vendredi 20 janvier 2017
 

WikiLeaks accuse l'Equateur d'avoir coupé la connexion internet de Julian Assange

WikiLeaks a accusé lundi l'Equateur d'avoir coupé la connexion internet de son fondateur Julian Assange, réfugié à l'ambassade équatorienne à Londres, une interruption liée selon le site à ses récentes publications sur la candidate démocrate à la Maison Blanche Hillary Clinton.

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, intervient par vidéo depuis Londres à une conférence de presse consacrée au 10 ans de sa plateforme internet, le 4 octobre 2016 à Berlin

"Nous sommes en mesure de confirmer que l'Equateur a coupé la connexion internet de M. Assange samedi à 17H00 GMT, peu après la publication des discours de Mme Clinton chez Goldman Sachs", a tweeté WikiLeaks. Aucun porte-parole de l'ambassade équatorienne n'était disponible dans l'immédiat pour réagir.

Sunshine Press, l'agence de communication du site, avait déclaré précédemment que cette coupure était liée à un "Etat", sans donner davantage de précisions.

Trois discours rémunérés de Mme Clinton, payés par la banque Goldman Sachs, ont été publiés samedi par Wikileaks, jetant une lumière crue sur ses liens avec les principaux acteurs de Wall street.

L'équipe de campagne de Mme Clinton n'a pas contesté l'authenticité de ces documents, subtilisés dans les courriers électroniques du président de campagne de la candidate démocrate John Podesta par WikiLeaks.

Elle a cependant accusé le gouvernement russe d'être responsable de ces fuites - un point de vue partagé par le gouvernement américain - et WikiLeaks d'aider le rival d'Hillary Clinton, le républicain Donald Trump, dans la course à la Maison Blanche.

Julian Assange, fondateur de WikiLeaks, vit reclus à l'ambassade d'Equateur à Londres depuis juin 2012.

L'Australien est sous le coup d'un mandat d'arrêt dans le cadre d'une enquête pour viol, après la plainte déposée par une Suédoise en 2010. Assange nie les faits, dénonçant une manœuvre pour l'extrader vers les États-Unis, qui veulent le juger pour la diffusion d'informations secrètes. 

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Le réseau social des professionnels s’offre, enfin, une nouvelle interface plus claire et intuitive.

Le programme sera lancé au printemps prochain et va faciliter les procédures d’installation d’entrepreneurs et d’investisseurs étrangers en France. 

La secrétaire d’Etat au Numérique et à l’Innovation Axelle Lemaire a lancé le plan France IA, trois mois avant la fin de son mandat. Le but est de mettre en place une stratégie cohérente pour valoriser au mieux le potentiel des acteurs français de la filière.

Lors des dernières étapes, nous avons rencontré des entreprises dont la notoriété est moindre mais les technologies sont des plus intéressantes. Rubrik, Open vStorage, Datos IO, retenez bien ces noms, ils vont certainement devenir connus dans les mois qui viennent.

L’agence de sécurité américaine a annoncé la mise en ligne de 930 000 documents déclassifiés. Le tout est d’ores et déjà disponible gratuitement sur leur site.

L’opérateur proposera à partir du 23 janvier une 4G Box. Elle sera disponible pour les 10 millions de foyers situés en zone peu denses et « qui souffrent d’un Internet trop lent ». 

DDN, Cohesity et Igneous ont en commun d’apporter un refrain différent dans le monde du stockage, loin des antiennes habituelles des constructeurs et éditeurs du secteur. Point avec ces 3 acteurs visités lors du dernier IT Press Tour.

L’Agence Nationale des Fréquences achève une expérimentation à Annecy dans laquelle elle supplée les antennes « macro » 2G-3G-4G avec des « petites antennes à faible puissance » en complément local. Ce schéma préfigure très probablement des réseaux mobiles de demain. 

Moins d’un an après sa nomination à la tête du Conseil National du Numérique (CNNum), Mounir Mahjoubi annonce qu’il démissionne pour rejoindre l’équipe « En Marche » d’Emmanuel Macron en tant que responsable de la campagne numérique. Il nous explique son choix. 

La gendarmerie a présenté ses outils numériques au cours d’une journée d’information. Le pôle de lutte contre la cybercriminalité n'est plus le seul à être entré dans la transition numérique. Les smartphones pour les contrôles routiers ont fait leur apparition. 

Toutes les News
Derniers commentaires