samedi 30 avril 2016
 

PRISM : la NSA se livrerait à un vaste espionnage téléphonique et informatique

Selon le Guardian et le Washington Post, l’organisme américain écouterait les communications de millions d’abonnés téléphoniques sur les réseaux américains et se procurerait des données auprès des plus grands acteurs de l’informatique : Apple, Google, Microsoft, Facebook et autres.

A intervalles réguliers, la NSA est soupçonnée de se livrer à des opérations d’écoute et de récupération des données, particulièrement depuis les attentats de 2001 et les lois qui ont suivi, en particulier le Patriot Act. Jusqu’à présent, les soupçons étaient patents et la NSA n’avait pas nié se livrer à des écoutes mais le volume de données collectées a de quoi faire frémir. Le quotidien britannique a publié une ordonnance de justice qui oblige Verizon à livrer à la NSA la totalité des données téléphoniques de ses abonnés d’avril à juillet.

Depuis ces révélations, la NSA, les parlementaires américains et la Maison Blanche rivalisent d’ingéniosité en matière de communication langue de bois. En effet, il semble impossible de nier les faits mais les uns et les autres précisent qu’il s’agit de lutte contre le terrorisme et assurent que seules des métadonnées sont collectées, c’est-à-dire numéro appelé et durée de conversation mais assurément pas le contenu des conversations. Bien évidemment, nous ne sommes pas obligés de croire ces dénégations.

PRISM : accès direct de la NSA aux serveurs des géants du Net

Quelques heures après, le Washington Post en a rajouté une couche en indiquant que dans le cadre d’un programme baptisé PRISM, la NSA avait un accès direct aux serveurs de neuf sociétés d’informatique et d’internet parmi lesquels les géants Apple, Google, Microsoft ou encore Facebook, Yahoo, AOL, PayPal.  Le directeur de la NSA n’a pas démenti l’existence d’un tel programme mais a tenu à préciser que les articles du Post et du Guardian contenait plusieurs inexactitudes sans toutefois préciser lesquelles. Cependant i la indiqué que « les informations collectées dans le cadre de ce programme sont parmi les plus importantes et les plus intéressantes que nous pouvons collecter, et elles sont utilisées pour protéger la nation d’une grande variété de menaces. La révélation non autorisée d’informations à propos de ce programme important est entièrement légal est répréhensible et met en risque la sécurité des américains ». On le voit, M. Clapper est loin de se démonter et reproche à nos confrères d’avoir fait leur travail.

Du côté de plusieurs sociétés incriminées, on dément que la NSA ait un accès direct à ses serveurs. Joe Sullivan, responsable de la sécurité de Facebook, indique que son entreprise ne donne aucun accès direct à ses serveurs à une quelconque organisation gouvernementale. « Lorsqu’il est demandé à Facebook de fournir des données ou des informations à propos d’individus, nous étudions attentivement la requête en regard de la loi et fournissons l’information seulement dans ce cadre ». Même son de cloche chez Yahoo, Google et Microsoft qui affirment fournir les informations seulement lorsqu’elles sont réclamées et dans le cadre de la loi. « Nous n’avons pas de porte dérobée pour que le gouvernement accéde à des données privées des utilisateurs » affirme Google.

Dans l'attente d'une réponse claire

L’article détaillé de nos confrères est accessible à cette adresseOn y trouvera notamment les déclarations des entreprises ainsi que certaines réactions de parlementaires américains qui ne permettent malheureusement pas de se faire une idée précise et définitive de l’ampleur de la surveillance. Un autre article du post accessible ici montre des présentations de la NSA qui semblent confirmer l'espionnage dans toute son ampleur. Une chose apparaît cependant certaine. Le stockage des données dans les clouds américains de Microsoft, Amazon, Google et autres pourrait être fortement ralenti si ses sociétés ne fournissent pas une réponse claire quant à la confidentialité des données qui pourraient s’y trouver.


Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité, Tendances

Actuellement à la Une...



/// LIVRES BLANCS

Des solutions de stockage flash pour vous conduire dans le datacenter de demain. Un Livre Blanc Kaminario.

Les applications grand public que nous utilisons au quotidien nous ont conduit à exiger une bien meilleure experience utilisateur à l’échelle des applications d’entreprises. Mais comment les DSI peuvent-elles anticiper les attentes des utilisateurs et les contraintes de plus en plus complexes des applications métiers ? 


Comment une solution de stockage intégralement Flash peut apporter des bénéfices stratégiques et réduire les coûts. Un Livre Blanc Kaminario.


La fin des anti-virus ? Un Livre Blanc de Malwarebytes.

En dépit des antivirus avancés à notre disposition, l'utilisation par les cybercriminels de programmes malveillants (malwares) de plus en plus sophistiqués garantit le succès de leurs attaques informatiques. 

et retrouvez l'intégralité du webinar réalisé le 12 avril 2016 sur le thème : Montée des malwares - Comment se protéger en 2016.


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LA FILIERE DRONE DECOLLE, Stockage : le Flash se généralise, MWC'2016, DevOps, Meilleures extensions Office 2016 et 365, Chief Data Officer, Rencontre Marc Mossé (Microsoft)...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


INTERNET DES OBJETS : ÊTES-VOUS PRÊT ?, Alternatives à Docker, Se préparer à Blockchain, Visite guidée Google Cloud Platform, Rencontre Sébastien Soriano (Arcep)...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


/// L'agenda des événements IT
Le prochain Maker Faire Paris, salon, ateliers et conférences autour de la culture DIY, Fab Lab et Makers, aura lieu les 30 avril et 1er mai 2016 à Paris, Porte de Versailles, simultanément avec la Foire de Paris. Organisé par Maker Events.

Le MedPi 2016, "Business Club des Loisirs numériques"se tient du 17 au 20 mai 2016 à Monaco (Grimaldi Forum). Organisé par Reed Expositions.

La conférence développeurs de Google, "I/O", revient cette année à Mountain View (Shoreline Amphitheatre) tout près du siège de Google, du 18 au 20 mai 2016. Conférence organisée par Google.

Le salon des technologies robotiques se tient désormais à Paris. Prochain rendez-vous du 24 au 26 mai 2016 à Paris (Dock Pullman, La Plaine-Saint-Denis). Organisé par Innoecho / Impact Consulting.  

La Connected Conference qui rassemble les principaux acteurs internationaux de la filière objets connectés a lieu à Paris (104) du 25 au 27 mai 2016. Organisé par Rude Baguette et Europa Organisation.

Le salon Computex a lieu du 31 mai au 4 juin 2016 à Taipei (Taiwan). Thème de cette édition "Shaping the future : Stay tuned for InnoVEX & SmarTEX". Organisé par Taitra.

Voir tout l'agenda
Derniers commentaires