vendredi 9 décembre 2016
 

Facebook chute en Bourse, victime d'inquiétudes sur ses revenus

Facebook reculait fortement jeudi à Wall Street après que le géant des réseaux sociaux a publié la veille des résultats en hausse mais ne dissipant pas les inquiétudes des investisseurs sur la pérennité de ses revenus.

Facebook a publié mercredi soir des résultats trimestriels en forte hausse et supérieurs aux attentes

Le titre reculait de 4,44% à 121,53 dollars vers 15H45 GMT.

Facebook a pourtant publié mercredi soir des résultats trimestriels en forte hausse et supérieurs aux attentes. Son bénéfice net s'est notamment envolé de 166% à 2,4 milliards de dollars, tandis que son chiffre d'affaires a grimpé de 56% à 7 milliards.

Le réseau a parallèlement continué d'étendre son audience, avec un nombre d'utilisateurs passé de 1,71 milliard fin juin à 1,79 milliard trois mois plus tard. Et leur intérêt pour ses services ne semble pas faiblir: 66% des utilisateurs continuent de se connecter quotidiennement, un taux identique aux trimestres précédents.

Mais le groupe de Mark Zuckerberg a aussi indiqué qu'il aurait de la peine à maintenir un tel rythme de croissance. Le directeur financier David Wehner a dit attendre une diminution du taux de croissance du chiffre d'affaires dès le trimestre en cours, entamé début octobre. Facebook a aussi indiqué qu'il allait investir massivement dans l'embauche d'ingénieurs informaticiens et la construction de centres serveurs.

"S'il y a un point faible pour Facebook, c'est sa capacité à faire de l'argent avec tout autre chose qui ne soit pas de la publicité. En dehors de cela, rien ne s'annonce comme un grand succès", a souligné Jan Dawson de Jackdaw Research dans un tweet.

Mark Zuckerberg table sur la réalité virtuelle, l'intelligence artificielle et la fourniture de services internet dans des zones reculées pour développer les revenus du groupe. Mais, pour l'instant, la publicité compte pour 97% de ses revenus et sur ce total, 84% proviennent de la publicité sur appareils mobiles.

Selon Mark Mahaney de RBC Capital Markets, le mouvement de vente sur les actions Facebook est toutefois exagéré. "Nous estimons que Facebook a encore de nombreux axes de croissance importants", a-t-il indiqué dans une note, citant entre autres le site de partage de photos Instagram et la monétisation de nouveaux services utilisant son application de messagerie instantanée.

Michael Graham de Canaccord Genuity indique aussi que Facebook a "plusieurs innovations dans le secteur des services aux consommateurs qui devraient continuer de susciter l'intérêt des publicitaires", recommandant de conserver le titre dans les portefeuilles boursiers.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires