lundi 6 juillet 2015
 

Soutenu par l’Etat, Viadeo ne collecte pourtant pas que de la TVA française

C’est une situation assez ubuesque puisque le réseau social professionnel français, soutenu par l’Etat via le FSI (Fonds Stratégique d’Investissement), ne facture plus toute sa TVA en France mais aux Etats-Unis. 

Depuis 3 ans, Viadeo ne collecte pas de TVA que pour le Trésor Public français, à en croire L’Express, alors même qu’il est en partie financé par l’Etat via le FSI (suite à un tour de table datant du 12 avril 2012) et qu'il revendique des millions de clients français. Ainsi, toutes ses activités mondiales sont centralisées à San Francisco dans APVO Corp. 

Pourtant, le PDG Dan Serfaty affirme que ce ne sont pas les motivations fiscales qui l’ont poussé à centraliser les activités outre-Atlantique. « A l'instar de nombreuses startup, nous avons saisi l'opportunité en 2010 d'avoir une présence au coeur de la Silicon Valley afin de bénéficier de cet écosystème particulièrement stimulant pour une société telle que Viadeo. Notre plateforme web et les services afférents étant localisés en Californie, nous sommes par conséquent contraints de facturer nos membres depuis notre filiale américaine ». 

Viadeo paie des impôts en France

Il précise qu’il porte « une attention particulière au respect des lois et règlements qui lui sont applicables tant sur un plan juridique que fiscal » et que Viadeo « paie des impôts en France, notamment de la TVA sur une part substantielle de son chiffre d'affaires, ainsi que dans les pays dans lesquels nous avons des filiales ». 

Viadeo réalise environ 50% de son chiffre d’affaires sur les abonnements Premium, qui permettent aux membres d’accéder à des fonctions avancées. Récemment, Viadeo a passé un partenariat avec les chambres de commerce et d'industrie (CCI) afin d'accompagner les petites et moyennes entreprises dans leur transition numérique. Présente au moment de l’accord, la ministre Fleur Pellerin expliquait que « sans vouloir faire d'anti-américanisme, ça me paraît important de savoir qu'il y a des entreprises françaises qui concurrencent sur leur propre terrain des mastodontes américains ». 

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Business

/// LIVRES BLANCS

Évoluer ou mourir : L’adaptation de la sécurité au monde virtuel, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ?

Ce guide collaboratif, réalisé par un groupe d’experts en sécurité, présente les risques liés à la virtualisation et regroupe des conseils sur comment les appréhender.   


Comment tirer le meilleur parti du Cloud, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ? Les machines virtuelles dans un environnement cloud, avec des données importantes de grande valeur, sont tout autant exposées à une exploitation malveillante que les machines physiques. 


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires
/// DOSSIER DU MOIS

Communication interne... c'est peut-être la plus simple des fonctions de l’entreprise à caractériser, mais c’est aussi la plus complexe, puisque sa mission suit les évolutions du management. Avec des environnements d’entreprise de plus en plus mobiles, des générations de salariés avides d’autonomie et d’outils numériques, la communication interne de l’entreprise ne peut plus se définir comme la « voix de son maître » et relayer simplement la parole de la direction. Si c’est toujours un peu le cas, elle doit désormais informer en toute transparence pour faire comprendre la stratégie et les plans mis en place pour que les salariés adhèrent à ce plan afin qu’ils agissent dans l’intérêt de l’entreprise.