mardi 6 décembre 2016
 

Yahoo! tente de rassurer avec des bénéfices meilleurs que prévu

L'ex-fleuron américain d'internet Yahoo! a annoncé mardi des bénéfices trimestriels meilleurs que prévu, de quoi rassurer un peu les investisseurs alors que le récent cyberpiratage de sa messagerie nourrit des inquiétudes sur son rachat par Verizon. 

Marissa Mayer, PDG de Yahoo!, lors du Consumer Electronic Show à Las Vegas (Nevada) le 7 janvier 2014

Après une perte au deuxième trimestre, le groupe a dégagé au troisième trimestre un bénéfice net de 163 millions de dollars, plus que doublé comparé à un an auparavant. Et le résultat par action hors éléments exceptionnels, la référence à Wall Street, est ressorti à 20 cents quand les analystes n'en espéraient que 14. 

Le chiffre d'affaires du groupe a progressé pour sa part de 6% à 1,3 milliard de dollars, un niveau conforme aux attentes, et le groupe a fait état de prévisions plutôt optimistes. Il table sur un chiffre d'affaires annuel de 5,06 à 5,10 milliards de dollars, dont 1,36 à 1,40 milliard sur le trimestre entamé début octobre, quand les analystes visaient jusqu'ici le bas de ces fourchettes.

Le montant généralement utilisé pour évaluer la croissance de Yahoo! est toutefois celui des revenus qui restent, une fois déduits les montants reversés à des partenaires ("ex-TAC"), et ceux-ci ont encore plongé de 14% sur un an au troisième trimestre, à 858 millions de dollars.

Cela n'a pas empêché la patronne Marissa Mayer de se dire contente des résultats, dans un communiqué.

"En plus de nos efforts continus pour renforcer notre activité, nous sommes occupés à préparer l'intégration avec Verizon. Nous restons très confiants, non seulement dans la valeur de nos activités, mais aussi dans la valeur que les produits de Yahoo! apportent à nos utilisateurs", a-t-elle ajouté.

- Rassurer Verizon -

Yahoo!, qui cherche depuis plusieurs années sans succès de relancer sa croissance, avait finalement accepté fin juillet de vendre son coeur de métier (à commencer par ses services et plateformes en ligne comme Yahoo News ou Yahoo Mail) à l'opérateur de télécoms Verizon pour 4,8 milliards de dollars.

Le groupe internet a toutefois subi depuis une série noire. En septembre, il avait dévoilé que sa messagerie avait subi deux ans auparavant une cyberattaque historique, durant laquelle 500 millions de comptes d'utilisateurs avaient été affectés.

Et en octobre, il a dû se défendre d'accusations dans les médias selon lesquelles il avait scanné les courriels de ses utilisateurs à la demande des services de renseignements américains.

"Yahoo n'a pas augmenté son activité, il a taillé (dans ses coûts) pour augmenter son bénéfice", a estimé Rob Enderle, un analyste spécialiste du secteur technologique.

Mais "quelle que soit la manière dont on regarde (les résultats), ils sont meilleurs que prévu", a-t-il reconnu. "C'est le genre de rapport financier dont ils avaient besoin pour ne pas augmenter la probabilité que Verizon s'enfuie tout courant" ou réclame un rabais sur le prix.

Sans remettre formellement en cause la transaction, le chef du département juridique de Verizon, Craig Silliman, avait évoqué la semaine dernière "des raisons raisonnables de penser aujourd'hui que l'impact (de la cyberattaque) est important".

"Nous attendons de Yahoo qu'ils nous expliquent l'impact plein et entier", avait-il poursuivi. "S'ils pensent que (l'impact n'est pas important), ils doivent nous le montrer."

Marissa Mayer a échappé aux questions épineuses en la matière mardi, Yahoo! ayant renoncé à organiser sa traditionnelle téléconférence avec des analystes en invoquant justement l'intégration en cours avec Verizon.

Elle a toutefois laissé entendre que la cyberattaque n'avait pas provoqué d'exode des utilisateurs, en relevant dans le communiqué: "nous travaillons dur pour conserver leur confiance, et sommes encouragés par leur fidélité ininterrompue".

Dans les échanges électroniques suivant la clôture de la Bourse de New York, l'action Yahoo! s'appréciait de 1,49% à 42,30 dollars mardi soir vers 23H20 GMT.

Source : AFP - Sophie ESTIENNE

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...