jeudi 2 juillet 2015
 

Canal+ veut distribuer son bouquet directement sur le Web

La chaîne cryptée expérimente une utilisation innovante pour son décodeur Cube+. Connecté directement à Internet, il permet d’avoir accès à la chaîne en streaming et ainsi de contourner les opérateurs qui assurent habituellement la connexion vers le service TV.

Il y a cinq ans, Canal+ déployait Le Cube+, son décodeur HD à destination des clients de son offre satellite. Une version TNT a par la suite été développée. Désormais, face à la menace que représentent beIN Sport et Netflix, la chaîne payante a mis en place un nouveau concept, dévoilé par nos confrères de BFMTV : diffuser directement sur Internet. Pour cela, il suffit simplement que les clients branchent le Cube au modem Internet. 10 000 personnes ont d’ores et déjà testé cette offre, un chiffre qui passe à 40 000 début mars. Dès lors, le bouquet Canal s’apparente à du streaming vidéo en continu. 

Contourner les intermédiaires

Cette pratique est surnommée over the top (OTT), soit « par-dessus le décodeur ». Ce n’est pas le premier geste de Canal+ en direction de l’Internet ouvert. Un pôle OTT a été ouvert par la chaîne il y a quelques mois, avec pour objectif de proposer du contenu et des offres sur le Web. Récemment, le groupe a lancé de nombreuses chaînes YouTube et a racheté une des plateformes humoristiques les plus populaires du site, Studio Bagel. 

Cette nouvelle offre OTT permet à Canal+ de proposer directement ses services à l’utilisateur. Et donc de se passer de l’intermédiaire d’un opérateur télécom. Ces derniers reçoivent des commissions importantes de la chaîne pour l’utilisation de leur réseau. Ainsi, en 2012, les FAI français ont reçu de Canal+ 130 millions d’euros. Toutefois, le groupe a assuré à BFM ne pas vouloir « abandonner la distribution via les fournisseurs d'accès internet. Cette diffusion en OTT est complémentaire des autres modes de distribution déjà existants ».

Le débit en question

Autre avantage de l’OTT : atteindre les internautes dont le débit de connexion est trop faible pour supporter la télévision via l’opérateur. Ils disposent en général d’un débit assez élevé pour pouvoir afficher une vidéo sur le web : l’offre de Canal+ est donc adapté à ces clients. Cette situation concerne par ailleurs 8 millions de foyers. Un marché prometteur pour le groupe alors qu’il est confronté à une concurrence de plus en plus féroce d’autres acteurs du Web.

La qualité sera-t-elle au rendez-vous ? Surtout connaissant les risques de surcharge des réseaux… Sur ce point, Canal+ se montre confiant : « nos tests pilotes montrent que la qualité peut être meilleure qu'en TNT ». Mais la congestion est fortement probable, d’autant que YouTube, principal acteur de la vidéo sur le Web en France, connaît ce problème aux heures de pic de fréquentation. La surcharge de ses services était également un enjeu pour Netflix aux Etats-Unis. La société avait alors acheté du trafic Internet à l’opérateur Comcast afin de garantir à tous ses utilisateurs un accès de qualité à son service de vidéo à la demande. 

Il est probable que Canal+ fasse de même. Mais les FAI français n’ont aucun intérêt à collaborer avec le groupe alors même que sa nouvelle offre a pour but de les contourner. La chaîne cryptée pourrait alors demander un arbitrage du CSA afin d’imposer aux opérateurs de lui vendre ce trafic. Cependant, jamais le CSA n’a eu à arbitrer pareil différend et n’a sans doute pas le pouvoir de trancher dans ce cas. Néanmoins, sa décision, quelle qu’elle soit, fera jurisprudence. Et si elle s’avère favorable à Canal+, les autres distributeurs de contenus en ligne pourront en profiter pour obliger les FAI à leur dédier une partie de leur réseau. 

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Business, Tendances

Actuellement à la Une...

/// LIVRES BLANCS

Évoluer ou mourir : L’adaptation de la sécurité au monde virtuel, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ?

Ce guide collaboratif, réalisé par un groupe d’experts en sécurité, présente les risques liés à la virtualisation et regroupe des conseils sur comment les appréhender.   


Comment tirer le meilleur parti du Cloud, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ? Les machines virtuelles dans un environnement cloud, avec des données importantes de grande valeur, sont tout autant exposées à une exploitation malveillante que les machines physiques. 


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires
/// DOSSIER DU MOIS

Communication interne... c'est peut-être la plus simple des fonctions de l’entreprise à caractériser, mais c’est aussi la plus complexe, puisque sa mission suit les évolutions du management. Avec des environnements d’entreprise de plus en plus mobiles, des générations de salariés avides d’autonomie et d’outils numériques, la communication interne de l’entreprise ne peut plus se définir comme la « voix de son maître » et relayer simplement la parole de la direction. Si c’est toujours un peu le cas, elle doit désormais informer en toute transparence pour faire comprendre la stratégie et les plans mis en place pour que les salariés adhèrent à ce plan afin qu’ils agissent dans l’intérêt de l’entreprise.