprise et un datacenter situé dans la même zone urbaine, alors qu’une liaison en 100 Gbits/s coûte 250 € par mois en France », dévoile Fabrice Coquio.

Fabrice Coquio, président d’Interxion, à l’inauguration du bâtiment MRS2.

Résultat, plutôt que de faire héberger leur SI chez des opérateurs locaux, les banques, les compagnies d’assurance et autres industriels préfèrent s’installer à Marseille pour alimenter des services qui seront hébergés – souvent via Capgemini ou Atos – depuis les bâtiments d’Interxion. Selon des détails que L’Informaticien a pu obtenir, les institutions financières chinoises seraient d’ailleurs particulièrement friandes de ce procédé qui leur permet de conquérir le marché africain avec un minimum d’investissement pour un débit maximal. Autre exemple, c’est aussi à Marseille que Total aurait installé le datacenter qui sert sa plate-forme pétrolière flottante au large de l’Angola, et ce, via Angola Telecom, également installé dans les bâtiments d’Interxion.

Si Fabrice Coquio se refuse à révéler les noms des entreprises qui installent leurs serveurs au MRS1 (250 clients à ce jour) et bientôt au MRS2, certaines sources indiquent que la plupart des opérateurs de Cloud public ont déjà passé commande pour plusieurs dizaines de mètres carrés, sinon une salle entière. Une hypothèse que l’on est tenté de croire, tant AWS, Google et Azure sont sur les rangs pour promettre à leurs clients du haut débit vers leurs utilisateurs ; haut débit qu’ils factureront plus cher car la bande passante consommée entre dans leurs grilles tarifaires.

La question de l’opportunité économique pour la ville

Reste à savoir comment l’opportunité géoéconomique de Marseille va se transformer en opportunité économique tout court pour la ville. Pour l’heure, Interxion n’embauche en tout qu’une quarantaine de personnes pour s’occuper de la maintenance de ses bâtiments. Ces personnels, dont 28 arrivent avec le MRS2, sont principalement des électriciens et des plombiers, qui assurent le fonctionnement des circuits d’énergie et de refroidissement des salles informatiques. « La dynamique économique pour la ville n’est pas à chercher dans les emplois que nous créons nous-mêmes, mais dans les salariés que nos clients installent ici, dans des bureaux et des logements marseillais, pour s’occuper des baies de serveurs qu’ils installent chez nous », affirme Fabrice Coquio.

S’il n’indique pas le nombre de ces travailleurs détachés, Fabrice Coquio estime à 250 le nombre de visites quotidiennes au sein des MRS1 et MRS2 pour effectuer des opérations de maintenance physique – ajout de serveurs, remplacement de disques, sauvegardes sur bandes, etc. Comme ces opérations ne sont pas quotidiennes, il est raisonnable de penser que ce sont plus d’un millier d’informaticiens qui s’installeront alentour pour intervenir à tour de rôle.

De leur côté, les pouvoirs publics y croient. « Marseille est désormais sur les rangs pour faire partie des acteurs les plus décisifs en matière de hub numérique, ce qui attirera des investissements du monde entier et des opportunités de développement économiques », a ainsi déclaré Christine Cabeau Woehrel, directrice générale du Grand port maritime de Marseille, lors de l’inauguration du MRS2.

L’opportunité d’exploiter des sites inutilisés

En attendant, le chantier même du MRS2 (76 millions d’euros) et, bientôt, celui du MRS3, bénéficient à la ville. Dans les deux cas, Interxion rénove et occupe des bâtiments historiques que Marseille ne pouvait pas rentabiliser. Le MRS2 est ainsi installé au sein d’une halle Freyssinet similaire à celle dans laquelle s’est installé l’incubateur Station F à Paris et inoccupée depuis 1995. Le MRS3, dont les travaux devraient débuter d’ici à la fin de l’année, prendra quant à lui place au sein d’une ancienne base de sous-marins allemands construite en 1943 et jamais utilisée depuis. Et pour cause : conçue abriter trente U-Boote, elle se compose d’alvéoles de 13 mètres de haut sur 9 000 m2, derrière un mur de 2,85 m d’épaisseur et sous un toit épais de 6 mètres.

