jeudi 2 juillet 2015
 

Des experts en sécurité boudent la conférence RSA

Une courte liste, qui pourrait rapidement s’étoffer, d’experts et autres éditeurs spécialistes de la sécurité informatique ont décidé de bouder la conférence RSA.

C’est l’un des premiers dommages collatéraux de l’affaire Snowden : à quelques semaines de sa tenue, la RSA Conference USA 2014 est boudée par quelques illustres noms de la sécurité informatique. En effet, en décembre dernier, nous rapportions que RSA (division sécurité d’EMC) aurait reçu 10 millions de dollars pour inclure une « porte dérobée » dans l’un de ses logiciels de chiffrement. Le but ? Laisser un libre accès à la NSA, l’agence de renseignement américaine, à l’origine des scandales sur les écoutes. 

Même si RSA a démenti à sa manière - et pas si formellement que cela - cette information (lire ci-dessous), elle n’a visiblement pas été appréciée par certains. Selon Threat Post, plusieurs intervenants, experts et éditeurs de sécurité ont déjà annulé leur venue à cette conférence qui fait pourtant office de référence dans le monde de la sécurité informatique. 

Le premier à avoir annulé son intervention est Josh Thomas, « chief breaker » chez le spécialiste en sécurité Atredis. Toujours avant Noël dernier, c’est le patron de F-Secure Mikko Hypponen qui, dans une lettre ouverte à RSA et EMC, a lui aussi expliqué qu’il refusait de participer à ladite conférence. Il disait alors « refuser de couvrir un malware sponsorisé par le gouvernement » américain. 

Pas assez de preuves pour juger ?

Suite à ces deux annonces, d’autres orateurs ont également annulé leur venue : Chris Soghoian de l’ACLU (American Civil Liberties Union), Chris Palmer et Adam Langley de Google, Marcia Hoffman de l’EFF ou encore Alex Fowler de Mozilla. 



Bien entendu, ces annulations ne représentent qu'une part minime des speakers prévus pour la RSA Conference. D’autres prennent même la défense de l’éditeur en sécurité, arguant « qu’il n’y pas assez de preuves pour juger », selon l’analyste Rich Mogull de Securosis. D'après RSA, 24 000 personnes sont attendues à l’évènement qui se déroulera fin février au Moscone Center de San Francisco. 

Nous reproduisons ci-dessous le démenti de RSA sur son blog après les informations de Reuters.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité

/// LIVRES BLANCS

Évoluer ou mourir : L’adaptation de la sécurité au monde virtuel, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ?

Ce guide collaboratif, réalisé par un groupe d’experts en sécurité, présente les risques liés à la virtualisation et regroupe des conseils sur comment les appréhender.   


Comment tirer le meilleur parti du Cloud, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ? Les machines virtuelles dans un environnement cloud, avec des données importantes de grande valeur, sont tout autant exposées à une exploitation malveillante que les machines physiques. 


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires
/// DOSSIER DU MOIS

Communication interne... c'est peut-être la plus simple des fonctions de l’entreprise à caractériser, mais c’est aussi la plus complexe, puisque sa mission suit les évolutions du management. Avec des environnements d’entreprise de plus en plus mobiles, des générations de salariés avides d’autonomie et d’outils numériques, la communication interne de l’entreprise ne peut plus se définir comme la « voix de son maître » et relayer simplement la parole de la direction. Si c’est toujours un peu le cas, elle doit désormais informer en toute transparence pour faire comprendre la stratégie et les plans mis en place pour que les salariés adhèrent à ce plan afin qu’ils agissent dans l’intérêt de l’entreprise.