mardi 6 décembre 2016
 

Facebook lance Workplace, réseau social pour les entreprises

Facebook a lancé lundi Workplace, déclinaison du réseau social à destination des entreprises et des organisations non gouvernementales, qui prétend notamment rivaliser avec les intranets et les boîtes mail en accélérant la communication entre salariés.

Facebook a lancé lundi Workplace, déclinaison du réseau social à destination des entreprises et des organisations non gouvernementales

Le concept de cet outil de collaboration en temps réel, jusqu'ici baptisé "Facebook at work", est développé depuis deux ans par le géant américain dans ses bureaux londoniens et testé en version bêta par un millier d'entreprises dans le monde.

"Nous remplaçons des choses qui existent déjà en les regroupant dans un seul outil qui permettra aux utilisateurs d'avoir un mur d'information -- comme sur leur profil privé --, Facebook live, le videochat, etc", a expliqué à l'AFP Julien Codorniou, directeur général de Workplace, précisant que "95% de ce que nous avons développé sur Facebook est intégré à Workplace".

Produit séparé de la galaxie Facebook, la plateforme, dont la couleur dominante est le gris et non le bleu, est totalement déconnectée du réseau social. Disponible sur ordinateur comme sur téléphone portable, elle n'exige pas la création d'un compte Facebook : le salarié pourra utiliser son adresse mail professionnelle pour y accéder.

Ouvert à toutes les entreprises -- de la PME à la multinationale --, le réseau social permettra notamment à des sociétés partenaires de créer des groupes secrets sur le modèle de ceux existants déjà sur Facebook. Workplace précise à cet égard ne faire que transiter les données, qui resteront la propriété des entreprises.

Ces dernières paieront un abonnement de 1 à 3 euros par salarié connecté, selon la taille de leur structure. Les ONG et structures telles que les grandes écoles pourront, elles, bénéficier du service gratuitement.

- "Échanger plus rapidement" -

"Pour l'heure, nous avons 1.000 entreprises, qui ont créé 100.000 groupes, ayant déjà basculé sur Workplace avant son lancement mondial", a relevé M. Codorniou, qui affirme que Workplace, qui reprend les codes de Facebook, ne nécessite aucune formation.

Parmi ces entreprises, des groupes tels que Danone ou Booking.com, des sociétés financières telles que la Royal Bank of Scotland ou les ONG Oxfam ou Save the Children.

Danone, où quelque 5.000 employés ont testé la plateforme en quinze mois, veut ainsi faire basculer ses 100.000 salariés sur Workplace d'ici la fin du premier trimestre 2017, avance Francisco Camacho, directeur général du pôle eaux de Danone.

Pour lui, l'atout principal de Workplace réside dans sa politique "mobile first" : "Les gens sont plus mobiles aujourd'hui, et quand ils ont la plateforme entre leurs mains, ils peuvent échanger plus rapidement, partager des idées plus rapidement et réagir plus rapidement", explique-t-il à l'AFP.

La plateforme ne manquera pas de relancer les questionnements sur les frontières entre vie professionnelle et vie privée.

"Facebook n'a jamais été vraiment quelque chose qui pousse à travailler, mais plutôt le contraire: comment rendre sa vie sociale plus riche en échangeant davantage avec ses amis et ses proches", pointe cependant Craig Le Clair, analyste au cabinet Forrester, pour qui le principal défi de Facebook sera de faire évoluer son image.

Pour s'imposer, le géant américain espère en tout cas pouvoir compter sur sa force de frappe. Son réseau social d'entreprise est déjà disponible en 100 langues : "C'est un marché potentiel de 2,5 milliards d'employés dans le monde, qui n'est la cible de personne actuellement. Nous avons l'ambition de connecter le monde, ce qui passe par le monde de l'entreprise", conclut Julien Cordoniou.