« Le coût de démantèlement de ce bâtiment est de 26 millions d’euros, c’est-à-dire qu’aucune entreprise n’a jamais trouvé un intérêt économique à venir le détruire pour s’installer à sa place. Nous sommes les seuls dont l’activité est compatible avec cette construction particulière en alvéoles. D’autant plus que la solidité du toit nous permet d’y entreposer toute l’infrastructure de froid ainsi que les trois citernes de 80 000 litres de fuel dont nous nous servons en cas de coupure électrique », conclut Fabrice Coquio.

Interxion avait débuté son activité à Marseille en rachetant le site Netcenter de SFR en 2014 pour en faire le bâtiment MRS1 (2 000 m2). L’avenir dira si la croissance des bandes passantes à Marseille suscitera l’installationde chaînes de datacenters concurrentes. 

 

Maquette du bâtiment MRS2 construit au sein d’une ancienne halle Freyssinet.

Maquette du MRS2 et du futur MRS3, qui totaliseront 13 000 m2 de datacenters.

Article paru dans L'Informaticien n°169.


 

Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Réseau


A votre avis...

Quel ultra-portable choisir ?

Quel ultra-portable choisir ?

Cinq ultra-portables Windows 10 et Chromebook en test : de 409 à 1300 euros. Et de 0,75 à 1,68 kg. HP Envy x2, Dell Chromebook 3380, Acer Chromebook Spin 13, Asus NovaGo et HP Chromebook x360.

Conteneurs

Conteneurs

Docker a fait le boulot. Bon nombre de développeurs ont adopté les conteneurs, si bien que désormais tous les fournisseurs de Cloud se battent pour les attirer. Enquête sur le nouveau phénomène cloud du...

Pourquoi IBM rachète Red Hat

Pourquoi IBM rachète Red Hat

Yann Serra
Red Hat détient OpenShift, la clé qui doit permettre à IBM de maintenir, voire dépasser ses 8 % de part sur un marché du service cloud qui, dit-on, représentera en 2019 « mille milliards de dollars...

RSS
Afficher tous les dossiers

CYBER-RÉSILIENCE : une question d'anticipation - Tendances 2019 : Edge, SD-Wan, Cloud hybride, collaboratif, IA/deep learning, Blockchain, SaaS - 5G enjeux sécurité - Cloud chez soi : idée géniale ou idiote ? - Fin des mainframes ? - Langages les plus buggés - Véhicules autonomes : les débouchés pour les informaticiens...

 

ENQUÊTE IAM / IAG : identité, la question de confiance - Cloud Act : Y a-t-il un problème ? - Le reCAPTCHA de Google est-il conforme au RGPD ? - Reportage Eset à Bratislava : À l’Est du nouveau - Les objets connectés, nouvelle cible privilégiée des pirates - Dans l’armurerie de Deutsche Telekom - Portrait John Fokker, tall guy, smart guy...

 

L'IA EN ACTION : 6 exemples d'exploitation concrète - Les frameworks de Machine Learning - Pourquoi IBM rachète Red Hat ? - La fièvre des conteneurs "managés" - Les nouveaux métiers de l'IT - Rencontre avec Salwa Toko, présidente du CNNum - Quel ultra-portable choisir ? Chromebook ou terminal Windows 10 ?...

 

Afficher tous les derniers numéros

Pour gérer le risque informationnel et permettre à l'entreprise d'aller de l'avant, vous avez besoin d'une stratégie solide et d'un plan d'ordre en marche. RSA a développé ce livre blanc comme aide sur ces deux besoins. Il vous guide pas à pas pour mettre en place un programme de gestion des risques, basé sur des principes GRC éprouvés.


Plus facile à déployer et plus économique, découvrez le meilleur de la virtualisation et du PC dans un poste de travail de nouvelle génération.


Plus l'entreprise se numérise, plus le risque d'interruption s'accroît. Plus les architectures informatiques se complexifient (services de clouds publics et plateformes hybrides, mondialisation, personnalisation des TI...), plus les reprises après sinistre deviennent difficiles et coûteuses. Face à de tels enjeux, il est essentiel de se demander si l'approche traditionnelle, basée sur les reprises après sinistre, est encore véritablement appropriée.

Ce livre blanc passe en revue toutes les composantes et propose une approche originale pour ne plus subir d'interruption de services.


