mercredi 1 juillet 2015
 

Tim Berners-Lee exprime ses craintes et espoirs pour l'Internet

L'homme, que beaucoup considèrent comme le père du World Wide Web, était en France à l'occasion de la conférence mondiale du Web du W3C (dont il est le Président). Il y a exprimé ses inquiétudes quant aux libertés numériques, et s'est montré à nouveau hostile aux écosystèmes fermés.

La conférence WWW2012 se déroule actuellement à Lyon (du 16 au 20 avril). Elle regroupe des tables rondes, des keynotes, des ateliers, etc., et voit les plus grands acteurs du Web mondial se succéder sur ses estrades.

Tim-Berners Lee y a tenu une conférence hier matin, durant laquelle il a abordé de nombreux sujets. Il s'est d'abord exprimé au sujet des applications pour smartphones, dont il reconnaît le succès bien mérité, mais dont le mode de fonctionnement l'inquiète. En effet, elles sont cloisonnées dans des écosystèmes fermés.

Des applications universelles

Une situation qui ne peut que déplaire à un partisan de l'Internet ouvert tel que Berners-Lee, qui plaide pour l'émergence d'applications Web écrites en HTML5. De cette façon, les logiciels pourraient s'utiliser avec n'importe quel navigateur. Ils seraient donc compatibles avec tous les OS mobiles du marché.

"Si quelqu'un vous demande de développer une application mobile, dites-lui qu'une application web ouverte peut être tout aussi bonne, tout aussi sexy. Si vous utilisez HTML5, vous n'avez pas besoin de réécrire une application pour chaque système. Le Web, ce sont des standards, et chaque internaute doit pouvoir accéder au même contenu", a-t-il déclaré, comme le rapporte Le Point.

Le Web sera ce qu'on en fera

Pour lui, tous les acteurs du Web ont "les cartes en mains mais personne ne peut aujourd'hui dire ce que sera le web de demain". Il est donc important de réfléchir pour construire ce futur, en allant dans la bonne direction.

Il poursuit en évoquant ses inquiétudes concernant la confidentialité sur Internet et l’utilisation des données personnelles, et lance une pique envers divers projets de loi récents (Acta, Sopa, etc.) : "Il y a un nombre incroyable de lois discutées dans les parlements, sans que la plupart des gens ne s'en rendent compte". 

Il demande aux acteurs du Web, en particulier les développeurs, de consacrer 10% de leur temps à veiller sur la confidentialité des données des internautes, notamment en empêchant des tiers de les exploiter.

Il estime que les gouvernements essaient actuellement de "contrôler ou espionner le Web", et, si il y parvenaient, les Droits de l'Homme s'en trouveraient "détruits". "Cette idée que nous devrions régulièrement enregistrer des informations sur les gens est évidemment très dangereuse", déclare-t-il.

Il appelle à la vigilance, à l'égard des gouvernements, mais aussi par rapport à la façon dont on partage ses informations sur Internet. Selon lui, il n'est pas possible de savoir ce qu'il sera fait des données personnelles des internautes dans le futur. Un fait que les utilisateurs de la Toile devraient garder à l'esprit. 

La menace CISPA

Il s'en prend aussi au Cyber Intelligence Sharing and Protection Act (CISPA), un projet de loi américain qui doit être voté la semaine prochaine, et qui permettrait au gouvernement de consulter les données personnelles sous couvert de protéger le pays de cyberattaques potentielles. CISPA menace "les droits du peuple américain, mais aussi ceux du monde entier, dans la mesure où ce qui se passe aux États-Unis tend à concerner le reste du monde. Même si les projets de lois SOPA et PIPA ont été arrêtés par de fortes mobilisations, il est stupéfiant de voir la vitesse à laquelle le gouvernement américain est revenu avec une nouvelle mais différente menace pour les droits de ses citoyens".

Il regrette de plus que l'utilisation du Web soit réduite au téléchargement illégal. Pourtant, "l'Internet est plus grand que l'industrie de la musique. L'impact économique de l'internet est plus grand que celui de l'industrie de la musique", rappelle-t-il, tout en se disant favorable aux offres légales, tant qu'elles n'émanent pas des majors.

Demandez vos données personnelles à Google et Facebook !

Enfin, il évoque les réseaux sociaux, dont une caractéristiques le dérange, le fait "qu'ils aient mes données tandis que je ne les ai pas". Il poursuit : "Mon ordinateur dispose d'une compréhension approfondie de ma forme physique, de mon alimentation, des endroits où je me trouve. Mon téléphone comprend en étant dans ma poche les efforts physiques que j’ai pratiqués et combien de marches j’ai grimpées, etc. Exploiter ces données pourrait fournir des services extrêmement utiles aux personnes, mais seulement si leurs ordinateurs avaient accès aux données personnelles détenues à leur sujet par les géants du web".

Il encourage enfin les internautes à demander leurs données à Facebook et à Google.

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Tendances, Réseau

Actuellement à la Une...

/// LIVRES BLANCS

Évoluer ou mourir : L’adaptation de la sécurité au monde virtuel, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ?

Ce guide collaboratif, réalisé par un groupe d’experts en sécurité, présente les risques liés à la virtualisation et regroupe des conseils sur comment les appréhender.   


Comment tirer le meilleur parti du Cloud, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ? Les machines virtuelles dans un environnement cloud, avec des données importantes de grande valeur, sont tout autant exposées à une exploitation malveillante que les machines physiques. 


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires

INF136

/// DOSSIER DU MOIS

Communication interne... c'est peut-être la plus simple des fonctions de l’entreprise à caractériser, mais c’est aussi la plus complexe, puisque sa mission suit les évolutions du management. Avec des environnements d’entreprise de plus en plus mobiles, des générations de salariés avides d’autonomie et d’outils numériques, la communication interne de l’entreprise ne peut plus se définir comme la « voix de son maître » et relayer simplement la parole de la direction. Si c’est toujours un peu le cas, elle doit désormais informer en toute transparence pour faire comprendre la stratégie et les plans mis en place pour que les salariés adhèrent à ce plan afin qu’ils agissent dans l’intérêt de l’entreprise.