mardi 6 décembre 2016
 

La Chine lance une nouvelle mission spatiale habitée

La Chine a lancé lundi une nouvelle mission avec deux astronautes en direction de son deuxième laboratoire orbital, dans le cadre de ses préparatifs au déploiement d'ici 2022 d'une station spatiale habitée.

Les astronautes Jing Haipeng (à gauche) et Chen Dong, avant leur décollage de la base de lancement de Jiuquan, dans le désert de Gobi (nord-ouest de la Chine), le 17 octobre 2016

Les deux hommes, Jing Haipeng et Chen Dong, ont décollé de la base de lancement de Jiuquan, dans le désert de Gobi (nord-ouest), à bord du vaisseau spatial Shenzhou-11 ("Vaisseau divin-11"). Le vaisseau a été propulsé par une fusée Longue Marche-2F.

Les deux astronautes doivent arriver sous 48 heures à bord du nouveau laboratoire spatial chinois Tiangong-2 ("Palais céleste-2"), lancé en septembre. Ils y passeront un total de 30 jours, une durée record pour des spationautes chinois, note l'agence officielle Chine nouvelle.

Les deux "taïkonautes", comme les astronautes chinois sont appelés, mèneront des expériences en matière de médecine, de biologie, de physique, de tempêtes solaires et de réparations d'équipements.

Jing Haipeng, le commandant de la mission, effectue son troisième voyage dans l'espace et célébrera son anniversaire à bord de l'astronef. 

"Même si ce travail est plein de défis et de risques et même dangereux, je l'aime", a-t-il déclaré, cité par le Quotidien du Peuple, l'organe du Parti communiste au pouvoir. 

- 'Une puissance spatiale' -

La conquête de l'espace, coordonnée par l'état-major militaire, est perçue en Chine comme un symbole de la nouvelle puissance du pays. Pékin a investi des milliards dans ses programmes spatiaux pour tenter de rattraper l'Europe et les Etats-Unis.

La Chine, qui a envoyé son premier homme dans l'espace en 2003, avait conclu avec succès en 2013 la mission habitée "Shenzhou-10", après 15 jours en orbite autour de la Terre.

Le pays veut déployer en 2022 une station spatiale habitée, au moment où la station spatiale internationale (ISS) aura cessé de fonctionner.

Le président chinois Xi Jinping a adressé un message de félicitations aux équipes de la mission Shenzhou-11, soulignant que celle-ci doit s'assurer que "les pas réalisés par les Chinois dans l'exploration spatiale soient plus grands et aillent plus loin" et contribuent à "faire de la Chine une puissance spatiale". 

Le laboratoire Tiangong-2, auquel les astronautes doivent s'amarrer, est en orbite à 393 kilomètres d'altitude et est composé de deux ensembles: une cabine d'expérimentation faisant également office de lieu de vie, et un espace de stockage avec panneaux solaires, moteurs et batteries.

- Deux heures de temps libre -

Durant leur séjour, les deux taïkonautes éprouveront leur santé en apesanteur, cultiveront des échantillons de riz et mèneront des recherches sur l'horloge atomique "froide" embarquée le mois dernier à bord du "Palais céleste-2", et dont le système de refroidissement d'atomes améliore grandement la précision, selon le quotidien China Daily.

Le duo aura droit à deux heures de temps libre par jour pour regarder des films, écouter de la musique et effectuer des appels vidéos vers la Terre.

"Nous avons préparé pour eux plus de 100 types de nourriture et de boissons", a expliqué au journal Wu Ping, vice-directrice de l'organisme chargé du programme de vols habités, ajoutant que les deux hommes auraient accès à un tapis de course et un vélo d'appartement.

En parallèle de sa station spatiale, Pékin mène un ambitieux programme lunaire, visant notamment à envoyer un homme sur la Lune. 

En décembre 2013, la Chine a réussi à faire alunir sa sonde Chang'e-3, puis à débarquer sur la surface lunaire un véhicule téléguidé nommé "Lapin de jade", une mission qualifiée de "plein succès". Ce "rover" lunaire a toutefois rencontré un problème mécanique qui l'a plongé dans de longues phases de coma.

Pékin espère aussi envoyer un vaisseau spatial autour de Mars vers 2020, avant de déployer un véhicule téléguidé sur la planète rouge.

Source : AFP - Ludovic EHRET

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...