mercredi 18 janvier 2017
 

Google espère valoriser YouTube avec l'achat de FameBit

Le géant internet américain Google (groupe Alphabet) a annoncé mardi l'acquisition de FameBit, une start-up spécialisée dans la mise en relation des créateurs de contenus sur sa filiale YouTube ou d'autres réseaux sociaux, avec des marques désirant les sponsoriser.

Le logo de Google Inc. est montré lors d'une conférence de presse à New Delhi le 16 décembre 2015

"Nous pensons que les relations de Google avec les marques et les partenariats de YouTube avec des créateurs, combinés aux technologies et à l'expertise de FameBit, aideront à augmenter le nombre d'opportunités disponibles pour des contenus soutenus par une marque, apportant encore plus de revenus à la communauté de la vidéo en ligne", indique un message publié sur le blog officiel de Google consacré à YouTube.

Les modalités financières de la transaction n'ont pas été divulguées, mais les cofondateurs de FameBit précisent dans un message publié séparément que leur entreprise va continuer pour l'instant à fonctionner de manière autonome.

FameBit avait été créée il y a trois ans et s'est spécialisée dans la mise en relation entre les créateurs de contenus sur les réseaux sociaux et des marques qui désirent étendre la portée de leurs campagnes marketing en sponsorisant ces contenus ou en y faisant du placement de produit rémunéré.

Elle propose aux marques de les aider à examiner les profils et l'audience de créateurs de contenus sur YouTube, Instagram, Vine, Facebook, Twitter ou Tumblr, afin de sélectionner ceux qui seront les mieux placés pour les représenter. 

Les internautes peuvent de leur côté utiliser la plateforme pour présenter leur candidature en expliquant quel type de contenus ils sont prêts à créer pour une marque. 

YouTube pour sa part avait commencé il y a neuf ans à rémunérer les internautes publiant les contenus les plus populaires sur son site, avec un programme prévoyant un partage des recettes publicitaires générées par les vidéos entre leur créateur et le site internet.

Source : AFP

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Les qualités de l’École 42 sont indéniables, celles des autres écoles du classement aussi. Pourtant, certains sont allés un peu vite en besogne en déclarant, palmarès à l’appui, qu’il s’agit de la meilleure école de code au monde.

La pépinière géante au cœur de Paris a reçu un soutien de poids : Facebook. Sheryl Sandberg a annoncé ce matin que le géant participerait à l’initiative en installant dans la halle un incubateur, destiné aux start-up spécialisées dans la data.

Vous pouvez d’ores et déjà savoir, à partir de vos revenus de l’année 2016, quel sera le montant de « la douloureuse » pour 2017…


Le géant du e-commerce s’est adressé à la FCC afin d’obtenir l’autorisation de tester des « dispositifs » sur différentes bandes de fréquences. Il semble qu’Amazon cherche désormais les fréquences les plus adaptées à son service de livraison par drones.

Directeur général de l'autorité de régulation des communications depuis 2013, Benoît Loutrel va rejoindre les rangs de la filiale française de Google en tant que directeur des affaires publiques.

Une journée très variée avec la rencontre d’entreprises de toutes tailles comme Nec ou Minio et une parenthèse chez Primary Data, une vieille connaissance de l’IT Press Tour.

L’adjointe au maire en charge de l’éducation à Bordeaux, Emmanuelle Cuny, évoque une attaque « sans précédent ». On ne connaît pas encore la nature exacte de celle-ci, qui ressemble toutefois à un ransomware. 

L’opérateur dévoile (enfin !) un nouveau modèle de box destiné à ses abonnés xDSL et FTTH. Le nouveau boîtier se veut compact, performant et unifie l’interface avec celle de l’application SFR TV. 

L’éditeur a présenté un navigateur conceptuel. Baptisé Neon, il propose une interface complètement repensée et intègre surtout des fonctions pratiques et intéressantes au quotidien. 

Un rapport adopté par la commission des affaires juridiques du Parlement européen demande la mise en place d’un cadre légal au niveau européen sur les droits des robots.

Toutes les News
Derniers commentaires