mercredi 7 décembre 2016
 

Ultraconnectée, Marseille se rêve en "hub numérique" mondial

Loin de son image d'Epinal de capitale de la bouillabaisse et du savon artisanal, Marseille mise aujourd'hui sur l'industrie numérique, profitant des 13 câbles sous-marins de fibre optique qui connectent ses plages au monde entier.

La façade de l'Hôtel de ville de Marseille, le 16 décembre 2015

"La 4e révolution industrielle arrive, la révolution 2.0, essentiellement avec du très haut débit et des objets connectés, donc quand les plus gros câbles de fibre optique d'Europe arrivent chez vous, vous comprenez que vous allez jouer un rôle majeur", analyse Stéphane Soto, directeur du label French Tech Aix Marseille.

Treize câbles sous-marins sur les 263 qui existent dans le monde, relient Marseille à l'Afrique, au Moyen-Orient et même à l'Asie. Les fils longent les côtes nord-africaines, passent par le canal de Suez puis contournent la péninsule arabique pour déboucher en Asie du Sud. Le dernier arrivé, du nom de AAE-1 (Asia-Africa-Europe) a débarqué sur la plage de Bonneveine à Marseille en mai.

"Marseille est un carrefour mondial de l'interconnexion, on touche cinq milliards de personnes", s'enthousiasme l'adjoint au maire Daniel Sperling, délégué à l'innovation et au développement par le numérique, qui rappelle que "faire passer des câbles de fibre optique en mer coûte beaucoup moins cher que sur terre".

La mairie n'est pas avare de chiffres: le numérique à Marseille, c'est 780.000 prises de fibre optique sur la région, ou encore cinq millions d'euros investis en 2016. Le secteur ne crée pas beaucoup d'emplois, mais la ville comme la région estiment que tous les indicateurs sont au vert pour que la capitale de Provence-Alpes-Côte d'Azur (Paca) devienne une "ville intelligente" et attire des entreprises par dizaines. 

"Marseille a un atout géographique incroyable, au même niveau que Miami ou Singapour", assure Fabrice Coquio, le PDG d'Interxion, deuxième plus gros fournisseur au monde de centres de données neutres vis-à-vis des télécoms.

"Concrètement ça veut dire qu'on peut héberger ici du trading haute-fréquence pour Singapour", s'enthousiasme-t-il. Son entreprise possède déjà depuis 2014 un data center de 6.000 m2 dans le quartier portuaire de la Joliette.

Interxion a de grandes ambitions pour Marseille, ville dans laquelle le groupe prévoit jusqu'à 210 millions d'euros d'investissement: rénover deux sites de 9.000 et 8.000 m2 dans le Grand port maritime, dont une ancienne base allemande de sous-marins, au toit "épais de cinq mètres de béton armé".

- 'La donnée, c'est du pétrole' -

Stéphane Soto, également à la tête de MedinSoft, réseau de solutions informatiques de la région Paca, affirme que le secteur est aujourd'hui plus porteur que le secteur portuaire, avec 7.000 entreprises et 44.000 salariés dans le département des Bouches-du-Rhône, et surtout une croissance annuelle de 13%.

"La donnée, c'est du pétrole", affirme Stéphane Soto, pour qui la métropole du Sud-est est compétitive avec Londres. "Notre zone de compétition est mondiale, on a cessé de se comparer avec les autres territoires français", assure-t-il.

Outre Interxion, d'autres hébergeurs de centres de données ont élu la cité phocéenne: Jaguar Networks, qui déploie un réseau de fibres optiques à très haut débit, ou encore Choreus, qui exploite des data centers via la trigénération gaz, une technologie qui permet d'importantes économies sur l'énergie nécessaire pour refroidir ces centres de stockages de données informatiques. 

La "ville-monde", comme la qualifie Fabrique Coquio, "d'une ville de transit, devient une ville de contenus", capable de fabriquer des données et plus seulement de les transmettre. Les incubateurs de start-ups se multiplient, dans le public comme dans le privé. 

"L'idée c'est que plus aucune start-up ne se lance seule", revendique Stéphane Soto. Du côté du public, le pôle média Belle de mai héberge un incubateur dédié aux entreprises innovantes liées à la recherche publique, qui accompagne des projets comme Paperus, des livres numériques augmentés.

A Aix-en-Provence, un projet futuriste de campus du numérique pour "imaginer la ville de demain" doit accueillir ses premiers étudiants à la rentrée 2017. Ce concept porté par Frédéric Chevalier, fondateur du groupe High Co, leader français de la communication opérationnelle, est l'icône du label French Tech Provence.

Source : AFP - Julie Pacorel

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...