X
News Partenaire
EasyVista : simplifier le quotidien des collaborateurs en entreprise

En capitalisant sur son expertise en ITSM (Information Technology Service Management), EasyVista a développé une plate-forme en mode Licence ou SaaS qui facilite les processus internes dans les services proposés par les entreprises à leurs collaborateurs. [Lire l'article...]

Le cinéma français demande la VOD à 8 euros, et une taxe "Pop Corn"

Près de 95% des producteurs cinématographiques français (les 3 syndicats SPI, APC et UPF ; ainsi que six grands réalisateurs) se sont réunis afin d'écrire une lettre aux "décideurs français en matière de politique culturelle". Ils font à ces derniers quatre propositions touchant la VOD.

En cette période électorale, les producteurs savent qu'ils peuvent plus facilement se faire entendre de la classe politique. Et donc, faire connaître leurs souhaits, leurs attentes et leurs conseils, pour assurer la pérennité de leur industrie.

Mettant d'abord les choses dans leur contexte (du moins, la vision qu'ils en ont), ils évoquent une France "volontariste et intelligente, [qui] a su préserver un cinéma national alors que tous ses grands voisins européens voyaient disparaître leur industrie cinématographique au seul profit du cinéma américain".  Et, sans ce "soft power, il n’y aurait plus de création cinématographique française depuis bien longtemps".

Mais, ce monde idyllique serait "ébranlé par une révolution numérique qui n’en finit pas de produire ses effets", qui leur fait "craindre purement et simplement la disparition du système de soutien à la création tel qu’on le connaît aujourd’hui". Face à un tel danger, les représentants du cinéma français se mobilisent en faveur d'une "véritable révolution copernicienne (...) pour assurer l’avenir de la création cinématographique française dans un monde ouvert et interconnecté".

Ils poursuivent leur missive en demandant l'application de quatre "réformes fondamentales", que voici :

1- « Nous demandons à ce que soit fixé par décret un prix minimum de reversement aux ayants droit de 4 euros par transaction »

Par là, il est souhaité que soit donné "son juste prix à la VàD transactionnelle". Comme "il y a fort à parier que l’on assiste en 2012 à une très forte dégradation du marché de la vidéo physique (DVD, Blu-Ray) au profit de la vidéo dématérialisée (VàD, SVOD)", les producteurs s'inquiètent de leurs marges, qui sont plus faibles dans le cas de la VOD. "Les entreprises de distribution française ne survivront pas à une perte de valeur d’une telle ampleur et ne seront plus en mesure de financer la création comme elles l’ont fait jusqu’à présent", s'alarment-ils, alors que des études constatent qu'aux Etats-Unis, les ventes en streaming sont sur le point de dépasser celles de supports physiques.

Leur solution pour survivre à ces changements ? Que le prix de la VaD "soit fixé par décret un prix minimum de reversement aux ayants droit de 4 euros par transaction. Cela représente déjà une baisse de marge de près de 50% par rapport à la vidéo physique, correspondant à l’économie réalisée grâce à la dématérialisation. Cette mesure, permise par le code du cinéma et de l’image animée, aurait pour effet de protéger la valeur des œuvres dans un système de diffusion de plus en plus digitalisé. Elle serait pour le cinéma aussi salvatrice qu’a pu l’être la loi Lang pour l’édition littéraire française", préconisent-ils.

Seulement, si les ayants-droit se réservent 4 euros par transaction, le prix de vente du contenu sera de 8,13 euros TTC pour le consommateur (iTunes propose actuellement ses films loués à 3,99 €), comme l'ont calculé nos confrères de ZdNet, et ce, pour "un film en SD, en stéréo, sans bonus, et en location uniquement pour 48 heures".

2- «Mettre en place une obligation légale de préfinancement des œuvres par les opérateurs de service de VàD»

Les producteurs souhaiteraient également que les services de VoD par abonnement participent au préfinancement des films, au même titre que les chaînes de télévision payantes : "La consommation des œuvres en VàD représente des visionnages supplémentaires qui participent à l’accélération de l’usure des œuvres et à la baisse de valeur des négatifs. La montée en puissance de la VàD transactionnelle en France, disponible quatre mois après la sortie en salle des films, explique en partie la baisse des audiences réalisées par le cinéma sur les grandes chaînes de télévision française et laisse craindre dans le futur une révision à la baisse des obligations de préfinancement pesant sur ces chaînes", écrivent-ils. 

