X
News Partenaire Paessler
Les solutions de surveillance réseau

Ce que vous devez savoir sur les solutions de surveillance des infrastructures informatiques des PME. [Lire l'article...]

Les cartes bancaires NFC bonnes pour la poubelle ?

Un consultant sécurité de BT a découvert une incroyable faille dans les cartes bancaires équipées d’une puce NFC (Near Field Communication). De notre point de vue, la seule solution acceptable est de les détruire. Le GIE Cartes Bancaire nuance et parle d'une expérience de laboratoire.  

Cela fait déjà quelques semaines que Renaud Lifchitz, consultant sécurité au sein de British Telecom, tire la sonnette d’alarme durant des conférences ou ateliers qu’il anime. Sûr de ses découvertes, il a ainsi prévenu la Gendarmerie, les ministères des Finances et de l'Intérieur, La CNIL et d’autres organismes pour que des solutions soient trouvées car la faille qui affecte les cartes bancaires n’en est pas une : il s’agit d’un gouffre. Tellement béant qu’on se demande comment on a pu laisser passer une chose pareille. Résumons.

A l’aide d’une clé USB NFC ou encore d’une application pour téléphone mobile Android (une centaine de lignes de code max), il est possible de récupérer l’intégralité des informations d’une carte bancaire, à la seule exception du cryptogramme visuel de 3 chiffres imprimé sur le dos de la carte. Toutefois, le hacker pourra récupérer le nom du porteur de la carte, le numéro d’icelle, sa date d’expiration et le détail des vingt dernières transactions effectuées avec date, pays, montant et devise. Contrairement à ce que prétendent certains, il n’est pas nécessaire de placer la carte à une distance de 3 à 5 cm du lecteur pour capter les informations. Renaud Lifchitz affirme qu’il est possible de se trouver à 1,5m lorsque la carte est passive et 15 mètres lorsqu’elle est active, c'est-à-dire en cours de transaction. Notons que le plus incroyable est que la transaction NFC, elle-même, est sécurisée. « Sur les cartes de paiement NFC, il y a juste signature du paiement par la carte (ce qui ne protège absolument pas les informations de la carte ni du porteur), mais aucune authentification, aucun chiffrement des échanges et il y a de nombreuses informations personnelles», déclare Renaud Lifchitz.

Le plein de cartes bleues dans le métro

D’aucuns ont prétendu qu’il est dès lors possible de cloner la carte par ce procédé. Ce n’est pas tout à fait exact, précise M. Lifchitz. « Il est possible de copier juste une partie de la piste magnétique seulement (partie qui semble varier selon les fabricants de carte). La puce n’est pas clonable par nature car elle contient des secrets cryptographiques « stockés en dur » et non lisibles à l’extérieur ». Il précise également : « Pour moi le risque essentiel n’est pas le clone (difficile à faire fidèlement). Mais surtout la réutilisation frauduleuse des informations de la carte (nom du porteur, numéro de carte, date d’expiration) sur des sites Internet, à l’insu du porteur. La capture active ou passive de ces informations est faisable sur de longues distances (au moins 1,5m et 15m respectivement) absolument sans laisser de traces et sans éveiller les soupçons du porteur. Difficile donc de trouver l’origine de l’attaque (personne, lieu, date, …). Par ailleurs, ça permet de dépasser le plafond des 20€ des paiements sans contact… ». Si l’on se fie aux estimations de M. Lifchitz, une rame de métro bondée pourrait s’avérer un excellent endroit pour faire son plein de numéros de cartes bleues. En effet, précisons que si le cryptogramme visuel est largement demandé en France et en Europe, ce n’est pas le cas sur de nombreux sites de commerce électronique aux Etats-Unis. Sachant que la personne peut se faire dérober ses informations sans s’en rendre compte, les risques sont immenses.

Pour corriger ce problème, il semble que s’inspirer du Pass Navigo est une bonne idée. « Les cartes Navigo sont très  bien conçues niveau sécurité. Aucune information nominative n’est stockée. Il y a authentification mutuelle de la barrière et de la carte (cryptographie symétrique 128 bits), puis échange de clés,  chiffrement et signature des échanges », nous rappelle Renaud Lifchitz.

