mardi 17 janvier 2017
 

Twitter veut "jouer un rôle central" dans la présidentielle française

La politique est un sujet phare pour les utilisateurs de Twitter France : c'est pourquoi la plateforme américaine compte "jouer un rôle central" dans l'élection présidentielle française, a expliqué mercredi le patron de Twitter France, Damien Viel.

Le patron de Twitter France, Damien Viel, le 11 mai 2016 à Paris, au siège de Twitter France.

Les Twittos -- près de 19 millions sur tous les écrans, plutôt des hommes, plutôt jeunes et au revenu élevé -- sont souvent passionnés de politique : 58% suivent des comptes de personnalités ou de formation politiques, dont 22% régulièrement, et 36% leur écrivent, dont 12% régulièrement, indique un sondage Harris Interactive paru mercredi.

Leur couleur politique est analogue à celle des internautes en général. Ils sont cependant moins nombreux à être sans opinion et ils ont un intérêt plus marqué pour la politique, indique ce sondage auprès de 1.000 internautes dont 517 usagers de Twitter de plus de 18 ans.

Ainsi 29% se disent proches de la gauche, 25% proches de la droite, et 15% du FN, "sans que cela veuille dire qu'ils voteront pour le courant dont ils se sentent proches", a rappelé Jean-Daniel Lévy, directeur politique et opinion de Harris.

Les trois quarts (73%) se disent intéressés par la politique (contre 67% des internautes) et ils sont plus nombreux à vouloir voter aux primaires. Ils ont aussi un peu plus confiance dans les responsables politiques (22% contre 17%).

Lors des principaux débats, à commencer par ceux de la primaire de la droite, Twitter publiera des données sur le nombre de tweets et les sujets les plus tweetés, sur un site dédié, "Au coeur des débats" (https://aucoeurdesdebats.fr/). Au États-Unis, le débat Clinton /Trump a généré dimanche soir 17 millions de tweets.

"Le temps de l'élection est pour nous un temps de vigilance", a souligné Damien Viel. "Nous ferons ainsi attention à contrôler Periscope (appli de vidéo en direct) avec un nouveau moyen de pondérer les commentaires. S'ils sont signalés par la communauté, ils pourront être immédiatement fermés".

En mars, François Hollande avait dû interrompre une intervention en direct sur Periscope en raison d'un flot de commentaires insultants.

Interrogé sur l'abondance de tweets extrémistes, le groupe s'est voulu rassurant. "Les débats sur Twitter sont de la même teneur que ceux sur la place publique. Nous avons des règles strictes, si on s'en éloigne, les contenus peuvent être retirés ou les comptes bloqués", a souligné M. Viel

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Airbnb, Abritel et autres sont visés par une plainte des professionnels de l’hôtellerie et de l’immobilier. Les parties civiles déplorent les inégalités entre ces nouveaux acteurs, moins tenus par les contraintes légales, et eux, souffrant de cette concurrence déséquilibrée.

WhatsApp chiffre de bout en bout les conversations, ce qui est très bien. Il se réserve cependant le droit de forcer la génération de nouvelles clés sans en avertir l’utilisateur, ce qui est moins bien. Faut-il parler de backdoor ? WhatsApp, soutenu par Open Whisper System, soutient qu’il s’agit d’un choix ergonomique, rendant le chiffrement transparent.

Le géant de Redmond a choisi une start-up canadienne spécialisée en deep learning pour sa première acquisition de l’année. Maluuba est spécialisée dans le traitement de requêtes en langage naturel.

La société israélienne spécialisée dans la sécurité et l’analyse forensic mobile a été victime d’un vol de données : 900 Go incluant des informations client, des bases de données ainsi que des informations techniques relatives à ses produits. 

Institution rattachée au premier ministre, France Stratégie propose deux alternatives à l’État dans sa gestion des innovations disruptives : permettre l’expérimentation dans un cadre réglementaire détaillé ou fixer un cadre général souple. 

A en croire le nouveau président des Etats-Unis, la sécurité informatique des institutions américaines est catastrophique. En témoignent les diverses attaques subies ces derniers mois. Donald Trump a donc commandé un rapport aux deux futurs patrons du renseignement américain et a fait de Rudy Giuliani, ancien maire de New York, son conseiller en cybersécurité.

La start-up d’origine française renforce sa solution de marketing mobile sur 2 axes : l’optimisation et les outils d’interaction. 

La société de service bordelaise approfondit son partenariat avec HPE et propose 2 nouvelles offres dans le Cloud sur SAP HANA et un IaaS (Infrastructure as a Service).

Toutes les News
Derniers commentaires