mercredi 1 juillet 2015
 

Google brevette sa voiture sans conducteur

Le géant de la recherche a déposé un brevet concernant la technologie qu'il essayait depuis plusieurs mois déjà dans ses Google Cars, permettant à ces véhicules de se déplacer de façon autonome.

La propriété intellectuelle de Google réside dans la façon dont une voiture peut passer d'un mode contrôlé par un humain, à un mode où elle gère elle-même la conduite. La technologie implique que la voiture sache quand elle doit prendre le contrôle, où elle se situe, et où elle doit aller.

Une telle fonctionnalité pourrait par exemple permettre qu'une voiture de location rentre toute seule à l'agence une fois son utilisation terminée par les clients, ou bien par exemple qu'une voiture devant passer un contrôle technique ou subir de légères réparations se rende seule dans un garage.

Le brevet, Transitioning a Mixed-mode Vehicle to Autonomous Mode a été déposé en mai, mais le public n'a pu en prendre connaissance que cette semaine. On peut y lire que deux types de capteurs seront utilisés. Les premiers dits "ligne d'atterrissage", permettant "à une personne conduisant le véhicule de savoir si une place de parking lui conviendra ; mais indique aussi au véhicule si il est garé dans une région où il peut passer en mode autonome". Le second type rentre ensuite en jeu, en informant l'automobile de sa position, et de la direction à prendre.

Les lignes d'atterrissage : essentielles dans le dispositif

Les "lignes d'atterrissage" pourraient être des marques sur le sol, des panneaux au mur, etc., explique Google. Pour localiser la ligne sur laquelle il s'est garé, le véhicule pourrait alors se connecter au réseau GPS pour déterminer sa position approximative, puis utiliser les éléments autour de lui pour détecter arbres ou autres éléments du paysage lui permettant de déterminer sa position exacte.

Le brevet indique que la voiture pourrait également lire un QR code qui contiendrait les coordonnées géographiques de l'endroit. Si autant d'importance est accordée dans le fait que l'automobile puisse savoir exactement où elle est garée, c'est évidement parce que son lieu d'arrêt sera en fait le point de départ de son voyage en solo.

Les "lignes d'atterrissages" sont donc essentielles dans le dispositif. Elles pourront aussi indiquer au véhicule combien de temps il doit rester stationné avant de repartir (attendre que le conducteur l'ait quitté, qu'il ait récupéré ses affaires, etc.), ou bien lui indiquer de se connecter à une adresse Internet spécifique, qui l'enverrait alors se garer dans un autre parking au besoin, pour y être récupéré par d'autres clients d'une agence de location par exemple.

Une technologie qui pourrait déboucher plus tôt que prévu

Google ajoute que le conducteur pourra aussi rester dans la voiture une fois qu'elle sera passée en mode automatique. Des circuits peuvent être organisés : se rendre dans une ville, s'arrêter un temps donné dans certains endroits stratégiques et touristiques, etc. Pour des visites sans efforts.

Le brevet n'est valable qu'aux Etats-Unis. Les Google Cars autonomes sont équipées d'intelligence artificielle, de Street View, de caméras et de nombreux capteurs. Les responsables du projet expliquent que les robots peuvent réagir plus vite que les humains, ce qui éviterait de nombreux accidents de la route. De nombreux essais réussis ont été menés ces dernières années, dont un sur plus de 1000 miles consécutifs. Google affirme que cette technologie apparaîtra sur le marché "plus tôt qu'on pourrait le penser".

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider

/// LIVRES BLANCS

Évoluer ou mourir : L’adaptation de la sécurité au monde virtuel, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ?

Ce guide collaboratif, réalisé par un groupe d’experts en sécurité, présente les risques liés à la virtualisation et regroupe des conseils sur comment les appréhender.   


Comment tirer le meilleur parti du Cloud, un Livre Blanc Bitdefender. 

Quels sont les défis de la sécurité en environnement virtuel et comment y faire face ? Les machines virtuelles dans un environnement cloud, avec des données importantes de grande valeur, sont tout autant exposées à une exploitation malveillante que les machines physiques. 


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

HÉBERGEMENT : comment il se fond dans les nuages - Les réseaux agiles avec le SDN - Windows 10 et Azure : toutes les nouveautés décryptées - Gros plan sur le Microsoft Band - PostgreSQL et le NoSQL - 15 jours sans Google... 

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


OÙ VA L'IA ? : l'intelligence artificielle n'est plus un mythe - SERVEURS : dans l'attente des solutions ARM - Métiers & IT : la mutation sociale de la R&D - Programmer le RASPBERRY PI- Open Source : pourquoi les entreprises l'ont adopté - Implémenter une architecture LAMBDA SOUS AZURE - Bien choisir son imprimante 3D - Rencontre avec... Henri Verdier, M. Open Data...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0




Derniers commentaires
/// DOSSIER DU MOIS

Communication interne... c'est peut-être la plus simple des fonctions de l’entreprise à caractériser, mais c’est aussi la plus complexe, puisque sa mission suit les évolutions du management. Avec des environnements d’entreprise de plus en plus mobiles, des générations de salariés avides d’autonomie et d’outils numériques, la communication interne de l’entreprise ne peut plus se définir comme la « voix de son maître » et relayer simplement la parole de la direction. Si c’est toujours un peu le cas, elle doit désormais informer en toute transparence pour faire comprendre la stratégie et les plans mis en place pour que les salariés adhèrent à ce plan afin qu’ils agissent dans l’intérêt de l’entreprise.