L’article 34 de la CNIL

Du point de vue légal, il convient de savoir que les cartes bancaires ne sont pas la propriété de leur porteur mais de la banque émettrice comme cela est indiqué au dos. Par ailleurs, soulignons que l’article 34 de la Loi Informatique & Libertés stipule que : « Le responsable du traitement est tenu de prendre toutes précautions utiles, au regard de la nature des données et des risques présentés par le traitement, pour préserver la sécurité des données et, notamment, empêcher qu’elles soient déformées, endommagées, ou que des tiers non autorisés y aient accès. ». En conséquence, les banques sont responsables de ces cartes et pourraient donc être poursuivies par la CNIL non pas pour le risque de hacking mais pour l’exposition de données personnelles.

Dans une interview accordée à PC Inpact, Armand Heslot, ingénieur au sein de la CNIL déclarait que son organisme « pouvait contrôler les établissements bancaires pour savoir si le traitement des données est conforme à la loi ». Notre confrère ajoutait que «  dans le cas contraire, la Commission pourrait demander une mise en demeure de conformité. Si aucun effort n’était fait, elle pourrait demander tout simplement l’arrêt du traitement. ». Contacté par nos soins, Armand Heslot confirme ses propos et ajoute que les banques pourraient également tomber sous les coup de l’article 226-16 du code pénal qui stipule que « le fait de procéder ou de faire procéder à un traitement de données à caractère personnel sans mettre en oeuvre les mesures prescrites à l'article 34 de la loi n° 78-17 du 6 janvier 1978 précitée est puni de cinq ans d'emprisonnement et de 300 000 Euros d'amende. » Par ailleurs M. Heslot précise que « les industriels devaient réaliser des études d’impact sur la vie privée et qu’il semble que ces études n’aient pas été réalisées ». M. Heslot rappelle enfin que les découvertes de M. Lifchitz posent un double problème : de sécurité et de confidentialité au travers du suivi des personnes et de l’historique des transactions. C’est ce second volet qui est plus précisément regardé par l’organisme.

Direction la poubelle

De notre point de vue, l’arrêt du traitement pourrait signifier la destruction de ces cartes et cela nous semble être la seule solution viable vu l’ampleur de la menace. Par ailleurs, nous recommandons à nos lecteurs équipés de ces cartes de les remplacer par des cartes « ordinaires », même s’il existe d’ores et déjà 100 000 lecteurs NFC en France permettant de régler simplement des montants inférieurs à 20€. L’autre solution consiste à s’équiper d’une cage de Faraday portative, à savoir une enveloppe métallique autour de son portefeuille. Si pour l’instant, il semble qu’aucun exploit n’ait été signalé, la facilité avec laquelle il semble possible de récupérer les informations doit inciter à la prudence. Comme l’indiquait M. Lifchitz « Le problème de sécurité vient de l’utilisation du protocole EMV qui n’est pas fait pour fonctionner en mode sans contact. C’est un problème de conception et non d’implémentation donc il faut revoir la norme… ».

Expériences de laboratoire selon le GIE

Dans cet intervalle, nous pensons qu’il est préférable de surseoir à la délivrance de ces cartes et qu’il convient de remplacer les cartes déjà émises. Nous avons contacté le GIE Cartes Bancaires. (M.A.J. du 26/04) Jean Marc Bornet, Administrateur au sein du GIE relativise la menace."Je ne comprends pas ce buzz autour d'un expérience de laboratoire et d'un risque théorique", explique-t-il. Il indique ensuite qu'aucun moyen de paiement n'est à 100% étanche et met en avant le fait que le client est protégé puisque la banque le remboursera en cas de fraude. Nous lui demandons pourquoi la solution du double PAN (voir ci-dessous) n'a pas été retenue. "C'est une question de coût. Cela aurait renchéri le coût du moyen de paiement et c'est complexe à mettre en oeuvre. Nous devons veiller en permanence à un équilibre entre le coût de l'instrument de paiement et la sécurité. Ce double PAN viendra peut-être mais pas pour le moment ", ajoutant que les Français sont un pays de chèque et qu'ils ne veulent pas dépenser pour leurs moyens de paiement. Il insiste une nouvelle fois sur le caractère innovant de ce produit et rappelle que le client est protégé. "Cela fait partie du métier des banques que de prendre des risques". Chacun appréciera le sens de cette phrase à la lumière de ses relations avec son banquier. Bref, l'organisme ne se déclare pas plus inquiet que cela des risques qualifiés d'extrêmement faibles. Dans un premier temps, un premier interlocuteur nous avait répondu beaucoup plus légèrement semblant considérer que tout cela n'était pas très important. M. Bornet prend plus de précautions par rapport aux travaux de M. Lifchitz. "Nous avons toujours pris ces risques au sérieux. Depuis 25 ans, la puce n'a pas cessé d'être adaptée". 

