mercredi 7 décembre 2016
 

Sony veut rendre la réalité virtuelle abordable et plurielle avec son casque PlayStation VR

Sony lance mondialement jeudi son nouveau casque de réalité virtuelle qui, associé à sa console vedette Playstation 4, pourrait donner un élan à l'immersion dans les univers totalement numériques qu'offrent déjà d'autres produits de la même famille.

Un journaliste teste une console vedette Playstation à l'aide d'un casque de réalité virtuelle Sony au salon des jeux de Tokyo le 15 septembre 2016

Proposé au prix de 399 dollars, le Playstation VR est plus abordable que des modèles concurrents. Surtout cet appareil - relativement confortable mais encombrant et fastidieux à installer -, présente l'avantage de fonctionner en duo avec la PS4, dont plus de 40 millions d'unités ont été vendues à ce jour.

Le géant japonais a promis que plus de 50 jeux seraient disponibles pour le casque Playstation VR dans les mois suivants son lancement, dont l'indémodable "Resident Evil", où les joueurs abattent des hordes de zombies, "Batman", ou des jeux basés sur la saga "Star Wars".

La durée de jeu est cependant limitée par la sensation de malaise que peut provoquer chez certaines personnes une déconnexion totale de la réalité.

Plus tôt cette année, Oculus, la filiale de Facebook spécialisée dans la réalité virtuelle, a mis sur le marché son casque Rift à 599 dollars, et il faut y ajouter le prix d'un ordinateur suffisamment puissant pour pouvoir s'en servir. Le taïwanais HTC a placé la barre encore plus haut avec un tarif de 799 dollars pour son Vive. 

Le géant internet Google espère toucher un public plus large avec son Daydream View, un casque fabriqué en grande partie en textile et conçu pour s'adapter sur un smartphone, qui sera vendu 79 dollars aux Etats-Unis. Il concurrence frontalement un modèle du sud-coréen Samsung.

Enfin, il faut compter avec un autre géant, Microsoft, qui a commencé à prendre des pré-commandes pour ses lunettes de réalité augmentée HoloLens, censées permettre à leur utilisateur d'interagir avec des hologrammes. Le lancement est prévu en novembre.

- Coup de pouce -

Pour Sony, qui a fait des jeux vidéo un des piliers de son redressement après des années difficiles, le succès est déjà au rendez-vous puisque tous les exemplaires disponibles au lancement ont été pré-vendus, même si aucune prévision chiffrée n'a été fournie. 

"Le lancement de jeudi peut donner le signal d'une réalité virtuelle grand public" en cette année inaugurale pour cette technologie, a commenté Hiroshi Sakai, analyste au centre de recherche SMBC Friend.

Récemment vedette du Tokyo Game Show, qui se tenait mi-septembre en banlieue de Tokyo, la réalité virtuelle (VR) s'impose comme l'évolution majeure du divertissement numérique, et pas seulement du jeu, au point de créer un vrai monde parallèle.

"Il ne s'agit pas uniquement de jeux, mais aussi de scènes de concerts, d'événements divers et de documentaires", avait alors déclaré Atsushi Morita, patron de Sony Computer Entertainment Asie et Japon.

"Nous ne destinons pas spécialement ce produit aux adultes, il y a des contenus pensés pour jouer à plusieurs en famille", précisait un autre responsable du groupe.

Source : AFP - Harumi OZAWA

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...