mercredi 7 décembre 2016
 

La marque Samsung à l'épreuve de la débâcle de son smartphone phare

Quand il a lancé son nouveau smartphone dans un marché hyper concurrentiel qui se contracte, Samsung voulait atteindre des sommets. Au lieu de quoi, le géant sud-coréen se retrouve face à l'abîme.

Face au risque d'incendie du Galaxy Note 7 Samsung a décidé d'arrêter les frais et de laisser tomber complètement son modèle

Ce qui aurait pu n'être qu'un contretemps technique concernant quelques appareils s'est métamorphosé en vraie crise qui semble devoir infliger à Samsung des dommages incalculables dans un marché où la confiance et la fidélité à la marque sont primordiaux.

La gravité du problème provoqué par le Galaxy Note 7 et ses batteries explosives est telle que Samsung a décidé d'arrêter les frais mardi et de laisser tomber complètement son modèle.

Les conséquences pourraient être désastreuses car la série des Note, à mi-chemin entre téléphone et tablette, et celle des smartphones Galaxy S, sont les armes emblématiques du sud-coréen dans l'âpre combat qu'il livre sur le segment haut de gamme à son grand rival américain Apple.

Le premier fabricant mondial de smartphones avait été contraint d'annoncer le 2 septembre un rappel planétaire de 2,5 millions de Note 7, ce qui semblait initialement avoir limité la casse.

Mais tout s'est effondré lorsque des médias ont rapporté que le Note 7 de remplacement prenait lui-même feu, conduisant de nombreux distributeurs à arrêter les échanges et les ventes.

- "Pire scénario" -

"C'est le pire scénario pour Samsung", souligne Jan Dawson, analyste chez Jackdaw Research.

"Pour paraphraser Oscar Wilde, perdre une version d'un produit à cause de problèmes de batterie peut être regardé comme un malheur, en perdre deux ressemble à de la négligence".

Les analystes estiment que le rappel pourrait finir par coûter à Samsung plus de 10 milliards de dollars. Mais c'est l'impact à long terme sur l'image de marque globale du sud-coréen qui inquiète davantage.

La division mobile de Samsung Electronics fut le moteur des fortunes ascendantes du groupe mais le conglomérat touche à toute une série de domaines: puces mémoire, écrans d'affichage, machines à laver, téléviseurs et réfrigérateurs.

Il a largement fondé son succès sur sa capacité à marier technologie dernier cri et production à grande échelle, à sortir des produits fiables, de qualité, dans une gamme de prix très diversifiée.

Le rappel initial du Note 7 aurait eu des conséquences mais elles seraient restées limitées si cela avait été perçu comme une exception.

- Problème plus large -

Les analystes disent aujourd'hui que les défauts constatés sur des modèles de remplacement laissent entendre qu'il s'agit d'un problème tendanciel, pas d'une simple aberration, ce qui est bien plus dommageable en termes de marque.

"Se retrouver dans une situation où l'on prétend avoir identifié un problème et l'avoir résolu, juste pour qu'un problème strictement identique surgisse à nouveau, ce n'est pas une bonne publicité", ajoute M. Dawson. 

"L'image qui ressortira de tout ça pourrait très bien toucher d'autres produits".

La crise soulève des questions sur la gouvernance de Samsung, la capacité de la direction à prendre des décisions au moment où le conglomérat négocie une délicate transition générationnelle à son sommet.

Lee Kun-Hee, patron de Samsung Electronics comme de la maison mère Samsung Group est alité depuis qu'il a subi une crise cardiaque en 2014.

Tous les regards sont donc tournés vers l'héritier présomptif, son fils de 48 ans, J.Y. Lee, nommé tout récemment au conseil d'administration de Samsung Electronics.

- Apple en ligne de mire -

Pour Greg Roh, analyste chez HMC Investment Securities, la direction de Samsung, peut-être obnubilée par le lancement imminent de l'iPhone 7 d'Apple, aurait été trop vite en besogne avec son nouveau Note 7.

"Je crois que Samsung s'est précipité pour fournir des nouveaux téléphones alors qu'il aurait mieux fait de prendre le temps de mener une enquête exhaustive" sur les causes du problème, dit-il. 

"Il y avait trop de pressions pour qu'il domine le marché avant le lancement de l'iPhone 7".

Le scénario de cauchemar serait désormais, poursuit M. Roh, que les acheteurs de Note 7 encaissent le remboursement offert par Samsuung et se procurent un iPhone.

"La raison pour laquelle les consommateurs préfèrent Samsung ou Apple c'est la fiabilité", dit-il. "L'affaire du Note 7 se fera ressentir sur le prochain modèle de smartphone de Samsung. Globalement, les dégâts en termes d'image seront inévitables et Samsung aura fort à faire pour renverser la tendance".

Source : AFP - Giles HEWITT

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
Après un premier partenariat, le spécialiste des containers annonce qu’il rachète finalement la start-up française Infinit et sa technologie qui permet d’unifier les espaces en créant un disque dur unique.
L’éditeur a livré sa feuille de route pour 2017, avec toujours cette volonté d’améliorer les performances de ses produits de visualisation des données mais aussi de nouveaux outils en dehors de son cœur de métier.
Le Sommet de l’Open Government Partnership s’est ouvert aujourd’hui à Paris. 70 Etats y sont représentés et des centaines d’organisations et d’entreprises y participeront. Mais certaines associations françaises ont choisi de boycotter l’événement, pointant la contradiction entre les principes de l’OGP et les politiques françaises en matière de numérique.
Tous les bureaux et datacenters de Google seront alimentés en énergies vertes (vent et solaire) d’ici la fin de l'année prochaine, ce qui représente environ 2,6 Gigawatts. 
On l’oublie souvent, Parrot ne fait pas que des drones. L’entreprise française conçoit et commercialise également des objets connectés, des casques audio ainsi que des équipements automobiles (kits main libres, autoradio…). C’est cette activité que Parrot est sur le point de vendre à Faurecia.
40 clients des secteurs de la finance, de l’éducation et de la santé vont participer à un programme bêta. Selon IBM, les systèmes cognitifs sont cités comme une nouvelle priorité par quasiment 60% des professionnels de la sécurité. Durant les deux dernières années, IBM a recruté 2000 experts du domaine de la sécurité, développeurs, consultants et chercheurs, dont 600 aux Etats-Unis.
Verizon débute sa stratégie de recentrage sur les réseaux, son cœur de métier, et cède 29 datacenters répartis sur 24 sites aux Etats-Unis et en Amérique Latine. 
C’est un peu une carte Arduino ou Raspberry Pi, en plus simple. Thingz, produit conçu et commercialisé par la start-up toulousaine éponyme – sis à Labège – permet d’imaginer, fabriquer et programmer un objet électronique.
Simultanément, Open AI, une entreprise soutenue notamment par Elon Musk, et DeepMind de Google, viennent de décider de livrer certains éléments de leur plateforme en accès ouvert sur Github.
Dans le cadre du programme « EU Free and Open Source Software Auditing », les logiciels libres bénéficieront du soutien de l’UE pour chasser les bugs de leur code. Après un an d’audit, le programme est en effet maintenu, son budget doublé et sa mission élargie aux bug bounties.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...