Là encore, nos collègues de ZdNet font un calcul cherchant à montrer le manque de pertinence de la mesure : "En cherchant à modéliser ce mécanisme, une plateforme de SVOD qui réalise 10 M€ de CA par an, contribuerait à hauteur de 3,2% de son CA, soit 320.000 €, pour préfinancer par exemple 10 films sur scénario, soit 32.000 euros par film,  qu’elle ne pourra exploiter en exclusivité que sur une période limitée au minimum 36 mois après sa sortie en salles".

3- «Interdire l’achat groupé de droits par les groupes médias possédant plusieurs chaînes de télévision»

"Les chaînes de télévision historiques ont pris l’habitude d’imposer aux ayants-droit, dans les négociations d’acquisition de droits de diffusion des œuvres sur leurs chaînes principales, des diffusions supplémentaires sur leurs chaînes TNT sans contrepartie financière", écrivent les producteurs. Des "pratiques commerciales" qui "pèsent fortement sur la rentabilité du secteur et entraînent une baisse de la valeur des catalogues sur laquelle est assise la valorisation patrimoniale des entreprises de cinéma", et qui "ne sont plus justifiées aujourd’hui".

La solution ? "Protéger la création française en interdisant l’achat groupé de droits, aussi bien à l’extérieur qu’à l’intérieur d’une même fenêtre de diffusion, par un groupe possédant plusieurs chaînes de télévision".

4- «Asseoir l’assiette de redistribution des parts distributeurs sur la totalité des recettes réalisées par les exploitants de salles de cinéma»

"Avec plus de 600 films sortis en salles chaque année, soit 11 nouveaux films en moyenne par semaine, les exploitants disposent d’un panel de films qui leur permet d’optimiser leurs recettes dans des conditions inégalées jusqu’alors", explique le collectif des 95%, qui précise ensuite que les distributeurs, eux, "se battent pour leur part au quotidien pour maintenir leurs films dans les salles et leur assurer un temps minimal d’exposition pour commencer à compenser les investissements élevés que représentent le tournage et la sortie d’uneœuvre de cinéma".

Dans ce contexte, les professionnels du cinéma français trouvent qu'il serait légitime que "l’assiette prise en compte pour calculer la part revenant aux ayants-droit comprenne également le chiffre d’affaires confiserie réalisé par les exploitants de salles de cinéma". Autrement dit, les ventes de barres chocolatées et pop-corn seraient d'une certaine façon taxées, pour subvenir aux besoin des producteurs de films français. Un dispositif qui leur parait juste car "c'est l’attractivité du film qui fait venir le spectateur dans les salles et non l’offre annexe".

Faudra-t-il bientôt payer un supplément pour la pizza que l'on dévore sur son canapé, devant un film loué en VoD ?

L'intégralité de la lettre adressée aux décideurs culturels peut-être consultée ici.


Inscription gratuite à la newsletter de L'Informaticien.

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
Autres infos Tendances

Actuellement à la Une...
Dossier L'1FO

Messageries sécurisées : des solutions pour tous les usages

L’actualité de ces derniers mois l’a démontré : si l’on veut réellement que les échanges d’e-mails soient sécurisés, il est impératif de chiffrer les messages. Or, la cryptographie est considérée comme trop lourde à utiliser pour la majorité des utilisateurs. Mais une nouvelle génération de logiciels est apparue. Article paru dans le n°156 de L'Informaticien.

Afficher tous les dossiers



LIVRES BLANCS

Comment choisir la solution de surveillance réseau adéquate? , un Livre Blanc Paessler.

Pour que son infrastructure informatique lui donne entière satisfaction, toute entreprise doit pouvoir compter sur un réseau haute performance. Pour maintenir la fluidité des procédures, tous les processus doivent fonctionner de manière fluide, y compris les communications internes et externes entre sites de l’entreprise, ainsi qu’avec les clients et partenaires. Les dysfonctionnements et pannes des processus
opérationnels provoquent facilement des pertes de temps et surtout d’argent.


