mardi 26 mai 2015
 

Google brevette sa voiture sans conducteur

Le géant de la recherche a déposé un brevet concernant la technologie qu'il essayait depuis plusieurs mois déjà dans ses Google Cars, permettant à ces véhicules de se déplacer de façon autonome.

La propriété intellectuelle de Google réside dans la façon dont une voiture peut passer d'un mode contrôlé par un humain, à un mode où elle gère elle-même la conduite. La technologie implique que la voiture sache quand elle doit prendre le contrôle, où elle se situe, et où elle doit aller.

Une telle fonctionnalité pourrait par exemple permettre qu'une voiture de location rentre toute seule à l'agence une fois son utilisation terminée par les clients, ou bien par exemple qu'une voiture devant passer un contrôle technique ou subir de légères réparations se rende seule dans un garage.

Le brevet, Transitioning a Mixed-mode Vehicle to Autonomous Mode a été déposé en mai, mais le public n'a pu en prendre connaissance que cette semaine. On peut y lire que deux types de capteurs seront utilisés. Les premiers dits "ligne d'atterrissage", permettant "à une personne conduisant le véhicule de savoir si une place de parking lui conviendra ; mais indique aussi au véhicule si il est garé dans une région où il peut passer en mode autonome". Le second type rentre ensuite en jeu, en informant l'automobile de sa position, et de la direction à prendre.

Les lignes d'atterrissage : essentielles dans le dispositif

Les "lignes d'atterrissage" pourraient être des marques sur le sol, des panneaux au mur, etc., explique Google. Pour localiser la ligne sur laquelle il s'est garé, le véhicule pourrait alors se connecter au réseau GPS pour déterminer sa position approximative, puis utiliser les éléments autour de lui pour détecter arbres ou autres éléments du paysage lui permettant de déterminer sa position exacte.

Le brevet indique que la voiture pourrait également lire un QR code qui contiendrait les coordonnées géographiques de l'endroit. Si autant d'importance est accordée dans le fait que l'automobile puisse savoir exactement où elle est garée, c'est évidement parce que son lieu d'arrêt sera en fait le point de départ de son voyage en solo.

Les "lignes d'atterrissages" sont donc essentielles dans le dispositif. Elles pourront aussi indiquer au véhicule combien de temps il doit rester stationné avant de repartir (attendre que le conducteur l'ait quitté, qu'il ait récupéré ses affaires, etc.), ou bien lui indiquer de se connecter à une adresse Internet spécifique, qui l'enverrait alors se garer dans un autre parking au besoin, pour y être récupéré par d'autres clients d'une agence de location par exemple.

Une technologie qui pourrait déboucher plus tôt que prévu

Google ajoute que le conducteur pourra aussi rester dans la voiture une fois qu'elle sera passée en mode automatique. Des circuits peuvent être organisés : se rendre dans une ville, s'arrêter un temps donné dans certains endroits stratégiques et touristiques, etc. Pour des visites sans efforts.

Le brevet n'est valable qu'aux Etats-Unis. Les Google Cars autonomes sont équipées d'intelligence artificielle, de Street View, de caméras et de nombreux capteurs. Les responsables du projet expliquent que les robots peuvent réagir plus vite que les humains, ce qui éviterait de nombreux accidents de la route. De nombreux essais réussis ont été menés ces dernières années, dont un sur plus de 1000 miles consécutifs. Google affirme que cette technologie apparaîtra sur le marché "plus tôt qu'on pourrait le penser".

