mercredi 18 janvier 2017
 

Netflix rassure sur sa croissance mais renonce à la Chine pour l'instant

Après un trou d'air au deuxième trimestre, les gains d'abonnés de Netflix ont recommencé à accélérer, rassurant sur la croissance et la stratégie internationale du service américain de vidéo en ligne, qui a toutefois renoncé dans l'immédiat à se lancer en Chine.

Le service américain de vidéo en ligne Netflix a rassuré lundi sur sa croissance avec des résultats et des prévisions meilleurs que prévu, après un trou d'air au deuxième trimestre, mais il a renoncé dans l'immédiat à se lancer en Chine

L'action Netflix s'envolait de presque 20% lundi soir dans les échanges électroniques suivant la clôture de Wall Street après l'annonce de 3,57 millions de nouveaux abonnés au troisième trimestre, terminé avec un total de 86,74 millions.

Le plus gros de ces gains (+3,20 millions) a eu lieu sur les marchés internationaux, où le service met actuellement les bouchées doubles et où il revendique désormais 39,25 millions d'utilisateurs.

Netflix est également optimiste pour les trois derniers mois de l'année, où il table sur 5,20 millions d'abonnés supplémentaires dont encore 3,75 millions à l'international.

Ces chiffres sont particulièrement bienvenus après ceux du deuxième trimestre, où une augmentation de seulement 1,68 million d'abonnés en trois mois à l'échelle mondiale et une prévision pessimiste avaient jeté un froid à Wall Street.

- Toujours plus de programmes originaux -

Le groupe voit entre autres dans ses bonnes performances le résultat de ses investissements croissants dans des productions originales, comme sa nouvelle série "Stranger Things" qui a eu beaucoup de succès cet été, ou la deuxième saison de "Narcos" qui a "eu un effet positif sur l'acquisition de nouveaux utilisateurs à travers tous nos marchés", assure-t-il dans sa lettre trimestrielle à ses actionnaires.

Il compte d'ailleurs continuer sur cette lancée, promettant pour 2017 un budget d'environ 6 milliards de dollars pour "plus de 1.000 heures" de programmation originale haut de gamme, contre 600 heures cette année.

L'investissement dans les contenus est une tendance qui dure depuis déjà plusieurs années parmi les grands acteurs de la vidéo en ligne. La société de recherche IHS Markit estimait encore lundi que Netflix et Amazon avaient plus que doublé leurs dépenses de programmation entre 2013 et 2015, dépassant même l'an dernier celles de chaînes comme CBS ou HBO.

Les programmes originaux constituent un produit d'appel important pour Netflix, qui est désormais présent dans presque tous les pays du monde.

L'une de ses absences notables reste toutefois la Chine, où il a dit lundi avoir renoncé à se lancer indépendamment dans l'immédiat.

"L'environnement réglementaire pour les services étrangers de contenus numériques en Chine devient difficile. Nous prévoyons maintenant de licencier nos contenus à des fournisseurs de services en ligne existants en Chine plutôt que d'exploiter notre propre service en Chine à court terme", explique-t-il.

Les productions originales de haute qualité du groupe américain l'aident aussi à justifier, "même sur un marché de plus en plus concurrentiel", les augmentations de prix imposées récemment à ses abonnés aux Etats-Unis, désormais beaucoup plus rentables, relève Neil Saunders de la société de recherche Conlumino.

Cela aide le groupe à compenser ses pertes pour l'instant à l'international.

Au final, au troisième trimestre, son chiffre d'affaires mondial a grimpé de 32% à 2,3 milliards de dollars et son bénéfice net de 75% à 52 millions de dollars. 

Le bénéfice par action de 12 cents est le double de ce qu'espéraient les analystes, et les 13 cents promis pour les trois derniers mois de l'année sont également bien meilleurs qu'anticipé.

Netflix promet par ailleurs toujours "des bénéfices mondiaux importants" à partir de 2017 et au-delà.

Source : AFP - Sophie ESTIENNE

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Les qualités de l’École 42 sont indéniables, celles des autres écoles du classement aussi. Pourtant, certains sont allés un peu vite en besogne en déclarant, palmarès à l’appui, qu’il s’agit de la meilleure école de code au monde.

La pépinière géante au cœur de Paris a reçu un soutien de poids : Facebook. Sheryl Sandberg a annoncé ce matin que le géant participerait à l’initiative en installant dans la halle un incubateur, destiné aux start-up spécialisées dans la data.

Vous pouvez d’ores et déjà savoir, à partir de vos revenus de l’année 2016, quel sera le montant de « la douloureuse » pour 2017…


Le géant du e-commerce s’est adressé à la FCC afin d’obtenir l’autorisation de tester des « dispositifs » sur différentes bandes de fréquences. Il semble qu’Amazon cherche désormais les fréquences les plus adaptées à son service de livraison par drones.

Directeur général de l'autorité de régulation des communications depuis 2013, Benoît Loutrel va rejoindre les rangs de la filiale française de Google en tant que directeur des affaires publiques.

Une journée très variée avec la rencontre d’entreprises de toutes tailles comme Nec ou Minio et une parenthèse chez Primary Data, une vieille connaissance de l’IT Press Tour.

L’adjointe au maire en charge de l’éducation à Bordeaux, Emmanuelle Cuny, évoque une attaque « sans précédent ». On ne connaît pas encore la nature exacte de celle-ci, qui ressemble toutefois à un ransomware. 

L’opérateur dévoile (enfin !) un nouveau modèle de box destiné à ses abonnés xDSL et FTTH. Le nouveau boîtier se veut compact, performant et unifie l’interface avec celle de l’application SFR TV. 

L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Toutes les News
Derniers commentaires