Stockage Flash : 1 000 utilisateurs témoignent, un Livre Blanc HPE.

1 000 responsables informatiques ont été interrogés à l'initiative d'HPE afin de relater les "surprises", bonnes et mauvaises qu'ils ont rencontré lors du déploiement puis l'utilisation de solutions de stockage Flash. L'essentiel des configurations et des utilisations ont été passées en revue pour ce qui constitue la plus grande enquête jamais réalisée sur ce thème et qui permet à chacun de préparer au mieux sa propre voie d'évolution, ceci en évitant les écueils qu'ont pu rencontrer les professionnels interrogés. 


Gouvernance des identités et des accès, un Livre Blanc Micro Focus.  

Sous le joug des menaces informatiques et des réglementations rigoureuses qui lui sont imposées, votre entreprise a plus que jamais besoin d’instaurer une gouvernance des identités et des accès afin de se prémunir contre tout risque. Vous devez savoir précisément quels utilisateurs ont accès à quelles ressources et si leurs niveaux d’autorisation sont adéquats. 


Guide des meilleures pratiques de DevOps mainframe, un Livre Blanc Micro Focus.  

Souhaitez-vous distribuer de nouveaux services via des périphériques mobiles et le Web ? Rationaliser des processus pour remporter de nouvelles parts de marché ? Ou renforcer votre présence à l'échelle internationale ? Ou encore améliorer l'efficacité et la qualité du mainframe pour augmenter vos marges ? Les priorités peuvent sembler diverger, mais elles sont toutes réalisables. 


Sécurisation du cloud public, un Livre Blanc Fortinet.  

Un déploiement rapide, une réduction des coûts et une utilisation efficace des ressources ne sont que quelques-unes des raisons pour lesquelles les entreprises et les services informatiques du monde entier portent autant d’intérêt à Amazon Web Services. Avec un offre riche en fonctionnalités et une myriade de formats et d’options informatiques, de plus en plus d’entreprises sont attirées par cet univers où les termes agilité et flexibilité revêtent une nouvelle signification. 


Tous les Livres Blancs
Le Kiosque

RGPD : SEREZ-VOUS PRÊT ? : cadre général, par où commencer ?, sécurité et législation - Profession DPO - Station F : gros plan sur la future Silicon Valley française - Services et convergence pour Hortonworks/Hadoop - French Tech Rennes/Saint-Malo - Découverte des Azure Functions - TensorFlow - Moteurs 3D - Laval Virtual...

 

LES ENJEUX DE LA 5G - Présidentielle : le numérique pour séduire les indécis - Lille Is French Tech - Comment l'Automatisation as a Service simplifie le quotidien - Foundation : le framework web front-end de Zurb - Solutions de sécurité Nex-Gen - Messageries sécurisées - Rencontre avec Benoît Thieulin, co-fondateur de la Netscouade (groupe Open)...

 

Afficher tous les derniers numéros
Derniers commentaires
Fil AFP
Techno et Internet
Un homme utilise un casque de réalité virtuel au Le groupe français de cinéma MK2, qui s'est lancé récemment dans la distribution internationale de contenus de réalité virtuelle, a conclu un accord portant sur cette technologie avec la société chinoise SoReal, co-fondée par le réalisateur Zhang Yimou, a-t-il annoncé mercredi. [Sommaire]

STMicroelecronics fête ses trente ans cette annéeAprès plusieurs années agitées et quelques plans sociaux, le fabricant franco-italien de semiconducteurs STMicroelectronics semble désormais bien reparti grâce à des composants électroniques pour les objets connectés et la conduite intelligente.   [Sommaire]

Le Samsung Galaxy S8 avait été très bien accueilli lors de sa sortie en avrilSamsung Electronics a annoncé mercredi qu'il tentait de vérifier les dires de hackers allemands affirmant être parvenus à tromper le système de reconnaissance de l'iris du nouveau Galaxy S8. [Sommaire]