Avez-vous le contrôle de vos données Office 365 ? Avez-vous accès à tous les éléments dont vous avez besoin ? À première vue, la réponse est en général « Bien sûr » ou « Microsoft s’en occupe ». Mais à bien y réfléchir, en êtes-vous sûr ?


Tous les secteurs industriels dans le monde sont confrontés à des défis informatiques spécifiques qui conditionnent le succès ou l’échec de l’entreprise.


Tous les Livres Blancs
Derniers commentaires
Donald Trump dans le Bureau ovale le 19 février 2019Le projet de force spatiale voulue par Donald Trump avance: le président américain a ordonné mardi au Pentagone de rédiger un projet de loi créant une "Space Force" comme sixième entité des forces armées américaines. [Lire la dépêche...]

Le logo du chinois Huawei à Kuala Lumpur le 13 février 2019L'opérateur de télécommunications néo-zélandais Spark discute actuellement avec les autorités pour tenter d'apaiser leurs craintes concernant l'usage d'équipements du chinois Huawei pour développer le réseau 5G du pays, a indiqué mardi la Première ministre Jacinda Ardern. [Lire la dépêche...]

Le fondateur du géant chinois des télécoms Huawei Ren Zhengfei à Davos (Suisse) le 22 janvier 2015-Le monde "ne peut pas se passer" des technologies développées par le géant chinois des télécoms Huawei, a affirmé son fondateur dans un entretien publié mardi, dénonçant la volonté de Washington de contrer la croissance de son entreprise. [Lire la dépêche...]

Roblox sur une tablette à Paris, le 1er février 2019A la fois jeu vidéo multijoueur et boîte à outils pour les codeurs en herbe, Roblox et ses personnages au look de jouets en plastique veulent conquérir davantage les jeunes Européens et Asiatiques, au-delà des 80 millions d'utilisateurs déjà recensés dans le monde. [Lire la dépêche...]

Photo du 5 février 2019 du logo de Facebook s'affichant sur une tablette. Les réseaux sociaux, en particulier Facebook, doivent être davantage régulés afin de les empêcher d'agir comme des "gangsters numériques" et de publier des infox, ont conclu des parlementaires britanniques dans un rapport très critique publié lundi. [Lire la dépêche...]

Photo du 5 février 2019 du logo de Facebook s'affichant sur une tablette. Des parlementaires britanniques ont appelé à renforcer la régulation s'appliquant aux réseaux sociaux, en particulier Facebook, pour les empêcher de diffuser de fausses informations et d'agir comme des "gangsters numériques", dans un rapport publié lundi. [Lire la dépêche...]

Les autorités australiennes avaient révélé le 8 février que la sécurité du système informatique du Parlement avait été compromise lors d'un L'Australie a accusé lundi un "agent étatique sophistiqué" d'être responsable d'un piratage du système informatique du Parlement qui a également visé plusieurs partis politiques, à quelques mois d'élections nationales. [Lire la dépêche...]

Les autorités australiennes avaient révélé le 8 février que la sécurité du système informatique du Parlement avait été compromise lors d'un L'Australie a accusé lundi un "agent étatique sophistiqué" d'être responsable d'un piratage du système informatique du Parlement qui a également visé plusieurs partis politiques, à quelques mois d'élections nationales. [Lire la dépêche...]

Toutes les dépêches AFP
AgendaIT
Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 1ère étape à Lille (stade Pierre Mauroy) le 5 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

BIG DATA

Conférences et exposition sur le Big Data les 11 et 12 mars 2019 à Paris, Palais des Congrès de la Porte Maillot. Organisé par Corp Agency.

Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 2ème étape à Lyon (Rooftop 52) le 12 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

IT PARTNERS

Événement du "channel" IT, télécoms et audiovisuel, la 13ème édition d'IT Partners a lieu les 13 et 14 mars 2019 à Disneyland Paris (Disney Events Arena-Ventury 1). Organisé par Reed Expositions.

Nutanix propose .NEXT ON TOUR une série de 6 événements partout en France pour une découverte des dernières technologies cloud hybrides. 3ème étape à Marseille(Golf de Marseille La salette) le 14 mars de 8h30 à 17h. Organisé par Nutanix.

RSS
Voir tout l'AgendaIT