jeudi 30 juin 2016
 
News Partenaires
Étude Bitdefender : les ransomwares ciblent les fichiers personnels et les entreprises
Les virus biologiques mutent et tentent de s’adapter à leur environnement pour survivre. Lorsqu’ils réussissent, ils peuvent alors se répandre et provoquer des épidémies importantes. On retrouve le même comportement avec les cyber-menaces. En 2015, les ransomwares ont causé plus de 350 millions de dollars de dommages, confirmant ainsi leur statut de menace la plus prolifique de ces dernières années. [Lire l'article...]

Amesys, filiale de Bull, serait bien au cœur de l’espionnage numérique en Libye

L’espionnage du Web en Libye aurait été rendu possible grâce à l’installation d’une solution de surveillance vendue par Amesys, filiale de Bull, avec l’aval du gouvernement. Un document publié par Mediapart semble notamment le prouver. Amesys se mure dans son silence, en restant injoignable par téléphone, mail et sur le Web. Les employés et ex-employés sont également mis sous pression. 

Fin août, le Wall Street Journal lâchait une bombe médiatique, indiquant que l’entreprise Amesys, filiale du français Bull, avait vendu et installé un système de surveillance du Web au colonel Kadhafi en Libye. Le système de DPI (Deep Packet Inspection) permettait une surveillance de tous les échanges, mails, webmails, IM, réseau IP, P2P, etc. 

Mais pour valider une telle vente, Bull et Amesys ont dû passer par le gouvernement pour obtenir son aval. « En France, avant de faire une offre, il faut obtenir des autorisations d’une commission interministérielle, ce qui dure souvent 2 à 3 mois. Les concurrents étrangers nous prennent de vitesse en faisant d’abord l’offre, puis en demandant l’autorisation », expliquait en 2009 Philippe Vanier, passé par la présidence de Crescendo Industries et de sa filiale d'alors Amesys. Cette dernière, acquise en janvier 2010 par Bull (Crescendo Industries devenant à cette occasion le plus gros actionnaire de Bull avec 20% des parts), aurait donc commercialisé son système en Libye par l’intermédiaire du fameux Ziad Takieddine. Dans son article, Mediapart indique qu’ « Amesys a fait figurer dans son offre technique aux Libyens des traces de tests d'interceptions de mails au sein d'un laboratoire de l'université Pierre et Marie Curie (Paris X), le Lip6-CNRS », où l’on peut voir des échanges personnels entre professeurs, ainsi que leurs recherches sur le Web et des conversations MSN. 

Amesys sur la défensive

L’affaire est donc grave et Amesys est actuellement sur la défensive : injoignable par mail et téléphone, sans compter que le site est « en rénovation », avant une réouverture le 14 octobre prochain. Mediapart ne s’arrête pas là et publie le fameux document, preuve de la culpabilité d’Amesys dans cette histoire. L’entreprise organise sa défense : le site d’informations publie également un extrait de lettre recommandée envoyée par Amesys à tous ses salariés. Dans celle-ci, la filiale de Bull les prévient qu'elle enquête pour « identifier les collaborateurs ou anciens collaborateurs » responsables de la fuite. Elle menace des actions en justice pour ceux qui oseraient parler à la presse. 

Reste donc à savoir si l’État français a bel et bien avalisé ces contrats. Le site Frenchleaks publiait quant à lui la preuve des commissions versées à Ziad Takkiedine, et plus exactement 2,4 millions d’euros pour Como Holding et 2,07 millions d’euros pour Tristar. Soit environ 4,5 millions de commissions, ce qui est strictement interdit par la loi française depuis 2000. 

Le site OWNI rapportait quant à lui en août dernier que « le Fonds stratégique d’investissement (FSI) a pris 5% de participation dans Amesys, preuve que l’État français croit au potentiel économique d’une telle entreprise. Et quelques mois plus tôt, Qosmos, autre leader du secteur (900% de croissance en trois ans), était mis en avant dans le rapport McKinsey sur l’économie numérique, abondamment cité par Nicolas Sarkozy et ses ministres ». 

Il semble donc difficile pour le gouvernement de ne pas avouer que la transaction a été validée dans les plus hautes sphères de l’État. 

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider


/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

LES DÉFIS DE LA TRANSFORMATION NUMÉRIQUE, la révolution des API, SNCF 100% digitale, Serveurs : le cloud tire le marché, Watson : l'IA en action, Reportage Google I/O 2016 : Android dans tous ses états...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


BIENVENUE DANS UN MONDE TOUT CLOUD, l'IA en bureautique, la data nouvelle matière première, l'infra de... leboncoin.fr, rencontre avec Rand Hindi (Snips), 8 outils gratuits pour sécuriser Windows 10...

Lire l'édition numérique
Acheter ce numér0


/// L'agenda des événements IT
La conférence internationale sur la sécurité informatique a lieu du 27 juin au 1er juillet 2016 à Paris (Maison de la Chimie). Organisé par Sysdream.

Nouvel événement au calendrier, Viva Technology Startup Connect / Paris 2016 a lieu du 30 juin au 2 juillet 2016 à Paris, Porte de Versailles (Hall 1). Organisé par Les Echos et Publicis.

Pour sa 15ème édition, la Nuit du Hack se tiendra dans la nuit du 2 au 3 juillet 2016 à Paris (EuroDisney, New York Hotel Convention Center). Organisée par l'association HZV (HackerZvoice) en partenariat avec Sysdream.

La Microsoft Worldwide Partner Conference (WPC) a lieu du 10 au 14 juillet 2016 à Toronto, Canada (Metro Toronto Convention Centre / MTCC). Organisée par Microsoft.

Les experts en sécurité informatique se retrouvent à la conférence Black Hat USA qui se tient du 30 juillet au 4 août 2016 à Las Vegas (Mandala Bay) pour 4 jours de formation intense suivis par 2 journées de "briefings". Organisé par UBM.

Le plus grand salon professionnel européen de l'électronique grand public a lieu à Berlin du 2 au 7 septembre 2016. Organisé par Messe Berlin.

Voir tout l'agenda
Derniers commentaires