Pourtant, malgré ce discours plein de bonne volonté, le GIE n'envisage pas de faire quoi que ce soit pour le moment et précise que les banques vont peut-être diffuser des enveloppes métalliques destinées à contenir le risque. Point. Quant au terme d'expérience de laboratoire, laissons plutôt la parole à Renaud Lifchitz que nous avons recontacté hier soir. Voilà ce qu'il nous a précisé"J’ai fait mes démonstrations en direct devant 400 personnes avec du matériel disponible partout à 40€. J’ai rendu le code source de mon application (version bureau) disponible pour tous, pour que ce soit vérifiable et vérifié par un maximum de gens. Les spécifications EMV confirment que l’accès à ces informations n’est ni authentifié, ni chiffré. J’étais vendredi dernier à la Police Scientifique (IRCGN), qui m’ont demandé de venir pour échanger sur le sujet (eux sont préoccupés par les risques de fraude). Ils ont reproduit chez eux l’ensemble de mes observations avec du matériel similaire et étudient maintenant d’autres attaques et risques. Quant à l’écoute passive d’une transaction de paiement, elle ne nécessite pas plus de 300€ pour un récepteur radio qu’on trouve dans n’importe quelle boutique de radioamateur. On atteint sans problème les 15 mètres de portée avec ce type de matériel, sans antenne particulière (une bête antenne FM d’un vieux poste de radio). Les arguments de distance et de matériel coûteux ne tiennent pas très longtemps à l’examen…".  A chacun de se faire son opinion sur le côté "laboratoire" des tests pratiqués.

Au sujet de la campagne présidentielle, l'hebdomadaire anglais The Economist titrait sur le déni de réalité dont semblaient faire preuve les candidats à la magistrature suprême. Nous nous demandons si le GIE Cartes bancaires n'est pas dans le même genre de déni face au dysfonctionnements de ces cartes.

Des préconisations oubliées

Comme nous l'indiquons plus haut, l'idée de double PAN a fait l'objet de tergiversations. Dans son rapport 2009 publié en juillet 2010, l'observatoire de la sécurité des cartes de paiement recommandait la mise en place d'un PAN (Personal Authentification Number) spécifique pour la partie plastique et un autre pour la partie NFC. De la sorte, le vol ou la divulgation du PAN NFC n'aurait a priori pas été utilisable pour des opérations de commerce électronique. Cependant, dans la version 2010 du même rapport publiée en juillet 2011, on ne retrouve plus cette préconisation. Les tests menés par M. Lifchitz montrent qu'un seul numéro figure sur la carte et la puce NFC. Ceci signifie que tout le travail est à reprendre. Et nous pouvons même remonter à 2003 pour voir que le problème a été identifié voici fort longtemps. Voilà ce qui, selon l'Observatoire, était prévu : "Dans le cas particulier des porte-monnaie électroniques, les paiements sont protégés grâce à un dialogue sécurisé entre la carte du porteur et un module de sécurité installé dans le terminal du commerçant. Ce dialogue se caractérise par une authentification mutuelle entre les différents composants (cartes, terminaux et serveurs centraux) reposant sur des techniques cryptographiques. Après cette authentification, le porte-monnaie est débité du montant de la transaction et le terminal du commerçant est crédité du même montant. D’autres dispositifs sécuritaires permettent de détecter une anomalie sur un porte-monnaie électronique et d’en empêcher éventuellement l’utilisation."

Rappelons enfin qu’une étude menée par l’IFOP au mois de janvier dernier indiquait que près de 2 français sur 3 étaient assez ou résolument opposés au paiement sans contact. A la découverte de ces failles, on constate que les Français sont parfois fort clairvoyants, même si c'est de manière intuitive.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Sécurité

Actuellement à la Une...
Enquête Express Présidentielle
Parmi les candidats à l'élection présidentielle quel est celui qui accorde selon vous le plus d'importance au numérique, à l'IT et à la high tech dans son programme et les réformes envisagées ?











Voter  Afficher les résultats
Votre vote, unique, reste confidentiel.
Dossier L'1FO

Sécurité SI : 4 menaces à la loupe

Les cybercriminels possèdent bien souvent une longueur d’avance sur les solutions technologiques de sécurité. Sensibiliser les collaborateurs à certaines bonnes pratiques constitue donc une mesure préventive incontournable face aux ransomwares, à l’ingénierie sociale ou aux APT.