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

Actuellement à la Une...
3d 3G 4G acer acquisition acta Adobe ADSL Afdel airbnb Alcatel-Lucent aldebaran alibaba Amazon AMD Android anfr anonymous ANSSI antennes AOL API app store Apple Apple Pay apple store Apple TV apple watch appli application applications Appstore Arcep Archos arm armée assange atos attaque Authentification Autonomy avion aws axelle lemaire azure ballmer bb10 Bercy BI Big Data Bill Gates Bing bitcoin Blackberry blocage botnet Bourse Bouygues Bouygues Télécom Box brevet brevet iphone brevets Bruxelles bug BUILD Bull business BYOD capgemini cartographie CDN CE censure ces Charlie Hebdo chiffrement Chine Chrome Chrome OS chromebook chromecast Cisco Citrix CJUE Cloud cloudwatt cnie Cnil CNN CNNum Collaboration commission européenne concurrence confidentialité console copie privée cortana couverture crm csa Culture cyberattaque cybercrime Cybercriminalité Cyberdéfense cyberguerre cybersécurité dailymotion Data datacenter ddos Deezer Défense Dell Dématérialisation disque dur DMP Docker domotique donnée données données personnelles drone dropbox eBay ebook école e-commerce écran email EMC emploi Emplois Eric Besson Ericsson ERP espionnage etalab Etats-Unis étude europe facebook FAI faille FBI Fibre Fibre optique filtrage finance Firefox Fisc fiscalité Flash fleur pellerin fnac formation foxconn France France Télécom François Hollande Free Free Mobile freebox fréquences ftth galaxy Gartner Gemalto géolocalisation Gmail google Google Google Car google glass google maps gouvernement GPS groupon hack Hacker hacking Hadoop hadopi Haswell HDMI HDS hébergement Hitachi Hollande HP HP Discover HPC HTC HTML5 Huawei humour IaaS IBM Icann icloud idc IE Iliad Imagine Cup impots Impression 3D Inde innovation instagram intel intelligence artificielle Internet internet explorer iOS iPad iPad Mini iPhone iPhone 5 iphone 5c iphone 5S iphone 6 iphone4s iphone5 IPO Iran israel iTunes iwatch Japon java jeu Jeu vidéo jobs Julian Assange juniper justice kaspersky kim dotcom Kindle Kinect la poste LaCie Lenovo Lescure LeWeb LG linformaticien LinkedIn Linky linux Logiciel Logitech loi louvois lte lulzsec lumia lunettes mac mac os x malware Maps Marché marissa mayer Mark Zuckerberg Marketing McAfee Mega megaupload Messagerie messagerie instantanée Microsoft microsoft office mise à jour mobile mobiles mobilité Montebourg montre montre connectée moteur de recherche Motorola Mozilla musique mvno MWC NAS navigateur nest Netatmo netflix neutralité neutralité du net nexus NFC niel nintendo Nokia nomination nsa numericable Numérique nvidia Obama objet connecté objets connectés OBS oculus oculus rift office office 365 open data open source openstack Opérateur opérateurs Oracle Orange OS Outlook OVH p2p Paiement paiement mobile panne paris PayPal PC pellerin Phishing photo Pigeons Piratage Plans playstation Police politique porno presidentielles presse primaire PS prism Procès processeur processeurs ps PS4 PSN publicité Qualcomm rachat rapport raspberry pi RATP réalité virtuelle recherche renseignement Réseau réseaux Réseaux sociaux Résultats RH RIM RNT roaming robot robotique routeur RSA Russie sacem Salesforce Salesforce.com Samsung santé SAP sarkozy sdk seagate securite Sécurité sénat Serveur serveurs service services SFR SIM siri Skype Smartphone Smartphones Smartwatch sms snapchat sncf snowden Sony sopa sosh spam spotify ssd SSII start-up Stéphane richard Steria steve ballmer Steve Jobs stockage streaming Street View stuxnet surface surface pro Surveillance svod Symantec Syntec Tablette tablettes taxe taxe google Technologie téléchargement Télécom Télécoms télévision Teradata terrorisme tesla tf1 thales Thalès THD the pirate bay Thunderbolt tim cook TNT Tor toshiba TouchPad trafic turquie TV tva twitter uber ubuntu UE UFC Que Choisir Ultrabook ump Verizon vidéo vie privée vine virtualisation virus Vivendi vlc VMware Vod VoIP voiture vtc Watson waze Web webOS western digital whatsapp WiFi wii wikileaks wikipedia Wikipédia windows windows 10 Windows 7 Windows 8 windows 8.1 Windows 9 Windows Phone windows rt Windows Server Windows XP windows8 withings Wordpress WPC Xavier Niel Xbox xbox one xiaomi Yahoo YouTube ZTE zynga

/// LIVRES BLANCS

Comment bâtir un cloud hybride ouvert ?, un Livre Blanc redhat. 

Companies value security, performance and support
in quest to build new IT paradigm.

At enterprises everywhere, private clouds are catching on. And increasingly, businesses are finding that an open hybrid approach to building private clouds is the best way to maximize their benefits—cost-effective, flexible computing and storage capacity without single-vendor limitations.   


7 étapes pour l'exécution de vos applications dans un cloud public, un Livre Blanc redhat.

Loading an application onto a public cloud is easy. A credit card number, a few clicks, and you’re good to go. That on-demand, self-service access is a big upside of using a public cloud.

  


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


LES DÉFIS DE LA 5G - Bien choisir son Cloud public - Com interne : un RSE pour quoi faire ? - Premiers pas avec Office 2016 - Programmer pour l'Arduino - Crowdinvesting, mode d'emploi - IT Automation : faire face à la simplexité...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires

INF135

/// DOSSIER DU MOIS
Le secteur de l’e-commerce continue à se démarquer dans un contexte économique dégradé. Bien qu’il ne représente encore que 6 % du commerce global dans notre pays, il affiche des taux de croissance insolents et convertit de plus en plus d’adeptes.