mercredi 1 juillet 2015
 

RIM s'appuie sur le BYOD pour séduire à nouveau les entreprises

RIM a bien saisi l’intérêt du phénomène BYOD (Bring Your Own Device) et propose sa solution Mobile Fusion, doublement importante : parce qu’elle lui permet de proposer un service tiers à ses clients, tout en leur permettant de gérer les plateformes Android et iOS. 

RIM avait bien senti le vent tourner avec l’apparition du BYOD, qui concerne la plupart des entreprises. Rappelons que le principe est de sécuriser le réseau de l’entreprise et de permettre aux salariés d’utiliser leurs propres matériels (smartphones, tablettes, etc.) pour leurs activités professionnelles. 

Récemment, RIM avait alors présenté « Mobile Fusion, une plateforme, une suite intégrée de gestion commune des appareils de l’entreprise », explique Médéric Leborgne, directeur technique chez RIM. Sous cette bannière se retrouvent trois outils pour les administrateurs :

- BlackBerry Device Service (BDS), « un serveur de gestion des tablettes PlayBook qui reprend l’architecture de BES (BlackBerry Enterprise Server) »,

- Universal Device Service (UDS), plateforme de gestion des appareils connectés Android et iOS,

- BlackBerry Mobile Fusion Studio, la web app qui centralise la gestion des appareils connectés, des utilisateurs, des configurations, des politiques de sécurité, etc. 

RIM a aussi eu la bonne idée d’unifier les univers BES, UDS et BDS, sous quasiment la même interface, mais surtout en reprenant les mêmes termes de gestion, afin de ne pas perdre les utilisateurs de BES. 

Séparer le pro du perso

Afin de renforcer la partie BYOD, RIM propose surtout la possibilité d’installer un container sur les appareils connectés des salariés, séparant ainsi les mondes personnels et professionnels, qui ne peuvent pas interagir entre eux. Les administrateurs ont aussi la possibilité de repérer les mobiles jailbreakés et de les interdire. La distribution d’applications sur tous ces terminaux est également possible.

La plateforme Mobile Fusion est donc disponible dans l’hexagone. Si le serveur est désormais gratuit (contrairement à BES), RIM fera payer en fonction du nombre d’utilisateurs, à un tarif dégressif. 

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

/// LIVRES BLANCS

Évoluer ou mourir : L’adaptation de la sécurité au monde virtuel, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ?

Ce guide collaboratif, réalisé par un groupe d’experts en sécurité, présente les risques liés à la virtualisation et regroupe des conseils sur comment les appréhender.   


Comment tirer le meilleur parti du Cloud, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ? Les machines virtuelles dans un environnement cloud, avec des données importantes de grande valeur, sont tout autant exposées à une exploitation malveillante que les machines physiques. 


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires
/// DOSSIER DU MOIS

Communication interne... c'est peut-être la plus simple des fonctions de l’entreprise à caractériser, mais c’est aussi la plus complexe, puisque sa mission suit les évolutions du management. Avec des environnements d’entreprise de plus en plus mobiles, des générations de salariés avides d’autonomie et d’outils numériques, la communication interne de l’entreprise ne peut plus se définir comme la « voix de son maître » et relayer simplement la parole de la direction. Si c’est toujours un peu le cas, elle doit désormais informer en toute transparence pour faire comprendre la stratégie et les plans mis en place pour que les salariés adhèrent à ce plan afin qu’ils agissent dans l’intérêt de l’entreprise.