Afficher tous les dossiers
Offres d'emploi
RSS
12345678910Last

Lancez votre recherche sur la rubrique Emploi avec notre partenaire



LIVRES BLANCS

Visualisation et gestion des projets et des connaissances avec MindManager Enterprise et Microsoft SharePoint, un Livre Blanc Mindjet-Corel.

Découvrez dans ce Livre Blanc comment vous bénéficiez, en tant qu’utilisateur, de l’intégration entre MindManager Enterprise et Microsoft SharePoint. Deux des principaux domaines d’application sont mis en évidence : d’une part les maps d’informations, de navigation et de connaissances, et d’autre part les maps de gestion de projet avec des tâches SharePoint synchronisées. 

 


HPE 3PAR : Le stockage 100%  flash de référence, un Livre Blanc HPE.

Avec un volume de données augmentant de 40% par an dans l’ensemble des entreprises et une demande des utilisateurs de pouvoir y accéder depuis n’importe quel terminal (PC, tablettes, smartphones), les solutions Flash tendent à devenir incontournables. Découvrez dans ce livre blanc pourquoi HPE 3PAR est devenue la solution de référence pour les entreprises soucieuses de réaliser leur transformation numérique dans les meilleures conditions possibles.

 


Déployer rapidement un micro datacenter, un Livre Blanc Schneider Electric. 

Ce document traite de la mise en place d'améliorations réalistes au niveau de l'alimentation, du refroidissement des racks, de la sécurité physique, de la surveillance et de l'éclairage. Il se concentre sur les petites salles serveurs et succurscales de 10kW de charge informatique maximum.


Apporter des solutions aux préoccupations relatives à la cybersécurité
des plates-formes de surveillance à distance des datacenters
, un Livre Blanc Schneider Electric. 

Les services de surveillance à distance numérique permettent de surveiller et d'analyser en temps réel, les données des systèmes d'infrastructures physisques des datacenters.

Ce document décrit les aspects de sécurité clés liés au développement et à l'exploitation de plates-formes de surveillance à distance reposant sur le cloud qui protègent la confidentialité des données et la sécurité des systèmes d'infrastructures contre les attaquants. 


Le stockage flash au service des applications cloud, Un Livre Blanc PureStorage.

Le cloud computing transforme la façon dont les organisations développent et distribuent des applications. Les équipes de développement peuvent utiliser des clouds privés, publics ou hybrides afin de configurer rapidement de nouvelles infrastructures qui n'interfèrent pas avec les ressources ou opérations existantes. 


Tous les Livres Blancs
Le Kiosque

GESTION DES SERVICES IT / ITSM : la DSI face à ses multiples défis - Cyberdéfense : la France renforce son arsenal - Nantes Tech : on y joue collectif ! - Solutions analytiques : quels besoins pour quels métiers ? - Le BASIC se découvre une nouvelle jeunesse - Quelles compétences recherchent les ESN en 2017 ? - Rencontre avec Laurent Leloup, auteur de «Blockchain : la révolution de la confiance»...

 

CLOUD SOUVERAIN : mythes et réalités - Cas pratique : quand les données partent en balade... - Choisir sa solution d'Emailing - Apps mobiles : créez-les sans coder ! - Bootstrap : l'étincelle qui va faire briller vos sites Web - Rencontre avec Ludovic Le Moan (Sigfox) : "Il n'est pas possible d'ignorer la transformation sociale liée à l'IoT" - Les technos grand public qui vont percer en 2017...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Fil AFP
Techno et Internet
Le candidat à la présidentielle du parti Les Républicains François Fillon avant l'Emission politique sur France 2 le 23 mars 2017 à ParisLa passe d'armes entre l'écrivain Christine Angot et le candidat LR à la présidentielle François Fillon dans l’Émission Politique connaît un grand succès sur les réseaux sociaux et divisait toujours samedi presse et commentateurs. [Sommaire]

La justice annule une décision interdisant les ventes d'iPhone6Un tribunal pékinois a annulé vendredi la décision d'une autorité administrative, qui avait reconnu Apple coupable d'avoir enfreint le brevet d'un fabricant local et avait enjoint l'américain de cesser la vente en Chine de son smartphone iPhone6. [Sommaire]

Un voyageur met son ordinateur dans son sac avant de s'envoler pour Londres à l'aéroport de Tunis le 25 mars 2017Fini les ordinateurs en cabine: l'interdiction imposée par les Etats-Unis et la Grande-Bretagne sur certains vols en provenance de pays arabes et de Turquie est entrée en vigueur samedi, au grand dam des voyageurs d'affaires et de certains parents. [Sommaire]