Le joueur de go chinois Ke Jie, 19 ans, le 23 mai 2017 à Wuzhen (est de la Chine)Le superordinateur de Google a une nouvelle fois eu raison de l'être humain en écrasant mardi le petit génie chinois du go, millénaire jeu de stratégie asiatique. [Sommaire]

Patrick Drahi pendant une conférence de presse, le 21 mars 2017 à ParisLe milliardaire français Patrick Drahi va créer une marque unique, Altice, pour tous ses actifs dont l'opérateur télécoms français SFR pour mieux poursuivre sa politique d'acquisitions et de chasse aux coûts. [Sommaire]

Le PDG de Sony, Kazuo Hirai, au siège du groupe à Tokyo, le 23 mai 2017Le PDG de Sony, Kazuo Hirai, s'est montré confiant mardi dans la capacité du fleuron nippon de l'électronique de dégager cette année comptable un bénéfice opérationnel d'un niveau inédit en 20 ans. [Sommaire]

Des nouveaux modèles de Nokia présentés à la presse, le 26 février 2017 à Barcelone, avant l'ouverture du World Mobile CongressNokia et Apple ont annoncé mardi avoir réglé leur contentieux sur l'utilisation de brevets appartenant au groupe finlandais, et signé un accord de licence moyennant le versement par l'américain d'une importante somme en numéraire. [Sommaire]

Un concours de robotique à Dakar, au Sénégal, le 20 mai 2017Des jeunes filles d'Afrique de l'Ouest ont démontré au cours du week-end à Dakar qu'elles pouvaient être à l'avant-garde de la technologie en participant à un concours de robotique qui a aussi suscité des vocations.  [Sommaire]

Le réalisateur Tony Leondis a imaginé un monde pour  les émoticônes, Si les émoticônes étaient vivantes, leur travail ne serait pas simple: se montrer à n'importe quelle heure sur l'écran le visage réjoui ou en pleurs, sous forme de mini pizzas ou de glace. Contexte pourtant indispensable à nos vies numériques, elles font l'objet d'un film. [Sommaire]

Wim Wenders présente Les plus grands cinéastes européens dont Michael Haneke (Autriche), Wim Wenders (Allemagne), les frères Dardenne (Belgique), Stephen Frears (Grande-Bretagne), Matteo Garrone (Italie) et Costa-Gavras (France) ont signé lundi un appel en faveur du cinéma européen et "d'une politique culturelle ambitieuse" face notamment aux géants d'Internet. [Sommaire]

Toutes les dépêches AFP

AgendaIT

COMPUTEX

Plus grand événement IT de la zone Asie du Sud-Est, Computex couplé avec InnoVEX se tient à Taipei du 30 mai au 3 juin 2017. La French Tech y est représentée cette année par 12 start-up. Organisé par Taitra.

WWDC17

Conférence développeurs d'Apple, la WWDC17 se tiendra du 5 au 9 juin 2017 à San José (McEnery Convention Center) en Californie. Organisée par Apple.

DATACLOUD EUROPE

Le congrès et exposition Datacloud Europe a lieu à Monaco (Grimaldi Forum) du 6 au 8 juin 2017. Organisé par BroadGroup.

AI PARIS

Conférence, exposition, rendez-vous d'affaires sur l'IA en entreprise à Paris (Cité Internationale Universitaire) les 6 et 7 juin 2017. Organisé par Corp Agency.

FUTUR EN SEINE

Festival international, gratuit et ouvert à tous, dédié aux innovations technologiques, Futur en Seine tient sa 8ème édition du 8 au 10 juin 2017 à la Grande Halle de La Villette à Paris sur le thème des nouvelles intelligences. Organisé par Cap Digital et soutenu par la région Ile de France.

MAKER FAIRE

Du 9 au 11 juin 2017, la Cité des sciences et de l’industrie à Paris accueille pour la première fois la Maker Faire Paris. Organisée par Leroy Merlin.

VIVA TECHNOLOGY

Pour sa 2ème édition, Viva Technology, salon de l'innovation et de la croissance des start-up, se tient du 15 au 17 juin 2017 à Paris (Paris Expo, porte de Versailles). Organisé par Publicis et Les Echos.

Voir tout l'AgendaIT