mercredi 7 décembre 2016
 

Le Japon interdit les Galaxy Note 7 de Samsung dans tous les avions

Le ministère japonais des Transports a décidé de bannir les smartphones Galaxy Note 7 de Samsung, qui présentent un risque d'explosion, dans tous les avions au départ ou à destination du Japon, tandis que de nombreuses compagnies asiatiques ont pris des initiatives similaires.

Début septembre, les autorités nippones avaient déjà recommandé aux passagers de ne pas allumer leur Galaxy Note 7

Début septembre, les autorités nippones avaient déjà recommandé aux passagers de ne pas allumer leur Note 7. Désormais, ceux-ci ne pourront plus le transporter sur eux ni dans leurs bagages en soute ou en cabine, selon les injonctions du gouvernement aux compagnies aériennes, a indiqué lundi à l'AFP un porte-parole du ministère. 

ANA Holdings et Japan Airlines (JAL) se sont aussitôt exécutées, informant leurs clients de ces nouvelles consignes sur leur site internet. "Nous demanderons à tout passager (porteur d'un Note 7) de renoncer à embarquer ou nous lui confisquerons son téléphone, nous agirons au cas pas cas", a expliqué un représentant de JAL.

Le nombre de personnes affectées devrait cependant être limité dans l'archipel où le Note 7 n'a pas été commercialisé.

Deux mois après le lancement de l'appareil dans le monde, le géant sud-coréen Samsung en a arrêté la semaine dernière la production et les ventes en raison de défauts susceptibles de provoquer une explosion. Il a également enjoint à tous les propriétaires de cette "phablette" (modèle intermédiaire entre le smartphone et la tablette) de cesser immédiatement de s'en servir.

Les Etats-Unis avaient pris dès samedi une mesure d'interdiction à l'encontre du Note 7, les récalcitrants s'exposant à la confiscation de leurs appareils, ainsi qu'à des amendes, voire des poursuites judiciaires.

Dans la foulée, plusieurs compagnies aériennes asiatiques ont décidé de bannir complètement le Galaxy Note 7 de leurs avions. 

Singapore Airlines a ainsi prévenu sur son compte Facebook que "toute personne en possession de l'appareil n'aurait pas le droit d'embarquer". Idem pour les compagnies philippines, Philippine Airlines et Cebu Pacific Air, malaisienne AirAsia, indonésienne Garuda ou encore taïwanaises China, Airlines et EVA Air. 

Interdiction aussi de transporter le smartphone au départ ou à l'arrivée de l'aéroport international de Hong Kong, ainsi qu'à bord de Cathay Pacific et de quasiment toutes les compagnies chinoises.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...