Source : AFP - Rémi BANET avec Erwan LUCAS à Paris

Noter cet article (de 1 = Nul à 5 = Excellent) Valider
/// Actuellement à la Une...
La plateforme vidéo aurait été victime d’une intrusion dans ses bases de données. Les assaillants sont repartis avec les informations relatives à 87 millions de comptes, mais très peu de mots de passe, ces derniers étant également fortement sécurisés.
SimpliVity étend la liste de ses partenaires : après Dell, Lenovo et Cisco, Huawei devient désormais un nouvel allié pour attaquer le monde des télécommunications notamment, avec une première appliance musclée ! 
Les géants américains du Web tentent de se mobiliser pour faire face à la propagation des « contenus à caractère terroriste ». Ils annoncent la création d’une base de données commune répertoriant les empreintes numériques des images ou vidéos connues. 
Anciennement appelé Halle Freyssinet, le projet de Xavier Niel « Station F » ouvrira ses portes en avril 2017 et accueillera des centaines de start-up, qui peuvent déposer leur candidature dès aujourd’hui.
Après les taxis, les usagers. Jusqu’à présent, Uber ne géolocalisait l’utilisateur seulement lorsque celui-ci consultait l’application. Désormais, le pistage aura lieu y compris quand le service tournera en arrière plan, dès la commande et après l’arrivée à destination. La nouvelle fonctionnalité n’est guère appréciée. D'autant que l'entreprise se renforce encore dans l'intelligence artificielle en acquérant Geometric.
Que n’a-t-on pas écrit sur son compte ! Chaque semaine elle fait couler beaucoup d’encre à son sujet et se consommer encore plus de kilowatts ! Qui ou quoi ? La génération Y, dite « why » comme en anglais, et non « i-grec »comme pour la plupart de ceux qui ne la connaissent pas, et en parlent sans comprendre.
En juin 2017, nous serons enfin débarrassés des frais d’itinérance. Mais pas les opérateurs, auxquels s’appliqueront toujours des prix de gros, plafonnés par l’UE. C’est justement sur la question de ces plafonds que le Conseil de l’UE et le Parlement s’opposent. De longues discussions sont à prévoir jusqu’en juin.
Avec 128,2 millions noms de domaines en « .com » enregistrés, la croissance se poursuit. Par ailleurs, le cap des 350 millions de noms de domaine de premier niveau sera franchi avant la fin de l’année. 
Les investissements dans l’IT européenne ont atteint un record en 2016 avec 13,6 milliards de dollars soit 5 fois plus qu’il y a 5 ans. Toutefois, les gros tours de table sont encore absents ce qui fait que de nombreuses entreprises sont rachetées par leurs concurrents asiatiques ou américains.
Les autorités chinoises exigent que les éditeurs de logiciels lui livrent leur code source. Microsoft, Intel et IBM ne sont pas d’accord et s’opposent à la mesure, craignant tant pour leur propriété intellectuelle que pour la sécurité de leurs produits.
Derniers commentaires
/// DERNIERS MAGAZINES PARUS

RÉALITÉ VIRTUELLE : Ce que vous pouvez en attendre - ESPORT : l'informatique derrière le phénomène planétaire - Windows et Android, les meilleurs ennemis - Les promesses de Java 9 - OpenStack : une plateforme Cloud mature mais ambiguë - Shopping Tech : coups de coeur pour Cubetto, Orbi et Thingz...

 

UN FUTUR SANS WINDOWS ? : Comment les entreprises s'émancipent peu à peu - Vendée Globe : l'informatique hors-normes - Ces SSII et ESN où il ne fait pas bon être informaticien - "Il faut un ministère du Numérique" (Bertrand Diard, président de Tech In France)...

 

SÉCURITÉ DES MOBILES : les menaces qui ciblent les entreprises - VOITURES CONNECTÉES : comment elles carburent à la data, Qwant côté cuisine, Découverte Azure DocumentDB, JBoss le serveur d'applications open source, Rencontre avec Mounir Mahjoubi...