mardi 6 décembre 2016
 

Les ristournes de Samsung pour stopper l'hémorragie de clientèle

Samsung, aux abois après le fiasco monumental du Galaxy Note 7, tente de conserver sa clientèle en offrant aux utilisateurs de cette "phablette" ratée une ristourne sur leur prochaine facture, s'ils acceptent de reprendre un téléphone de la marque sud-coréenne.

Des clients ramènent leur smartphone Samsung Note 7 chez un distributeur, à Séoul, le 13 octobre 2016

De nombreux habitants de Séoul continuaient jeudi de rapporter leur Note 7, dont la production a été stoppée mardi, deux mois après son lancement, en raison de défauts susceptibles de provoquer l'explosion de ce qui aurait dû être un produit dernier cri.

Le premier fabricant mondial de smartphone a également enjoint mardi tous les distributeurs à cesser de vendre le Galaxy Note 7. 

Il a finalement entériné l'échec complet de ce produit en appelant les millions de personnes qui l'avaient acheté dans le monde entier à l'éteindre, par mesure de sécurité.

Dans les enseignes Samsung, les propriétaires de Note 7 avaient jeudi un choix simple: obtenir un remboursement complet ou échanger l'appareil contre un autre modèle de la marque.

Ceux qui optaient pour la première solution recevaient un bon d'achat de 30.000 wons (24 euros). Ceux qui choisissaient de rester chez la marque sud-coréenne recevaient en plus une ristourne de 70.000 wons.

"Il s'agit d'une compensation pour la gêne occasionnée à nos clients", a indiqué qué le géant sud-coréen dans un communiqué.

- 17% du PIB sud-coréen -

La crise avait débuté le 2 septembre, quand Samsung avait annoncé le rappel planétaire de 2,5 millions de Galaxy Note 7 après que certains spécimens eurent pris feu. 

La Bérézina a suivi quand il est apparu que les modèles de Note 7 distribués en échange avaient aussi des problèmes.

La déconfiture s'est traduite par un recul en trois jours de 10% de la capitalisation boursière du fleuron de l'industrie sud-coréenne, soit une perte de l'ordre de 20 milliards d'euros.

L'hémorragie boursière n'a cessé que jeudi, quand le titre a terminé pour la première fois dans le vert, en hausse de 1,4%.

La veille, le groupe avait été contraint d'annoncer une baisse d'un tiers de sa prévision de bénéfice opérationnel au troisième trimestre.

L'agence Fitch Ratings a toutefois estimé que le groupe sud-coréen avait les reins suffisamment solides pour encaisser les pertes liées au Note 7.

"Les dégâts d'image à long terme (...) sont une menace bien plus grande pour son profil de crédit que l'impact financier direct", explique l'agence de notation.

Samsung est tellement incontournable en Corée du Sud - le groupe représente 17% du PIB national - que la Banque de Corée a pris en compte ses déboires dans son calcul des prévisions de croissance pour l'année 2017.

A cause de l'affaire du Note 7 - mais aussi de tout un tas d'autres facteurs - la Banque a ramené jeudi de 2,9 à 2,8 sa prévision de croissance pour l'année prochaine.

- 'Pas le choix' -

Samsung "représentant une telle part dans notre économie, nous avons pris en compte l'impact de l'interruption de la production dans notre prévision", a déclaré aux journalistes le gouverneur de la Banque de Corée, Lee Ju-Yeol, après la réunion mensuelle de politique monétaire de l'institution.

Jeudi à Séoul, tous n'étaient pas satisfaits de la décision de Samsung d'arrêter totalement de produire le Note 7.

Lee Jae-Kyung, un employé de bureau de 43 ans, a expliqué qu'il était obligé de rapporter son Galaxy Note 7, même s'il en était très satisfait.

"Je n'ai pas le choix: à partir de l'année prochaine, ils ne mettront plus à jour le programme et l'appareil ne sera plus garanti", déplore-t-il.

Roh Kwang-Soo, gérant d'un magasin de portables de 31 ans, lui-même utilisateur de Note 7, a indiqué qu'il se laisserait, lui, tenter par le grand rival, Apple.

"Je vais sans doute profiter de cette occasion pour changer", a-t-il dit.

Le Note 7 avait été lancé en août par anticipation, justement pour damer le pion du concurrent américain. Certains experts avancent que cette compétition effrénée pourrait avoir poussé le sud-coréen à boucler précipitamment la préparation de sa "phablette".

Apple a lancé en septembre l'iPhone 7, qui sera disponible en Corée du Sud à partir du 21 octobre.

Source : AFP - Hwang Sung-Hee

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...