vendredi 9 décembre 2016
 

Pays-Bas: début du procès de l'homme qui a "failli casser Internet"

Le procès d'un Néerlandais qui a "failli casser Internet" en 2013 en appelant à "détruire" Spamhaus, entreprise européenne recensant les courriels indésirables, provoquant d'importantes pertes financières, s'est ouvert mardi à Dordrecht (sud des Pays-Bas).

Le procès d'un Néerlandais qui a

Sven Kamphuis, 39 ans, est accusé d'avoir mené différentes attaques dites de "déni de service" (DDOS), d'une ampleur inconnue jusque là et qui avaient ralenti le trafic internet à l'échelle mondiale. 

Ces attaques, qui permettent de bloquer un site en envoyant un nombre très élevé de demandes de connexions non sollicitées, avaient pour cibles Spamhaus et certains de ses partenaires aux Etats-Unis, aux Pays-Bas et en Grande-Bretagne. L'entreprise, basée à Genève, publie des "listes noires" dont se servent les messageries pour filtrer les mails indésirables.

Peu de temps avant l'attaque, qui a duré plusieurs jours, Spamhaus avait placé sur sa liste noire le fournisseur d'accès à internet néerlandais Cyberbunker, qui s'était plaint d'être présenté comme un paradis de la cybercriminalité et des spams. Sven Kamphuis se présentait lui-même sur les réseaux sociaux comme "le ministre des Télécommunications et des Affaires étrangères de la république Cyberbunker".

Selon le parquet, M. Kamphuis, également accusé d'avoir piraté une adresse IP et participé à une organisation criminelle, a donné l'ordre de mener des attaques contre le groupe Spamhaus à un adolescent britannique, connu en ligne sous le surnom de "Narco", en lui envoyant un message lapidaire: "Détruis-le".

Pour l'accusé, Spamhaus est "une organisation qui censure, fait du chantage et, en plus, abuse de son marché", a rapporté son avocat Marcel van Gessel.

Son client n'est pourtant pas l'auteur de l'attaque, a souligné l'avocat, pointant du doigt "Narco", déjà condamné à 240 heures de travail d'intérêt général pour cette affaire.

"Aucun rendez-vous n'a été fixé, il n'y a eu aucune coordination concernant la durée et la portée de l'attaque", a plaidé M. Van Gessel. "Ce qu'ils étaient réellement en train de faire n'a jamais été clair pour mon client."

Extradé à l'époque par l'Espagne vers les Pays-Bas, le prévenu ne s'est pas présenté au tribunal.

Le parquet a requis "la peine totale d'un an d'emprisonnement, dont 310 jours avec sursis pour une durée de deux ans", un chiffre très précis dû à la prise en compte de 55 jours de détention préventive.

Le jugement sera rendu le 14 novembre.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’opérateur historique pourrait envisager une acquisition du groupe Canal+ pour se renforcer sur les contenus et accélérer la fameuse convergence. 
La branche « Identity Management » de 3M tombe dans l’escarcelle de Gemalto pour 850 millions de dollars. 
A l’occasion d’une semaine consacrée à la formation en informatique, 17 femmes travaillant pour Microsoft Research livrent leurs prévisions pour l’année prochaine et pour 2027.
Le géant de l’e-commerce vient une fois encore de se mettre à dos les géants de la grande distribution. Mieux que la livraison dans l’heure, le magasin physique, celui où l’on va faire ses courses pour la semaine. Mais à la différence de nos enseignes classiques, Amazon Go a remplacé les caisses et les caissiers par des capteurs et de l’intelligence artificielle.
Taillée pour l’Internet des Objets, cette nouvelle mouture du Bluetooth améliore donc la vitesse ou, la portée et les données. Parallèlement, le SIG évoque aussi le Bluetooth Mesh. 
La mystérieuse start-up serait très loin de la sortie de son produit révolutionnaire. L’entreprise aurait largement surévalué les capacités de son appareil de réalité virtuelle et/ou augmentée. En l’état actuel, il serait moins abouti qu’HoloLens de Microsoft, lequel est disponible depuis quelques semaines.
Le Canadien lance une plateforme de sécurité qui vise à sécuriser l’entreprise depuis son SI central jusqu’à tous les terminaux quels qu’ils soient, des mobiles aux objets connectés. Cela passe par l’intégration complète de toutes les entreprises rachetées récemment. 
La jeune pousse et le service de stockage viennent d’annoncer une intégration plus poussée de leurs services. Bot, permissions, prévisualisation… plusieurs fonctionnalités de Drive pourront désormais être gérées depuis Slack.
Dans la catégorie des objets connectés vous n'aurez que l'embarras du choix. Semelles intelligentes (et chauffantes) pour l'hiver ? Concierge 2.0 ? A vous de choisir...
Microsoft planche sur une version de Windows 10 compatible avec les puces ARM de Qualcomm et capable d’exécuter des applications Win32. En parallèle, il travaille avec Intel à définir les spécifications des PC du futur, avec en ligne de mire les assistants virtuels domestiques, un marché en pleine croissance.
Derniers commentaires