vendredi 2 décembre 2016
 

Le bénéfice de Samsung continuera en 2017 à pâtir du fiasco du Note 7

Le bénéfice de Samsung continuera à pâtir pendant au moins six mois du fiasco du Galaxy Note 7, mais le géant sud-coréen compte sur une hausse des ventes de ses autres smartphones vedettes pour amortir le choc.

Le bénéfice de Samsung continuera à pâtir pendant au moins six mois du fiasco du Galaxy Note 7

La production du Note 7 avait été stoppée mardi, deux mois après son lancement, en raison de défauts susceptibles de provoquer l'explosion de ce qui aurait dû être un produit dernier cri. Le premier fabricant mondial de smartphones a enjoint tous les distributeurs à cesser de vendre l'appareil. 

Samsung a entériné mardi l'échec complet de ce produit en appelant les millions de personnes qui l'avaient acheté dans le monde entier à l'éteindre, par mesure de sécurité - une mesure dévastatrice pour l'image d'une société qui s'enorgueillit de la qualité de ses produits dans les technologies de pointe.

Deux jours après avoir revu à la baisse ses prévisions de bénéfice pour le troisième trimestre 2016, le géant sud-coréen a publié vendredi un nouvel avertissement sur résultats, concernant les six mois suivants.

Samsung a ainsi jugé que le fiasco du Galaxy Note 7, l'un de ses plus grands échecs commerciaux, allait continuer de réduire ses marges de bénéfice jusqu'à mars 2017, sur une période qui inclut notamment les fêtes de fin d'année pourtant cruciales pour ses ventes.

L'impact négatif est estimé aux alentours de 2.500 milliards de wons (2 milliards d'euros) pour le quatrième trimestre de 2016 et à environ 1.000 milliards de wons (799 millions d'euros) pour le premier trimestre de 2017, a indiqué le groupe dans un communiqué.

- Améliorer le contrôle qualité -

"Samsung Electronics a l'intention de normaliser ses activités mobiles en augmentant les ventes de modèles phares, comme le Galaxy S7 et le Galaxy S7 Edge", selon le même document.

Samsung avait rappelé début septembre 2,5 millions d'unités du Galaxy Note 7 parce que plusieurs spécimens de cette "phablette" (modèle intermédiaire entre le smartphone et la tablette) avaient pris feu ou explosé. 

L'impact de cette crise aurait pu être contenu si certains des appareils distribués en remplacement des premiers modèles défectueux n'avaient pas eux aussi commencé à s'enflammer, poussant Samsung à abandonner le modèle.

La déconfiture s'est traduite par un recul entre lundi et mercredi de 10% de la capitalisation boursière du fleuron de l'industrie sud-coréenne, soit une perte de l'ordre de 20 milliards d'euros.

L'hémorragie boursière n'a cessé que jeudi, quand le titre a terminé pour la première fois dans le vert, en hausse de 1,4%. Vendredi l'action de Samsung progressait vers 11H30 (02H30 GMT) de 0,58%.

Mercredi, le groupe avait déjà revu à la baisse ses prévisions de résultats pour le troisième trimestre 2016, annonçant que son bénéfice opérationnel serait amputé d'un tiers sur ces trois mois.

Samsung table désormais sur un bénéfice opérationnel sur la période de 5.200 milliards de wons (4,15 milliards d'euros), contre 7.800 milliards de wons espérés auparavant.

La société a incriminé des batteries défectueuses fabriquées par un fournisseur non précisé - beaucoup d'observateurs estiment qu'il s'agissait de sa filiale Samsung SDI.

Mais pour certains experts, le fond du problème pourrait en fait résider dans un logiciel propre à la "phablette", et dans la décision du groupe d'anticiper le lancement de son produit phare pour tenter de damer le pion au grand rival Apple, qui faisait cet été monter les attentes avec son nouvel iPhone 7.

Dans son communiqué, Samsung promet vendredi de "se concentrer sur l'amélioration de la sûreté des produits en apportant des changements profonds à ses procédures de contrôle qualité".

La plupart des analystes s'accordent à dire que ce ne sont pas les retombées financières immédiates qui feront le plus mal au groupe qui a les reins solides.

Il aura, prédisent-ils, fort à faire pour retrouver la confiance des consommateurs et restaurer son image de marque.

Dans l'immédiat, le groupe tente de freiner l'exode de ses clients vers ses concurrents en offrant une ristourne aux propriétaires de Galaxy Note 7 qui acceptent de l'échanger contre un appareil Samsung.

Source : AFP - Hwang Sung-Hee

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Il en faut des super pouvoirs pour avancer dans les allées du Venetian hotel à Las Vegas où se tient cette semaine l'événement AWS Re:invent. La conférence mondiale des utilisateurs et des partenaires d’Amazon Web Services y réunit quelque 32 000 personnes ! Nouveaux produits et services, extensions de certains existants déjà, font d’AWS une boîte à outils de plus en plus complète pour les entreprises qui souhaitent s’engager sur le Cloud.
Il s’était rendu coupable d’avoir participé et promu une attaque DDoS contre le site d’EDF. Un internaute a été condamné à une peine de prison avec sursis et à 30000 euros de dommages et intérêts.
Le malware Disttrakt, déjà impliqué dans l’attaque de 2012 contre la compagnie Saudi Aramco, aurait de nouveau été utilisé contre plusieurs agences gouvernementales de l’Etat. L’Iran est soupçonnée d’être à l’origine de ces attaques.
Une opération conjointe entre plusieurs organisations de police et de justice vient de permettre de démanteler le réseau Avalanche et ses 800 000 noms de domaine, lequel serait à l’origine des 2/3 des attaques par phishing survenues ces dernières années.
Dans un rapport sur l’e-administration, on apprend que 70% des Français jugent avancé le développement des services publics numériques, et qu’ils sont aussi 65% à faire confiance en matière de sécurisation et de confidentialité de leurs données. 
Le maire PS du 13ème arrondissement de Paris, Jérôme Coumet, souhaite baptiser "Steve Jobs" une rue qui jouxte le futur incubateur de la Halle Freyssinet. Mais la proposition ne passe pas notamment auprès des élus communistes et écologistes. 
Le géant de Mountain View annonce le lancement d’App Maker, un service qui permet aux utilisateurs non-initiés au développement de créer des applications métiers en quelques clics. 
Expert en modernisation des grands systèmes, avec de belles références notamment dans la banque, l'assurance et les entreprises publiques, Metaware tombe dans le giron de GFI Informatique. 
Le délit d’entrave existe depuis 1993 concernant l’IVG. La ministre de la Famille et des Droits des femmes, Laurence Rossignol, soutient la proposition de loi qui veut l’étendre à internet dans la mesure où il s’est déplacé sur la toile. Celle-ci a été adoptée par les députés.
C’est une faille déjà exploitée que Firefox vient de patcher. Problème : la vulnérabilité affectait également le navigateur du projet Tor et pourrait avoir été utilisée par le FBI contre le site pédopornographique PlayPen.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...