mercredi 7 décembre 2016
 

Netflix rassure sur sa croissance mais renonce à la Chine pour l'instant

Après un trou d'air au deuxième trimestre, les gains d'abonnés de Netflix ont recommencé à accélérer, rassurant sur la croissance et la stratégie internationale du service américain de vidéo en ligne, qui a toutefois renoncé dans l'immédiat à se lancer en Chine.

Le service américain de vidéo en ligne Netflix a rassuré lundi sur sa croissance avec des résultats et des prévisions meilleurs que prévu, après un trou d'air au deuxième trimestre, mais il a renoncé dans l'immédiat à se lancer en Chine

L'action Netflix s'envolait de presque 20% lundi soir dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street après l'annonce de 3,57 millions de nouveaux abonnés au troisième trimestre, terminé avec un total de 86,74 millions.

Le plus gros de ces gains (+3,20 millions) a eu lieu sur les marchés internationaux, où le service met actuellement les bouchées doubles et où il revendique désormais 39,25 millions d'utilisateurs.

Netflix est également optimiste pour les trois derniers mois de l'année, où il table sur 5,20 millions d'abonnés supplémentaires dont encore 3,75 millions à l'international.

Ces chiffres sont particulièrement bienvenus après ceux du deuxième trimestre, où une augmentation de seulement 1,68 million d'abonnés en trois mois à l'échelle mondiale et une prévision pessimiste avaient jeté un froid à Wall Street.

- Toujours plus de programmes originaux -

Le groupe voit entre autres dans ses bonnes performances le résultat de ses investissements croissants dans des productions originales, comme sa nouvelle série "Stranger Things" qui a eu beaucoup de succès cet été, ou la deuxième saison de "Narcos" qui a "eu un effet positif sur l'acquisition de nouveaux utilisateurs à travers tous nos marchés", assure-t-il dans sa lettre trimestrielle à ses actionnaires.

Il compte d'ailleurs continuer sur cette lancée, promettant pour 2017 un budget d'environ 6 milliards de dollars pour "plus de 1.000 heures" de programmation originale haut de gamme, contre 600 heures cette année.

L'investissement dans les contenus est une tendance qui dure depuis déjà plusieurs années parmi les grands acteurs de la vidéo en ligne. La société de recherche IHS Markit estimait encore lundi que Netflix et Amazon avaient plus que doublé leurs dépenses de programmation entre 2013 et 2015, dépassant même l'an dernier celles de chaînes comme CBS ou HBO.

Les programmes originaux constituent un produit d'appel important pour Netflix, qui est désormais présent dans presque tous les pays du monde.

L'une de ses absences notables reste toutefois la Chine, où il a dit lundi avoir renoncé à se lancer indépendamment dans l'immédiat.

"L'environnement réglementaire pour les services étrangers de contenus numériques en Chine devient difficile. Nous prévoyons maintenant de licencier nos contenus à des fournisseurs de services en ligne existants en Chine plutôt que d'exploiter notre propre service en Chine à court terme", explique-t-il.

Les productions originales de haute qualité du groupe américain l'aident aussi à justifier, "même sur un marché de plus en plus concurrentiel", les augmentations de prix imposées récemment à ses abonnés aux Etats-Unis, désormais beaucoup plus rentables, relève Neil Saunders de la société de recherche Conlumino.

Cela aide le groupe à compenser ses pertes pour l'instant à l'international.

Au final, au troisième trimestre, son chiffre d'affaires mondial a grimpé de 32% à 2,3 milliards de dollars et son bénéfice net de 75% à 52 millions de dollars. 

Le bénéfice par action de 12 cents est le double de ce qu'espéraient les analystes, et les 13 cents promis pour les trois derniers mois de l'année sont également bien meilleurs qu'anticipé.

Netflix promet par ailleurs toujours "des bénéfices mondiaux importants" à partir de 2017 et au-delà.

Source : AFP - Sophie ESTIENNE

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...