La star des Cavaliers LeBron James monte au panier contre les Lakers au Staples Center, le 19 mars 2017 à Los AngelesLa diffusion de matches de sport en direct reste le dernier domaine réservé pour les diffuseurs traditionnels, mais à l'heure des smartphones et du streaming, les choses pourraient bien basculer prochainement. [Sommaire]

La fronde des annonceurs publicitaires contre Google et sa filiale YouTube aura un impact financier pour le géant internet La fronde grandissante des annonceurs publicitaires contre Google et sa filiale de vidéo YouTube ne devrait pas avoir un impact financier suffisant pour ébranler le coeur d'activité du géant internet américain, mais elle pourrait remettre en question certaines pratiques sur le marché. [Sommaire]

Un enfant souffrant de malnutrition nourri par sa mère à l'hôpital de Baidoa, en Somalie, le 15 mars 2017Un jeune Français installé aux Etats-Unis et star des réseaux sociaux a réuni en quelques tweets 2 millions de dollars de dons pour affréter un avion chargé de nourriture vers la Somalie, menacée de famine par une grave sécheresse. [Sommaire]

Un visiteur du salon Grâce à la démocratisation de la réalité virtuelle (VR), les professionnels s'engouffrent sur le marché prometteur du divertissement: sports virtuels, jeux vidéo, cinéma et attractions, ces expérimentions en tous genres sont exposées jusqu'à dimanche au Salon Laval Virtual. [Sommaire]

La police israélienne a arrêté un adolescent juif soupçonné de dizaines de fausses alertes antisémites à la bombe dans le mondeLa police israélienne a annoncé jeudi l'arrestation d'un adolescent juif soupçonné de dizaines de fausses alertes antisémites à la bombe dans le monde, notamment aux Etats-Unis où une flambée de menaces a nourri les spéculations sur une montée de l'antisémitisme sous Donald Trump. [Sommaire]

Visite virtuelle de l'antique demeure de Néron à Rome, me 22 mars 2017C'est une visite virtuelle à couper le souffle, tellement réaliste qu'on pourrait presque sentir les odeurs de lavande... A Rome, les visiteurs peuvent désormais déambuler dans l'antique demeure de Néron et ses jardins, tels que l'empereur lui-même pouvait les admirer. [Sommaire]

La platine Technic SL-1200 présentée lors du Consumer electronic Show 2016 au Mandalay Bay Convention Center à Las Vegas (Nevada) le 5 janvier 2016Mythique série choyée des DJ du monde, les platines vinyle SL-1200 Technics sont de retour, prouvant un regain d'intérêt pour la haute-fidélité audio, à rebours de la pourtant récente tendance MP3. [Sommaire]

Toutes les dépêches AFP

AgendaIT

LAVAL VIRTUAL

Salon des nouvelles technologies et usages du virtuel (réalité virtuelle et augmentée), Laval Virtual se tient du 22 au 26 mars 2017 à Laval (salle polyvalente, place de Hercé). Organisé par l'association Virtual Laval.

ACCESSECURITY

AccesSecurity, salon méditerranéen de la sécurité globale, se tient à Marseille (Chanot) du 29 au 31 mars 2017. Organisé par Safim.

DOCUMATION

Congrès et exposition Documation et Data Intelligence Forum, deux événements pour réussir sa digitalisation, les 29 et 30 mars 2017  à Paris Porte de Versailles Hall 2.2. Organisé par Reed Expositions.

SIDO

La 3ème édition du SIdO, le Showroom de l’industrie IoT, aura lieu les 5 et 6 avril 2017 à la Cité Internationale de Lyon. Organisé par CObees.

DEVOXX

Devoxx France, la conférence pour les développeurs passionnés, tient sa 6ème édition du 5 au 7 avril 2017 à Paris au Palais de Congrès de la Porte Maillot. Organisée par Quantixx.

CYBER PAIX

« Construire la paix et la sécurité internationales de la société numérique », un colloque sur ce thème est organisé à l'Unesco les 6 et 7 avril 2017 à l'initiative de l'Anssi, en lien avec le ministère des Affaires étrangères et du Développement international. Organisé par l'Anssi avec l'agence Isobar.
La 9ème Journée Française des Tests Logiciels se tient à Montrouge (Beffroi) le 11 avril 2017. Organisée par le CFTL (Comité Français des Tests Logiciels).
Voir tout l'AgendaIT