samedi 4 juillet 2015
 

Cebit 2014 : des start-up françaises distinguées

Si la présence française et le pavillon aux couleurs de notre pays était assez discret perdu dans un coin du Hall 6 de l’exposition, le pavillon 16, qui regroupait les finalistes d’un concours pour de jeunes pousses principalement britanniques a distingué deux entreprises françaises pour cette finale, OpenDataSoft et Precogs. Des acteurs à suivre dans des secteurs différents.

Comparativement à d’autres pays, la France a fait un peu profil bas sur ce qui reste tout de même un des grands rendez-vous européens dans l’industrie informatique. Quelques entreprises comme Thales, Yseop attiraient le chaland sur des corners dans un pavillon de taille réduite. Seul le retour de Mandriva sur le devant de la scène pouvait être vu comme un événement. Après les déboires récents, l’entreprise a donné la version poste de travail à la communauté Open Mandriva et va se concentrer sur les serveurs d’entreprises et sa solution Pulse de gestion des postes de travail. Ce retour semble se passer plutôt en bonne intelligence avec les différentes communautés autour de Mandriva, dont la fork Mageia.

Des start-up reconnues

Plus excitant était la présence dans la compétition Code_n de deux entreprises françaises qui ont réussi à se hisser au niveau de la finale et étaient invitées à présenter leurs solutions sur le Cebit.

Code_n est une initiative internationale qui regroupe des entreprises pionnières dans le secteur de l’analyse des données. Lors du Cebit, la manifestation avait un hall dédié de 5000 mètres carrés

OpenDatasoft propose un service de partage de données ouvertes et permet de mettre en ligne et de partager des données. L’entreprise a déjà de nombreux clients dans le secteur des collectivités locales, des médias et dans les services aux collectivités. Le service est disponible sous forme de service en SaaS. La plate-forme sous-jacente comprend les API et le formatage des données et le suivi en temps réel. Le prix est fonction du volume de données utilisées ou du nombre d’appel de requêtes sur la plate-forme. L’entreprise vient d’annoncer un partenariat avec Numergy.

Analyse de la chaîne d'appro

La seconde est Precogs qui propose une solution d’analyse de la supply chain avec un moteur qui récupère les données pour les achats, les compare, et indique où se trouve le meilleur choix ou les déséquilibres apparents dans la chaîne d’approvisionnement. La solution présentée sur le stand, CogWatch, s’appuie sur la solution HANA de SAP et permet de détecter les risques critiques dans l’approvisionnement des composants électroniques. La solution anticipe les ruptures de produits ou les surplus de stocks par des algorithmes propriétaires et des éléments auto-apprenants (machine learning) et en les corrélant avec  les données de prévision de production, afin de déterminer les risques sur chaque composant nécessaire à cette production dans l’industrie électronique. L’entreprise fait d’ailleurs partie du SAP Start-up Focus Program de l’éditeur allemand qui regroupe aujourd’hui plus de 1000 jeunes pousses dans le monde.

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Développement

/// LIVRES BLANCS

Évoluer ou mourir : L’adaptation de la sécurité au monde virtuel, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ?

Ce guide collaboratif, réalisé par un groupe d’experts en sécurité, présente les risques liés à la virtualisation et regroupe des conseils sur comment les appréhender.   


Comment tirer le meilleur parti du Cloud, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ? Les machines virtuelles dans un environnement cloud, avec des données importantes de grande valeur, sont tout autant exposées à une exploitation malveillante que les machines physiques. 


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires
/// DOSSIER DU MOIS

Communication interne... c'est peut-être la plus simple des fonctions de l’entreprise à caractériser, mais c’est aussi la plus complexe, puisque sa mission suit les évolutions du management. Avec des environnements d’entreprise de plus en plus mobiles, des générations de salariés avides d’autonomie et d’outils numériques, la communication interne de l’entreprise ne peut plus se définir comme la « voix de son maître » et relayer simplement la parole de la direction. Si c’est toujours un peu le cas, elle doit désormais informer en toute transparence pour faire comprendre la stratégie et les plans mis en place pour que les salariés adhèrent à ce plan afin qu’ils agissent dans l’intérêt de l’entreprise.